Château de Lichtenberg (Alsace)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Lichtenberg
Image illustrative de l’article Château de Lichtenberg (Alsace)
Type Château fort
Début construction XIVe siècle
Fin construction XVIe siècle
Destination initiale Forteresse
Destination actuelle Musée
Protection Logo monument historique Classé MH (1878, forteresse)
Coordonnées 48° 55′ 16″ nord, 7° 29′ 14″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Basse-Alsace
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Commune Lichtenberg

Géolocalisation sur la carte : Alsace

(Voir situation sur carte : Alsace)
Château de Lichtenberg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Lichtenberg

Ce château se situe dans la commune française de Lichtenberg et le département du Bas-Rhin. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château, une forteresse imposante à la hauteur des ambitions des Hanau-Lichtenberg, se distingue des autres châteaux des Vosges du Nord par son histoire longue de sept siècles, l'importance de ses vestiges et la qualité exceptionnelle de son environnement paysager.

Au tout début du XIIIe siècle, un imposant donjon domine déjà les Vosges du Nord environnantes. La parcelle sur laquelle le château va être construit a été certainement usurpée à l'abbaye de Neuwiller-les-Saverne par la famille Lichtenberg. Vers la fin du XVIe siècle, ses nouveaux propriétaires, les comtes de Hanau-Lichtenberg, font transformer leur château en une puissante place-forte par des architectes renommés. Parmi eux, Daniel Specklin, architecte de la ville de Strasbourg.

Non contents des indispensables travaux de fortification, les Hanau-Lichtenberg s'attachent à faire entrer dans leur demeure les décors somptueux de l'art de la Renaissance. Fenêtres en oculus à la manière italienne, pilastres cannelés, frontons, volutes et cariatides viennent orner les imposantes façades de grès rose. Un siècle plus tard, en octobre 1678, le château est assiégé par les troupes françaises du maréchal de Créquy celui-ci après deux jours de siège écrit à François Michel Le Tellier de Louvois "Le château de Lichtenberg est plus difficile à prendre qu'il n'y paraissait et d'autant plus que l'artillerie n'y sert pas à grand chose"[3] après un siège de huit jours, la forteresse capitule. Désormais place royale, elle est intégrée dans la ligne de défense de la frontière nord-est du royaume de France, et ce jusqu'au siège suivant. Au soir du , la forteresse tombe sous le feu de l'artillerie wurtembergeoise, après une résistance de trois jours. Un gigantesque incendie la réduit à l'état de ruine.

Depuis 1993, un ambitieux projet de restauration et de mise en valeur culturelle est engagé avec salles de conférences et de spectacles, d'expositions temporaires, un théâtre de plein air, un service pédagogique. Le Pavillon des Dames[4] vient d'être terminé[5].

La voie d’accès piétonne reliant le village au château a été rénovée en 2014.

Les doctrines de conservation et de sauvegarde posés à l’occasion du diagnostic[modifier | modifier le code]

À travers l’étude préalable à la restauration du château[6] une réflexion plus générale a été engagée sur la fonction, l’utilisation ou bien la réutilisation des ruines de châteaux forts, qui faute de travaux importants de conservation-restauration sont parfois menacés de disparition[7].

Comment sauver rapidement de façon scientifique le maximum d’édifices ? Les réflexions des « Entretiens du Patrimoine » qui se sont déroulés à Caen en novembre 1990 sur le thème « Faut-il restaurer les ruines ? »[8] ont permis d'éclaircir les problèmes et de définir des principes. Les sujets abordés ont fait l’objet d’un débat entre fonctionnaires, architectes, associations et collectivités territoriales, sans a priori sur les problèmes des ruines en général : ruine romantique - ruine symbolique ; conservation - lisibilité ; restitution - invention ; réutilisation - reconstruction.

