Attentats de 2011 en Norvège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attentats de 2011 en Norvège
Image illustrative de l'article Attentats de 2011 en Norvège
Vue d'ensemble après l'explosion

Localisation Oslo et Utøya
Cible Siège du gouvernement et Rassemblement politique
Date 22 juillet 2011
15 h 27[1] à Oslo (HEC)
Arme(s) Explosif et armes à feu
Mort(s) 8 à Oslo et 69 à Utøya[2]
Total : 77
Blessé(s) 151
Auteur(s) Anders Behring Breivik

Les attentats de 2011 en Norvège sont une suite de deux actions terroristes[3] coordonnées contre le gouvernement, un rassemblement politique estival et la population civile en Norvège le vendredi 22 juillet 2011. La première est une explosion à la bombe survenue à Regjeringskvartalet, le quartier gouvernemental de la ville d'Oslo (Norvège), le vendredi 22 juillet 2011 à 15 h 26 HEC (13 h 26 UTC)[1] à l'extérieur du bureau du ministre d'État Jens Stoltenberg et d'autres édifices gouvernementaux[4]. L'explosion a tué huit personnes et blessé quinze autres. La seconde attaque a suivi environ deux heures plus tard dans un camp de jeunes organisé par la Ligue des jeunes travaillistes (AUF) du Parti travailliste norvégien (AP), sur l'île d'Utøya. Un tireur armé déguisé en policier a ouvert le feu sur les campeurs, tuant soixante-neuf personnes[5] et en blessant par balle trente-trois[2].

La police a arrêté Anders Behring Breivik, un homme de 32 ans présumé responsable de la fusillade à Utøya[6], ancien membre du parti du Progrès (FrP), membre de l’Ordre norvégien des francs-maçons avant d'en être radié immédiatement après le drame[7], appartenant à la droite nationale-conservatrice[8] et à son mouvement pour la jeunesse[9]. La justice l'a inculpé pour les deux attaques[10] ; il fut condamné le 24 août 2012 à 21 ans de prison[11].

L'Union européenne, l'OTAN et plusieurs autres pays à travers le monde ont exprimé leur soutien à la Norvège et ont condamné les attaques.

Il s'agirait de la plus grave attaque en Norvège depuis la Seconde Guerre mondiale[12], le nombre de morts représente l'équivalent de deux fois le nombre annuel moyen de meurtres dans le pays[13], et la fusillade par un tueur de masse la plus meurtrière de l’époque contemporaine[14].

Explosion à Oslo[modifier | modifier le code]

Zone de l'explosion :
  •      Bâtiment ministériel
  •      Bâtiment du ministère du pétrole
  •      Position d'une voiture détruite, mais pas le centre de l'explosion

Vendredi 22 juillet 2011 à 15 h 26 HEC, une ou plusieurs explosions au Regjeringskvartalet, à Oslo, ont endommagé des bâtiments publics, dont les bureaux du ministre d'État norvégien Jens Stoltenberg[15],[1], qui ne se trouvait pas dans le bâtiment à ce moment[16].

Victimes[modifier | modifier le code]

La mort de huit personnes a été confirmée à la suite de l'explosion d'Oslo, ainsi que quinze personnes blessées[17],[18], dont onze plus sérieusement[19]. Un médecin de l'hôpital universitaire d'Oslo confirma à la presse que des blessures à la tête, au thorax et à l'abdomen étaient soignées[20].

Le secrétaire d'État Hans Kristian Amundsen a déclaré que la zone était moins fréquentée ce jour-là parce que l'attentat est survenu un jour férié, ce qui a pu diminuer le nombre de victimes potentielles[21]. Le mois de juillet serait aussi celui où le plus de Norvégiens prennent leurs congés estivaux[22].

