Grotte des Escabasses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grotte des Escabasses
Localisation
Coordonnées
Adresse
Carrière FerradeVoir et modifier les données sur Wikidata
Thémines
Flag of France.svg France
Localité voisine
Voie d'accès
D20
Caractéristiques
Occupation humaine
Statut patrimonial
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Midi-Pyrénées
voir sur la carte de Midi-Pyrénées
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Lot
voir sur la carte du Lot
Red pog.svg

La grotte des Escabasses, aussi appelée grotte de la Vipère ou grotte de Trioulet ou grotte du Bois Noir, est une grotte ornée préhistorique située dans le département du Lot, sur le territoire de la commune de Thémines au lieu-dit Carrière Ferrade.

Cette grotte appartient à une personne privée et n'est pas visitable.

Historique[modifier | modifier le code]

La grotte a été sondée dans les années 1920 et a été utilisée pendant la seconde Guerre mondiale par les maquisards.

André Niederlender et Raymond Lacam ont fait des sondages dans la grotte en 1929. Ils ont permis de trouver dans la première salle des tessons de poterie, des pendeloques et des poinçons en os. Ces objets ont été datés de l'âge du bronze, de l'âge du fer ainsi que de la période gallo-romaine.

Les premières peintures ont été découvertes en 1962 au cours d'une exploration par les spéléologues G. Canet, J.-P. Bourdon de Rueyres, Thémines, et Michel Lorblanchet. M. G. Canet a découvert la gravure pendant des travaux de désobstruction du boyau terminal. M. G. Canet avait été le premier à remarquer « un trait noir sur la paroi », en 1961.

Description physique[modifier | modifier le code]

La grotte des Escabasses est située sur le causse de Gramat, à 2km de la grotte de Roucadour. L'entrée de la grotte est située au point le plus bas du «cloup» (= doline) des Escabasses. Elle a été à une époque une «goule d'absorption» suivant l'expression utilisée par Édouard-Alfred Martel. L'entrée est encombrée de blocs effondrés de la voûte.

La grotte se divise en :

  • galerie d'entrée, longue de 25m, large de 5m et d'une hauteur variant entre 1 et 4m. Son sol est en pente.
  • salle des stalagmites, longue de 35m, large de 10 à 15m, ayant une voûte élevée. Le point le plus bas est situé à 30m sous le niveau d'entrée.
  • galerie du petit cheval, longue de 100m, d'une largeur variant de 1 à 3m, avec une voûte élevée. Cette galerie porte des traces de peintures préhistoriques qui n'ont pas été conservées à quelques exceptions près.
  • galerie des Ours, approximativement circulaire, de 12 à 15m de diamètre.
  • galerie et salle Bourdon, boyau étroit de 1 à 2m.
  • galerie Canet, où G. Canet a trouvé à son extrémité une gravure de palmipède à 200m de l'entrée.
  • galerie du Blaireau à partir de la galerie des Ours.

Les œuvres[modifier | modifier le code]

Dans la galerie du petit cheval :

  • panneau 1 : il est situé à 125m de l'entrée. Ce panneau long de 1,30m représente deux chevaux dont un est presque entier.
  • panneau 2 : il est situé à 135 m de l'entrée. L'effritement de la calcite n'a laissé subsister que l'arrière-train d'un animal couvert de longs poils, mais qui ne semble pas être un mammouth.

Dans la galerie Canet :

  • gravure d'un palmipède dont les traits sont profondément incisés. On distingue nettement la tête, le cou et l'aile repliée.

Le décor de la grotte des Escabasses peut dater d'une période comprise entre le gravettien et le magdalénien ancien.

Protection[modifier | modifier le code]

La grotte a été classée au titre des monuments historiques le [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Niederlender, Raymond Lacam, Contribution à l'étude du Néolithique et des âges des Métaux dans le Causse de Gramat (Lot), p. 455-460, dans Bulletin de la Société préhistorique de France, 1929, tome 26, no 9 (lire en ligne)
  • Michel Lorblanchet, Découverte de peintures et d'une gravure préhistoriques dans la grotte des Escabasses (commune de Thémines, Lot), p. 240-251, dans Bulletin de la Société préhistorique française. Comptes rendus des séances mensuelles, 1965, tome 62, no 7 (lire en ligne)
  • Michel Lorblanchet, Sondage dans la grotte des Escabasses, commune de Thémines (Lot), p. 262-278, dans Bulletin de la Société préhistorique française. Études et travaux, 1966, tome 63, no 2 (lire en ligne)
  • Michel Lorblanchet, avec la collaboration de Philippe Renault et de Catherine Mourer, L'art préhistorique en Quercy. La grotte des Escabasses (Thémines - Lot), Éditions P. G. P., Mprlaas, 1974
  • Séance du 26 juin 1974 - Jean Clottes - Notes bibliographiques, p. 165-166, dans Bulletin de la Société préhistorique française. Comptes rendus des séances mensuelles, 1974, tome 71, no 6 (lire en ligne)
  • Karim Gernigon, Nicolas Valdeyron, Jeannie Kérébel, Une occupation du premier âge du Fer dans la doline des Escabasses (Thémines - Lot), dans Préhistoire du Sud-Ouest, 2000, no 7
  • Nicolas Valdeyron, Le gisement de la grotte des Escabasses à Thémines (Lot) et la séquence mésolithique en Aquitaine, p. 151-159, dans Les derniers chasseurs-ceueeilleurs d'Europe occidentale (13 000 - 5 500 av. J.-C.). Actes du colloque international de Besançon (Doubs - France). 23-25 octobre 1998, Presses universitaires Franc Comtoises, Besançon, 2000 (ISBN 2-913322-78-6) (aperçu)
  • Anne Filippini, avec la collaboration de Jean-Pierre Girault, Jean-Marie Pailler, Didier Rigal, Carte archéologique de la Gaule. Le Lot. 46, p. 220, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2010 (ISBN 978-2-87754-253-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]