L-Imdina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mdina)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une localité de Malte
Cet article est une ébauche concernant une localité de Malte.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L-Imdina - Città Notabile
Mdina
Blason de L-Imdina - Città Notabile
Héraldique
Cathédrale Saint-Paul
Cathédrale Saint-Paul
Administration
Pays Drapeau de Malte Malte
Île Malte
Maire
Mandat
Peter Dei Conti Sant Manduca (PN)
(2013-2016)
Code postal MDN
Démographie
Population 294 hab. (31 mars 2013[1])
Densité 327 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 53′ 09″ Nord 14° 24′ 11″ Est / 35.88583, 14.40306
Superficie 90 ha = 0,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Malte

Voir sur la carte administrative de Malte
City locator 14.svg
L-Imdina - Città Notabile

L-Imdina – ou plus simplement Mdina – et distinguée du titre de Città Notabile, est la moins peuplée des localités de Malte avec environ 300 habitants, d'où son surnom de The Silent City (La cité silencieuse), située dans le centre de Malte, lieu d'un conseil local (Kunsilli Lokali) compris dans la région (Reġjun) Ċentrali.

Origine[modifier | modifier le code]

Fondée par les Phéniciens comme centre de commerce, au centre de l'île le plus loin de la mer, Mdina a été occupée par les Arabes. Ceux-ci l'ont divisée par un fossé, parce qu'ils la trouvaient trop grande pour être fortifiée, en deux villes distinctes : Mdina « la ville » et Rabat, terme qui désigne un faubourg en langue maltaise.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mdina vient de l'arabe médina qui signifie « ville ».

Différents noms[modifier | modifier le code]

Les différents noms de Mdina ont été Malet, Melita, Rabbat, Mdina et L-Imdina. Par extension, Mdina était souvent appelée la "ville de Malte".

Paroisse[modifier | modifier le code]

Église[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale est la co-cathédrale de Mdina, la cathédrale Saint-Paul. La co-cathédrale est le siège de l'évêque de Malte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de Mdina

Après les Arabes, les Normands ont conquis Mdina, puis la ville avec les îles sont rattachées à la couronne d'Espagne. Mdina est la capitale de l'île et le lieu d'implantation de l'Università, une assemblée populaire.

En 1530, Malte est confiée par Charles Quint aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Les Hospitaliers installent leur couvent à Birgu faisant de cette ville la nouvelle capitale de l'archipel, les notables maltais, l'évêque et l'Università restent cependant implantés à Mdina.

Avec la fondation de La Valette, en 1566, tous les pouvoirs hospitaliers et populaires se regroupent à La Vallette, nouvelle capitale de l'archipel.

En 1693, un terrible tremblement de terre dévasta l'Est de la Sicile et Malte fut également touchée, dont Mdina. Beaucoup d'édifices furent détruits. Les remparts et la ville furent restaurés par un architecte français, Charles François de Mondion, sous les ordres du Grand maître António Manoel de Vilhena, alors que la cathédrale Saint-Paul, détruite elle aussi, fut rebâtie par l'architecte maltais Lorenzo Gafà.

Plus tard, Napoléon prend le contrôle de la ville, mais sa garnison est massacrée par un soulèvement populaire. Les Maltais appellent à l'aide les Anglais, qui prennent le contrôle de l'île et chassent les Français.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur un éperon rocheux surplombant la plaine nord de l'île, la ville offre un point de vue remarquable.

Patrimoine et culture[modifier | modifier le code]

Cette ville fortifiée comporte trois portes. La plus ancienne est la porte des Grecs, puis la Porte des Anglais, construite par les Britanniques afin de pouvoir rejoindre la gare de la seule ligne de chemin de fer de Malte (aujourd'hui fermée), ainsi que la monumentale porte principale, ou Porta Reale, conçue par l'ingénieur français Charles François de Mondion en 1724.

Personnes notables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gazzetta tal-Gvern ta' Malta du 31 mai 2013

Sources[modifier | modifier le code]

  • (mt) Alfie Guillaumier, Bliet u Rħula Maltin (Villes et villages maltais), Klabb Kotba Maltin, Malte, 2005.
  • (en) Juliet Rix, Malta and Gozo, Brad Travel Guide, Angleterre, 2013.
  • Alain Blondy, Malte, Guides Arthaud, coll. Grands voyages, Paris, 1997.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :