Chemin couvert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Au premier plan, chemin couvert du XVIIe siècle au fort de Joux
Chemin couvert menant de la ville de Prats de Mollo au fort Lagarde

Un chemin couvert est en architecture une avancée de corps de place ménagée sur la contrescarpe.

Chemin couvert[modifier | modifier le code]

(B) Glacis et (C) Chemin couvert dans une fortification hollandaise

Un chemin couvert est une avancée de corps de place ménagée sur la contrescarpe à l'abri d'un parapet le séparant du glacis. Ce parapet est de hauteur suffisante pour permettre le positionnement ou la circulation des défenseurs à l'abri des coups et des vues de l'ennemi (à couvert). Il peut être coupé de distance en distance par des places d'armes servant au regroupement des fantassins. Cette disposition importante dans le tracé bastionné est toujours présente dans le tracé polygonal. Le chemin couvert possédait sa forme quasi définitive dès 1571.

On désigne aussi par chemin couvert, un chemin bordé d’un parapet de terre ou de pierre, côté extérieur à la place fortifiée, permettant aux défenseurs de circuler entre deux ouvrages proches à l'abri des tirs ennemis. Les chemins stratégiques[1] sont également couverts.

Avant-chemin couvert[modifier | modifier le code]

L'avant chemin couvert est un ouvrage ménagé sur la contrescarpe derrière un relief de l'avant-glacis.

Sortie de chemin couvert[modifier | modifier le code]

Une sortie de chemin couvert est une rampe douce aménagée dans le parapet du chemin couvert pour permettre de se rendre à l'extérieur, sur le glacis.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Chemins qui, partant de la voirie communale, desservent spécifiquement des positions militaires : forts, magasins extérieurs, abris extérieurs.