Quatre grands principes se sont dégagés des débats : respect des ruines romantiques les plus prestigieuses ; intégrer le « paysage » dans le traitement des ruines, ce qui nécessite une vigilance au titre des abords ; accepter parfois une modification du statut de certaines ruines à travers des utilisations, plus rarement des réutilisations bien organisées, impliquant un programme et une volonté des demandeurs ; informer le public des projets de restauration, l’aspect « communication » étant encore nettement insuffisant. Pour répondre à cette attente, il suffirait dans un premier temps, dans un souci de transparence des informations, de publier les études préalables et de généraliser l’édition de brochures présentant au public, en amont, les propositions de travaux de restauration envisagés[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Age en France, Strasbourg, Editions Publitotal, , 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3), p. 679
  • Charles-Laurent Salch (ill. Walther Herrmann, André Lerch, Christian Rémy, photogr. Dominique Martinez), Nouveau Dictionnaire des Châteaux Forts d'Alsace, Ittlenheim, alsatia, Conception et réalisation Lettrimage, , 384 p. (ISBN 2-7032-0193-1), p. 191 à 193
  • Charles-Laurent Salch, Imagiers des châteaux et remparts d’Alsace, 1370-1970, vol. 1, Strasbourg, Châteaux-forts d'Europe-Castrum Europe, , 160 p. (ISSN 1253-6008)
    N°53/54/55 2010. TOME 1 : A - F : Lichtenberg : Gravure de Gabriel Bodenehr, p. 61; Dessins de Georges Leiss, p. 96; Dessin de François de Créquy, p. 103; Pyrogravure de Boli, p. 81
  • Charles-Laurent Salch, Imagiers des châteaux et remparts d’Alsace, 1370-1970, vol. 2, Strasbourg, Châteaux-forts d'Europe-Castrum Europe, , 362 p. (ISSN 1253-6008)
    N°56/57/58/59 2011. TOME 2 : G à O : Lichtenberg : 1787, Carte de la seigneurie chez Emst-Christoph Grattenhauer - 1760 : gravure sur cuivre de Georg Christoph Kilian
  • Parc naturel régional des Vosges du Nord, coll., Les châteaux forts, Château de la Petite Pierre, Wingen-sur-Moder (67290), Production A.R.P.E.G.E pour le compte du Parc naturel régional des Vosges du Nord, , 223 p., p. 141 à 150
  • Guy Trendel, Le guide des Vosges du Nord, Barcelone, La Manufacture, , 311 p. (ISBN 2-7377-0164-3)
    Collection ayant obtenu le grand prix national des guides touristiques 1986 : pp. 165 Lichtenberg (château de), 184, 190, 200, 201, 270 Lichtenberg ( seigneurs (de), 154 à 172 Lichtenberg (famille)
  • Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck et Guy Bronner, Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, , 663 p. (ISBN 2-7165-0250-1), p. 213-214

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. « Forteresse », notice no PA00084776, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « Service Historique de l'Armée de Terre »
  4. Le château aujourd'hui
  5. Les réflexions des « Entretiens du Patrimoine » qui se sont déroulés à Caen en novembre 1990 sur le thème Faut-il restaurer les ruines ? Ruine historique ruine symbolique, Conservation lisibilité, Restitution Invention, Reconstruction réutilisation : p. 70 : Restaurer les ruines : rigueur scientifique et imagination contrôlée par Yves Boiret inspecteur général des monuments historiques; p. 82 : Lumières sur la consolidation des murs médiévaux en Alsace par René Dinkel; p. 280 : Les châteaux d’Alsace par Michel Jantzen, ont permis d'éclaircir les problèmes et de définir des principes. Les sujets abordés ont fait l’objet d’un débat entre fonctionnaires et architecte, sans a priori sur les problèmes des ruines en général
  6. Les questions que l’on en a tiré sont les suivantes :
    • La tâche est très urgente, de nombreux édifices sont menacés de disparition à court ou très moyen terme.
    • Il s’agit d’une entreprise colossale, car il faut intervenir sur de nombreux sites à la fois, chacun étant un gouffre financier.
    • Les travaux doivent présenter toutes les garanties scientifiques ; et il faut aussi établir une doctrine d’usage qui doit devenir un cahier des charges permettant de renforcer leur valeur documentaire, essentiellement en établissant un corpus de référence et d’authenticité
  7. Pour assurer la promotion européenne du patrimoine alsacien, la décision a été prise de créer différentes routes culturelles dont la « Routes des châteaux » prévues autour de points d’accueil phares : Château du Hohlandsbourg dans le Haut-Rhin, le Château de Lichtenberg, le Château du Spesbourg et le Château de l'Ortenbourg dans le Bas-Rhin). Parallèlement, des actions de valorisation touristique ont été engagées : signalisation, balisage, signalétique (Soutien des actions de signalisation et de publications réalisées par les parcs naturels régionaux des Vosges du Nord et des Ballons des Vosges, et du Club vosgien), promotion audiovisuelle (Dix films ont été réalisés à l’initiative du Conseil régional pour la promotion de l’Alsace portant sur la Cathédrale de Strasbourg, le Château du Haut-Koenigsbourg, les Ribeaupierre, les châteaux et les mines d’argent, le musée Unterlinden de Colmar ; mais ils ont abordé aussi des thèmes comme : les musées techniques de Mulhouse, la Décapole, les routes militaires, romanes, des châteaux et des orgues,...
  8. Colloque Faut-il restaurer les ruines ? Ruine historique ruine symbolique, Conservation lisibilité, Restitution Invention, Reconstruction réutilisation, p. 70 : Restaurer les ruines : rigueur scientifique et imagination contrôlée par Yves Boiret inspecteur général des monuments historiques, p. 82 : Lumières sur la consolidation des murs médiévaux en Alsace par René Dinkel, p. 280 : Les châteaux d’Alsace par Michel Jantzen, …
  9. René Dinkel, L'Encyclopédie du patrimoine (Monuments historiques, Patrimoine bâti et naturel - Protection, restauration, réglementation. Doctrines - Techniques - Pratiques), Paris, éditions Les Encyclopédies du patrimoine, , 1512 p. (ISBN 2-911200-00-4), chap. II (« Lumières sur les pierres »), p. 44 à 47 : Réflexions générales sur la restauration des monuments et p.48 à 50 Faut-il restaurer les ruines ?