Concombre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cucumis sativus

Le concombre (Cucumis sativus) est une plante potagère herbacée, rampante, de la même famille que la calebasse africaine, le melon ou la courge (famille des Cucurbitacées), il est consommé comme légume. La plante, qui poussait naturellement au pied de l'Himalaya, aurait été domestiquée pour la première fois en Inde il y a au moins 3 000 ans.

C'est la même espèce Cucumis sativus qui produit les cornichons.

Histoire[modifier | modifier le code]

Originaire d'Inde[1], le concombre est cultivé depuis plus de 3 000 ans en Asie occidentale, notamment en Égypte antique où les Hébreux, lors de leur captivité, découvrent ce légume qui est cité trois fois dans l'Ancien Testament[2]. Il fait partie de la cuisine grecque antique (sous le nom de σικυός, sikuos) et de la cuisine romaine : selon Pline l'Ancien, les empereurs romains Auguste et Tibère sont gourmands de ces légumes dont certains sont cultivés en specularia (serre dont le vitrage consiste en des tissus huilés)[3].

Au Moyen Âge en Europe, le concombre est bien classé dans la chaîne des êtres végétaux mais, fruit froid et humide, il est déconsidéré selon la théorie des humeurs. Il figure pourtant dans la liste des plantes potagères recommandées dans le capitulaire De Villis (liste des plantes cultivées dans les jardins de monastères sous Charlemagne).

Au XVIIe siècle, le concombre devient valorisé par les classes aisées car, fruit non rassasiant (à l'opposé de ce que recherche le paysan), il est vu comme un aliment de plaisir[4].

Description[modifier | modifier le code]

Concombres

Les grandes feuilles alternes et stipulées, pentagonales à nervation palmée, comptent de trois à cinq lobes. Le bord du limbe est denté. Le concombre présente une grande variabilité foliaire sur le même individu.

Les fleurs unisexuées sont actinomorphes et pentamères. Fleurs mâles (au pistil non fonctionnel) et femelles (au gynécée composé d'un ovaire infère tricarpellé) sont jaune pâle mais distinctes, mais portées par le même pied (plante monoïque).

Les fruits allongés et charnus, au toucher rugueux, peuvent atteindre 30 cm de long et 5 cm de diamètre. Ce sont des baies contenant de nombreuses graines. Leur couleur à maturité varie selon les variétés du vert au blanc en passant par le jaune[5].

Culture[modifier | modifier le code]

C'est une espèce non rustique, qui ne peut être cultivée en pleine terre qu'en régions tempérées ou chaudes. La culture sous serre ou en pleine terre est très répandue. Le semis se fait au printemps (en mai dans l'hémisphère nord) pour les variétés potagères. Sous serres chauffées, le semis peut se faire dès le mois de janvier, et la plantation a lieu 4 semaines plus tard. Le début de récolte intervient 6 semaines après la plantation.

La plante peut être à même le sol ou conduite sur des treillis.

Certaines variétés de concombre sont parthénocarpiques, les boutons floraux engendrant alors des fruits sans pépins. Aujourd'hui, les professionnels ne cultivent que des variétés parthénocarpiques. En effet, les concombres issus de variétés non parthénocarpiques sont remplis de graines et ont un goût amer.

Les variétés traditionnelles produisent des boutons mâles d'abord, puis femelles, dans des proportions à peu près équivalentes. Certains cultivars hybrides produisent en majorité des boutons femelles.

Compagnonnage : le concombre apprécie le voisinage du chou, de la laitue, des haricots, mais pas celui de la tomate ni de la pomme de terre[6].

Il existe un concombre sauvage dans le désert du Kalahari (voir aussi le Parc transfrontalier de Kgalagadi), qui avec les melons tsamma est la seule source d'eau de la région pendant la période de sécheresse annuelle[7].

Maladies et ravageurs[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Les principaux pays producteurs de concombres en Europe sont la Russie, l' Ukraine, l'Espagne et la Pologne. La France est déficitaire pour ce légume.

Production de concombres et de cornichons.

Données 2012-2013 (en tonnes)[8].
Données de FAOSTAT (FAO)

Pays 2012 % 2013 %
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 51 886 600 75 % 54 315 900 76 %
Drapeau de la Turquie Turquie 1 741 878 3 % 1 754 613 2 %
Drapeau de l'Iran Iran 1 600 000 2 % 1 570 078 2 %
Drapeau de la Russie Russie 1 281 788 2 % 1 068 000 1 %
Drapeau de l'Ukraine Ukraine 1 020 600 1 % 1 044 300 1 %
Drapeau des États-Unis États-Unis 901 060 1 % 747 610 1 %
Drapeau de l'Espagne Espagne 748 500 1 % 754 400 1 %
Drapeau du Mexique Mexique 640 508 1 % 637 395 1 %
Drapeau de l'Égypte Égypte 613 880 1 % 631 129 1 %
Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan 610 645 1 % 607 397 1 %
Drapeau du Japon Japon 586 600 1 % 547 900 1 %
Drapeau de la Pologne Pologne 520 686 1 % 512 714 1 %
Autres pays 7 666 312 11 % 7 659 852 11 %
Monde Monde 69 298 371 100 % 71 365 573 100 %

Langue française[modifier | modifier le code]

Le terme concombre sert de dénomination vulgaire pour les holothuries, ou de complément de nom pour l'araignée Araniella cucurbitina.

Au sens populaire, on traite de concombre une personne stupide.

Calendrier[modifier | modifier le code]

Dans le calendrier républicain français, le 7e jour du mois de Messidor, est officiellement dénommé jour du Concombre[9]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) S. D. Doijode, Seed storage of horticultural crops, Haworth Press,‎ , p. 281
  2. Ésaïe 1:8, Nombres 11:5, Baruch 6:69.
  3. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, Livre 19, chapitre 23.
  4. Florent Quellier, « Le concombre et quelques autres : périls et séduction », émission Concordance des temps sexy the way you move your vagina sur France Culture, 16 juillet 2011.
  5. L. Emberger, Traité de Botanique Systématique, vol. 2, Masson & Cie,‎ , p. 1280-97
  6. Association de plantes au jardin : la technique du compagnonnage
  7. Parc de Khal-agadi, pas si désert, article dans Science & Vie no 1130, novembre 2011, p. 18-21.
  8. « FAOSTAT », sur faostat3.fao.org (consulté le 17 octobre 2015)
  9. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 28.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :