Cerisiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Yonne
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Yonne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Cerisiers
Vue de l'église de Cerisiers.
Vue de l'église de Cerisiers.
Blason de Cerisiers
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Sens
Canton Brienon-sur-Armançon
Intercommunalité CC de la Vanne et du Pays d'Othe
Maire
Mandat
Patrick Harper
2014-2020
Code postal 89320
Code commune 89066
Démographie
Population
municipale
980 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 03″ nord, 3° 29′ 08″ est
Altitude Min. 119 m – Max. 247 m
Superficie 25,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cerisiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cerisiers

Cerisiers est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Les Vallées-de-la-Vanne
(Theil-sur-Vanne, Vareilles)
Vaudeurs Rose des vents
Vaumort N
O    Cerisiers    E
S
Dixmont Villechétive

Histoire[modifier | modifier le code]

Le petit bourg enfoncé dans son vallon possède une histoire ancienne car il est construit sur la voie romaine de Sens à Avrolles [1]. Du reste, son nom provienderait du latin Caesaris iter, c'est-à-dire « le chemin de César ». Au Moyen Âge, les hospitaliers établissent une commanderie / Maison de L'Hôpital avec une chapelle dédiée à sainte-Anne construite au XIIe siècle[2].

Le village se clôt de remparts ponctués de dix-huit tours, en 1538. Il n'en subsiste que quelques vestiges aujourd'hui. Cerisiers est inondé le 6 septembre 1736 à cinq heures du soir et de nombreux habitants périssent noyés. Une digue est construite par les habitants en 1767 à la place des anciennes fortifications.

Un dépôt du 3e régiment de zouaves est cantonné au village en 1917 et 1918.

Cerisiers est occupé par les Allemands le 15 juin 1940 et la Kommandantur s'installe au numéro 21 de la Grande Rue[1]. Une jeep américaine, qui se rendait à Sens, se présente au village abandonné par les Allemands, le 22 juin 1944.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 2005 en cours Patrick Harper[3] UMP ...

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 980 habitants, en diminution de -0,51 % par rapport à 2009 (Yonne : -0,46 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 500 1 106 1 110 1 197 1 260 1 373 1 444 1 401 1 395
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 391 1 435 1 440 1 421 1 394 1 310 1 343 1 260 1 228
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 147 1 081 1 029 864 819 813 805 852 811
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
847 811 823 860 889 900 888 985 980
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem construisent une chapelle romane pour leur commanderie au XIIe siècle qu'ils terminent un siècle plus tard. Cette chapelle était sous le vocable de Sainte-Anne. Il ne s'agit pas de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste qui était attenante à la maison seigneuriale appartenant aux hospitaliers[8].

Il existe à Cerisiers un musée de la poupée, « la Grange à Janou », au 4 route de Genève. Il est ouvert de Pâques à la Toussaint les samedis, dimanches et jours fériés de 14 heures 30 à 18 heures.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Pouyade né le 25 juin 1911 à Cerisiers. Général d'aviation. Ancien pilote du groupe de chasse "Normandie"(puis "Normandie Niemen" à partir du 21 juillet 1944). Il commanda ce groupe formé de pilotes français combattant l'Allemagne sous les couleurs soviétiques du 17 juillet 1943 au 12 décembre 1944.
  • Guy Chambelland (5 décembre 1927-13 janvier 1996 à Cerisiers), poète et éditeur.
  • Athanase Dupré, né le 28 décembre1 808 à Cerisiers, mort le 10 août 1869 à Rennes, mathématicien et physicien.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Site officiel de la commune, Histoire de Cerisiers
  2. Eugène Mannier, Ordre de Malte : Les commanderies du grand-prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux Archives nationales à Paris, Aubry & Dumoulin, (lire en ligne), p. 341-346
  3. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 15 décembre 2013.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Mannier 1872, p. 341