Mutinerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L'équipage mutiné du Bounty abandonnant en mer le capitaine et un groupe de matelots fidèles (1789).
Un groupe de matelots français mutinés en 1919 en mer Noire.

Une mutinerie est une action de révolte née d'une prise de conscience - au sein d'un groupe réglé par la discipline (les détenteurs de l'autorité étant généralement mis en cause avec vigueur, et souvent à juste titre).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Sans doute lié à la bataille de Mutina (actuelle Modène) en , entre Marc Antoine et Octave.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Mutinerie de la 13e division SS Handschar[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Mutinerie du 17e régiment d'infanterie de ligne[modifier | modifier le code]

Loi des Trois ans[modifier | modifier le code]

Discours de Jean Jaurès au Pré-Saint-Gervais (25 mai 1913).

Le , un projet de loi prévoit d'allonger la durée du service militaire de deux à trois ans. Pour s'y opposer, la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO), la Confédération générale du travail (CGT) et la Fédération communiste anarchiste (FCA) organisent des meetings et des manifestations importantes dont celle du , au Pré-Saint-Gervais, qui réunit de 40 000 à 150 000 personnes[1].

En mai, les conscrits dont la libération prévue quelques mois plus tard est retardée d'un an s'agitent dans des casernes de tout le pays. À Toul, l'ordre est rétabli par la gendarmerie. À Rodez, deux bataillons du 122e régiment d’infanterie préméditent une sortie collective de la caserne pour aller débaucher une autre garnison. Le début de mutinerie est étouffé par un officier qui braque un fusil sur les manifestants[2]. Des soldats passent en Conseil de guerre, sont punis de prison ou envoyés en compagnies de discipline[3]. Des perquisitions, des arrestations et des emprisonnements frappent les militants syndicaux et anarchistes[4],[5]. L'Assemblée nationale renonce à prolonger les services militaires en cours[6]. Le projet de loi des Trois ans est voté le 19 juillet par l'Assemblée nationale et le 7 août par le Sénat[7].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dès , des dizaines de soldats français participent à des mutineries. Par exemple, le , à Verdun, la moitié d'un bataillon refuse de monter au front. Quinze hommes sont arrêtés, tous les officiers et sous-officiers sont punis de huit jours d'arrêt. Un soldat condamné à mort est exécuté. On dénombre 509 condamnations pour refus d'obéissance en , 2 433 en et 8 924 en [8].

Au cours de l'année 1917, l'armée française lance des offensives qui sont des échecs, comme au Chemin des Dames (dans l'Aisne) où elle ne parvient pas à percer les lignes allemandes. Des mutineries éclatent alors et touchent environ 40 000 hommes : les soldats réclament une amélioration de leurs conditions de vie et la fin des offensives sanglantes et inutiles. Le général Pétain rétablit la situation au prix d'une sévère répression mais il améliore aussi la vie quotidienne du "poilu".

Selon les historiens, le nombre de fusillés à la suite des mutineries de 1917 serait d'environ 50 soldats.

En quatre ans, 2 400 « poilus » sont condamnés à mort et 600 exécutés, fusillés pour l'exemple[9]. Les autres voient leur peine commuée en travaux forcés. Quelques-uns, dont Félix Baudy, ont été rétablis dans leur honneur dans les années 1920 à 1930. Ce chiffre est somme toute faible sachant que la moitié des divisions françaises engagées ont connu des mutineries.

Italie[modifier | modifier le code]

En , des soldats de la brigade Catanzaro se mutinent à Santa Maria la Longa contre la décision de les renvoyer au front malgré la promesse de leur accorder du repos. De officiers et des soldats sont tués. Seize fantassins tirés au sort et jugés sommairement sont fusillés. Douze autres sont morts pendant la révolte[10],[11].

Invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022[modifier | modifier le code]

Le 16 août 2022, France-Inter cite un témoignage selon lequel des soldats russes ont refusé de combattre après la prise de la ville ukrainienne d'Izium et ont été incarcérés à Bryanka, dans la région de Louhansk. Ils sont régulièrement battus et ligotés à même le sol puis envoyés vers une destination inconnue, sans doute dans des unités combattantes à haut risque. Selon le même article, en juin et juillet, deux unités présentes dans le Donbass ukrainien, la 205e Brigade cosaque de fusiliers motorisée et la 11e Brigade d'assaut aéroportée, environ un millier d'hommes chacune, ont fait état en tout de plus de 378 soldats, sous-officiers, et officiers réfractaires, qui refusaient de poursuivre le combat en Ukraine[12].

Pour l'Institut pour l'étude de la guerre (ISW), même si une vidéo qui circule depuis le 15 août 2022 sur de nombreux médias n'est pas authentifiée, elle illustre une baisse de moral du côté des soldats pro-russes. Quelques dizaines de soldats du bataillon 2740 s'y présentent face à la caméra. Leur porte-parole y lit une déclaration :

« Nous la force militaire, premier bataillon du régiment 2740, nous refusons d’aller combattre sur le territoire de la République de Donetsk. Nous avons rempli notre devoir de protection de la population de la République de Donetsk. Le jour de la victoire a été déclaré par les autorités de la République le 3 juillet 2022. On nous a fait du chantage, menacé et menti pour occuper le territoire de Donetsk[13]. »

Selon le politologue Nicolas Tenzer sur LCI, ces soldats estiment qu'ils sont mal considérés. « La Russie les considère en quelque sorte comme des supplétifs, prête à les envoyer mourir dans des combats désespérés, sans aucune nécessité. » Un constat partagé par Emmanuel Dupuy, président de l’Institut prospective et sécurité en Europe. Pour lui, il y a un réel sentiment d’abandon. « Ce n’est pas la première fois qu’on entend parler de ce type de mutineries. C’est la première fois cependant que c’est filmé ou en tout cas que c'est diffusé comme tel », conclut-il[13].

La philosophe américaine Judith Butler exprime le vœu suivant :

« Tout en souhaitant, à juste titre, la victoire de la résistance ukrainienne face à la guerre menée par la Russie, nous souhaitons plus encore que les vagues puissantes d'une « révolution de velours » déferlent sur l'armée russe, et que celle-ci engendre une nouvelle génération de refuzniks. Un tel refus de se battre de la part des soldats russes ne serait pas une victoire seulement pour l'Ukraine, mais pour la communauté mondiale, pour la justice et pour un futur dans lequel nous voulons vivre[14]. »

