Régiment de Penthièvre dragons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Régiment de Penthièvre dragons
Image illustrative de l’article Régiment de Penthièvre dragons
Étendard du régiment de Penthièvre cavalerie, avers

Création 1674
Dissolution 1815
Pays France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle dragons

Le régiment de Penthièvre dragons est un régiment de cavalerie français d'Ancien Régime créé en 1674 sous le nom de régiment d'Heudicourt cavalerie devenu sous la Révolution le 8e régiment de dragons.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  •  : création du régiment d’Heudicourt cavalerie
  • 1679 : réformé sauf une compagnie incorporée dans le régiment de Vivans cavalerie
  • 1682 : rétabli sous le nom de régiment de Praslin cavalerie
  •  : renommé régiment de Toulouse cavalerie
  •  : renommé régiment de Penthièvre cavalerie
  •  : renforcé par incorporation du régiment d’Escars cavalerie[1]
  • 1776 : transformé en dragons, le régiment de Penthièvre dragons
  •  : renommé 8e régiment de dragons
  •  : transformé en chevau-légers lanciers, le 3e régiment de chevau-légers lanciers
  • 1814 : renommé régiment de lanciers du Dauphin
  • 1815 (Cent-Jours) : renommé 3e régiment de chevau-légers lanciers
  • 1815 : licencié

Équipement[modifier | modifier le code]

Étendards[modifier | modifier le code]

Officier porte-étendard du régiment de Penthièvre cavalerie (à gauche) en 1772.

6 étendards « de ſoye rouge, Soleil d’or au milieu, les armes de Penthièvre & fleurs de lys d’or brodées aux coins, & frangez d’or »[2].

Habillement[modifier | modifier le code]

Chevau-léger du 3e régiment de chevau-légers lanciers de la Grande Armée, illustration de Vernet de la série La grande armée de 1812.

Historique[modifier | modifier le code]

Mestres de camp-lieutenants et colonels[modifier | modifier le code]

  •  : N., marquis d’Heudicourt
  • 1679 : réformé, sauf une compagnie incorporée au régiment de Vivans cavalerie
  • 1682 : rétabli sous le nom de régiment de Praslin cavalerie
  •  : Jean-Baptiste Gaston de Choiseul-Praslin, comte d’Hôtel
  •  : Antoine d’Aix de La Chaise, comte de Souternon, brigadier le , maréchal de camp le , lieutenant général des armées du roi le , †
  •  : Louis Jean-Baptiste de Goyon-Matignon, comte de Gacé, né le , brigadier le , maréchal de camp le , lieutenant général des armées du roi le , †
  •  : N. de Richelieu-Aiguillon, comte d’Agénois
  •  : Louis d’Estourmel du Frétoy, marquis d’Estourmel, brigadier le , maréchal de camp le , †
  •  : N., marquis d’Hautefort d’Ajat
  •  : Sébastien de Poilvilain de Montaigut, marquis de Crénay, déclaré brigadier le par brevet expédié le , maréchal de camp le
  •  : N., vicomte de Castellane
  •  : Henri de Lur d’Uza, comte de Saluces
  •  : Michel Louis Marie, marquis de Beuzeville
  •  : Adolphe Conrad Louis, vicomte de Lardenois de Termes
  •  : Mathieu, marquis de Montholon
  •  : Jean, comte du Authier
  •  : François du Bouzet de Monjoye
  •  : Jean Thomas Scelles de la Mothe
  •  : Charles Hubert de Gaignières
  •  : Jean Louis Falque
  •  : Jacques Louis François Millet
  •  : Louis Bockler
  •  : Alexandre Louis Robert de Girardin
  •  : Alexandre Louis Jules Lebrun, †
  •  : Georges Charles Jean-Baptiste Hatry
  •  : Eugène Gabriel Louis Texier d’Hautefeuille, † 1846
  •  : Charles François Martigue

Campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

: bataille de Fontenoy

Le 8e régiment de dragons a fait les campagnes de 1792 à 1793 à l’armée du Rhin ; 1794 à l’armée de la Moselle. Il a fait les campagnes des ans IV et V aux armées des Alpes et d’Italie ; an VI aux armées de l’Ouest et de Mayence ; an VII aux armées de Mayence et du Danube ; an VIII et IX aux armées de réserve et d’Italie. Ce régiment est un de ceux qui, à la bataille de Marengo (), enveloppèrent six bataillons de grenadiers autrichiens et leur firent mettre bas les armes. Campagnes de l’an XII à l’an XIV au 2e corps de cavalerie de réserve (3e division) de la Grande Armée ; 1806 au 4e corps de réserve de la cavalerie ; 1807 à la division de cavalerie de réserve ; 1808 à 1809 à l’armée d’Espagne : 1810 et 1811 aux armées d’Espagne et de Portugal.

Le 3e régiment de chevau-légers lanciers a fait les campagnes de 1812 au corps d’observation de l’Elbe (3e corps de cavalerie de réserve de la Grande Armée) ; 1813 au 1er corps de cavalerie de la Grande Armée ; 1814 au 1er corps de cavalerie.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ordonnance du 1er décembre 1761, État militaire de France pour l’année 1762, p. 380.
  2. a et b Cinquième abrégé général du militaire de France, sur terre et sur mer, Lemau de la Jaisse, Paris, 1739

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Lemau de La Jaisse, Cinquième abrégé de la carte du militaire de France, sur terre et sur mer - Depuis , jusqu’en , Paris, 1739
  • MM. Montandre-Longchamps, chevalier de Montandre, et de Roussel, État militaire de France pour l’année 1762, cinquième édition, Paris, chez Guyllin, 1762
  • M. Pinard, Chronique historique-militaire, tomes 4, 5 et 7, Paris, Claude Herissant, 1761, 1762 et 1764

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]