Septfonds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Septfonds (Yonne).

Septfonds
Le dolmen de Finelle.
Le dolmen de Finelle.
Blason de Septfonds
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Canton Quercy-Rouergue
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes du Quercy caussadais
Maire
Mandat
Jacques Tabarly
2014-2020
Code postal 82240
Code commune 82179
Démographie
Gentilé Septfontois
Population
municipale
2 193 hab. (2015 en augmentation de 2,48 % par rapport à 2010)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 10′ 46″ nord, 1° 37′ 09″ est
Altitude Min. 128 m
Max. 247 m
Superficie 27,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Septfonds

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Septfonds

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Septfonds

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Septfonds

Septfonds (Sèt-fonts en occitan) est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Septfontois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située sur la Lère et sur la route nationale 126, entre Caussade et Caylus.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Septfonds[1]
Caussade Cayriech Saint-Georges,
Lavaurette
Monteils Septfonds Saint-Antonin-Noble-Val
Saint-Cirq

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Une partie du territoire communal se trouve sur le causse de Caylus.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est dû à la présence de sept sources.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Jacques Tabarly PRG  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2015, la commune comptait 2 193 habitants[Note 1], en augmentation de 2,48 % par rapport à 2010 (Tarn-et-Garonne : +5,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0099521 0351 0391 0571 2141 1851 2271 235
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2201 2031 3031 3691 4321 4691 6351 8722 192
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3712 4042 2131 7841 7441 5181 3731 4491 440
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 5831 6001 6051 5791 7311 8602 0392 0652 090
2013 2015 - - - - - - -
2 1602 193-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[6] 1975[6] 1982[6] 1990[6] 1999[6] 2006[7] 2009[8] 2013[9]
Rang de la commune dans le département 19 19 18 19 19 19 19 19
Nombre de communes du département 195 195 195 195 195 195 195 195

Sports[modifier | modifier le code]

  • US Caussade-Septfonds, club de rugby à XV ayant évolué en championnat de France de 3e série, qu'ils ont remporté en 1926.
  • FC Septfontois, club de football évoluant en promotion de 1re série, champion Tarn-et-Garonne saison 2011/2012.

Économie[modifier | modifier le code]

Apparue en 1797 à Septfonds, l'industrie de la chapellerie, en particulier des chapeaux de paille, s'y est largement développée[10] ; cette activité y atteint son maximum en 1900[11] . Malgré le déclin de l'activité, Septfonds comptait encore en 1999 quatre fabriques de chapeaux[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le camp de Septfonds où quelque 16 000 républicains espagnols furent internés à partir de février 1939. Plus tard, le camp servit aussi de centre de rétention pour les juifs raflés durant l'été 1942 avant qu'il ne gagnent Drancy puis l'un des camps d'extermination de Pologne. Si les traces du camp ont presque toutes disparu, il demeure à Septfonds un cimetière espagnol[12],[13]. On peut aussi voir à Septfonds des œuvres réalisées par des réfugiés : toiles conservées à l'hôtel de ville[14] (par Salvador Soria Zapater et Josep Ponti Musté), et à l'église le très beau chemin de croix[15] peint par Bonaventura Trepat Samarra (1907-1941)[16].
Le cimetière espagnol de Septfonds (82) en novembre 2012.
Une plaque dans le cimetière de Septfonds (82) en novembre 2012.
La grille du cimetière espagnol de Septfonds (82) en novembre 2012.
  • 15 dolmens sont recensés sur la commune.

liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  7. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  8. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  9. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  10. a et b Laurent Marcaillou, « A Caussade et Septfonds dans le Tarn-et-Garonne, le berceau de la chapellerie française reste actif », publié le 18 août 1999 par le quotidien Les Échos
  11. « Plus de 200 ans de chapellerie » sur le site du village de Septfonds
  12. Le camp de Septfonds : 60 ans d’histoire et de mémoire, in revue Arkheia, Montauban, n°5-6, 2002.
  13. Liste des 81 républicains espagnols enterrés au cimetière des Espagnols [1]
  14. « Base Mérimée », sur Ministère de la Culture
  15. « Base Mérimée », sur Ministère de la Culture
  16. Bertrand Ducourau, « Les œuvres des réfugiés espagnols du camp de Judes », Monumental, no Semestriel 2,‎ , p. 85 (ISBN 978-2-85822-955-0)