Airbus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 36′ 44″ N 1° 21′ 47″ E / 43.61222, 1.36306 ()

Airbus

Description de cette image, également commentée ci-après

Logotype de Airbus

Création 1970
Dates clés 1972 (Casa rejoint le consortium)
1979 (British Aerospace rejoint le consortium)
2001 (passage du GIE à une SAS)
Personnages clés Henri Ziegler, Roger Béteille, Bernard Lathière.
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan New standards. Together.
Siège social Drapeau de France Blagnac (France)
Direction Fabrice Brégier (PDG)
Activité Aéronautique
Produits Avions civils passagers, affaire et fret, avions militaires
Société mère Airbus Group
Effectif 62 751 (2010)[1]
Site web www.airbus.com
Chiffre d’affaires en augmentation 59,3 milliards €[2] (2013)
+ 5 % vs 2012
Résultat net en augmentation 1,5 milliards € (2013)
+ 22 % vs 2012

Airbus est un constructeur aéronautique international basé à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse en France. Division détenue à 100 % par le groupe industriel Airbus, l'entreprise fabrique plus de la moitié des avions de lignes produits dans le monde et est le principal concurrent de Boeing.

Fondé en tant que consortium de plusieurs fabricants européens à la fin des années 1960, Airbus Industrie est devenu une SAS (société par actions simplifiée) en 2001, possédée à 80 % par EADS (devenu Airbus Group) et à 20 % par BAE Systems, jusqu'en 2006 lorsque BAE a vendu ses parts à EADS.

Airbus emploie 62 751 personnes[Quand ?] sur 18 sites en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Belgique (SABCA) et en Espagne. Les pièces des avions Airbus sont principalement fabriquées en Europe mais certains composants viennent du monde entier et les chaînes d'assemblage final se trouvent à Toulouse (France), Hambourg (Allemagne), Séville (Espagne) et Tianjin (Chine). Airbus possède des filiales aux États-Unis, en Chine, au Japon et en Inde.

Airbus a produit son premier avion, l'A300, en 1972, et propose une gamme d'avion passagers allant de l'A318 à l'A380, ainsi que des avions fret et des avions d'affaire. Airbus Military, filiale d'Airbus basée en Espagne, produit des avions militaires (A310 MRTT, A330 MRTT, A400M). Airbus a été le premier constructeur à offrir un système de commandes de vol électrique sur l'A320. En 2013, Airbus a produit 626 avions et décroché 1 503 commandes nettes [3]. Il s'agit de la plus grande performance commerciale de l'histoire de l'aéronautique.

Le 31 juillet 2013, il est annoncé une restructuration d'EADS qui devient le groupe Airbus le 2 janvier 2014 ; Airbus est l'une des trois divisions chargée du développement des produits et services destinés aux aéronautiques civiles[4].

Historique[modifier | modifier le code]

1945 - 1967 : contexte aéronautique et projets européens[modifier | modifier le code]

Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, l'industrie aéronautique mondiale est dominée par les États-Unis. Douglas, Boeing et Lockheed ont bénéficié de l’important effort de guerre américain entre 1939 et 1945 et ont produit une grande quantité d'appareils militaires quadrimoteurs à pistons dont les versions civiles passagers (DC-6, Boeing 377, Constellation, etc.) connaissent un grand succès commercial. L’arrivée des turboréacteurs lance l'ère des avions à réaction et les plus récents appareils (DC-8, Boeing 707, Boeing 720) dominent le marché aérien. En Europe, les infrastructures de l'industrie aéronautique ont été en partie détruits pendant la guerre [5] mais la production reprend vite et les premiers appareils équipés de turboréacteurs (Caravelle de Sud-Aviation, Trident de Hawker-Siddeley, VC10 de Vickers, BAC 1-11 de British Aircraft Corporation, etc) sortent dans les années 1950. Ils ne rencontrent cependant pas le même succès que leurs concurrents américains, se vendent beaucoup moins et ne parviennent pas à percer le marché des États-Unis[6].

Caravelle de Sud-Aviation aux couleurs de Tunisair

Dans les années 1960, le transport aérien de masse est en pleine expansion et une étude de la FAA prévoit un triplement du trafic entre 1965 et 1971 pour un marché qui s'élève à 1 610 appareils[7]. Au salon du Bourget de 1965, les principales compagnies aériennes européennes mènent des discussions informelles sur leurs besoins en courts- et moyens-courriers nécessaires pour absorber la croissance du trafic[8]. Les constructeurs américains se lancent dans la réalisation de gros-porteurs (Lockheed L-1011, Boeing 747, etc) mais, afin d'éviter une concurrence frontale, les européens s'intéressent à un marché différent, celui des courts-courriers de 200 places plus adaptés aux liaisons courtes mais denses rencontrées en Europe, et cherchent à développer l'idée des « airbus » (« bus des airs »)[8].

Des rencontres entre les principaux acteurs du transport aérien se suivent et les constructeurs européens ont tous leurs propres projets : Galion pour Sud-Aviation, le successeur du BAC 1-11 pour British Aircraft Corporation, une version allongée du Trident pour Hawker-Siddeley, etc. Hawker-Siddeley mène également des études avec Nord-Aviation et Breguet sur un nouveau gros-porteur, le « HBN 100 » (initiales de Hawker, Breguet et Nord), un appareil au fuselage circulaire de 20 pieds de diamètre, similaire à celui du 747 de Boeing[9],[10],[11]. Des industriels allemands, voyant une opportunité de relancer leur production industrielle nationale, lancent eux-aussi un groupe d'étude regroupant 5 constructeurs (Dornier, Hamburger Flugzeugbau, Messerschmitt-Bölkow, Siebelwerke-ATG et VFW). Le Studiengruppe Airbus qui utilise le nom « Airbus » de façon officielle étudie la possibilité de participer à une collaboration internationale mais aucun de ces projets ne rivalise avec les appareils américains[12]. British European Airways réunit alors 8 compagnies aériennes européennes en octobre 1965 lors d'un symposium consacré au marché de l'« Airbus ». Il en ressort un projet franco-britannique d'appareil de 200 à 225 passagers avec une autonomie de 810 miles nautiques pour un coût de revient de 20 à 30 % moins cher que le 727-200[9],[13].

En 1965, les allemands transforment leur groupe d'étude en une structure plus organisée et coordonnée, le Arbeitsgemeinschaft Airbus qui vise au développement d'un gros-porteur quadriréacteur en collaboration avec d'autres partenaires européens[14]. Au début de l’année 1966, Sud-Aviation et Dassault discutent aussi sur un projet de gros-porteur biréacteur concurrent du HBN-100. Face à cette recrue d’intérêt, les gouvernements allemand, britannique et français s'entendent pour désigner une seule entreprise nationale pour les représenter (Arbeitsgemeinschaft Airbus pour l’Allemagne, Hawker-Siddeley pour le Royaume-Uni et Sud-Aviation pour la France). Le projet HBN-100 est officiellement choisi et une demande de financement est faite auprès des trois gouvernements le 15 octobre 1966. Pour la première, le projet est présenté sous le nom d'« Airbus A300 ».

Début 1967, la taille de l'A300 est sensiblement revue à la hausse, en partie pour des questions de prestige, bien qu'aucune compagnie aérienne européenne ne voit le besoin d'une telle capacité dans un avenir immédiat[15]. Français et Britanniques se mettent d'accord pour attribuer la gestion des études à la France, à la condition que Rolls-Royce soit le fournisseur des moteurs. En mai 1967, un projet plus élaboré, d'une capacité de 300 passagers, est présenté et le coût en recherche et développement est évalué à 190 millions de Livres, pris en charge à 37,5 % par le Royaume-Uni, 37,5 % par la France et 25 % par l'Allemagne[16]. Les estimations prévoient un marché potentiel de 250 appareils et le 25 juillet 1967, le projet d'accord est officiellement signé afin de « renforcer la coopération européenne dans le domaine de la technologie aérospatiale ». Un mémorandum d'entente sur le lancement de la première phase d'étude de l'A300 est signé à Londres en septembre 1967[17]. Il prévoit que les plans définitifs soient arrêtés en juin 1968 et que le prototype ne soit construit qu'à la condition que les commandes atteignent 75 exemplaires[18].

1967 - 1978 : A300 et formation d'Airbus Industrie[modifier | modifier le code]

A300B1 aux couleurs de TEA, délivré en 1974.

Dans les mois qui suivent la signature, les gouvernements français et britanniques expriment des doutes sur la faisabilité du projet. Les compagnies aériennes boudent l'A300 qu'elles estiment trop grand et le consortium n’enregistre aucune commande au mois de juin 1968[18]. Français et Britanniques s'inquiètent face à l’augmentation du coût du programme. La France doit financer 2 grands projets en parallèle (Concorde et Dassault Mercure 100) mais voit cependant dans l'A300 une opportunité de fournir du travail à 30 000 salariés, pour la plupart français tandis que le Royaume-Uni, déjà inquiété par le coût du développement du Concorde, émet de plus en plus de doutes quant à sa participation. De plus, Rolls-Royce et Lockheed ayant signé un accord d'exclusivité pour le moteur RB211 censé équiper l'A300, le Royaume-Uni se voit dans l’obligation de financer le développement d'un nouveau turboréacteur plus puissant[19]. Face au manque d'intérêt des compagnies, une version plus petite de l'A300 est proposée à la fin de l’année 1968. Initialement baptisé « A250 », l'« A300B » a des dimensions légèrement inférieure à l'A300 initial et pèse 25 tonnes de moins. Sa soute a été redessinée afin de lui permettre d'embarquer des conteneurs LD3 côte-à-côte et d'augmenter sa rentabilité économique[18]. Tony Benn, ministre des technologies britannique, annonce en décembre 1968 que le Royaume-Uni ne peut s'engager à participer financièrement au projet et pourrait ne pas soutenir le consortium. Le Royaume-Uni décide finalement d'abandonner sa participation au projet en 1969[20].

A300B2 d'Air France au salon de Farnborough en 1974.

Face à ce retrait, l'Allemagne de l'Ouest, poussée par son ministre des finances Franz Josef Strauß voit une opportunité de reconstruire son industrie aéronautique civile et propose d'augmenter sa participation au projet et de porter son financement à 50 %[21]. La France et l'Allemagne signent au Salon du Bourget de 1969 un accord de coopération pour le biréacteur « A300B » de 226 places, conçu pour être plus économique que les tri ou quadriréacteurs concurrents[22],[21]. La motorisation est attribuée à General Electric en coopération avec Snecma pour mettre au point le futur moteur CFM 56. Malgré le retrait du Royaume-Uni, Arnold Hall, directeur de Hawker-Siddeley, avait déjà investi 35 millions de Livres dans la conception et la fabrication des ailes et décide de s'associer seul à Sud-Aviation et Deutsche Airbus sur le projet A300B[21].

Nouveau logo d'Airbus Industrie, fondé en 1970.

Au 1er janvier 1970, Sud- et Nord-Aviation s'unissent pour former un géant de l’aéronautique : Aerospatiale. Français et Allemands souhaitent formaliser la structure de leur collaboration et le financement de l'A300B. Initialement réparti à hauteur de 50 % pour chaque pays, les parts doivent être modifiées plusieurs des partenaires de Deutsche Airbus décident de se retirer du projet, ne laissant que MBB et VFW-Fokker. Mais comme VFW-Fokker n'est que la partie allemande du groupe Fokker-VFW basé aux Pays-Bas, le gouvernement néerlandais se voit dans l'obligation de prendre 6,6 % des parts du projet A300B afin de régulariser la situation. La part de la France et de l’Allemagne ne se montent plus qu'à 46,7 %[23]. Après cette restructuration, Aerospatiale et Deutsche Airbus forment officiellement « Airbus Industrie » le 18 décembre 1970[24]. La structure d'Airbus Industrie est celle d'un groupement d'intérêt économique (GIE) qui permet des échanges facilités entre les nations participantes et offre plus de flexibilité dans les opérations[23]. Le siège de la nouvelle entité est basé à Paris et Franz-Josef Strauss est nommé président du conseil de surveillance, chargé de décider des nouveaux programmes[25]

Section de l’A300 au Deutsches Museum de Munich.

Après le transfert des parts de Fokker à l'Allemagne de l'Ouest, le constructeur espagnol Construcciones Aeronáuticas Sociedad Anónima (CASA), qui avait été associé au programme Dassault Mercure depuis 1969, rejoint Airbus Industrie et prend 4,2 % du capital, réduisant la part d'Aerospatiale et de Deutsche Airbus à 47,9 % chacun[26],[27].