Exemples[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armand Villette, « Kermesse rouge », Le Gaulois, no 13008,‎ , p. 1-2
  2. « À Rodez, ce fut une véritable mutinerie militaire », Le Matin, no 10 679,‎ , p. 1
  3. D., « Les incidents militaires », Le Gaulois, no 13009,‎ , p. 3
  4. L. Desmoulins, « Les traîtres », Le Gaulois, no 13009,‎ , p. 1
  5. Armand Villette, « Perquisitions chez les Antimilitaristes », Le Gaulois, no 13009,‎ , p. 3 et d'autres articles sur la même page
  6. Guillaume Davranche, Trop jeunes pour mourir : ouvriers et révolutionnaires face à la guerre : 1909-1914, Montreuil et Paris, L'Insomniaque et Libertalia, , 558 p. (ISBN 978-2-918059-82-0), p. 371
  7. "1913: Débuts de mutineries dans les casernes", dans Alternative libertaire de mai 2013
  8. François de Lannoy, Mutins et fusillés pendant la Grande Guerre, Lille-Rennes, Éditions Ouest-France, , 144 p. (ISBN 978-2-7373-7498-2 et 2-7373-7498-7, OCLC 982001056), p. 34-35
  9. Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999), Nicolas Offenstadt, éditions Odile Jacob, 1999, p. 21
  10. (it) Giulia Sattolo, Questa sera verrà il bello! : la decimazione di Santa Maria la Longa: Brigata Catanzaro, Aviani & Aviani, (ISBN 978-88-7772-271-3 et 88-7772-271-1, OCLC 1146496468)
  11. (it) Giulia Sattolo, « 16 luglio 1917 – Fucilazione Brigata Catanzaro a Santa Maria la Longa – oltreconfine-ww1 », sur oltreconfine-ww1.eu, (consulté le )
  12. Denis Kataev et Eric Biegala, « Guerre en Ukraine : Les soldats russes qui refusent de combattre plombent l'offensive de Moscou » Accès libre, sur France Inter, (consulté le )
  13. a et b Samuel Azemard, « VIDÉO - Guerre en Ukraine : le début d'une mutinerie chez les soldats pro-russes ? » Accès libre [vidéo], sur TF1 INFO, (consulté le )
  14. Judith Butler (trad. Octave Larmagnac-Matheron), « Faire gagner les Ukrainiens... et faire perdre la guerre », Philosophie magazine, no Édition spéciale Ukraine « Face à la guerre »,‎ avril - mai 2022, p. 28 et 29
  15. http://www.wiki-brest.net/index.php/Jean_Le_Lann,_un_Plougastel_t%C3%A9moin_des_mutineries_de_la_mer_Noire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Andraud, Quand on fusillait les innocents, éditions Gallimard, 1935, Paris.
  • Henry Andraud, Les Fusillés de Vingré, Fontenoy, Flirey, Fleury, Monteauville, pour faire des exemples, Édition des Imprimeries & Papeteries Commerciales, 1921
  • André Bach (général), Fusillés pour l'exemple, Librairie Jules Tallandier, 2003, Paris
  • Victor-Paul Bataille, Des mutineries à la victoire… (1917-1918), Robert Laffont, 1965, Paris
  • Calabre D. & Vauclair G., Le fusillé innocent 1914-1917 - La réhabilitation de l'artilleur Eugène Bouret, Autrement - Collection Mémoires / Histoire au singulier no 144, 2008, Paris
  • Pierre Durand, Vincent Moulia - Les pelotons du général Pétain, Ramsay, 1978, Paris
  • Jean Galtier-Boissière, Les fusillés pour l'exemple, Le Crapouillot, 1934, Numéro spécial d'
  • Jacqueline Laisné, Fusillés pour l'exemple - Les Caporaux de Souain, le , Éditions Alan Sutton, 2002
  • Blanche Maupas, Le Fusillé, Isoète, 1994
  • Roger Monclin, Les Damnés de la Guerre - Les Crimes de la Justice militaire (1914-1918), 1934, Éditions G. Mignolet & Storz
  • Nicolas Offenstadt, Les fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999), Éditions Odile Jacob, , (ISBN 2738107478)
  • Guy Pedroncini, Les mutineries de 1917, Paris, PUF, 1967 (réédité en 1999)
  • Pierre Poitevin, La mutinerie de La Courtine - Les régiments russes révoltés en 1917 au centre de la France, Payot & Rivages, 1938, Paris
  • Jean Ratinaud, 1917 ou la révolte des Poilus, Fayard, 1963, Paris
  • R.-G Réau, Les Crimes des Conseils de Guerre, Éditions du "Progrès civique", 1925, Paris
  • Denis Rolland, La Grève des Tranchées, Éditions IMAGO, 2005, Paris
  • Françoise Roux, La Grande Guerre inconnue - Les poilus contre l'armée française, Les Éditions de Paris Max Chaleil, 2006
  • Alain Scoff, Le Pantalon, éditions Jean-Claude Lattès, 1982, Paris
  • M. Watt, Trahison ?, Les Presses de la Cité, 1964, Paris
  • John Williams, Mutinerie 1917, Les Presses de la Cité, 1963, Paris
  • Collectif de recherche et de débat international sur la guerre de 1914-1918 (France) sous la direction d'André Loez et Nicolas Mariot, Obéir, désobéir : les mutineries de 1917 en perspective, Paris, Éd. la Découverte, , 446 p. (ISBN 978-2-7071-5619-8 et 2-7071-5619-1, OCLC 470583353)
  • (it) Giulia Sattolo, Questa sera verrà il bello! : la decimazione di Santa Maria la Longa: Brigata Catanzaro, Aviani & Aviani, (ISBN 978-88-7772-271-3 et 88-7772-271-1, OCLC 1146496468)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]