Tite-Live

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tite-Live
Description de cette image, également commentée ci-après

Tite-Live

Nom de naissance Titus Livius en latin
Naissance 59 av. Jésus-Christ.
Padoue
Décès 17 ap. Jésus-Christ.
Padoue
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Latin
Genres

Œuvres principales

Ab Urbe condita libri (Histoire de Rome depuis sa fondation)

Tite-Live (Titus Livius en latin), né vers 59 av. J.-C.(premier siècle av J-C ) et décédé en 17 ap. J.-C.(premier siècle ap J-C ) dans sa ville natale de Padoue (Paduvium en latin), est un historien de la Rome antique, auteur de la monumentale œuvre de l'Histoire romaine (Ab Urbe condita libri (AUC).

L'adjectif livien, dérivé de son nomen (nom), est utilisé pour qualifier son œuvre.

La patavinité[1] désigne la manière de parler et d'écrire le latin qui était propre aux habitants de Padoue et que des critiques, à la suite de Pollion[2], ont reprochée à Tite-Live.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nous ignorons le nom complet (tria nomina) de Tite-Live. Son surnom (cognomen) ne nous est pas parvenu : nous ne connaissons que Titus, son prénom (praenomen), et Livius, son nom (nomen) ou gentilice (gentile nomen). Quant à Patavinus (c'est-à-dire le Patavin ou le Padouan), il s'agit d'un sobriquet (agnomen).

Tite-Live est né au Ier siècle av. J.-C. à Patavium (Padoue) en Vénétie[3]. Sa naissance dans la cité transpadane est attestée par son surnom Patavinus [« le Padouan »][4]. Son année de naissance est incertaine : il serait né en (1958 AUC) si on croit la Chronique (en) de saint Jérôme[5], ou en (1953 AUC) si, comme le dit cet auteur[5], Tite-Live est né la même année que Marcus Valerius Messalla Corvinus. Fils d’une famille riche et noble, Tite-Live reçoit son éducation en province, et ce sont ses études de rhétorique qui l’amenèrent à s’installer à Rome, vers l’âge de 24 ans. Il se consacre finalement aux lettres.

De son propre aveu[6], il vécut dans l'intimité d'Auguste, qui respectait ses sympathies pour la République et qui, d'après les Annales de Tacite[7], le surnommait Pompeianus [« le Pompéien »] d'après le pluriel Pompeiani [« pompéiens »] par lequel sont désignés les partisans et les soldats de Pompée pendant la Guerre civile. Il va d’ailleurs aider l'empereur dans son entreprise de restauration de la grandeur de Rome. D'après la Vie des douze Césars de Suétone[8], Auguste le chargea aussi de l'éducation du futur empereur Claude.

Par ailleurs, il n'a jamais exercé de charge publique puisqu'il consacra toute sa vie à la littérature et à l'histoire.

Il connut, de son vivant, un succès qui dépassait les limites de l'Italie, comme l'atteste l'anecdote de Pline le Jeune sur un habitant de Gadès (Cadix) qui entreprit de venir à Rome pour le voir[9].

Deux épitaphes retrouvées à Padoue sont considérées comme le concernant. La première[10] commémore : Tite-Live, fils de Gaius (Caius) ; sa première épouse : Cassie (Cassia), fille de Sexte (Sextus) ; leurs deux fils : l'aîné, dit l'Ancien (Titus Livius Priscus), et le cadet, dit le Long (Titus Livius Longus). La seconde[11] marque le lieu de sépulture d'un affranchi de Livia Quarta, fille de Titus Livius.

L’œuvre de Tite-Live, intitulée Ab Urbe condita libri (en français : Histoire de Rome depuis sa fondation), était à l’origine un recueil de 142 livres (sur 150 prévus) qui lui valut une célébrité immédiate. Cependant, seuls 45 livres sont parvenus jusqu’à nous. Les livres relatant l’histoire de Rome pendant les années 292 à 218, et ceux couvrant la période allant de 166 à 6 av. J.-C., ont disparu. Ils ne nous sont connus que par des fragments et des abrégés (appelés periochae), sortes de tables des matières plus ou moins détaillées, à distinguer d'éventuels résumés ou epitomae (qui ont dû exister mais dont les periochae ne semblent pas issues). Histoire de Rome depuis sa fondation est paru en fascicules peu avant ou en 29 av. J.-C.. Auguste se servira de ces livres pour renforcer son pouvoir et l’unité nationale.

Sénèque nous apprend que Tite-Live a écrit des traités de philosophie ainsi que des dialogues tenant autant de l'histoire que de la philosophie[12]. Ces écrits ne nous sont pas parvenus.

D'après saint Jérôme[13], Tite-Live meurt dans sa ville natale en ap. J.-C. (2033 AUC), trois ans après Auguste.

Œuvre historique[modifier | modifier le code]

Tite-Live a écrit une Histoire de Rome depuis sa fondation (Ab Urbe condita libri, qui signifie littéralement les livres depuis la fondation de Rome) qui couvre en 142 livres l’histoire romaine des origines jusqu’à la mort de Drusus en 9 av. J.-C. L'auteur romain a sûrement prévu 150 livres, dont le récit se serait terminé avec la mort d'Auguste[réf. nécessaire], trois ans avant la sienne.

Cette œuvre est organisée en décades (ou groupes de 10 livres), mais 35 livres seulement sont parvenus jusqu’à nous : les livres I à X et XXI à XLV. Les autres ne sont connus que par des fragments ou des abrégés appelés periochae faits postérieurement. Ils nous donnent une idée du plan suivi par Tite-Live et de la manière dont il avait réparti la matière qu’il a traitée.

Les livres qui sont restés concernent l’histoire des premiers siècles de Rome depuis sa fondation jusqu’en 292 av. J.-C., le récit de la deuxième guerre punique et de la conquête par les armes romaines de la Gaule cisalpine, de la Grèce, de la Macédoine, et d’une partie de l’Asie Mineure. Le dernier évènement important qui s’y trouve relaté est le triomphe de Paul Émile à Pydna en 168 av. J.-C.

Synopsis des livres conservés :

Dans sa préface, il est dit « Quant aux récits relatifs à la fondation de Rome ou antérieurs à sa fondation, je ne cherche ni à les donner pour vrais ni à les démentir : leur agrément doit plus à l’imagination des poètes qu’au sérieux de l’information ». Il se montre critique vis-à-vis de ce qu’il juge comme une décadence de Rome et exalte les valeurs qui ont fait la Rome éternelle.

Tite-Live, bien que républicain[réf. souhaitée], est aidé dans son travail par la famille impériale. Auguste a effectivement compris que cette évocation des hauts faits de Rome pouvait servir son pouvoir. Il s’agit non seulement d’élever « un monument à la gloire de Rome » mais surtout de rappeler l’ancienneté et la continuité sans faille de l’histoire de la ville. L’Histoire selon Tite-Live n’est pas objective : elle idéalise les grands hommes et reste pleine de prévention à l’égard des démocrates.

Dans cette Histoire de Rome se trouve également la première uchronie connue : Tite-Live imaginant le monde si Alexandre le Grand était parti conquérir l’ouest et non l’est de la Grèce.

En outre, son introduction nous livre le propos de Tite-Live : commémorer les hauts faits de Rome, la cité alors maîtresse du monde méditerranéen, décrire les hommes et les modes de vie à l'origine de la grandeur de la ville et la décadence morale à l'époque des guerres civiles, de façon que les lecteurs puissent tirer les enseignements de l'Histoire. C'est donc à la fois un ouvrage de dialectique et de morale. Ses méthodes sont celles du Grec Isocrate, du IVe siècle av. J.-C.. Les sources de Tite-Live sont les annalistes antérieurs comme Cassius et Calpurnius Pison, tous deux auteurs romains ayant écrit durant la deuxième moitié du IIe siècle av. J.-C., puis Polybe et pour les derniers livres Posidonios, César ainsi que les Mémoires d'Auguste.Il se fie surtout aux sources écrites, mais ne recourt que rarement aux archives originales ; enfin, Tite-Live ne possède pas la méthode scientifique de Thucydide ou de Polybe.[réf. nécessaire]

Références littéraires à Tite-Live[modifier | modifier le code]

Dante cite de nombreux personnages historiques dont Tite-Live au Chant IV de l'Enfer, première partie de la Divine Comédie :

« […] Puis ayant levé un peu plus les yeux, je vis le maître de ceux qui savent, assis au milieu de la Camille philosophique. Tous l’admiraient, tous lui rendaient honneur. Là je vis Socrate et Platon, qui se tiennent plus près de lui que les autres ; Démocrite, qui soumet l’univers au hasard ; Diogène, Anaxagore et Thales ; Empédocle, Héraclite et Zénon ; et je vis celui qui si bien décrivit les vertus des plantes, je veux dire Dioscoride ; je vis Orphée, Tullius (Cicéron) et Livius (Tite-Live), et Sénèque le philosophe moral »

— Dante Alighieri, Commedia, Inf. IV, 141 (texte original) - Trad. Lamennais

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

  • Hippolyte Taine, Essai sur Tite-Live, Paris, 1856 ;
  • Nicolas Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live
  • Othon Riemann, Études sur la langue et la grammaire de Tite-Live, Paris,‎ , 2e éd.
  • Henri Bornecque, Tite-Live, Paris, Boivin,‎
  • Bernard Mineo, Tite-Live et l'Histoire de Rome, Klincksieck,‎ , 380 p. (ISBN 9782252035726)
  • (en) T.J. Luce, Livy. The Composition of His History, Princeton, 1977.
  • (en) G.B. Miles, Livy. Reconstructing Early Rome, Ithaca-Londres, 1995.
  • (en) P.G. Walsh, Livy. His Historical Aims and Methods, Cambridge, 1970.

Dictionnaires[modifier | modifier le code]

  • Jean Leclant (dir.), Marielle de Franchis, Dictionnaire de l'Antiquité, Paris, PUF, 2005.
  • Margaret C. Howatson (dir.), Dictionnaire de l'Antiquité: Mythologie, Littérature, Civilisation, Paris, Robert Laffont, 1993.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « patavinité » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 23 août 2015)
  2. Quintilien, Institution oratoire, I, 5, 56 : « Je passe sous silence les Toscans, les Sabins et même les Prénestins ; car quoique Lucilius reproche à Vettius de se servir de leur langage, de même que Pollion a cru remarquer dans Tite-Live quelque chose qui sent le terroir de Padoue, je puis considérer comme Romains tous les peuples de l'Italie » ; et 8, 1, 3.
  3. (la+fr) Entrée « Pǎtǎvǐum » [php], dans Félix Gaffiot, Dictionnaire illustré latin-français, Paris, Hachette,‎ (réimpr. ), 25 cm, 1719 p. (ISBN 2-01-000535-X, OCLC 319740495, notice BnF no FRBNF37005960), p. 1124 (consulté le 23 août 2015)
  4. (la+fr) Entrée « Pǎtǎvīnus » [php], dans Félix Gaffiot, Dictionnaire illustré latin-français, Paris, Hachette,‎ (réimpr. ), 25 cm, 1719 p. (ISBN 2-01-000535-X, OCLC 319740495, notice BnF no FRBNF37005960), p. 1124 (consulté le 23 août 2015)
  5. a et b Jérôme, Chronique, année 1958 (AUC) : « Messala Corvinus nascitur et T. Livius Patavinus scriptor historicus ».
  6. Tite-Live, Histoire romaine, IV, 20, 7 : « Pour moi, j'ai entendu de la bouche même d'Auguste César, le fondateur ou le restaurateur de tous nos temples, que quand il entra dans celui de Jupiter Férétrien, qu'il releva, tombant de vétusté, il lut lui-même cette inscription sur la cuirasse de lin ; et j'aurais cru commettre une sorte de sacrilège en dérobant à Cossus le témoignage de César qui rétablit ce temple ».
  7. Tacite, Annales, IV, 34, 6 : « Tite-Live, signalé entre les auteurs par son éloquence et sa véracité, a donné tant de louanges à Pompée, qu'Auguste l'appelait le Pompéien ; et leur amitié n'en fut point affaiblie. Scipion, Afranius, Cassius lui-même et Brutus, n'ont jamais reçu de Tite-Live les noms de brigands et de parricides qu'on leur prodigue aujourd'hui. Souvent même il en parle comme de personnages illustres ».
  8. Suétone, Vie des douze Césars : Vie de Claude, 41, 1 : « Historiam in adulescentia hortante T. Livio, Sulpicio vero Flauo etiam adiuvante, scribere adgressus est ».
  9. Pline le Jeune, Lettres, II, 3, 8 : « Nunquamne legisti Gaditanum quemdam, Titi Livii nomine gloriaque commotum, ad visendum eum ab ultimo terrarum orbe venisse, statimque ut viderat, abiisse ? », « N'avez-vous jamais lu qu'un citoyen de Gadès, frappé de la réputation et de la gloire de Tite-Live, accourut des extrémités du monde pour le voir, et s'en retourna après l'avoir vu ? »
  10. CIL V, 2975 : « T(itus) Livius C(ai) f(ilius) sibi et / suis T(ito) Livio T(iti) f(ilio) Prisco f(ilio) / T(ito) Livio T(iti) f(ilio) Longo f(ilio) / Cassiae Sex(ti) f(iliae) Primae / uxori ».
  11. CIL V, 2865 : « V(ivus) f(ecit) / T(itus) Livius / Liviae T(iti) f(iliae) / Quartae l(ibertus) / Halys / Concordialis / Patavi / sibi et suis / omnibus ».
  12. Sénèque, Lettres, 100, 9 : « Scripsit enim (Livius) et dialogos, quos magis philosophiae adnumerare possis quam historiae, et professo philosophiam continentes libros ».
  13. Jérôme, Chronique, année 2033 (AUC) : « Livius historiographicus Patavi moritur ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]