Fier d'Ars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de l'Île de Ré ; Le Fier est à gauche.

Le Fier d'Ars est une baie de 800 hectares qui se situe dans l'ouest de l'île de Ré, et s'ouvre, au nord-est, sur le pertuis Breton. Il est entouré par les communes de Saint-Clément-des-Baleines à l'ouest, des Portes-en-Ré au nord, d'Ars-en-Ré au sud et de Loix à l'est.

Sa formation est liée à la création de l'Île de Ré, par réunion de trois îles.

Sa traversée est obligatoire par un chenal pour accéder au port d’Ars, il abritait jadis le port des Portes. La Patache dans son nord est un point de mouillage pour les ostréiculteurs et les plaisanciers.

La nature[modifier | modifier le code]

Cette digue borde le fier d'Ars sur presque sa totalité.

Presque sans eaux à marée basse, aux fonds très vaseux, il abrite des activités humaines dont l'ostréiculture et la saliculture. Il obtient en 2003 le prix de la convention de Ramsar grâce à la riche flore présente. Par ailleurs, beaucoup d'oiseaux sont présents dans le fier, son nord est une réserve naturelle gérée par la LPO, "Lilleau des Niges".

L'environnement est aussi très préservé sur le reste de l'Île de Ré. Certains risques menacent le Fier comme l'ensablement, un grand banc de sable « Le banc du bûcheron » s’est formé, tel un bouchon, à la sortie du Fier favorisant son envasement. Cet endroit découvrant à marée descendante, formant une petite île, est très prisé des plaisanciers pour le pique-nique.

Étymologie & Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine étymologique du mot « fier » n'est pas confirmée et reste à l'état d'hypothèse. Le mot que nous connaissons pourrait provenir de « Fiert », mais certaines personnes pensent que le mot scandinave « fjord » serait en fait à la base de « fier » (n'oublions pas que Ré fut pillée par les Normands vers le Xe siècle).

Il était avant appelé « mer du Fief » jusqu'au XVIIIe siècle, et les rhétais le prononçaient « Fié ». À partir du XVe siècle, des marais salants furent créés, par ailleurs, ce Fier d'Ars s'est formé de dépôts naturels et de séries d'endiguements au fil du temps.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hervé Roques, le dictionnaire de l'île de Ré, éditions Sud-Ouest.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Les Archives nationales conservent sous la cote CP/F/14/17510/16 une planche de 1875 comprenant plusieurs figures relatives à l'étude de l'appareil d'éclairage du feu amont du fier d'Ars.