Augustin-Joseph de Mailly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Demailly et Mailly.
Augustin-Joseph de Mailly
Maréchal de mailly 2.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ArrasVoir et modifier les données sur Wikidata
Allégeances
Activité
Famille
Enfants
Autres informations
Propriétaire de
Château d'Haucourt (Seine maritime)
Membre de
Grade militaire
Conflits
Distinctions
Blason fam fr de Mailly.svg
blason

Augustin-Joseph de Mailly est un maréchal de France, né le au château de Corbion à Villaines-sous-Lucé (Anjou), baptisé à Haucourt (Seine maritime) le [1] et mort guillotiné à près de 86 ans le (5 germinal an II) à Arras (Pas-de-Calais).

Il est en outre marquis d'Haucourt, baron de Saint-Amand, officier général qui atteint la dignité de maréchal de France en 1783. Bien qu'âgé de 84 ans, il est notamment chargé de la défense du palais des Tuileries lors de la journée du 10 août 1792.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille[modifier | modifier le code]

Augustin-Joseph de Mailly est l’héritier de l'une des plus anciennes familles de la noblesse du royaume, la Maison de Mailly, d'origine Picarde. Il est le fils de Joseph de Mailly (1677-1755), marquis d'Haucourt, seigneur d'Assigny, Guillencourt, Brunvil, Bivil, Villedieu, Cany, Saint-Michel-d'Halescourt, Grumesnil, baron de Saint-Amand. Dans sa jeunesse, Joseph de Mailly a été page de la Petite Écurie du Roi, reçu en 1691. Sa mère, Louise-Madeleine-Josèphe de La Rivière, est dame de La Roche-de-Vaux-Corbuon et du Bois-de-Macquessy, de Requeil, de Flacé et d'Estival, dans la province du Maine et l'actuel département de la Sarthe [2] .

Les débuts de sa carrière militaire[modifier | modifier le code]

Mailly est d’abord un militaire. Il est mousquetaire en 1726, enseigne dans le Régiment de Mailly-Infanterie en 1726, il est guidon de la compagnie des gendarmes de la reine. Le 18 mars 1728, il devient capitaine des gendarmes écossais. Le capitaine de Mailly fait les campagnes de Westphalie, de Bohême et de Flandre. Il est lieutenant-colonel de la compagnie des gendarmes de la reine en mars 1733, puis Sous-Lieutenant de la compagnie des chevau-légers de Berri, avec rang de mestre de camp de la cavalerie en mars 1734.

Ses exploits lui valent en 1740 la croix de Saint-Louis, à l’âge de 32 ans, ce qui est exceptionnel.[réf. nécessaire] En janvier 1742, Augustin Joseph de Mailly est nommé capitaine-lieutenant de la compagnie des gendarmes écossais, sur la démission du comte de Rubempré, son parent, puis il est promu au grade de brigadier des armées du roi, en février 1743.

Après la campagne de Bohême à Weissembourg, en 1744, il charge, à la tête de 150 gendarmes, un corps de cavalerie et d'infanterie qui avait culbuté deux régiments français, et le force à la retraite. Une pension de 3000 livres lui est accordée pour cette action brillante[réf. incomplète][3].

Il est promu maréchal de camp, le 16 août 1745, en Flandre, sans avoir d'expérience du commandement de grandes unités. Il participe à la guerre de Succession d'Autriche aux côtés du chevalier de Belle-Isle et concourt à préserver la Provence de l'invasion étrangère. Il continue de se signaler, surtout à la bataille de Pavie (1745) où, séparé de l'armée française, il la rejoint en perçant un corps considérable de cavalerie ennemi auquel il enlève 4 canons et 150 prisonniers.[réf. nécessaire]

Il passe ensuite en Italie, où, après la bataille de Plaisance (1746) et le combat du Tidon, il est chargé de l'inspection de la cavalerie. Le roi lui donne le gouvernement d'Abbeville, le crée lieutenant-général de ses armées, en mai 1748. Il est inspecteur général de la cavalerie et des dragons en mars 1749[réf. incomplète][4].

Commandant en chef en Roussillon[modifier | modifier le code]

L'université de Perpignan au XVIIIe siècle.

Mailly devient commandant en chef en Roussillon en 1749.

Rénovateur de l’urbanisme de la ville, il transforme le cadre urbain de Perpignan et du Roussillon dans la seconde partie du XVIIIe siècle au travers d'un programme d'urbanisme de construction dédié principalement à l'éducation. En accord avec son image de personnalité de la haute noblesse et figure de la monarchie administratives des Lumières dans le Midi de la France[5].

Il met en œuvre la rénovation de l'Université de Perpignan qui se voit doté d'une bibliothèque publique[7], de jardins et d'un cabinet d'histoire naturelle et offre en dotation 918 ouvrages de sa bibliothèque personnelle[6]. Il soutient la fondation du premier théâtre du Roussillon sur la place de la Loge et l’aménagement de jardins publics sur les remparts, pour agrémenter la ville. Il fonde également une académie militaire pour former une jeunesse nobiliaire au service futur du roi, qu'il inaugure en 1768[6]. Il rétablit le couvent des enseignantes pour permettre à des enfants d'extraction plus modeste de recevoir une instruction gratuite. Il prend sous sa protection et fait de nombreux dons à l’hôpital Saint-Jean de Perpignan ou il crée une douzaine de place pour les indigents. L'ensemble de ses actions philanthropiques, le font surnommé « le bienfaiteur » par les édiles de la ville[6].

Port-Vendres et disgrâce[modifier | modifier le code]

Louis XVI, véritable restaurateur de la marine de guerre et commerciale française, confie au général de Mailly l'installation d'un port puissant et fortifié qui, soit capable d’assurer enfin un trafic régulier avec l'Europe entière, de l'Espagne à la Suède, d'Écosse à l'Italie, de la côte catalane à l'Orient et aux ports barbaresques, voire jusqu'aux Indes lointaines et jusqu'aux Amériques.

Mailly fonde Port-Vendres qu’il veut comme Perpignan la représentation idéale d’une ville maçonnique. Il y fait construire un port profond et à l'abri des vents. Outre le port moderne, en 15 années (1770-1785), il complète la ville, trace et perce quelques petites rues, construit de nouvelles habitations sur un plan uniforme, rectifie des alignements, construit des quais et des débarcadères commodes. Pour marquer d'un symbole la naissance de Port-Vendres, Louis XVI permet à la province de faire ériger à sa gloire le premier monument élevé en France en son honneur, l'obélisque de Port-Vendres[8].

Le 2 octobre 1753, le maréchal de Noailles, en querelle avec Mailly, réussit à le faire révoquer de son commandement.

En novembre 1753, Jean-Baptiste de Machault d'Arnouville obtient du roi l'exil de Mailly. Le 1er mars 1754 le roi casse le comte de Mailly d'Haucourt pour avoir trop répandu son mémoire que René Louis de Voyer de Paulmy d'Argenson juge apologétique. Mailly doit rentrer dans ses terres. Sa maîtresse, la marquise de Blanes et son mari, se répandaient en discours contre le gouvernement. Ils sont proscrits eux-aussi.

La disgrâce de Mailly dure peu, car il est chargé d'aller en Espagne complimenter, de la part du roi, l'Infante Marie-Thérèse-Raphaëlle de Bourbon.

Guerre de Sept Ans[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre de Sept Ans, Joseph-Augustin de Mailly passe aux armées d'Allemagne. Il se trouve à la bataille de Hastenbeck (27 juillet 1757) et est blessé à la tête d'un coup de sabre. Il est fait prisonnier, par suite de sa blessure qui l'a laissé sans connaissance à la bataille de Rossbach la même année.[réf. nécessaire]

Frédéric de Prusse, le despote éclairé, dont le comte de Mailly est le prisonnier de guerre, est son ami[9]. Il n’est libéré qu’au bout de deux ans. Pour le remercier de ses services, ses terres de Raineval, Esclainvilliers, Mongival, Sotteville, etc. sont unies et érigées en comté de Mailly, par lettres-patentes données au mois de janvier 1744.[réf. nécessaire]

Quand Mailly recouvre sa liberté, il rejoint encore l'armée et fait avec succès les campagnes d'Allemagne de 1760, 1761, 1762. La paix revient et met un terme à ses travaux militaires[Lesquels ?]. Il reprend son commandement du Roussillon. En 1771, il est nommé directeur-général des camps et armées des Pyrénées et des côtes de la Méditerranée.

Portrait de la maréchale-comtesse de Mailly
née Blanche Charlotte Marie Félicité de Narbonne Pelet
(1761-1840)
, 1783
par Élisabeth Vigée Le Brun
Collection privée
Vente Christie's 2018

Louis XVI le nomme chevalier de ses ordres et le crée, le 13 juin 1783, maréchal de France.

Le maréchal de Mailly est membre de l'Académie des Sciences, des Lettres et des Arts d'Amiens.

La journée du 10 août 1792[modifier | modifier le code]

Louis XVI traversant les rangs des troupes défendant le palais des Tuileries avec Augustin-Joseph de Mailly, maréchal de France, avant les combats de la journée du 10 août 1792 (par Yan' Dargent).

Le maréchal de Mailly refuse d'émigrer ; l'idée d'un roi abandonné à Paris sans clergé et sans noblesse est pour lui une absurdité révoltante. En 1790, Louis XVI lui donne le commandement d'une des quatre armées décrétées par l'assemblée nationale et celui des 14 et 15e divisions militaires[10]. Mais l'assemblée ayant exigé un serment civique, le maréchal de Mailly donne sa démission.

Le 9 août, quand il apprend les dangers qui environnent la famille royale, il se rend aux palais des Tuileries. Il se voit confier par le roi le commandement des troupes qui défendront les Tuileries le lendemain, le 10 août 1792. Lors de l'attaque, la défense est balayée. Mailly échappe au massacre et reçoit de l'aide pour s'enfuir.

Ses arrestations et son exécution[modifier | modifier le code]

Le maréchal est cependant dénoncé puis arrêté peu de jours après sa fuite et conduit devant la section, qui veut l'envoyer à la prison de l'Abbaye. Son passé, son âge et ses idées généreuses du temps des Lumières, font qu’un commissaire réussit à s'y opposer. Le maréchal échappe donc de peu aux massacres de Septembre dans cette prison[réf. nécessaire].

Il se réfugie avec sa famille dans leur château de Mareuil-Caubert, près d'Abbeville. Le représentant du peuple André Dumont, le fait jeter en prison, le 26 septembre 1793. Il est rejoint par son épouse, et ils restent enfermés dans la citadelle de Doullens pendant quatre mois. Joseph Lebon, autre représentant du peuple, l'envoie à l'échafaud à Arras[11]. À l'âge de quatre-vingt-cinq ans, ce vieillard a la force de s'écrier, en fixant l'instrument de sa mort : Vive le roi ! Je le dis comme mes ancêtres[12].

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Augustin-Joseph de Mailly fait partie des premiers membres de la franc-maçonnerie du Royaume de France, nouvel et jeune espace de sociabilité rapidement investi par l'aristocratie française. Initié vers la fin des années 1730 au sein de la loge « Bussy-Aumont » dont le recrutement est très aristocratique, loge à laquelle appartient également le duc d'Aumont et le marquis de Calvière. Au cours de cette période, son nom est fréquemment cité dans les documents historiques ou il est invité à de nombreuses cérémonies d’initiation aux côtés du duc d'Antin et du comte de Derwentwater[13]. Dans le Roussillon, il fait partie d'une loge qui se revendique élitiste dans son recrutement, « La Sociabilité »[13]. Malgré l'interdiction royale, il participe à des tenues maçonniques et assure qu'elles ne contreviennent en rien « aux bonnes mœurs, à la religion et à l’état ». Il assure toutefois au Roi son entier dévouement. La documentation laisse apparaitre le comte de Mailly comme le vénérable maître d'une « loge de Mailly » entre 1740 et 1744. Il est également officier de la première Grande Loge de France en 1744 comme grand surveillant[14]. En tant qu'officier de l'obédience, il intervient dans la délivrance de patente de création pour des loges de province, Toulouse et Montpellier en particulier. Son statut de grand aristocrate, le protège durant sa vie et il n'est jamais réellement inquiété en tant que franc-maçon. Il contribue largement par son action à l'implantation de loges provinciales dans le sud-ouest, faisant de lui un intermédiaire de l'ordre entre Paris et les provinces du royaume[15].

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Sa troisième épouse, née Marie Blanche Félicité de Narbonne-Pelet. Tableau de Mme Vigée-Le Brun (1785)

Augustin-Joseph de Mailly se marie trois fois.

La première, le 20 avril 1732, avec Constance Colbert de Torcy (1710-1734), nièce du grand Colbert, fille de Jean-Baptiste Colbert de Torcy, secrétaire d'État aux Affaires étrangères et de Catherine Félicité Arnauld de Pomponne, elle-même fille du ministre Simon Arnauld de Pomponne. Ce mariage se fait en présence, du roi Louis XV. Ils ont trois filles :

  • Catherine-Joséphine de Mailly, morte en bas âge[16].
  • Joséphine Marie Constance de Mailly (1734-1783), mariée à Paris, paroisse Sainte Marguerite, le 9 janvier 1747[17] avec Marc-René de Voyer d'Argenson (1722-1782), lieutenant général des armées du Roi, directeur général des haras, gouverneur de Vincennes, fils de Marc Pierre de Voyer de Paulmy, comte d'Argenson, ministre secrétaire d'état à la Guerre, grand-croix et chancelier de l'Ordre royal et militaire de Saint Louis, et d'Anne Larcher. Elle a une sœur jumelle qui meurt quatre jours après sa naissance.

Veuf le 13 décembre 1734, Augustin-Joseph de Mailly se remarie le 26 février 1737 avec Michelle de Séricourt. Elle est dame d’Esclainvilliers, Folleville et héritière en partie de cette maison, l’une des plus anciennes de Picardie[18]. Elle meurt le 28 septembre 1778 à Mailly-Raineval et est inhumée dans l'église voisine de Folleville. Ils ont un fils :

  • Louis-Marie de Mailly (1744-1795), comte de Mailly d'Haucourt, duc de Mailly (2 février 1777), capitaine des gendarmes écossais, gouverneur d'Abbeville, brigadier de cavalerie (1780), maréchal des camps (1781), président de la noblesse du bailliage de Péronne et député du gouvernement de Péronne aux États Généraux de 1789. Il se marie en 1762 avec Marie Jeanne de Talleyrand-Périgord (1747-1792), fille de Gabriel Marie de Talleyrand-Périgord, comte de Périgord, gouverneur et grand-bailli de Berri, gouverneur des villes de Bourges et d'Issoudun, menin du Dauphin, lieutenant général des armées du roi, gouverneur de Picardie, commandant en chef en Languedoc et de la princesse Marie Françoise Marguerite de Talleyrand-Périgord[19]. Ils n’ont pas d’enfant. Il meurt en 1792 à 48 ans.