Mesures immédiates[modifier | modifier le code]

Toutes les routes du centre-ville d'Oslo ont été fermées par les agents de sécurité après avoir fait évacuer les gens qui se trouvaient dans la zone, et ils ont préconisé aux habitants d'Oslo de rester loin du centre-ville et de limiter l'utilisation de leur téléphone cellulaire, en raison des préoccupations concernant une autre attaque terroriste potentielle[23]. Les transports publics dans et hors de la ville ont également été arrêtés[24].

Massacre d'Utøya[modifier | modifier le code]

Localisations de Utøya et d'Oslo

Peu après, Anders Behring Breivik[25],[26], 32 ans, est soupçonné d'avoir ouvert le feu lors du camp d'été de la Ligue des jeunes travaillistes (AUF), sur l'île d'Utøya[27] (Coordonnées : 60° 01′ 25″ N 10° 14′ 53″ E / 60.023486, 10.248158 (Fusillade de Utøya)), où devait se rendre le ministre d'État le lendemain. Dans un très long texte en ligne, accessible à tous depuis des mois, il expliquait longuement ses raisons de commettre cet attentat et la méthode qu'il emploierait[28].

Portant une tenue de sports nautiques, estampillée « Politi » (« Police »)[29], il arrive sur l'île en bac, deux heures après l'explosion de la bombe à Oslo. Il demande alors aux gens sur place de se rassembler autour de lui avant d'engager le feu à 17 h 22, tuant et blessant de nombreuses personnes[30]. Les témoins le voient achever les blessés à terre, rire et crier en tirant, abattant les personnes qui essaient de s'enfuir à la nage et tirant sur les tentes de camping des adolescents[14].

Les premiers appels passés par les victimes aux services d'urgence norvégiens ne sont pas pris en compte : on leur dit de libérer les lignes, à moins que leurs appels n'aient un rapport avec l'explosion qui vient d'avoir lieu à Oslo[31]. Les premières personnes à secourir les victimes sont des vacanciers séjournant près du lieu de la fusillade. Un touriste allemand, Marcel Gleffe, alors logé dans un camp de vacances près du lac, entend les coups de feu et s'approche à bord de son embarcation ; il lance des gilets de sauvetage aux jeunes gens, puis les fait monter à bord et effectue quatre ou cinq voyages entre l'île et la côte pour les mettre à l'abri[32]. Un couple de femmes, Hege Dalen et Toril Hansen, qui passaient leurs vacances dans le campement d'Utviken sur la rive opposée du lac, entendent également les coups de feu et effectuent quatre trajets sur le lac pour secourir plusieurs dizaines de victimes ; leur embarcation essuie plusieurs tirs[33].

La police norvégienne est avertie de la fusillade en cours à 17 h 26, mais plusieurs difficultés de transport retardent son arrivée sur les lieux[34]. Les forces spéciales à Oslo, ne disposant pas d'un hélicoptère capable de les amener directement jusqu'à l'île, font le trajet par la route jusqu'au quai de Storøya. Elles rencontrent alors des problèmes pour traverser le lac car le bateau qu'empruntent les policiers est alourdi par le trop grand nombre de personnes lourdement équipées à bord; il prend l'eau et tombe en panne. Cela les oblige à monter à bord de bateaux privés appartenant à des plaisanciers venus à leurs secours, qui les emmènent à l'île[34]. La police ne débarque sur l'île qu'une heure après avoir été avertie, à 18 h 25, et Breivik se rend sans opposer de résistance au cours des minutes qui suivent[34].

Le porte-parole de la police norvégienne a indiqué qu'il y a au moins 87 victimes, et que la plupart étaient âgées de 15 ou 16 ans[35]. Certains témoins rapportent s'être cachés dans les toilettes ou les sous-bois en communiquant par SMS pour éviter d'être repérés par leur agresseur. Deux jours plus tard, le 25 juillet, le bilan a été corrigé par la police norvégienne, passant alors à 68 morts[36].

30 juillet 2011

Un policier fait partie des premières victimes. Il n'était pas en service mais assurait la sécurité du rassemblement bénévolement à son temps libre et n'était donc pas armé. Une unité d'intervention de la police est arrivée sur les rives du lac après une heure, puis a rejoint l'île en bateau de plaisance après vingt-cinq minutes supplémentaires[37]. Les prenant pour de nouveaux assaillants, les survivants les auraient priés de jeter leurs armes[38].

L'ancien premier ministre de Norvège Gro Harlem Brundtland échappe de justesse à un assassinat lors de cet événement. Elle est sur l'île d'Utøya quelques heures avant le massacre pour donner un discours au camp de la Ligue des jeunes travaillistes. L'auteur du massacre, Anders Behring Breivik a avoué qu'elle était la cible principale de l'attentat qu'il avait préparé, mais il n'avait pas pu arriver à temps à cause d'un retard à la gare d'Oslo[39].

Enquête et procès[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Anders Behring Breivik.

Les deux attaques ont d'abord été revendiquées par le groupuscule islamiste Ansar al-Jihad al-Alami, dirigé par Abu Suleiman al-Nasser[40]. Cependant, le principal suspect appréhendé le jour même est Anders Behring Breivik, un Norvégien de 32 ans, arrêté sur les lieux du massacre en possession d'armes et qui passe immédiatement aux aveux.

Il a révélé aux enquêteurs que son objectif principal[41] était d'attenter à la vie de Gro Harlem Brundtland, personnalité majeure de l'AP pendant les années 1980. Cette dernière avait quitté l'île d'Utøya quarante minutes avant l'arrivée du tueur[42].

Breivik, dans un volumineux manifeste publié sur Internet peu avant l'attaque, dénonce les « marxistes culturels » qui laisseraient, selon lui, l'Europe être colonisée par l'islam (thèse de l'Eurabie). Il décrit aussi dans ce document ses préparatifs pour organiser les attentats : se faire passer pour un agriculteur pour acheter les engrais chimiques nécessaires à la confection de l'ANFO utilisé dans l'explosion d'Oslo, et l'achat légal des armes utilisées pendant la fusillade[43].

La police norvégienne enquête également sur la possibilité de l'existence d'un deuxième tireur complice de Breivik[44], même si celui-ci a déclaré avoir agi seul.

Breivik a reconnu les faits, mais choisi de plaider « non coupable »[45]. Après une reconstitution sur les lieux des assassinats lourdement encadrée par des moyens policiers, Anders Behring Breivik est maintenu en isolement. Un procès s'échelonne du 16 avril au 24 août 2012, au cours duquel deux analyses psychiatriques donnent des résultats contradictoires. Breivik est condamné à la peine maximale norvégienne, 21 ans de prison avec sureté, pour l'assassinat de 77 personnes (bilan définitif).

Réactions norvégiennes[modifier | modifier le code]

