André Niederlender

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Niederlender
Naissance
Paris
Décès
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Propriétaire d'hôtel.
Autres activités
Formation
Distinctions
Officier d'Académie, officier de l'Instruction Publique

André Niederlender ( à Paris - ) est un archéologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'abri Pagès sur la gauche de la route du moulin de Caoulet au bord de l'Ouysse.

Son père est originaire de Moselle Wiesviller et sa mère de Rocamadour, mais ils se sont mariés à Paris (source, état-civil de Paris) (de très nombreux Niederlender sont venus à Paris au cours du XIXe siècle, tous venant de Moselle, avant et après la guerre de 1870). C'est à la suite de ce mariage qu'ils sont arrivés dans le Quercy après la guerre de 1870. Après plusieurs séjour dans le Tonkin, ce dernier devient propriétaire de l'hôtel de la gare à Rocamadour.

André Niederlender est né le 15 octobre 1890 à Paris dans le VIe arrondissement. Il grandit à Rocamadour près de la gare, au contact des nombreux pèlerins. Son père héberge et se lie d'amitié avec Édouard-Alfred Martel qui étudie le causse de Gramat. Le grand explorateur du gouffre de Padirac se lie d'amitié avec André alors enfant. Il éveille sa curiosité pour les sciences naturelles et le fait participer à ses excursions sur le causse.

André Niederlender commence à étudier la Préhistoire en 1906 sous la direction et avec les conseils d'Armand Viré. Il devient ensuite propriétaire de l'hôtel des voyageurs à Rocamadour-Gare et rencontre les préhistoriens de l'époque comme l'abbé Henri Breuil.

À sa grande déception, de nombreux sites et dolmens ont été fouillés ou plutôt pillés par ses prédécesseurs. Il applique des méthodes rigoureuses car il prend conscience qu'à la fin de la fouille, le gisement est définitivement détruit. Il commente et décrit toutes ses recherches. Le matériel trouvé est déposé en 1943 au musée de préhistoire de Cabrerets.

De 1909 à 1913, il fouille l'entrée de la grotte de Linars dans la vallée de l'Alzou avec l'abbé Amédée Lemozi. Avec Raymond Lacam il étudia[1] :

  • Le Mas Viel, commune de Saint-Simon
  • L'abri Pagès, l'abri du pont de Lapeyre à Rocamadour
  • La doline de Roucadour à Thémines
  • Le Cuzoul de Gramat où il découvre un squelette surnommé l'homme de Gramat.

En 1925, avec Martel, il débute les fouilles de la grotte de Roucadour. Il travaille avec de nombreux préhistoriens (Bergougnoux, Lacam, Bernard, Jarige, Morin) et rédige de nombreuses notes envoyées à Jean Arnal qui les publiera.

En 1920, il étudie avec l'abbé Amédée Lemozi la grotte des Merveilles à Rocamadour.

Il est élu maire de Rocamadour de 1929 à 1943.

Il meurt de maladie le 18 juillet 1959.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • En 1929, officier d'Académie pour les publications de ses travaux et recherches en Préhistoire.
  • Le 10 décembre 1952, officier de l'Instruction Publique pour Service rendu aux études préhistoriques et spéléologiques.
  • En 1978, une salle de la mairie de Rocamadour a été baptisée Niederlender.

Ouvrages et publications[modifier | modifier le code]

  • Armand Viré, Fouilles de Mr André Niederlender dans les dolmens et tumulus de la gare de Rocamadour, Monnoyer, 1910.
  • André Niderlender, Armand Viré, « Un crâne de Magdalénien finissant à l'abri Murat, commune de Rocamadour », Bulletin de la Société Préhistorique de France, 28 mai 1925.
  • Armand Viré, « L'outillage de la sépulture de l'abri Murat à Rocamadour », Bulletin de la Société Préhistorique de France, 1929.
  • André Niderlender, Raymond Lacam et Jean Arnal, Le Gisement néolithique de Roucadour (Thémines -Lot), IIIe supplément à Gallia Préhistoire, CNRS, 1966.

Références et liens[modifier | modifier le code]

  1. Josseline Bournazel-Lorblanchet, L'Abbé Amédée Lemozi : Prêtre et préhistorien(1882 - 1970), Liège, Université de Liège, coll. « Études et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège », , 149 p. (ISBN 978-2-930495-11-8, présentation en ligne), p. 115-116.