Régiment Royal-Champagne cavalerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Régiment Royal-Champagne cavalerie
image illustrative de l’article Régiment Royal-Champagne cavalerie
Étendard du régiment de Royal-Champagne, avers

Création 1682
Dissolution 1803
Pays France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle cavalerie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir régiments de Tallard, de Duras, de Villequier, de Brissac, de La Rochefoucauld et de Champagne.

Le régiment Royal-Champagne cavalerie est un régiment de cavalerie du Royaume de France, puis de la République française et du Consulat, créé en 1682.

Lignage[modifier | modifier le code]

  • 1er octobre 1682 : création du régiment de Tallard cavalerie
  • 10 décembre 1688 : renommé régiment de Duras cavalerie
  • 1710 : renommé régiment de Villequier cavalerie
  • avril 1723 : renommé régiment de La Mothe-Houdancourt
  • 10 mars 1734 : renommé régiment de Brissac cavalerie
  • 20 février 1743 : renommé régiment de La Rochefoucauld cavalerie
  • 1er décembre 1761 : renforcé par incorporation du régiment de Preissac cavalerie et renommé régiment Royal-Champagne cavalerie[1]
  • 1er janvier 1791 : renommé 20e régiment de cavalerie
  • 1792 : renommé 19e régiment de cavalerie
  • 24 septembre 1803 : licencié

Équipement[modifier | modifier le code]

Étendards[modifier | modifier le code]

4 étendards « de ſoye jaune bordez de noir, Soleil d’or au milieu brodé, & frangez d’or »[2].

Le porte étendard ou cornette de la compagnie du mestre de camp avaient un soleil rayonnant et le Nec pluribus impar royal mais sur les couleurs de la famille du mestre de camp, rouge pour Duras, jaune avec bordure noire et armoiries d'argent à bandes d'azur pour Villequier. Les autres escadrons étaient du modèle jaune bordé de noir avec des franges dorées, en soie de cinquante centimètres (environ) de côté. En 1690 s'y ajoutait une cravate blanche ; en 1761 les étendards furent homogénéisés pour tous bleu frangé d'or semé de vingt-deux lys d'or ayant sur une face le soleil et la devise royale, de l'autre les armes de Champagne.

Habillement[modifier | modifier le code]

Habit du Royal-Champagne, collection du Musée de l’Armée.

Historique[modifier | modifier le code]

Mestres de camp et colonels[modifier | modifier le code]

  • 1er octobre 1682 : Camille d'Hostun, comte de Tallard puis duc d’Hostun en mars 1712, brigadier de cavalerie le 25 février 1677, maréchal de camp le 24 août 1688, lieutenant général des armées du roi le 30 mars 1693, maréchal de France le 14 janvier 1703, † 20 mars 1728
  • 10 décembre 1688 : Jacques Henri II de Durfort, marquis de Duras puis duc de Duras en 1689, † 1697
  • 18 octobre 1697 : Jean de Durfort, comte de Duras puis duc de Duras le 12 octobre 1704, frère du précédent, brigadier de cavalerie le 20 février 1704, maréchal de camp le 29 mars 1710, lieutenant général des armées du roi le 30 mars 1720, maréchal de France le 11 février 1741, † 1770
  • 1710 : Louis Marie d’Aumont, marquis de Villequier, † 5 novembre 1723
  • 6 novembre 1723 : Louis Charles de La Mothe-Houdancourt, marquis de La Mothe, brigadier le 1er février 1719, maréchal de camp le 20 février 1734, lieutenant général le 18 octobre 1734, maréchal de France le 17 septembre 1747, † novembre 1755
  • 10 mars 1734 : Jean Paul Thimoléon de Cossé, chevalier de Brissac puis duc de Brissac le 18 avril 1732, brigadier le 18 octobre 1734, maréchal de camp le 20 février 1743, lieutenant général des armées du roi le 1er janvier 1748, † 1784
  • 20 février 1743 : Jean Joseph de La Rochefoucauld-Langeac, marquis de La Rochefoucauld, brigadier le 1er janvier 1748, maréchal de camp le 10 février 1759
  • 1er mars 1763 : Jean François de La Rochefoucauld, vicomte de La Rochefoucauld, marquis de Surgères
  • 19 octobre 1776 : Armand Alexandre de La Rochefoucauld, comte de Roye
  • 17 juin 1776 : Jean-Baptiste du Barry comte d'Hargicourt
  • 10 mars 1788 : Jules Faret, marquis du Fournès
  • 5 février 1792 : Antoine de Wardner
  • 22 septembre 1792 : Barrail de Saint-Sulpice
  • 8 avril 1793 : Jean Louis La Roque
  • 16 novembre 1793 : Sébastien Provence
  • 27 juillet 1796 : Charles Claude Liévain de Bonne d’Abouval
  • 3 mai 1799 : Nicolas de Bonardy de Saint-Sulpice

Composition[modifier | modifier le code]

Le décret de l'Assemblée nationale du 1er janvier 1791 qui a réformé la cavalerie a donné au Royal-Champagne le 20e rang dans la série des régiments de cavalerie.

Campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Le 19e régiment de cavalerie a fait les campagnes de 1792 à 1794 à l’armée du Nord. Lors de la déclaration de guerre de la France à l’Autriche, il est avec deux escadrons à l’armée du Nord, un à l’armée du Rhin et un à Tournai.
Campagnes des ans IV et V à l’armée de Sambre-et-Meuse ; an VI à l’armée de Mayence ; an VII aux armées de Mayence, du Danube et du Rhin ; ans VIII et IX à l’armée du Rhin. Il se distingue à la bataille de Hohenlinden, le 3 décembre 1800. Licencié en l’an XI (1803), le régiment fournit un détachement au 1er régiment de carabiniers et ses escadrons sont incorporés aux 9e, 10e, 11e régiments de cuirassiers.

Mémoire et traditions[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Le maréchal Louis Nicolas Davout y servit comme sous-lieutenant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ordonnance du 1er décembre 1761, État militaire de France pour l’année 1762, p. 380.
  2. Cinquième abrégé de la carte générale du militaire de France, sur terre et sur mer, Lemau de la Jaisse, Paris, 1739

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le général Susane, Histoire de la cavalerie française, J.Hetzelet C°, Paris, 1874.
  • Colonel Bonal, Les Régiments de Champagne sous l'Ancien Régime, Dominique Guéniot, 2000.
  • Cinquième abrégé de la carte générale du militaire de France, sur terre et sur mer - Depuis novembre 1737, jusqu’en décembre 1738, Lemau de la Jaisse, Paris 1739
  • État militaire de France pour l’année 1762, par MM. Montandre-Longchamps, chevalier de Montandre, et de Roussel, cinquième édition, chez Guyllin, Paris 1762
  • Chronologie historique-militaire, par M. Pinard, tomes 3, 5 et 7, Paris 1761, 1762 et 1764

Liens externes[modifier | modifier le code]