Régiment Royal-Comtois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Régiment Royal-Comtois
Image illustrative de l’article Régiment Royal-Comtois
Drapeau d’Ordonnance du régiment Royal-Comtois

Création 1674
Dissolution 1796
Pays France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle infanterie de ligne

Le régiment Royal-Comtois est un régiment d’infanterie du Royaume de France créé en 1674.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 9 août 1674 : création du régiment de Listenois, levé en Franche-Comté
  • 1685 : renommé régiment Royal-Comtois
  • 10 février 1749 : renforcé par incorporation du régiment de Bassigny
  • 10 décembre 1762 : un des 23 régiments d'infanterie affectés par ordonnance à la garde des ports du royaume et au service des colonies
  • 1er janvier 1791 : renommé 73e régiment d’infanterie de ligne
  • 21 décembre 1796 : réformé, son 1er bataillon et le dépôt de son 2e bataillon étant incorporés à la 70e demi-brigade d’infanterie de ligne lors de la formation de la demi-brigade

Équipement[modifier | modifier le code]

Drapeaux[modifier | modifier le code]

3 drapeaux dont un blanc Colonel, semé de fleurs de lys d’or, & croix de Bourgogne blanche en travers, et 2 d’Ordonnance, « aurores semez de lys d’or, & croix de Bourgogne rouges en travers »[1].

Habillement[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Colonels et mestres de camp[modifier | modifier le code]

  • 1674 : Claude de Bauffremont, marquis de Listenois puis son frère, Nicolas de Bauffremont, le régiment est nommé Listenois-infanterie
  • 1685 : Prend le nom de Royal-Comtois au décès de Nicolas. Louis Christophe Gigault de Bellefond en est le colonel. Il meurt des blessures reçues à la bataille de Steinkerque, le 3 août 1692.
  • 1734 : marquis de Froulay, colonel
  • 1757 : marquis de Roquépine
  • 1757 : comte de Puységur
  • 1762-1773 : comte Louis-Pantaléon de Noé, colonel
  • 1768-1771 : chevalier Joseph-Augustin-Prosper de Lamotte-Geffrard, lieutenant-colonel

Campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Lors de la réorganisation des corps d'infanterie français de 1762, le régiment conserve ses deux bataillons et est affecté au service de la Marine et des Colonies et à la garde des ports dans le royaume.
L'ordonnance arrête également l'habillement et l'équipement du régiment comme suit[2]
Habit, revers, veste et culotte blancs, collet et parements verts, doubles poches en long garnies de cinq boutons, dont un au milieu et deux à chaque bout, placés en ligne droite sur la largeur de la patte, trois sur la manche, quatre au revers et quatre au dessous : boutons jaunes, avec le no 59. Chapeau bordé d'or.

Le 2e bataillon du 73e régiment d’infanterie de ligne embarqué pour Saint-Domingue en 1792.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cinquième abrégé général du militaire de France, sur terre et sur mer, Pierre Lemau de La Jaisse, Paris, 1739
  2. Ordonnance du roi, concernant l'infanterie françoise : du 10 décembre 1762
  3. Jean-Louis Donnadieu: Un grand seigneur et ses esclaves: le comte de Noé entre Antilles et Gascogne, 1728-1816, Presses Universitaires du Mirail, 2009 (voir en ligne), p. 59
  4. Liste des régiments d'infanterie de l’Armée Française d’après le Journal militaire de 1790 et leur emplacement au 1er juillet 1790, et de leur emplacement en 1789 (voir en ligne).