Université catholique de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Université catholique de Lyon
Logo ucly couleur RVB.png
Histoire et statut
Fondation
Type
Forme juridique
Recteur
Localisation
Campus
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de Lyon
voir sur la carte de Lyon
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
12 500
Divers
Membre de
Site web

L’université catholique de Lyon, ou institut catholique de Lyon[1], dit La Catho ou l'UCLY, est un Établissement d'Enseignement Supérieur Privé d’Intérêt Général (EESPIG). Le statut de l'UCLy est associatif (loi de 1901). L'établissement est membre associé de la COMUE "université de Lyon" et contribue aux missions de service public de l'enseignement supérieur et de la recherche en France.

Les formations donnent lieu à la délivrance de diplômes, majoritairement dans le cadre de conventions avec les universités publiques, et dans un nombre restreint de cas, en jury rectoral. L’UCLy est habilité à délivrer des diplômes "canoniques" (diplômes du Saint-Siège, État signataire des accords de Bologne) en théologie catholique et en philosophie.

L'UCLy propose 130 formations diplômantes dont 57 parcours LMD (diplômes aux normes européennes), 31 parcours de Masters, 12 titre RNCP et plusieurs Bachelor et DU (Diplôme Universitaire).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'établissement est fondé en 1875, au centre de la ville de Lyon, à l'initiative d'un groupe de laïcs catholiques, après la promulgation de la loi du sur la liberté de l'enseignement supérieur.

L'UCLy est gérée par l'Association des fondateurs et protecteurs de l'institut catholique de Lyon (AFPICL), reconnue d'utilité publique en 1942. Elle est alors présidée par le général Gilles Barrié.

L'établissement s'est implanté durant son histoire sur plusieurs sites, dans le centre-ville de Lyon.

Le premier site historique, l'hôtel de Juys, situé près de la place Bellecour, où se trouvaient les facultés de philosophie, lettres et langues, sciences, théologie ainsi que le rectorat, l'administration et les services centraux : relations internationales, communication, secrétariat universitaire, formation humaine, institut polytechnique de Lyon (consortium de quatre écoles d'ingénieurs associées à l'université catholique de Lyon). Avec une bibliothèque de plus de 210 000 ouvrages et 2 000 périodiques en philosophie, histoire, lettres, sciences humaines, sciences de la nature et théologie.

Le deuxième site ouvert en 2005 dans les locaux de l'ancienne caserne Bissuel[2], place Carnot, accueille désormais le pôle théologie et sciences religieuses, le pôle lettres et langues auquel est rattaché l'école ESTRI ou l’institut ILCF, le pôle philosophie et sciences humaines. Le centre de ressources documentaires est spécialisé en gestion, commerce, management, droit, langues, sciences de la famille, droits de l'Homme et développement local. La bibliothèque appartient au réseau SUDOC (Service universitaire de documentation) qui la relie à 3 000 bibliothèques en France.

Enfin, l'université catholique de Lyon a ouvert à la rentrée 2015 un nouveau campus situé sur le site des anciennes prisons Saint-Paul et Saint-Joseph, en remplacement du site historique de Bellecour.

Sur le campus Saint-Paul, au sud de la gare de Perrache se trouvent désormais le pôle sciences économiques et management dont l'École supérieure de management ESDES est la principale entité, le pôle sciences juridiques, politique et sociales qui regroupe notamment la faculté de droit et plusieurs instituts ainsi que les laboratoires de recherche et écoles supérieures du pôle sciences (ESTBB, IFTLM, ESQESE).

Son recteur actuel est le père Olivier Artus, docteur en médecine et en théologie, qui a pris ses fonctions le , en succession du père Thierry Magnin[3].

L'université catholique de Lyon compte trois vice-recteurs, un responsable des formations, de la vie étudiante et de la vie associative, en la personne de Marc Ollivier, un responsable des affaires économiques et sociales et l'un responsable de la recherche, en la personne d'Emmanuel Gabellieri.

Composition[modifier | modifier le code]

Facultés[modifier | modifier le code]

L'institut comprend six pôles facultaires :

  • sciences juridiques, politiques et sociales,
  • sciences économiques et management ;
  • philosophie et sciences humaines ;
  • lettres et langues ;
  • sciences ;
  • théologie et sciences religieuses.

Écoles supérieures[modifier | modifier le code]

Centres de formation et de recherche[modifier | modifier le code]

Institut polytechnique de Lyon (IPL)[modifier | modifier le code]

Organisation regroupant les quatre écoles d'ingénieurs associées à l'université catholique de Lyon :

  • École supérieure chimie physique électronique de Lyon (CPE Lyon) ;
  • École catholique d'arts et métiers (ECAM Lyon) ;
  • Institut supérieur d'agriculture et d'agro-alimentaire Rhône-Alpes (ISARA-Lyon) ;
  • Institut textile et chimique (ITECH).

Statistiques[modifier | modifier le code]

  • L’UCLy dispose en septembre 2019 d’un effectif global de 468 salariés en CDI, dont 263 enseignants (108 enseignants-chercheurs) et 205 administratifs
  • environ 12 500 étudiants et apprenants dont 2 800 étrangers[4].
  • six pôles facultaires (sciences juridiques, politiques et sociales ; sciences économiques et management; philosophie et sciences humaines; théologie et sciences religieuses ; lettres et langues ; sciences).
  • cinq écoles supérieures (dont une école supérieure de commerce).
  • quatre écoles d'ingénieurs associées.
  • deux sites ou campus en centre ville de Lyon : Carnot et Saint-Paul.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bien que l'article L731-14 du Code de l'éducation dispose que « Les établissements d'enseignement supérieur privés ne peuvent en aucun cas prendre le titre d'universités. », c'est sous le nom d'université catholique de Lyon que cet établissement est connu.
  2. Marie-Annick Depagneux, « La « Catho » de Lyon engage son plan de modernisation », sur lesechos.fr, (consulté le 6 janvier 2015)
  3. Université catholique de Lyon, 21/05/2019, Communiqué de Presse nomination
  4. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :