Arbousier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arbutus unedo

Arbutus unedo
(arbousier commun)
Description de cette image, également commentée ci-après
Arbousier avec ses fruits.
Classification
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Dilleniidae
Ordre Ericales
Famille Ericaceae
Genre Arbutus

Espèce

Arbutus unedo
L., 1753

Classification APG III (2009)

Ordre Ericales
Famille Ericaceae

Synonymes

  • Arbutus crispa Hoffmgg.
  • Arbutus croomii Hort.
  • Arbutus idaea Gandoger
  • Arbutus integrifolia Sims (synonyme ambigu)
  • Arbutus intermedia Heldr. ex Nym.
  • Arbutus laurifolia L. fil. (synonyme ambigu)
  • Arbutus microphylla Hort.
  • Arbutus nothocomaros Heldr. ex Nym.
  • Arbutus serratifolia Salisb. (synonyme ambigu)
  • Arbutus turbinata Pers. ex Rchb.
  • Arbutus unedo var. tangerina Pau
  • Arbutus vulgaris Bub.
  • Unedo edulis Hoffmgg. & Link
  • Unedo globosa Jord.[1]

Statut de conservation UICN

( LC)
LC : Préoccupation mineure

L'Arbousier ou Arbousier commun (Arbutus unedo), parfois appelé Arbre à fraises, est une espèce d'arbustes ou de petits arbres de la famille des Ericaceae, qui pousse sur l'ensemble du pourtour méditerranéen occidental mais aussi dans le nord du pourtour oriental. Son fruit est appelé Arbouse.

Cette espèce est considérée comme pyrophile[2].

Étymologie et dénominations[modifier | modifier le code]

Pline l'Ancien explique ainsi son nom de « unedo » que Linné réutilisera pour le nom scientifique de l'espèce[3] : « L'arbouse est un fruit peu considéré, comme l'indique son nom (unedo) : il vient de ce qu'on n'en mange qu'une (unum edo) ».

L'arbre possède plusieurs dénominations secondaires ou régionales en français comme Arbre aux fraises ou Arbre à fraises, Arbre-fraise, Frôle et Olonier.

Dans d'autres langues, il est appelé : madroño en espagnol, medronheiro en portugais, arboç ou cirerer d'arboç en occitan et en catalan, àlbitru en corse, corbezzolo en italien, olidone en sarde, Hagapfel, Meerkirsche, Westlicher Erdbeerbaum en allemand, strawberry tree, apple of Cain, cane apple en anglais, قطلب أونيدو en arabe, « ⴰⵙⴰⵙⵏⵓ » (asesno, assisnou, ississnou…) en tamazight, .etc.

Description[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

L'arbousier est un arbre de 8 à 10 mètres de haut, 3 à 5 mètres sous les climats plus tempérés[4]. L'écorce, gris brunâtre à la base, devient rougeâtre à la partie supérieure des branches.

Ses feuilles à bordure dentée d'une dizaine de centimètres de long sont persistantes, ovales, alternes, vert foncé luisant au-dessus, vert pâle dessous. Elles sont riches en tanins.

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Les fleurs blanc-verdâtre, en forme de clochettes blanches, pendent en grappes et apparaissent en septembre-octobre, en même temps que les fruits.

Le fruit, rouge orangé à maturité, est une baie charnue, sphérique, à peau rugueuse, couverte de petites pointes coniques. Toutefois, il ne faut pas le confondre avec la fraise chinoise (Myrica rubra), très similaire mais qui possède un noyau. C'est un fruit comestible, sans goût très prononcé, qui est mûr en hiver. Il est riche en vitamine C.

La chair est molle, un peu farineuse, acidulée et sucrée, et elle contient de nombreux petits pépins. Les fruits mettent un an pour arriver à maturité. Il n'est pas rare de voir le même rameau porter les fleurs de l'année et les fruits mûrs nés des fleurs de l'année précédente.

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Aspect général d'un spécimen en Estrémadure.
Écogramme, d’après Jean-Claude Rameau et al..

L'arbousier est présent dans l'ensemble du pourtour méditerranéen occidental, presque exclusivement sur sols siliceux, parfois sur des calcaires non actifs ou dolomitiques. Il est le compagnon du Chêne-liège (Quercus suber) sur sol acide.

Dans le Midi de la France, il prospère particulièrement dans certaines régions des Pyrénées-Orientales, le Var (Maures et Esterel) et en Corse où il peuple abondamment le maquis ; dans le Sud-Ouest, il est très répandu le long de la côte landaise sur les sols sablonneux compris entre Bordeaux et l'océan, et remonte au nord jusqu'au littoral de la Loire-Atlantique. Par exemple, on peut en apercevoir en zone de failles calcaires à l'aven-grotte de la Forestière en Ardèche, très présent dans les Cévennes, et dans les Monts de Saint-Guilhem.

Dans la partie orientale du bassin méditerranéen, il existe une autre espèce d'arbousier, l'Arbousier de Chypre Arbutus andrachne, présente dans les Balkans, en Grèce et en Turquie. Un hybride entre ces deux espèces Arbutus × andrachnoides est également connu.

Écologie[modifier | modifier le code]

Il préfère les sols acides, riches et bien drainés et une exposition ensoleillée.

L'arbousier présente une racine pivotante qui peut atteindre plusieurs dizaines de mètres.

La chenille du papillon de jour (rhopalocère) suivant se nourrit d'arbousier :

L'arbousier et l'Homme[modifier | modifier le code]

Propriétés et utilisation[modifier | modifier le code]

Cette plante est riche en tanins. Crus, ses fruits sont insipides[réf. nécessaire], cuits, ils servent à confectionner des marmelades et des confitures ainsi que des liqueurs. Le bois, au grain très fin, est utilisé en marqueterie et pour fabriquer des objets tournés.

L'écorce brun rouge est diurétique. En décoction, sa racine est utilisée contre l'hypertension. On lui attribue des propriétés anti-inflammatoires. L'arbousier est également efficace contre les rhumatismes. Les feuilles, l'écorce et le fruit sont réputés astringents, et efficaces pour stopper la diarrhée (pris en décoction)[5].

Arbouses vendues en Algérie.

Le fruit peut être consommé cru, être utilisé pour la confection de confitures et de pâtisseries, ou fermenté pour produire une boisson alcoolisée. Il possède une très légère toxicité : consommé cru en trop grande quantité, il peut induire des coliques bénignes et des vomissements. On en tire une liqueur, un vin distillé en brandy, du miel (notamment l'amaro de corbezzolo en Sardaigne), une eau-de-vie portugaise (medronho (en)). Il entre dans la composition de certains gâteaux en Espagne, ainsi que dans le nord du Maroc où les enfants les vendent au bord des routes du Rif en novembre ; il en est de même en Algérie. Ses fruits aromatisent la bière corse Torra blonde.

Les feuilles et les fruits se récoltent à l'automne, le bois et la racine peuvent l'être à la même époque ou au printemps[5].

Arbuste ornemental[modifier | modifier le code]

Feuilles, fruits et fleurs de l'arbousier.

C'est une plante essentiellement sauvage en France ; cependant elle est aussi utilisée comme arbuste ornemental[6]. Elle est assez répandue dans les parcs et jardins d'Espagne, mais sa présence s'accroît en France, notamment à Paris[4]. Dans ce contexte ornemental, où ses dimensions sont généralement plus réduites, il est souvent appelé « Arbre à fraises » ou « Arbre aux fraises »[7].

L'arbousier est un arbre à croissance lente, rustique jusqu'à −15 °C. Il se multiplie par semis ou bouturage.

Cultivars[modifier | modifier le code]

Le cultivar Compacta est le plus adapté à la culture en pot.

Le 'Rubra' donne des fleurs roses au lieu des blanches classiques et ce cultivar est aussi le plus résistant à la sécheresse.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

L'arbousier, en compagnie de l'ours, sur les armes de la ville de Madrid.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue of Life, consulté le 7 novembre 2020
  2. Manuel du ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts (MINENVEF) malgache, avec l'agence japonaise de coopération internationale (JICA)] (sur la lutte contre les feux de végétation ; compilation du savoir-faire actuel, Série I : Les techniques existantes dans la lutte contre les feux de végétation, 2003
  3. L'Histoire naturelle, Livre XV, Chapitre XXVIII - Pline pensait également que les arbouses et les fraises étaient apparentées, il écrit : « C'est le seul fruit qui pousse à la fois sur un arbuste et au sol. » Il avait en revanche bien observé que le fruit de l'arbousier met un an à mûrir et indique : « La fleur nouvelle naît en même temps que mûrit le fruit de l'année précédente. »
  4. a et b « Arbousier commun », sur jardindesplantesdeparis.net (consulté le 15 octobre 2019)
  5. a et b Dictionnaire universel des drogues simples, Nicolás Lemery
  6. Jean Louis Marie Poiret, Histoire philosophique, littéraire, économique des plantes de l'Europe, Volume 1 : « L'arbousier commun (Arbustus unedo, Linn.) est l'un de ces jolis arbrisseaux qui décorent agréablement nos jardins »
  7. « Arbousier (Arbouse), Arbre aux fraises », sur aujardin.info (consulté le 10 octobre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]