Bataille de La Marsaille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de La Marsaille
Description de cette image, également commentée ci-après
Catinat à la tête de ses hommes.
Informations générales
Date
Lieu La plaine entre Piossasco et Orbassano, entre le château de Marsaglia et Turin
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau du royaume de France Royaume de France Drapeau de la Savoie Duché de Savoie
Drapeau de l'Espagne Monarchie espagnole
Commandants
Nicolas de Catinat Victor-Amédée de Savoie
Forces en présence
35 000 hommes 30 000 hommes
Pertes
2 000 - 5 000 morts et blessés 10 000 morts, blessés ou prisonniers

Guerre de la Ligue d'Augsbourg

Batailles

Philippsburg · Sac du Palatinat · Baie de Bantry · Mayence · Walcourt · Fleurus · Cap Béveziers · Boyne · Staffarda · Québec · Coni · Mons · Leuze · Aughrim · La Hougue · Namur (1692) · Steinkerque · Lagos · Neerwinden · La Marsaille · Charleroi · Saint-Malo · Rivière Ter · Texel · Camaret · Bruxelles · Namur (1695) · Dogger Bank · Carthagène · Barcelone · Baie d'Hudson

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 44° 59′ nord, 7° 31′ est

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Bataille de La Marsaille

Géolocalisation sur la carte : Piémont

(Voir situation sur carte : Piémont)
Bataille de La Marsaille

La bataille de La Marsaille, ou bataille de Marsaglia, est une bataille victorieuse livrée le 4 octobre 1693 par une armée française commandée par Nicolas de Catinat face à une armée hispano-savoyarde commandée par Victor-Amédée II de Savoie pendant la guerre de la Ligue d'Augsbourg.

Ordre de Bataille[modifier | modifier le code]

Ordre de bataille de l'armée du Maréchal de Catinat[1],[2],[3],[4]
1re ligne
2e ligne

Déroulement des hostilités[modifier | modifier le code]

Victor-Amédée ayant bloqué Pignerol et assiégé Casal en août 1693, Catinat, qui avait reçu la gendarmerie en renfort et était retranché dans son camp de Fenestrelle, décida de passer à l'attaque.

Il forma son armée sur trois lignes l'infanterie au centre et la cavalerie aux ailes.

Bien que le prince Eugène et d'autres lui eussent conseillé d'attendre une occasion favorable et de se replier sur Turin, Victor-Amédée, voulant prendre sa revanche de sa défaite à Staffarde, rangea ses troupes en trois lignes.

Les forces étaient identiques (35 000 Français contre 30 000 alliés) mais Catinat disposait d'une position dominante.

L'attaque eut lieu sur tout le front : les troupes hispano-savoyardes furent enfoncées, l'infanterie française renversa à la baïonnette les escadrons intercalés avec les bataillons, sans tirer.

À l'aile droite, la cavalerie déborda l'aile gauche alliée. La gendarmerie, exemplaire, ramena au combat les bataillons de première ligne et attaqua l'infanterie ennemie par le flanc. Le marquis de Mézières, commandant les gendarmes anglais fut tué à la tête de son régiment.

Les alliés fuirent, laissant sur le champ de bataille 8 000 morts ou blessés, 2 000 prisonniers, leurs canons et 32 drapeaux ou étendards. Les Français perdirent quant à eux 1 800 hommes.

Cependant, faute de matériel et d'argent, Catinat ne put assiéger Turin mais Casal était débloquée.

Carte de la bataille de La Marsaille, les forces françaises sont à gauche.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoire du Maréchal de Catinat tome 2 p 222 et suivantes
  2. Ordre de Bataille sur nafziger
  3. Ordre de Bataille sur vial.jean.free.fr
  4. Ordre de Bataille sur luridoteca.net
  5. L’ouvrage de Charles Sevin Quincy Histoire militaire du règne de Louis-le-Grand, roi de France indique en page 538 que le marquis de Vins était lieutenant général et sous-lieutenant des mousquetaires et qu’il avait un fils unique, le marquis de Vins qui fut tué à la bataille de Steinkerque en 1692
  6. King of England Dragoon Regiment
  7. La Reine Dragoon Regiment
  8. Queen of England Infantry Regiment
  9. Limerick Infantry Regiment
  10. comme indiqué dans l’ouvrage Mémoire du Maréchal de Catinat tome 2 p222 et pas régiment de Villepion cavalerie comme indiqué sur les liens internet
  11. les muletiers du Velay et une centaine de mulets sont réquisitionnée pour convoyer près de 400 quintaux d’avoine pour ravitailler les troupes françaises