Les dommages constatés sur les vitrines du centre des congrès d'Oslo et sur les immeubles avoisinants illustrent la violence de la déflagration.
Le lendemain des attentats, le quartier des ministères d'Oslo est bouclé par l'armée norvégienne ; cette situation martiale ne s'était pas produite depuis la Seconde Guerre mondiale.
  • Lors d'une conférence de presse le lendemain matin des attaques, le ministre d'État, Jens Stoltenberg, et le ministre de la Justice et de la Police, Knut Storberget, se sont adressés au pays. Stoltenberg a qualifié l'attaque de pire tragédie nationale depuis la Seconde Guerre mondiale[46].
  • Le 23 juillet 2011, le roi Harald tient un discours où il déclare que « ce que nous espérions ardemment ne jamais voir est finalement arrivé ». Il a décrit la violence comme « une attaque contre la société norvégienne, que nous apprécions tant. Et il s'agit d'une attaque contre le cœur même de la démocratie norvégienne ». Il conclut en déclarant : « C'est quand notre nation est mise à l'épreuve de la force que la solidarité et le courage du peuple norvégien se font jour. […] Je m'accroche à la croyance que la liberté est plus forte que la peur, je m'accroche à la croyance en une démocratie et une société norvégienne ouverte. Je m'accroche à la croyance en notre capacité à vivre librement et en sécurité dans notre propre pays[47]. »
  • Le chef du Parti conservateur Erna Solberg a qualifié les massacres de « tragédie nationale » et a dit, entre autres choses, que « même si les événements ont eu lieu à Oslo et Utøya, c'est la nation tout entière qui a souffert. Nous sommes tous en deuil[48]. »
  • Le 24 juillet, interrogé par la presse norvégienne, le père d'Anders Behring Breivik, Jenz Breivik, ancien diplomate norvégien, annonce être « très, très triste », se trouver dans un état de choc et ne plus jamais vouloir retourner en Norvège. Il avoue avoir honte de son fils, avec lequel il n'avait pas beaucoup de contacts depuis les 15 ans de ce dernier[49].
  • Le 25 juillet des rassemblements en hommage aux victimes sont organisés dans diverses villes du pays; à Oslo, près de 150 000 personnes prennent part à cette « marche des roses » (Rosemarsjen)[50].
  • Le 11 novembre, Knut Storberget démissionne du gouvernement. Il est remplacé par la ministre de la Défense, Grete Faremo, qui retrouve un poste qu'elle avait déjà occupé de 1992 à 1996[51].
  • Le lendemain de ces attentats, lors de la dernière étape du Tour de France 2011, les deux seuls coureurs Norvégiens du Tour, Thor Hushovd et Edvald Boasson Hagen ont organisé une minute de silence dans le peloton juste avant le départ en mémoire des 77 victimes.

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Algérie Algérie : Le président Abdelaziz Bouteflika a condamné avec la « plus grande fermeté » les attentats qui ont endeuillé la Norvège dans un message de condoléances adressé au roi Harald V de Norvège. « J’ai appris avec une profonde émotion les lâches attentats qui viennent de frapper votre pays et provoquer la mort de plusieurs personnes ainsi que de nombreux blessés. C’est avec la plus grande fermeté que je condamne ces actes odieux. Dans ces moments dramatiques, je tiens à vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens ainsi qu’en mon nom personnel, mes condoléances les plus attristées et vous assurer de ma profonde compassion. Je vous prie de bien vouloir en être mon interprète auprès des familles éprouvées. »
  • Drapeau de la Bulgarie Bulgarie : Le ministre des Affaires étrangères, Nikolaï Mladenov, a indiqué que « la Bulgarie condamne les attaques terroristes d'Oslo, dans lesquelles des innocents ont perdu la vie » et que « cet acte est absolument inacceptable, du point de vue politique et humain », exprimant par la suite ses condoléances et son soutien aux victimes et à la Norvège[52].
  • Drapeau du Brésil Brésil : La Présidente Dilma Rousseff a déclaré dans un message adressé au ministre d'État norvégien Jens Stoltenberg qu'elle avait reçu les informations concernant les attentats avec consternation et elle a exprimé ses condoléances et la solidarité avec les victimes et leurs familles en Norvège au nom du gouvernement et du peuple brésilien[53].
  • Drapeau du Canada Canada : le Premier ministre du Canada, Stephen Harper, a condamné des « actes de violence barbares et insensés » et a offert ses condoléances aux Norvégiens au nom de tous les Canadiens[54]. À Ottawa, il est possible à la population d'écrire un message de soutien et de condoléances dans un livre se trouvant à l'ambassade norvégienne.
  • Drapeau du Danemark Danemark : le ministre d'État danois Lars Løkke Rasmussen a déclaré que les Danois étaient au côté de la Norvège en ce jour, et il a offert sa compassion, sympathie, et solidarité au nom du peuple danois[55].
  • Drapeau de l'Équateur Équateur : Le gouvernement équatorien exprime sa solidarité et ses condoléances au peuple norvégien réaffirme la nécessité pour les nations de travailler pour la paix mondiale[56]
Barack Obama rédigeant ses condoléances le 26 juillet 2011, à l'occasion d'une visite de l'ambassadeur de Norvège.
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : le président américain Barack Obama a présenté ses condoléances au peuple norvégien et offre l'assistance des États-Unis dans l'enquête sur les attaques. Il a déclaré que c'est un rappel que toute la communauté a un intérêt à prévenir que cette sorte de terreur ne se produise[57].
  • Drapeau de la Finlande Finlande : la présidente Tarja Halonen a exprimé ses condoléances au gouvernement de Norvège. Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a également contacté et exprimé ses condoléances à son homologue norvégien Jonas Gahr Støre, en disant qu'il était gravement préoccupé par la situation. Il déclara plus tard que l'explosion a secoué tous les pays nordiques et a eu un impact sur l'appréciation de l'état de la sécurité dans la région. Il ajouta que si cette attaque se révèle être liée au terrorisme cela prouve que pour les terroristes aucune raison réelle n'est nécessaire pour attaquer puisque la Norvège a traditionnellement essayé d'être constructive dans les conflits internationaux[58],[59].
  • Drapeau de la France France : Le président français Nicolas Sarkozy a qualifié l'attentat d'Oslo d'« acte de violence odieux et inacceptable ». « Dans ce moment dramatique, je tiens à vous assurer de la profonde sympathie du peuple français tout entier à l'égard du peuple norvégien »[60].
  • Drapeau de la Grèce Grèce : Le Premier ministre grec Georges Papandréou et son ministre des Affaires étrangères Stávros Lambrinídis ont exprimé le soutien profond de la Grèce en ce moment de douleur du peuple norvégien frappé par cet acte de « violence sordide » qui vise directement « les structures de la société[61] ».
  • Drapeau de l'Irlande Irlande : Eamon Gilmore, vice-Premier ministre et Ministre des Affaires étrangères a présenté les condoléances au nom du gouvernement et du peuple irlandais[62].
  • Drapeau de l'Islande Islande : le Premier ministre d'Islande Jóhanna Sigurðardóttir a exprimé sa solidarité avec la Norvège : « Nous ressentons et partageons la douleur du peuple norvégien durant ces difficultés et temps agité et offrons toute l'aide que l'Islande peut fournir »[63].
  • Flag of Libya (1977-2011).svg Libye : lors d'une conférence de presse à Tripoli, Moussa Ibrahim, un porte-parole du régime de Kadhafi, a déclaré qu'ils n'ont jamais soutenu de quelconques actes de terrorisme. Puis il a ajouté que l'OTAN était en train de semer le terrorisme dans le cœur de beaucoup et que c'était regrettable et triste[64]. Muammar Kadhafi avait menacé plusieurs fois les Européens, plus récemment en juillet 2011[65],[66],[67].
  • Drapeau du Maroc Maroc : dans un communiqué adressé au roi Harald V de Norvège, le roi du Maroc Mohammed VI a fermement condamné les attentats terroristes perpétrés en Norvège. Il a, par ailleurs, indiqué que ces « actes de violences et d'hostilité n'entameront en rien l'attachement de votre peuple et de votre pays aux valeurs universelles de démocratie, de liberté, de fraternité, de juste milieu, de paix, de justice. »[68]
  • Drapeau du Mexique Mexique : le président Felipe Calderón a présenté ses condoléances au peuple norvégien via Twitter[69],[70].
  • Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas : le ministre-président Mark Rutte a présenté ses condoléances au peuple norvégien via Twitter[71].
  • Drapeau du Portugal Portugal : Le président Aníbal Cavaco Silva a envoyé ses condoléances au roi Harald V et aux famille des victimes. Pedro Passos Coelho, le premier ministre a envoyé ses condoléances à son homologue Jens Stoltenberg.
  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : le Secrétaire d'État des Affaires étrangères et du Commonwealth William Hague a déclaré que le Royaume-Uni se tenait côte à côte avec la Norvège à la suite de l'attaque[72].
  • Drapeau de la Russie Russie : Dmitri Medvedev déclare que la Russie condamne « dans les termes les plus fermes ces crimes monstrueux, pour lesquels il ne peut y avoit aucune justification[73]. »
  • Drapeau de la Suède Suède : le ministre d'État suédois Fredrik Reinfeldt a adressé ses plus profondes condoléances au peuple norvégien dans cette tragédie qui s'est produite à Oslo et au rassemblement des jeunes travaillistes norvégiens, et a indiqué que ses pensées allaient aux familles des victimes[74]. Le Ministre des Affaires étrangères Carl Bildt a déclaré qu'il avait contacté immédiatement son homologue norvégien Jonas Gahr Støre pour exprimer leur sympathie à tous ceux touchés et pour fournir une aide si nécessaire[75].
  • Vatican Vatican et Drapeau de l'Espagne Espagne : Le Pape Benoît XVI et le président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero déclarent dans un communiqué commun leur « inquiétude face à la montée de l'idéologie xénophobe qui menace les valeurs de la liberté religieuse et de la coexistence caractéristiques de la société européenne »[76].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Da Tweekaz, Deux DJ's du domaine musical hardstyle rendent hommages aux victimes sur leur composition intitulée What Have We Become[77].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Norway’s capital shaken by bomb blast », sur Washington Post (consulté le 22 juillet 2011)
  2. a et b (no) Stein-Erik Stormoen, Arild Færaas, Sindre Murtnes et Dyveke Nilssen, « Navn på alle terrorofre offentliggjort » [« Les noms de toutes les victimes ont été annoncés »], VG Nett, 27 juillet 2011 (mis à jour le 1er août 2011)
  3. (no) Line Brustad, « Siktes for to terrorhandlinger », Dagbladet,‎ 23 juillet 2011 (lire en ligne)
  4. (en) Peter Beaumont, « Oslo bomb: suspicion falls on Islamist militants », The Guardian, Londres,‎ 22 juillet 2011 (lire en ligne)
