Régiment de Boulonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Régiment de Boulonnais
Régiment de Boulonnois
Image illustrative de l’article Régiment de Boulonnais
Uniforme et drapeau du régiment de Boulonnais en 1772

Création 1684
Dissolution 1795
Pays France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle infanterie de ligne

Le régiment de Boulonnais également appelé régiment de Boulonnois, est un régiment d’infanterie du Royaume de France créé en 1684 devenu sous la Révolution le 79e régiment d’infanterie de ligne.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Colonels et mestres de camp[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles du régiment[modifier | modifier le code]

En 1701, au début de la guerre de succession d'Espagne dans les Pays-Bas espagnols, un bataillon du régiment du Boulonais est envoyé par le maréchal de Boufflers en 1701 pour défendre la place d'Ostende[3].

En , 1 bataillon du régiment est à la bataille d'Assietta ou son colonel François de Damas marquis de Ruffey y est blessé.

Lors de la réorganisation des corps d'infanterie français de 1762, le régiment conserve ses deux bataillons et est affecté au service de la Marine et des Colonies et à la garde des ports dans le royaume.
L'ordonnance arrête également l'habillement et l'équipement du régiment comme suit[4]
Habit, revers, veste et culotte blancs, collet vert,pattes en écusson garnies de six boutons, dont deux de chaque côté et deux au milieu, trois sur la manche, quatre petits au revers et quatre gros boutons en dessous : boutons blancs, avec le no 65. Chapeau bordé d'argent.

Le 79e régiment d’infanterie de ligne a fait les campagnes de 1792 à 1795 à l’armée des Pyrénées-Orientales. Le 2e bataillon se distingue à la prise du petit Saint-Bernard, le 9 floréal an II ().

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Suet, dit Latour, s'engage à 16 ans et est rappelé au bout de deux ans par ses parents qui souhaitent en faire un prêtre. Il obtempère et deviendra grand-vicaire de l'évêque constitutionnel Prudhomme de La Boussinière Des Vallées . Il apostasie, puis reprend les armes de 1792 à 1803. Après une existence désœuvrée, il revient en 1817 à la prêtrise et finira sa vie comme curé de l'église Saint-Gilles de Bourg-la-Reine. Il prend sa retraite en 1819[5].

Drapeaux[modifier | modifier le code]

3 drapeaux, dont un blanc Colonel, 2 d’Ordonnance verts, les 4 traverses violettes & aurores, & croix blanches[6].

Habillement[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chronique historique-militaire, errata du tome 7
  2. La gazette de France, Paris, , p. 7
  3. Lieutenant général de Vault, « Mémoires militaires relatifs à la guerre d'Espagne sous Louis XIV », tome 1, 1835, p. 436.
  4. Ordonnance du roi, concernant l'infanterie françoise : du 10 décembre 1762
  5. Paul Lieutier, Bourg-la-Reine, essai d'histoire locale, édition 1913 ; réédition 2003, pp. 257-258 (ISBN 2-84373-320-0).
  6. Cinquième abrégé général du militaire de France, sur terre et sur mer, Pierre Lemau de La Jaisse, Paris, 1739

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lieutenant général de Vault, Mémoires militaires relatifs à la guerre d'Espagne sous Louis XIV, vol. 1, Imprimerie Royale (Paris), , 910 p. (lire en ligne).
  • Chronique historique-militaire, Pinard, tomes 4, 7 et 8, Paris 1761, 1764 et 1778

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]