À nouveau veuf en 1778, Augustin-Joseph de Mailly se remarie le 6 avril 1780 avec Marie Blanche Félicité de Narbonne-Pelet (1763-1840) . Elle a quinze ans et lui soixante dix. Elle est la fille d’un brigadier des armées du roi. Ils ont un fils :

Distinctions et armoiries[modifier | modifier le code]


Blason Blasonnement :
D'or à trois maillets de sinople[21] [20]
Commentaires : Devise : « HOGNE QUI VOURA » = « Gronde qui voudra »

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la campagne de l’année 1734 en Allemagne, commandée par le maréchal de Berwick, et après sa mort par le maréchal d'Asfeld. Écrite par les officiers de l'état-major avec des Notes des différent partis qui la divisoient, et conservée dans les portefeuilles du comte de Mailly, mestre de camp de cavalerie dans cette année et depuis maréchal de France.
  • Lettre de M. le maréchal de Mailly au roi, sur l'administration intérieure qu'il a remplie en Roussillon, 1790.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 3 E - 00 171 - 1710 - 1719 Haucourt », sur Archives départementales de Seine-maritime (consulté le 7 décembre 2018)
  2. Alcius Ledieu, Le Maréchal de Mailly, dernier commandant pour le Roi à Abbeville, Paris, Picard, , X + 153 p. (lire en ligne), p. 1
  3. Dictionnaire historique, ou histoire abrégée de hommes qui se sont fait..., p.402 et suivantes.
  4. Nouvelle biographie générale : depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours avec les renseignements bibliographiques et l'indication des sources à consulter / sous la dir. de Mr. le Dr. Hoefer.
  5. Thierry Zarcone, p. 54.
  6. a b c et d Thierry Zarcone, p. 55.
  7. la seule en France à cette époque[6]
  8. Philippe Madeline et Jean-Marc Moriceau, « Bâtir dans les campagnes. Les enjeux de la construction de la Protohistoire au xxie siècle », Histoire & Sociétés Rurales, vol. 31,‎ (ISBN 9782753508743, lire en ligne).
  9. Le Prix Du Sang Bleu - Joseph-Augustin De Mailly 1708-1794 Jean-Yves Duval.
  10. Supplément au dictionnaire historique, de François-Xavier Feller, p.162.
  11. Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, p.627.
  12. Pierre Mendès France au quotidien, de Simone Gros, p.77.
  13. a et b Thierry Zarcone, p. 56.
  14. Thierry Zarcone, p. 57.
  15. Thierry Zarcone, p. 58.
  16. Les Annales fléchoises et la vallée du Loir - page 327, 1904.
  17. Transcription de l'acte de mariage dans le registre paroissial de Mailly-Raineval (Somme).
  18. Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la ..., de François Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Badier, publié 1775, p.369.
  19. L'art de vérifier les dates ..., p.221.
  20. a et b Popoff 1996, p. 108.
  21. Rietstap 1884.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Alcius Ledieu, Le Maréchal de Mailly, dernier commandant pour le Roi à Abbeville, 1895, Paris, Picard, XIV-160 pp..
  • Souvenirs du Maréchal de Mailly, 1895, Le Mans, Leguicheux, VIII-110 pp.. (souvenirs écrits en partie par son épouse)
  • Le Maréchal de Mailly, portrait d’un homme des Lumières, Colloque Le siècle des Lumières en Roussillon, Archives Départementales des Pyrénées-Orientales - Université de Perpignan, 3 décembre 2004.
  • Jean-Yves Duval, Le prix du sang bleu : Joseph-Augustin de Mailly, 1708-1794, Paris : les Éd. le Sémaphore, 2000.
  • Simon Surreaux, Les Maréchaux de France des Lumières, Histoire et Dictionnaire d'une élite militaire dans la société d'Ancien Régime, 2013, Paris, L'Harmattan, p.952-955.
  • Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X).
  • Collectif (Dir.Thierry Zarcone), La fabrique de la franc-maçonnerie française : Histoire, sociabilité et rituels, 1725-1750, Dervy, coll. « Sparga Soligo », , 589 p. (ISBN 9791024202419). .
  • Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. 1 et 2, Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887 « et ses Compléments », sur www.euraldic.com (consulté le 23 décembre 2011) ;

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]