  5. 67 tuées sous les balles d'Anders Behring Breivik, 2 mortes en tentan de fuir (l'une par noyade, l'autre dans une chute mortelle).
  6. (no) Erlend Skevik, Atle Jørstad et Stein-Erik Stormoen, « Storberget: - Den pågrepne er norsk », Verdens Gang, Oslo,‎ 22 juillet 2011 (lire en ligne)
  7. (fr) « Norvège : la franc-maçonnerie exclut l’assassin »
  8. Titus Plattner, « Norvège: le suspect avait des armes et 6 tonnes d’engrais chez lui », Le Matin Dimanche,‎ 23 juillet 2011 (lire en ligne)
  9. Le Monde.fr, AFP et Reuters, « Un suspect proche des milieux d'extrême-droite », Le Monde,‎ 23 juillet 2011 (lire en ligne)
  10. (en) « Scores killed in Norway attack », BBC,‎ 23 juillet 2011 (lire en ligne)
  11. Breivik condamné à 21 ans de prison pour les tueries d'Oslo et Utoya - Antoine Mariotti et Anne-Diandra Louarn, France 24, 24 août 2012.
  12. La Norvège en deuil, le principal suspect assume son acte, Le Point, 24/7/2011
  13. Attentats en Norvège. La peine maximale de 21 ans à l’épreuve de la colère, Ouest-France, 24/7/2011
  14. a et b « Norvège : Un massacre et des questions », France Soir, 25/7/2011.
  15. « Forte explosion dans le centre d'Oslo, en Norvège », sur Le Monde (consulté le 22 juillet 2011)
  16. « Un faux policier de type nordique », sur http://www.republicain-lorrain.fr/ (consulté le 23 juillet 2011)
  17. (en) (en) Andrew Hough, « Oslo explosion: 'several' dead, dozens injured after Norway city blast », The Daily Telegraph, Londres,‎ 22 juillet 2011 (lire en ligne)
  18. (en) « Explosion hits Norwegian PM's office — Europe », Al Jazeera English,‎ 22 juillet 2011 (lire en ligne)
  19. (en) « Explosion In Oslo Government Building », Sky News,‎ 23 juillet 2011 (lire en ligne)
  20. (en) « 17 dead in Oslo bombing, shootings; Norwegian held », USA Today,‎ 22 juillet 2011 (lire en ligne)
  21. (en) « Oslo: Bomb blast near Norway prime minister's office », BBC News,‎ 22 juillet 2011 (lire en ligne)
  22. (en) « Norway on summer vacation », sur The Research Council of Norway,‎ 1er juillet 2010 (consulté le 22 juillet 2011)
  23. (en) Charles Duxbury, « Deadly Attacks Shake Norway », The Wall Street Journal,‎ 22 juillet 2011 (lire en ligne)
  24. « Oslo Bomb Attack — Eyewitness Reports » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 20130318
  25. (no) TV2:Anders Behring Breivik (32) i Oslo ble pågrepet etter bombe og massedrap, 23 juillet 2011
  26. « Double attentat en Norvège : le profil du tueur », sur tsrinfo.ch, Télévision suisse romande,‎ 23 juillet 2011 [audio] [vidéo]
  27. « Un attentat, une fusillade: la Norvège sous le choc » - L'Express, 22 juillet 2011
  28. « Loup solitaire, islamophobie et multkulti »
  29. Photo de Breivik menotté par la police norvégienne - AFP, 6 février 2012 [image]
  30. (no) VG:Flere skutt på Utøya i Buskerud, 22/07/2011.
  31. « Norway’s island survivors recall 2-hour terror as they cower silently from ‘policeman’ killer », article d'Associated Press dans le Washington Post le 23 juillet 2011. consulté le 5 août 2011.
  32. Norway shooting: German tourist hailed a hero after saving 30 lives, article de Victoria Ward dans le Telegraph le 24 juillet 2011. consulté le 5 août 2011.
  33. Couple braved gunfire to rescue 40 in water at Utoya, article de Tony Paterson dans The Independent le 3 août 2011. Consulté le 5 août 2011.
  34. a, b et c (en) The wrong helicopter and a sinking boat: Why it took special forces so long to reach Norwegian island massacre - Daily Mail, 25 juillet 2011.
  35. (en) « At Least 80 Dead in Norway Shooting » - The New York Times, 22 juillet 2011.
  36. (en) 7sur7.be
  37. Attentats en Norvège : l'intervention de la police en question - Le Monde, 26 juillet 2011
  38. (en) Survivor pretended to be dead - CNN, 23 juillet 2011 [vidéo]
  39. Norway shooting: killer 'confirms Gro Harlem Brundtland was main target - The Telegraph, 25 juillet 2011
  40. (en) The Norway Attacks: Who is Abu Suleiman Al Nasser ? The New Republic, 22 juillet 2011
  41. (en) Mark Townsend, « Defiant from the dock, Breivik boasts more will die », The Guardian,‎ 25 juillet 2011 (consulté le 25 juillet 2011)
  42. (en) « Norway shooting: killer 'confirms Gro Harlem Brundtland was main target' », The Telegraph,‎ 25 juillet 2011 (consulté le 25 juillet 2011)
  43. 2083 - A Declaration of Independance
  44. Norvège : le tueur présumé détestait le multiculturalisme (Le Figaro, 23 juillet 2011)
  45. « Attentats d'Oslo : Anders Behring Breivik est prêt à passer sa vie en prison » - 20 minutes, 25 juillet 2011
  46. (no) Camilla Wernersen, « – Som et mareritt », sur NRK,‎ 23 juillet 2011 (consulté le 23 juillet 2011)
  47. (no) Discours vidéo du Roi Harlad
  48. (no) En nasjonal tragedie
  49. Le père de Breivik a « honte » de son fils - Le Point, 25 juillet 2011
  50. Le Monde.fr
  51. « Norvège: nouveau ministre de l'Intérieur à la suite des attaques du 22/7 », Le Parisien,‎ 11 novembre 2011 (lire en ligne)
  52. (en) « Bulgaria Condemns Norway's Oslo Terrorist Attack », Sofia News Agency, le 22 juillet 2011
  53. (pt) « Dilma envia mensagem de solidariedade a premiê da Noruega », sur Terra, Brésil,‎ 22 juillet 2011
  54. « Explosion et fusillade en Norvège: 16 morts », sur Métro Journal,‎ 22 juillet 2011 (consulté le 22 juillet 2011)
  55. (da) (da) « Lars Løkke: Vi må stå sammen med Norge »
  56. (es) « Ecuador condena atentados ocurridos en Noruega » (consulté le 25 juillet 2011)
  57. (en) « Obama says Norway bombing is reminder that world has role to play in stopping terror » (consulté le 22 juillet 2011)
  58. (fi) (fi) « Oslon pommi-isku 22.7.2011 », sur Ministère des Affaires étrangères (Finlande), FI,‎ 22 juillet 2011 (consulté le 22 juillet 2011)
  59. (fi) (fi) « Oslon räjähdys vaikuttaa koko Pohjolan turvallisuustilanteen arviointiin », sur Finnish Broadcasting Company (YLE), FI,‎ 22 juillet 2011 (consulté le 22 juillet 2011)
  60. (en) Anna Jones, Matthew Danzico, Vanessa Barford et Susannah Cullinane, « As it happened: Norway attacks » (consulté le 22 juillet 2011)
  61. « Attaques en Norvège: Athènes s'indigne, exprime ses condoléances »,‎ 23 juillet 2011
  62. (en) « Tánaiste offers condolences in wake of attacks in Norway », sur merrionstreet.ie, site du gouvernement Irlandais,‎ 22 juillet 2011 (consulté le 25 juillet 2011)
  63. (is) « Condolences to the norwegian people », sur News, IE,‎ 23 juillet 2011 (consulté le 23 juillet 2011)
  64. (en) « Norway ripped by Oslo bomb, youth camp shootings »,‎ 22 juillet 2011 (consulté le 22 juillet 2011)
  65. (en) « Gaddafi threatens attacks in Europe », sur The Guardian (consulté le 23 juillet 2011)
  66. (en) « Libya: Muammar Gaddafi threatens Europe », sur BBC World News (consulté le 23 juillet 2011)
  67. (en) « Defiant Gaddafi threatens Europe - Africa », sur Al Jazeera (consulté le 22 juillet 2011)
  68. AFP, « Le Maroc condamne « fermement » les attaques en Norvège » (consulté le 24 juillet 2011)
  69. (es) Jorge Ramos, « FCH expresa condolencias a Noruega por atentados », sur eluniversal.com.mx
  70. (es) « Lamenta Calderón atentados en Noruega », sur provincia.com.mx
  71. (nl) @MinPres
  72. (en) « David Cameron condemns Norway attacks », sur BBC News,‎ 23 juillet 2011
  73. (es) « Comunidad internacional condena ataques en Noruega », sur El Comercio (consulté le 25 juillet 2011)
  74. (sv) « Uttalande av Fredrik Reinfeldt med anledning av händelserna i Oslo »
  75. (en) Vinthagen Simpson Peter, « Carl Bildt: 'We are all Norwegians' », sur TheLocal.se
  76. Massacre en Norvège : le pape s'inquiète de l'« idéologie xénophobe », TF1, 19 août 2011
  77. « Da Tweekaz feat. DJ Marion Kelly - What Have We Become », sur YouTube (consulté en 5 février 2012) : « Da Tweekaz would like to dedicate this track to the victims of horrific tragedy that devastated a whole nation. Utoya-22.07.11. » [vidéo]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Attentats de 2011 en Norvège : Un pays en état de choc, par Bertrand G. Muller, éd. Broché, 2011 (ISBN 978-6-1301-9759-9)
  • Utøya - Norvège 22 juillet 2011, 77 Morts, par Laurent Obertone, Ring, 2013 (ISBN 979-1091447089)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :