Broyage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le broyage est une opération consistant à diviser un solide, pour augmenter sa surface spécifique (surface développée de la poudre par unité de masse) et donc sa réactivité.

En minéralurgie, le broyage se fait jusqu'à la maille de libération. La maille de libération d'un minéral est la taille au-dessous de laquelle une particule de minéral est parfaitement libérée, c'est-à-dire constituée uniquement de l'espèce minérale à valoriser.

En chimie, en pharmacie et en cuisine, le broyage manuel se fait à l'aide d'un mortier et d'un pilon. Les Japonais utilisent également un outil appelé yagen.

On parle aussi de comminution ou d'attrition selon l'intensité de l'opération.

Peinture[modifier | modifier le code]

En peinture artistique, le broyage des couleurs, effectué d'abord dans l'atelier des maîtres peintres, puis chez des marchands de couleur, et enfin industriellement, ne désigne pas ou plus l'opération de broyage des pigments, appelé « concassage » mais celle qui consiste à les disperser dans un liant[1].

Certains auteurs appellent aussi broyage l'oparation analogue qui consiste à préparer l'encre en frottant le bâton d'encre de Chine sur la pierre[2]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrice de Pracontal, Lumiere, matiere et pigment : Principes et techniques des procédés picturaux, Gourcuff-Gradenigo, , p. 214 ; André Béguin, Dictionnaire technique de la peinture, , p. 131 sq. « Broyage ».
  2. Béguin 1990, p. 131, 137.