Sarriette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Sarriette, parfois appelée Pèbre d'ai ou Pèbre d'ase (qui signifie en provençal « poivre d'âne »[1] à cause de ses vertus immenses; en Valais, en Suisse romande, elle est appelée « poivrette »), est un genre de plantes vivaces aromatiques de la famille des Lamiacées, que l'on trouve sur les bords des chemins méditerranéens. Elle est aussi connue sous les noms de savourée, de sadrée et d'herbe de Saint Julien.

Il existe deux espèces principales de sarriettes : elles appartiennent toutes deux au genre Satureja et à la famille des Lamiacées (labiées).

  • la sarriette des jardins ou sarriette commune : Satureja hortensis L., qui est une plante annuelle ;
  • la sarriette vivace ou sarriette des montagnes : Satureja montana L., qui est un sous-arbrisseau.

Ce sont des plantes de climat méditerranéen, originaires d'une zone incluant l'Europe méditerranéenne (France, Espagne, Italie, Balkans), le Maghreb, une partie de l'Europe centrale (Ukraine), l'Asie Mineure et le Proche-Orient (Turquie, Syrie, Liban, Palestine).

Ces deux espèces sont utilisées comme plantes aromatiques, condimentaires et médicinales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jadis la Satureia hortensis était considérée comme une plante magique aphrodisiaque. Selon Dioscoride, « la sarriette émeut la luxure ». Son nom, par association d'idées avec Satyre, le dieu aux pieds de bouc, toujours prêt à une galanterie, a renforcé cette idée[2].

Écologie[modifier | modifier le code]

Les espèces de Satureja ont comme habitat préférentiel des lieux ensoleillés aux sols calcaires, légers et bien drainés.

Les sarriettes sont les plantes-hôte des larves de plusieurs espèces de lépidoptères (papillons et papillons de nuit). La chenille de Coleophora bifrondella ne se nourrit que des feuilles de Satureja montana).

Culture[modifier | modifier le code]

La sarriette se multiplie par semis au printemps vers la fin avril. La levée des graines prend de six à huit jours et la récolte peut se faire deux mois plus tard. On utilise également le bouturage semi-herbacé pour la reproduire.

Utilisation condimentaire[modifier | modifier le code]

Les feuilles sont utilisées comme condiment depuis l'Antiquité, à la fois pour relever les grillades, les sauces et les légumes et comme aide à la digestion pour éviter les ballonnements et les gaz, d'où son nom allemand de Bohnenkraut ou herbe aux haricots.

Propriétés médicinales[modifier | modifier le code]

Les feuilles et les sommités fleuries sont digestives, stimulantes, antiseptiques et antiputrides. Elles seraient aussi vermifuges. D'importantes études scientifiques ont été menées dans les années 1970 et 1980 par une équipe dirigée par le professeur Pellecuer, de l'université de Montpellier, pour démontrer l'activité bactéricide et antiparasitaire de l'huile essentielle de sarriette (Satureja montana L.). Les résultats de ces études ont permis de classer l'essence de cette plante aromatique parmi les huiles essentielles majeures (indice aromatique supérieur à 0,45).

Autres espèces du genre Satureja[modifier | modifier le code]

Il existe plus de 150 espèces du genre Satureja réparties dans plusieurs régions tempérées du monde, notamment dans le bassin méditerranéen et dans les Andes.

Nota : La liste suivante est incomplète et pourrait inclure des synonymes. Certaines espèces primitivement classées dans le genre ont été réunies dans le genre Micromeria.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, François Couplan Eva Styner, Les guides du naturaliste, éd. Delachaux et Niestlé (ISBN 2-603-00952-4)

Elle soigne les rhumes La puissance antivirale de la sarriette fait d'elle une plante de choix contre toutes les infections respiratoires. Elle est aussi intéressante en prévention car, outre sa couverture antiseptique, elle offre une bonne protection immunitaire. "Elle est très réchauffante, explique Franck Dubus. Pour compléter son action antibactérienne, couplez-la avec du pin sylvestre, qui empêchera l'accumulation du mucus et permettra son extraction." Prendre 1 ou 2 tasses par jour (5 g/litre), jusqu'à disparition des symptômes. Si certains phytothérapeutes la prescrivent en huile essentielle en cas de bronchites chroniques, c'est toujours en seconde intention et avec suivi médical.

Elle lutte contre la fatigue et le stress. Les phénols, comme le carvacrol et le thymol, augmentent la production de corticosurrénales, dont le taux de cortisol, qui permet de réguler la fatigue, le stress, le système immunitaire. "Si les scientifiques n'ont pas encore réussi à clairement identifier leur mécanisme d'action, explique Franck Dubus, l'usage traditionnel a confirmé leur efficacité." La sarriette est par ailleurs un bon antioxydant qui limite le stress oxydatif au niveau du système nerveux et par là même le protège efficacement.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Lou Tresor dòu Felibrige, F. Mistral
  2. guide de visite, les plantes magiques, du jardin des neuf carrés de l'abbaye de Royaumont