Régiment de Sonnenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Régiment de Sonnenberg
Image illustrative de l’article Régiment de Sonnenberg
Drapeau d’Ordonnance du régiment de Sonnenberg

Création 1672
Dissolution 1792
Pays Confédération Suisse
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle infanterie de ligne

Le régiment de Sonnenberg est un régiment d’infanterie suisse du Royaume de France créé en 1672.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 17 février 1672 : création du régiment de Salis
  • 1690 : renommé régiment de Porlier
  • 30 septembre 1692 : renommé régiment de Reynold
  • 25 juin 1702 : renommé régiment de Castellas
  • 4 août 1722 : renommé régiment de Bettens
  • 15 août 1739 : renommé régiment de Monnin
  • 20 mars 1756 : renommé régiment de Reding
  • 1er juillet 1763 : renommé régiment de Pfyffer
  • 26 décembre 1768 : renommé régiment de Sonnenberg
  • 1er janvier 1791 : renommé 65e régiment d’infanterie de ligne
  • 20 août 1792 : licencié

Équipement[modifier | modifier le code]

Tambour du régiment de Castellas.

Drapeaux[modifier | modifier le code]

8 drapeaux dont « un blanc Colonel, & croix & flâmes blanches, & 7 d’Ordonnance à flâmes jaunes & noires par opposition, & croix blanches »[1].

Habillement[modifier | modifier le code]

Uniforme du régiment de Sonnenberg

Historique[modifier | modifier le code]

Colonels et mestres de camp[modifier | modifier le code]

  • 17 février 1672 : le Grisons Rodolphe de Salis Zizers, 24 février 1676, maréchal de camp le 24 août 1688, † 16 octobre 1690
  • 1690 : le Bernois Jean Porlier
  • 30 septembre 1692 : le Fribourgeois François de Reynold, brigadier le 10 mars 1690, maréchal de camp le 3 janvier 1696, lieutenant général le 23 décembre 1702, † 4 décembre 1722
  • 25 juin 1702 : le Fribourgeois François Nicolas Albert de Castellas[note 1], brigadier le 29 janvier 1702, maréchal de camp le 26 octobre 1704, lieutenant général le 29 mars 1710, † 11 juin 1722
  • 4 août 1722 : Georges Mannlich de Bettens, brigadier le 1er février 1719, maréchal de camp le 1er août 1734, lieutenant général le 15 août 1739, † 9 mai 1751
  • 15 août 1739 : François Monnin, brigadier le 1er août 1734, maréchal de camp le 15 août 1739, déclaré lieutenant général en octobre 1745 par pouvoir du 1er mai, † 18 mars 1756
  • 20 mars 1756 : Antoine de Reding de Frauenfeld, baron de Reding, brigadier le 10 mai 1748, maréchal de camp le 20 février 1761
  • 1er juillet 1763 : François Louis Pfyffer de Wyher
  • 26 décembre 1768 : Jacques Antoine de Sonnenberg

Campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Régiment de Salis
Régiment de Porlier
  • Guerre de la Ligue d'Augsbourg (1689-1697)
    • 1691:
      • Siège de Mons, 7 avril 1691, le régiment se distingue fortement à l'assaut de Mons
      • Un bataillon reste en garnison à Mons
      • combat de Leuze, les trois autres bataillons
      • en garnison d'hiver à Courtrai
    • 1692:
      • siège de Namur, une compagnie de grenadiers se distingue à l'assaut du fort Guillaume.
      • bataille de Steinkerque, le régiment est le premier arrivé au secours des Bourbonnais. Porlier place ses hommes dans une brèche que l'ennemi allait exploiter ce qui permet aux Gardes françaises et suisses d'arriver dans les temps. La résistance du régiment permit la victoire mais le colonel Porlier est tué, il est remplacé M. de Reynold de Fribourg. Le régiment perdit également 8 officiers et 93 hommes et dénombra 276 blessés dont 16 officiers.

« J'y envoyai la brigade de Porlier, qui marche de fort bonne grâce; elle reçoit un si grand feu que nous trouvâmes tous que c'était toujours beaucoup à ce régiment de se soutenir en plaine, quoiqu'il n'avançât pas autant que nous l'aurions désiré. Le pauvre colonel agit à son ordinaire pour mener son régiment comme il voulait, et tout le monde en fut fort content; mais malheureusement il fut tué, et, malgré sa perte, SALSEGUAIBRE (Saltzgeber), son lieutenant colonel, tint si bien le régiment en cette place qu'on ne s'aperçût point de la perte qu'il avait faite. »

— Maréchal François-Henri de Montmorency-Luxembourg

Régiment de Reynold
Régiment de Castellas
  • Guerre de la Succession d'Espagne (1701-1714)
    • 1702:
      • combat de Nimègue
      • garnison à Liège, en novembre la presque totalité du régiment se laisse surprendre et est fait prisonnier, ils sont conduits en Hollande.
    • 1703:
      • rétablissement du régiment à Cambrai
      • mai 1703, le régiment se rend à Anvers où il reçoit les armes du roi.
    • 1704:
      • siège d'Huy
      • siège de Liège
      • fait partie du camp de Tirlemont
      • entre dans les lignes de Namur
    • 1705:
      • lignes de Namur
    • 1706:
    • 1707:
      • campagne en Flandre, commence au camp de Gemblours
      • part pour la Provence envahie par les Autrichiens et les Piémontais
      • siège de Toulon dès son arrivée en Provence, le siège est levé 10 jours plus tard
      • poursuit l'ennemi dans sa retraite jusqu'à Nice
      • en garnison d'hiver à Nice

Quartiers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le 22 juin 1702 : donnant à Castelas le régiment de Reynold, sans néanmoins quitter la lieutenance-colonelle du régiment des gardes. Voir Mémoires du marquis de Souches sur le règne de Louis XIV tome 7.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cinquième abrégé général du militaire de France, sur terre et sur mer, Pierre Lemau de La Jaisse, Paris, 1739

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chronologie historique-militaire, par M. Pinard, tomes 4, 5, 6 et 7, Paris 1761, 1762, 1763 et 1764

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]