A300B4-200 d'Eastern Air Lines, première compagnie américaine cliente d'Airbus.

Dès la construction du prototype, il est prévu de construire 10 variantes de l’A300B avec des capacités d'emport et des rayons d'action accrus afin d'en faire un appareil flexible et adaptable à tous les segments du marché :

  • A300B1 pour la version de base,
  • A300B2 pour une version allongée de 10 m,
  • A300B3 (jamais construit) pour une masse maximale au décollage de 148,5 t,
  • A300B4 pour une masse de 150 t,
  • A300B5 (jamais construit) pour une version fret,
  • A300B6 (jamais construit) pour une version fret allongée,
  • A300B9 pour une version très allongée (future A330),
  • A300B11 pour une version quadriréacteur (futur A340), etc.

La capacité de l'A300B1 n’est pas assez importante pour la compagnie Air France qui porte un plus grand intérêt à la version allongée A300B2, d'une capacité de 270 passagers et passe une commande de 6 exemplaires de cette version, le 3 septembre 1970, la toute première commande d'Airbus. Le premier vol de l'A300B1 est réalisé le 28 octobre 1972 avec un mois d'avance sur le calendrier prévu et il reçoit les certification de la DGAC française et de la LBA allemande le 15 mars 1974 et de la FAA le 30 mai 1974. Air France est la première compagnie à faire voler l'A300, entre Paris et Londres, le 15 avril 1974[28].

Afin de faire connaître l’A300 et de tenter de percer le marché américain, Airbus décide en septembre 1973 de lancer une tournée d'exhibition de 6 semaines en Amérique du Nord et Amérique du Sud. Cette tournée rencontre un grand succès auprès de nombreuses compagnies aériennes et notamment de Frank Borman, directeur de la compagnie Eastern Air Lines, qui deviendra quelques années plus tard le premier client américain d'Airbus, en commandant 23 A300B4 en mars 1978, et lancera la carrière d'Airbus aux États-Unis[29].

1978 - 1980 : lancement de l'A310 et implication du Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

A310-200 de Nigeria Airways en 1984.

Alors que l’A300 rencontre un gros succès commercial face à Boeing, Airbus se décide à lancer en juillet 1978 le développement d'un successeur[30]. La capacité de l'A300 avait en grande partie été décidée afin de satisfaire les besoins de la compagnie Air France mais avait donné naissance à un appareil un peu trop grand pour les besoins réels[31] et de nombreuses compagnies n’avaient pas le trafic suffisant pour remplir des A300. Afin de réduire les coûts de recherche et développement, Airbus envisage de concevoir l'A300B10MC (pour A300B Minimum Change) en raccourcissant le fuselage d'un A300B afin d'obtenir une capacité de 220 passagers mais un tel appareil aurait l'inconvénient d'avoir une voilure et un train d'atterrissage surdimensionnés et trop lourds, entraînant une surconsommation de kérosène[32]. De nombreuses séances de concertation entre les différents partenaires se suivent et permettent d'affiner les caractéristiques du futur A310. Contrairement à l'A300 largement influencé par des décisions politiques des pays participants, les considérations techniques et commerciales priment durant le développement du projet A310 et marquent pour la première fois l'émergence d'un vrai pouvoir industriel d'Airbus face aux états membres[33].

A310-300 de Balair en 1986.

Une première maquette de l'A310 est présentée au salon aérien d’Hanovre en avril 1978 et le l’A300B10 est lancé le 6 juillet 1978 par Aerospatiale, MBB, Fokker et CASA[34]. Au début de l'année 1979, Lufthansa, Swissair, KLM, Air France et Iberia ont déjà passé commande de nombreux exemplaires de l'A310, dont les plans se précisent de plus en plus. L’effort de conception de l'A310 permet au Royaume-Uni et à British Aerospace (BAe) de retrouver un rôle dans l'industrie aéronautique européenne car de nouvelles ailes doivent être créées pour l'A310. BAe est une conglomérat national issu du mouvement de consolidation de l’industrie aéronautique britannique lancé par le gouvernement travailliste au cours des années 1970 et le gouvernement britannique se pose la question de savoir si BAe doit se rapprocher d'Airbus ou d'un constructeur américain. British Airways, dont la majorité des appareils sont américains, et Rolls-Royce Lld, dont le réacteur RB.211 équipe le Boeing 757, sont en faveur une alliance avec les Américains mais l'implication de Hawker-Siddeley dans le programme A300 favorise un rapprochement avec Airbus et un accord est signé entre Airbus et BAe le 27 octobre 1978. Les gouvernements français, allemand, espagnol et britannique ratifient cet accord le 27 octobre 1978 et BAe rejoint officiellement le G.I.E. le 1er janvier 1979 pour participer au développement et à la construction de l'A310[35]. La participation des États-membres du consortium est alors la suivante : 37,9 % pour les Allemands et les Français, 20 % pour les Britanniques et 4,2 % pour les Espagnols[36].

Un prototype de l’A310 effectue son premier vol le 3 avril 1982 et les premiers appareils équipés des reacteurs General Electric CF6-80A3 et Pratt & Whitney JT9D-7R4D1 sont respectivement livrés à Lufthansa et à Swissair en mars 1983[37].

A300-600 aux couleurs d'Airbus.

De nombreuses innovations technologiques font leur apparition sur l'A310. Les aérofreins, les spoilers et la gouverne sont réalisés en plastique à renfort fibre de carbone, d'abord à l'essai sur l'A300 puis inclus en série sur l'A310-200. C'est également le premier appareil à disposer d'une voilure supercritique. Le premier vol de l'A310 se déroule le 3 avril 1982 et l’appareil est certifié le 11 mars 1983. Face à la demande des compagnies aériennes d'appareils offrant des rayons d'action accrus, Airbus propose en 1982 une nouvelle version de l'A310 avec une autonomie de 7 500 km, l'A310-300. Pour la première fois, des pièces principales comme les ailerons sont en matériaux composites. L'ajout de winglets permet de réduire la traînée induite par la portance et de diminuer la consommation de kérosène. Même si l’A310 offre de nombreuses innovations technologiques, il rencontre un succès commercial mitigé avec seulement 255 livraisons à la fin 2000 contre plus de 817 pour son principal concurrent, le Boeing 767[38].

La récession du début des années 1980 entraîne une baisse des commandes et l’arrêt de la production de l'A300B en 1984. Une version modernisée de l’A300, l'A300-600, est proposée et reprend les principales caractéristiques de l’A300 mais en y intégrant les nouveautés technologiques de l'A310 : voilure identique, fuselage plus court de 1,3 m, masse au décollage de 170,5 tonnes, suppression du mécanicien de bord et cockpit à deux pilotes uniquement. L’A300-600 rencontre un succès plus important que l'A310 et est décliné en version fret et Super Transporter.

1980 - 1990 : succès de l'A320[modifier | modifier le code]

Alors que les Allemands ont obtenu la réalisation de l’A310, les études de marché montrent que le segment des moyen-courriers de 150 places devient de plus en plus populaire auprès des compagnies et permettrait de concurrencer le Boeing 737-200 et le DC-9 de MacDonnel Douglas[39]. Les premières études pour un tel appareil remontent au milieu des années 1970 lorsqu’un comité composé d'Aerospatiale, BAC, Hawker-Siddeley, Dornier, MBB et VFW se réunit en 1974 pour discuter de plusieurs propositions d'avion. Dassault propose le Mercure 2000, BAC propose le X-Eleven et Aérospatiale propose l'A200 en deux versions : l'A200A de 134 places et l’A200B et de 174 places[40].

En 1981, le Conseil de surveillance d'Airbus Industrie autorise le GIE a entamer des pour-parler avec les compagnies et les motoristes pour un appareil de 150 place et en juin 1981, Bernard Lathière annonce que le programme A320 est officiellement lancé[41]. Les études montrent alors que le marché des A320 pourrait s'élever à 3 000 exemplaires sur 10 ans[39]. Au Salon du Bourget, Air France donne un essor supplémentaire à ce programme en déclarant son intention d'acquérir 25 appareils avec une option sur 25 autres, avant même que le programme ne soit officiellement lancé[42],[43]. Devenu l'A320, le nouvel appareil d'Airbus devait être de taille similaire au B737, mais devait proposer différentes capacités d'emport. Après le choc pétrolier de 1970, Airbus a souhaité minimiser la consommation de ses A320 et se différencier de la concurrence en introduisant des innovations technologiques à la fois décisives et nombreuses, telles que les commandes de vol électrique, les structures en matériaux composites, le contrôle du centre de gravité par déplacement du kérosène, la planche de bord tout écran et un cockpit avec seulement deux pilotes. Ces innovations ont permis à l'A320 de consommer 50 % de kérosène en moins que le Boeing 737 et de procurer des économies substantielles du fait d'un pilotage à deux.

Lorsque l'A320 est officiellement lancé le 2 mars 1984, les commandes fermes atteignent déjà le chiffre de 80 de la part de cinq compagnies différentes[42]. En 1988, Airbus sort l'A320, le premier avion civil à commandes de vol électriques numériques, entièrement contrôlées par des calculateurs. Très controversée initialement, cette technologie a été mise au point notamment grâce à l'expérience accumulée sur Concorde. L'A320 est le premier avion de sa catégorie (narrow body ou single aisle, c'est-à-dire à fuselage étroit ou un seul couloir de 150 places environ) conçu après le Boeing 737 qui date des années 1960.

Le succès de l'A320 fut encore plus clair lorsqu'Airbus, en concurrence avec Boeing, remporta une importante commande de la part de la compagnie américaine Pan Am[42]. Le premier A320 a été présenté au public à Toulouse lors d'une fastueuse cérémonie en février 1987[42] et le premier appareil a été livré en mars 1988, puis mis en service par Air France le 18 avril 1988. Le Crash d'Habsheim, le 26 juin 1988 fut à l'origine des controverses sur la « fiabilité affirmée » de l'avion et plus particulièrement sur celle de l'informatique embarquée.

Airbus A320-100 d'Air Inter en 1991.

Le pilotage à deux fut à l'origine d'un mouvement de grève important chez Air Inter de la part des navigants. Mais cette grève fut déclarée illicite par le tribunal de Bobigny en novembre 1987[44], et le succès d'Airbus ne se démentit plus.

C’est le lancement de l’A320 qui établit Airbus comme un acteur majeur sur le marché aéronautique, avec plus de 400 commandes avant son premier vol, comparé aux seules 15 commandes pour l’A300 en 1972. L’A320 a joué un rôle considérable dans l’essor d’Airbus : il permit à Airbus, après le succès de l’A300 et de l’A310, de devenir incontournable sur la scène mondiale et a ouvert une nouvelle ère dans l’aéronautique européenne et mondiale. En 2005, l’A320 représentait plus des 3/4 des commandes d’Airbus[45].

Devant le succès remporté par l'A320, Airbus lance, en novembre 1989, un projet portant sur une version allongée de 186 places de l'appareil, l'A321[46].

1990 - 2000 : diversification de la gamme d'avions[modifier | modifier le code]

A330-300 de US Airways.
A340-600 aux anciennes couleurs d'Airbus.

Au cours des années 1990, la gamme d'avions d'Airbus se diversifie avec le lancement en parallèle des longs-courriers A330/A340 et l'étoffement de la famille A320 avec l'A318, l'A319 et l'A321.

Après le succès des moyens-courriers A320, Airbus s'attaque au marché des longs-courriers en 1987. Les premières études conduisent Airbus à reprendre 2 anciens projets déjà développés dans les années 1970 : le TA9 et le TA11. Le TA9 (TA pour Twin-aisle ou bicouloir) reprend la section de fuselage de l'A300/310 mais avec une voilure nettement plus grande destiné à concurrencer le nouveau Boeing 767 en proposant une autonomie de plus de 10 000 km. Airbus reprend également le projet de l'A300-B11, nom de la variante quadriréacteur de l'A300 étudiée dès la création d'Airbus en 1970. Le financement de ce projet ne fut assuré que lors de l'adhésion de British Aerospace au consortium en 1979. Le projet fut alors rebaptisé TA11 (TA pour twin-aisle), avec pour objectif de s'attaquer au marché des gros-porteurs très long courrier dominé alors par le McDonnell Douglas DC-10.

Le programme TA9 est renommé A330 et le programme TA11 est renommé A340 et, afin de réduire les coûts, le développement de l'A330 et de l'A340 est mené en parallèle et les deux appareils partagent de nombreux éléments de technologie en commun. La carlingue est identique et les commandes de vols et le poste de pilotage sont repris du programme A320. En plus de simplifier les études de développement et la fabrication, ceci permet aux compagnies aériennes de ne former les pilotes que sur un seul type d'appareil[47].

En juin 1987, lors du Salon du Bourget, le programme A330/A340 est officiellement dévoilé par Jean Pierson, alors à la tête d'Airbus, avec la première lettre d’intention de la compagnie Lufthansa portant sur l'acquisition de 15 A340[48]. Le 14 décembre 1989, Air Inter devient la première compagnie cliente de l’A330 et passe commande ferme de 14 appareils, assorti d'une prise d'options sur 14 autres supplémentaires. Le premier A340 est mis en service en janvier 1993. Le premier A330 est mis en servie en décembre 1993 et est équipé pour la première fois d'un moteur Rolls-Royce, le Trent 700[49],[47].

A319, A320 et A321 de Lufthansa à l’aéroport de Munich.

Devant le succès remporté par l'A320, Airbus lance dès 1987 l’idée d’une version dérivée agrandie et les plans initiaux s'orientent vers un appareil au fuselage allongé mais avec un concept et une structure générale identique. Ceci permet de renforcer le principe de communité de la famille A320 mais également de limiter les études en recherche et développement car les équipes d'ingénieurs d'Airbus sont principalement mobilisées sur le programme A330/A340. Le programme, d'un coût de 840 millions de dollars, n’est pour la première fois pas financé par des fonds publics mais par l’émission de bonds[50]. Les premiers plans d’un appareil d'une capacité de 180 à 220 passagers sont présentés en avril 1988 et le premier vol a lieu en mars 1993[51],[52]. Quelques mois après, Airbus envisage d'étendre sa gamme de moyen-courrier par le bas et propose une version raccourcie de l’A320. Reprenant les plans du SA1 du début des années 1980, l'A319, assemblé à Hambourg, effectue son premier vol le 25 août 1995[53]. C'est cet appareil qui sera utilisé comme base en 1999 pour devenir le premier avion privé d'Airbus, l'A319CJ (pour Corporate Jet). À la fin des années 1990, Airbus propose une nouvelle version encore plus raccourcie de l’A320, l’A318, qui donne à la famille A320 une grande flexibilité en termes de capacité d'emport et de rayon d'action[54].

1999 - 2001 : consolidation et formation d'Airbus SAS[modifier | modifier le code]

Alors que l'économie mondiale se remet rapidement de la récession du début des années 1990, les commandes d'avions repartent à la hausse. Les principaux constructeurs aéronautique doivent augmenter leurs cadences de production afin de satisfaire la demande des compagnies clientes mais la structure du consortium Airbus représente un frein à ce développement et cette montée en puissance. La gestion d'Airbus est compliquée car partagée en 4 pays et mène à un coût du travail élevé, un temps de prise de décision très long, à des redondances dans l'effort de recherche et à des rivalités nationales. De plus, chacune des entreprises nationales est responsable de ses investissements et de la gestion de ses effectifs et Airbus Industrie n’a aucun contrôle sur la gestion globale du consortium[55]. La dispersion des ressources d'Airbus sur différents sites ne facilite pas la communication avec les compagnies clientes, qui ont toujours été associées au développement des nouveaux avions[56]. Cette particularité devient un problème de plus en plus majeur au moment où Airbus se lance dans le financement des travaux de conception et de développement du projet A3XX[57].

Dès 1996, afin de simplifier la structure, diminuer les coûts et de rester concurrentiel face à Boeing, le conseil de surveillance d'Airbus Industrie annonce son intention de restructurer le GIE afin d'en faire une entreprise unifiée et des discussion sont entamées sur les actifs à céder d'ici à 1999 à la nouvelle entité Airbus[55]. L’intégration en une seule entreprise pourrait économiser 1 milliard de dollars par an[58]. En décembre 1998, British Aerospace et DASA mènent des pour-parler afin de fusionner[59]. Aerospatiale bloque toute discussion sur une éventuelle restructuration d'Airbus, craignant que le nouveau groupe BAe/DASA, avec 57,9 % des parts d'Airbus ne prenne le dessus sur Aerospatiale. Aérospatiale réclame alors que sa part soit augmentée à 50 %[60]. Mais en janvier 1999, BAe rachète Marconi Electronic Systems[61], la branche défense de General Electric Company, afin de former BAE Systems et abandonne ses projets de fusion avec DASA[62]. Devant le manque d'action, les ministres de l'industrie des pays participant à Airbus menacent de retirer leur soutien si Airbus ne se transforme pas en une entreprise intégrée[58]. La privatisation d'Aerospatiale lors de sa fusion avec Matra Hautes Technologies pour former Aerospatiale-Matra est une première étape[58].

En 2001, à la suite de la consolidation de l'industrie aéronautique européenne, le consortium devient une société intégrée, détenue à 80 % par EADS, premier groupe européen du secteur et 20 % par BAe, deuxième groupe européen.

Aérospatiale, DASA et CASA fusionnent pour former EADS et s'allient à BAE Systems pour former une société à action unique, Airbus, détenue à 80 % par EADS et 20 % par BAE. Le siège de la nouvelle société est situé à Toulouse et son premier président est Noël Forgeard. Avec cette nouvelle structure entièrement intégrée, Airbus peut lancer son projet de gros-porteur, l'A380[63]. En septembre 2006, EADS rachette à British Aerospace ses 20 % détenus dans le capital d'Airbus. Fin janvier 2007, l'hebdomadaire « Capital » annonçait que la Russie négociait une prise de participation de 20 % de l'avionneur européen, via une banque ou une société d'État russes (voir Vnechtorgbank et OAK)[64].

2002 - 2007 : A380 et difficultés industrielles[modifier | modifier le code]

Premier vol de l'A380 en 2005.

L'A380 est issu d'un projet dont l'origine remonte aux années 1980 lorsqu'Airbus envisage de s'attaquer au marché des très gros porteurs et de briser le monopole du 747 de Boeing[65]. Les premières esquisses d'un aéronef capable de transporter plus de 800 passagers sont réalisées en 1988[66] mais Airbus ne lance officiellement son projet que fin 1995 et le baptise Airbus A3XX. Après avoir contacté de nombreuses compagnies aériennes intéressées et alors que les producteurs nationaux Aerospatiale-Matra, DASA et CASA viennent juste de fusionner pour former EADS, le conseil de surveillance d'Airbus lance officiellement le programme A3XX le 19 décembre 2000 et le rebaptise A380[67] alors que 55 appareils ont déjà été commandés par 6 compagnies[68]. La configuration de l'A380 a été définitivement fixée au début de l'année 2001 et la fabrication des premiers éléments du caisson de voilure a débuté le 23 janvier 2002[69]. La présentation officielle de l'A380 a eu lieu le 18 janvier 2005[70] et le premier vol se déroule le 27 avril 2005[71]. Cinq A380 ont été construits pour la phase de test de deux ans[72] au terme de laquelle deux versions de l'appareil (A380-841 et A380-842) sont certifiées par l'EASA et la FAA les 12 décembre 2006 et 14 décembre 2007[73],[74].

Le programme A380 rencontre cependant de nombreux problèmes d'industrialisation et son lancement commercial est repoussé à trois reprises. Le câblage de la cabine passagers, réalisé à Hambourg, représente la principale difficulté car certains câbles s'avèrent trop courts pour être raccordés aux autres parties de l'avion lors de l'assemblage final à Toulouse[75],[76]. Airbus a attribué ces problèmes à la complexité d'un tel système et à des facteurs propres à l'A380[77], dont la personnalisation de l'aménagement intérieur des avions selon les compagnies. Le manque d'intégration d'Airbus a également été mis en cause[75] car les usines Airbus allemandes et françaises utilisent des versions différentes du même logiciel CATIA, version 4 pour l'Allemagne et l'Espagne et version 5 pour le Royaume-Uni et la France[78]. De plus, les maquettes numériques 3D censées faciliter l'intégration des harnais électriques n'ont été réalisées que très tardivement dans le programme et les différentes équipes étaient encore en phase d'apprentissage[79]. Airbus a annoncé un premier retard de 6 mois en 2005 et un second de 6 à 7 mois en juin 2006 ainsi qu'une baisse importante de la cadence de production. Cette annonce a entraîné une chute de 26 % de l'action EADS et a conduit aux départs de Noël Forgeard, Gustav Humbert et Charles Champion. En octobre 2006, EADS a annoncé un troisième retard d'un an, le report de la livraison du premier A380 à octobre 2007 ainsi que des prévisions de production annuelle en baisse[80].

Ce retard de 18 mois a de nombreuses conséquences financières pour Airbus, entraîne un surcoût du programme de 4,8 milliards d'euros[80] et fait grimper le seuil de rentabilité de l'A380 de 250 appareils au lancement du programme, à 270 en 2001, puis 300 en mars 2006 et finalement 420 en octobre 2006. Le manque à gagner sur la période 2006-2010 est estimé à 6,3 milliards d'euros[81]. De nombreuses compagnies, lésées par les retards, exigent des compensations financières. Emirates a reçu 110 millions de dollars d’indemnités[82].

2007 - 2012 : restructuration[modifier | modifier le code]

Afin de rattraper les retards de production, Airbus met en place des solutions techniques à court terme. Les systèmes de conception par ordinateur utilisés à Hambourg sont uniformisés et mis au niveau de ceux utilisés à Toulouse et dans les autres sites de productions. Plus de 2 000 compagnons allemands sont envoyés à Toulouse afin de désassembler les vingt-six premiers appareils à livrer et de refaire le câblage à la main [75],[76]. La cadence de production est également accélérée à Hambourg afin d'écourter les délais d'attente.

Ces difficultés industrielles révèlent de profondes carences au sein d'Airbus et d'EADS ainsi que des problèmes de communication entre dirigeants et entre les différents sites de production. Le contrôle qualité, relevant d'Airbus, est mis en cause car les malfaçons réalisées à Hambourg n'ont pas été détectées à temps et ont dû être corrigées une fois toutes les pièces arrivées à Toulouse. La direction d'Airbus a également sous-estimé les difficultés industrielles et s'est montré trop confiante dans les réponses techniques apportées initialement. Les rivalités entre dirigeants, notamment entre français et allemands, ont pesé sur le déroulement du programme[76]. EADS et Airbus décident alors de mettre en place une organisation industrielle transnationale à long terme et lancent trois plans de restructuration successifs : « Power8 », le plus important, en février 2007, « Power8 Plus » en septembre 2008 et « Future EADS » en décembre 2008[83].

Manifestation à Toulouse contre le plan Power8.

« Power8  », préparé par Christian Streiff mais annoncé le 8 février 2007 par Louis Gallois, vise à réduire les coûts structurels, maximiser la trésorerie et accélérer le développements des avions[84]. Il prévoit 10 000 suppressions de postes et la cession de plusieurs usines sur trois ans, amenant les effectifs de 55 000 en 2005 à 45 000 en 2008[85]. Ce plan déclenche de nombreuses contestations au sein des salariés d'Airbus[86] et entraîne la suppression directe de 7900 postes mais permet d'économiser 2,5 milliards d'euros et de générer 10 milliards d'euros de cash[87].

Afin d'étendre les restructurations aux autres divisions d'EADS, le plan « Power8 Plus » est lancé en septembre 2008 en complément de Power8 et vise 650 millions d’euros d’économies brutes par an pour Airbus et 350 millions d’euros d’économies dans le groupe EADS d’ici fin 2012[88], notamment en délocalisant une partie de la production vers des pays situés en zone dollar ou à faible coût de main d’œuvre, notamment en construisant une chaîne de production de l'A320 en Chine et une usine de composant en Tunisie[89],[90].

Le plan « Future EADS » vise à économiser 350 millions d'euros supplémentaires ainsi qu'à réorganiser la structure de l’entreprise, poursuivre l'intégration des différentes composantes d'Airbus et améliorer la communication entre les divisions [91]. La restructuration d'Airbus passe aussi par la vente de certaines usines. EADS souhaitait initialement vendre 6 sites de production, Filton (Royaume-Uni), Nordenham, Varel, Laupheim (Allemagne), Meaulte et Saint Nazaire (France)[92] mais après l'échec du rachat des 2 usines de Saint-Nazaire et Méaulte par Latécoère[93], celles-ci se sont regroupées avec un autre site de Toulouse pour former Aerolia, filiale d'Airbus spécialisée dans les aérostructures et les sous-ensembles de pointe avant et basée à Toulouse[94]. Le site de Laupheim qui produit les habillages cabine, les compartiments de repos équipage et les gaines de conditionnement d'air a été vendu en 2008 à Diehl Aerospace, un consortium formé par l'allemand Diehl BGT Defence et le français Thales[95].

Afin d'atteindre une plus grande intégration, la division « Avions de transport militaire » (MTAD pour Military Transport Aircraft Division) chargée de la conception, construction et distribution des avions d'EADS CASA est intégrée à Airbus en 2009 et en devient une filiale sous le nom d'Airbus Military[96].

2005 - : A350 et A320neo[modifier | modifier le code]

Schéma de l'A350-900 d'Etihad Airways.

Lorsque Boeing annonce le lancement du programme 787 en 2003, Airbus ne réagit pas et précise que ce n’est qu'une réponse à son A330. Mais devant la pression des compagnies aériennes, Airbus se met à réfléchir à un projet d'avion concurrent et en septembre 2004, Noël Forgeard sous-entend lors d'une interview qu'Airbus à l'intention de lancer l'A350[97]. En octobre 2004, alors que le projet n’est pas encore officiellement lancé, il annonce que le budget d'investissement sera de 2 à 3 milliards de dollars et que le premier vol pourrait avoir lieu à la mi-2008[98]. L'A350 serait basé sur l'A330-500 mais en lui adjoignant une nouvelle motorisation et une nouvelle voilure composite. Airbus reçoit l'autorisation d'offre de ses deux actionnaires EADS et BAE Systems le 10 décembre 2004 et commence la prospection commerciale auprès des compagnies aériennes[99],[100]. Le conseil de surveillance donne un avis favorable en juin 2005[101] et le projet est officiellement lancée le 6 octobre 2005[102]. Ce modèle est cependant très proche de l'A330, et pourrait s'avérer en être un concurrent direct et même gêner la production de l'A340. Ce premier modèle enregistre 140 intentions d'achats fermes de la part de neuf compagnies clientes mais entraîne presqu'immédiatement de nombreuses critiques de la part de compagnies aériennes et loueurs d'avion.

Airbus décide de revoir la conception de l'A350 et propose une nouvelle version le 17 juillet 2006 au salon au Salon aéronautique de Farnborough. Baptisé A350 XWB pour Extra Wide Body[103], il dispose d'un fuselage beaucoup plus large, utilise plus de matériaux composite et se présente comme un concurrent direct de 777. Le budget de développement passe d'environ 3,5 à 9,5 milliards d'euros mais le nouveau modèle, capable de transporter jusqu'à 350 passagers sur 18 000 km enregistre un vif succès auprès des compagnies. Airbus commence la fabrication des premiers sous-ensembles de l'A350 en décembre 2009[104] et l’assemblage final du premier appareil, réservé aux tests statiques, débute le 12 avril 2012[105]. Le premier vol test a eu lieu le 14 juin 2013 entre 10 h 0 et 14 h 5 et n'a pas connu d'incident important[106].

En janvier 2011, Airbus propose une version modernisée de l'A320, l'A320neo (pour New Engine Option), avec une mise en service prévue pour 2015. Équipé au choix de moteurs PW1000G de Pratt & Whitney ou LEAP-X de CFM International, l'A320neo consommera, d'après Airbus, jusqu'à 15 % de kérosène en moins par rapport à l'A320 et sera équipé de sharklets permettant une réduction supplémentaire de 3,5 %. Il pourra également parcourir 950 km de plus ou transporter 2 tonnes de plus à rayon d'action fixe[107]. Au Salon du Bourget 2011, Airbus annonce la commande de 667 appareils de la famille A320neo pour un montant total au prix catalogue estimé à 60,9 milliards de dollars[108]. En juin 2012, la totalité des commandes atteint 1 425 exemplaires faisant de l’A320neo l’avion le plus commandé avant même son lancement.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Chronologie des fusions[modifier | modifier le code]

Airbus est le résultat de nombreuses restructurations de l’industrie aéronautique européenne ayant abouti à la fusion de plus de 50 constructeurs dont la plupart a été fondée dans la première moitié du XXe siècle.

Iberavia Aeronáutica Industrial Hispano Aviación Airbus Defence and Space Construcciones Aeronáuticas S.A. Dornier Flugzeugwerke Flugzeugbau Friedrichshafen Daimler-Benz Daimler-Motoren-Gesellschaft MTU Aero Engines MTU München Entwicklungsgesellschaft für Turbomotoren GmbH MAN Turbomotoren MAN Turbo BMW Triebwerkbau BMW Studienge-sellschaft für Triebwerkbau Telefunken Systemtechnik Allgemeine Elektricitäts-Gesellschaft Daimler Chrysler Aerospace Daimler-Benz Aerospace Deutsche Aerospace Heinkel Vereinigte Flugtechnische Werke Focke-Achgelis Rohrbach Metallflugzeugbau Weser Flugzeugbau Albatros Focke-Wulf Hamburger Flugzeugbau Allgemeine Transportanlagen GmbH Deutsche Flugzeug-Werke Siebelwerke-ATG Siebelwerke Siebel Flugzeugwerke Messerschmitt (entreprise) Bayerische Flugzeugwerke Messerschmitt-Bölkow-Blohm Messerschmitt (entreprise) Bölkow Klemm Premium AEROTEC Junkers Aachener Segelflugzeugbau Aachen Flugzeugbau Siemens Sicherungstechnik Société industrielle pour l'aéronautique Matra SEREB Loire Aviation Chantiers aéro-maritimes de la Seine Lioré et Olivier Société nationale des constructions aéronautiques du sud-ouest Lioré et Olivier Chantiers aéronavals Étienne Romano SPAD Sud-Aviation Potez Société aérienne bordelaise Dyle et Bacalan Bloch Blériot Blériot Aéronautique Airbus Group Société provençale de construction aéronautique SNCASE Daher Socata Morane-Saulnier Société nationale des constructions aéronautiques du Midi Constructions Aéronautiques Émile Dewoitine Société Alphonse Tellier et Cie SNCAO Nieuport (entreprise) Nieuport (entreprise) Société Astra de Constructions Aéronautiques Aérospatiale-Matra Société nationale industrielle aérospatiale Société nationale industrielle aérospatiale Société anonyme des ateliers d’aviation Louis Breguet Société française d'étude et de construction de matériels aéronautiques spéciaux Arsenal de l'aéronautiqfbessoue Société de constructions aéronautiques et navales Marcel Besson A.N.F. Les Mureaux Nord-Aviation Société nationale de constructions aéronautiques du Nord Potez Avions Farman Aeroplanes Hanriot et Cie Aerolia Société nationale de constructions aéronautiques du Centre Société anonyme des ateliers d’aviation Louis Breguet Avions Amiot


Organisation[modifier | modifier le code]

Principal site d'Airbus à Toulouse (St-Martin-du-Touch).

Depuis la restructuration de 2009, Airbus est, avec Astrium, Cassidian et Eurocopter, une des 4 divisions d'activité du groupe de défense et d'aéronautique européen EADS. EADS n’est pas directement chargé des activités aéronautiques mais les coordonne, fixe et contrôle les objectifs et approuve les décisions. Les activités aéronautiques du groupe sont uniquement à la charge d'Airbus[109].

Airbus est composé d’Airbus Commercial, chargé de la production d'avions civils et depuis 2009 d'Airbus Military, chargé de la conception d'avions militaires de transport et de ravitaillement[110]. Premium AEROTEC, Aerolia et Elbe Flugzeugwerke sont également des filiales d'EADS mais leur gestion a été confiée à Airbus. Jusqu'en 2007, Sogerma Services était également une filiale d'Airbus mais a été cédé et repris par Groupe TAT.

Administration[modifier | modifier le code]

Louis Gallois, PDG d'Airbus de 2006 à 2007.
Thomas Enders, PDG d'Airbus de 2007 à 2012.

Le conseil d'administration d'EADS nomme le PDG d'Airbus qui doit être soit français, soit allemand et de la même nationalité que le président du conseil d'administration. Le directeur général délégué est lui nommé par le président et par le PDG d'EADS sur proposition du PDG d'Airbus et doit être de l’autre nationalité. Le conseil d'administration est également chargé de nommer le Comité des associés d'Airbus[111].

Le comité exécutif d'Airbus est composé de 9 membres[112]. Fabrice Brégier en est le PDG depuis juin 2012[113] après avoir été directeur général délégué. Il est également responsable de la performance opérationnelle d'EADS. Les autres membres sont Guenter Butschek (directeur général délégué), John Leahy (directeur commercial), Thierry Baril (directeur des ressources humaines d'EADS et Airbus), Tom Williams (vice-président exécutif aux programmes), Klaus Richter (vice-président exécutif des approvisionnements EADS-Airbus), Charles Champion (vice-président exécutif de l'ingénierie), Harald Wilhelmet (Directeur financier d’EADS et d’Airbus) et Domingo Ureña-Raso (directeur d'Airbus Military)[114].

Administrateurs-gérants
Présidents-directeurs généraux

Effectifs[modifier | modifier le code]

En 2006, Airbus compte 55 000 employés répartis en Europe : 21 408 en France (38,9 %), 19 968 en Allemagne (36,3 %), 9 691 au Royaume-Uni (17,6 %), 3 063 en Espagne (5,6 %) et 870 ailleurs (1,6 %)[115].

Production[modifier | modifier le code]

Airbus Engineering est la division d'Airbus chargée de la conception, de la production et de l'assemblage final des avions Airbus et est organisée autour de « centres de compétences » chargés du développement et de la conception, de « centres d'excellence » chargés de la production et de « centre d'architecture et d'intégration » chargés de l'organisation de l’ingénierie[116].

Airbus fait partie des 5 créateurs, en 2009, de BoostAeroSpace, le hub numérique aéronautique européen.

Conception[modifier | modifier le code]

La conception des appareils Airbus est partagée entre quatre sites principaux, souvent liés à une usine de production, situés en Allemagne, Espagne, France et Royaume-Uni mais s'appuie également sur plusieurs sites régionaux basés aux États-Unis, en Chine, en Inde et en Russie[116].

En Europe, les centre de recherche sont regroupés par centres d'excellence mais peuvent être dispersé sur plusieurs sites. En Allemagne, le site de Brême est spécialisé dans la conception des dispositifs hypersustentateurs et le site de Buxtehude dans le système de communication de la cabine. Le site Airbus de Filton au Royaume-Uni est chargé de la conception et du suivi des ailes, des systèmes de kérosène et de l’intégration des trains d’atterrissage. Le centre de Getafe en Espagne conçoit les matériaux composites utilisés sur tous les appareils Airbus.

En Chine, le Centre d’ingénierie Airbus Beijing (ABEC pour Airbus (Beijing) Engineering Centre) de Pékin, inauguré en 2005, est une coentreprise entre China Aviation Industry Corporation I (AVICI) et China Aviation Industry Corporation II (AVICII) et est spécialisé dans la conception de programmes des avions A350. Aux États-Unis, Airbus a inauguré deux centres de recherche. Le centre de conception et d'études de Wichita (Kansas), inauguré en 2002, a été créé afin de participer à la conception des ailes de l'A380[117] et des autres long-courriers d'Airbus. Il accueille également une équipe d'ingénieurs spécialisés dans le support technique des clients d'Airbus. L’Airbus Engineering Office de Mobile (Alabama) est spécialisé dans la conception des éléments intérieurs de la cabine (espaces de repose de l'équipage, toilettes, cuisines). L'aéroport de Mobile accueille également le centre de maintenance, de réparation et de révision d'Airbus Military North America. L’Airbus Engineering Centre India Pvt. Ltd. (AECI) de Bangalore en Inde a été inauguré en 2007 pour travailler sur l'A380[118]. L'Engineering Centre Airbus Russia (ECAR) de Moscou en Russie, qui emploie 200 ingénieurs, est une coentreprise avec le groupe industriel russe Kaskol et collabore avec les ingénieurs d'Hambourg et de Toulouse sur la conception des structures de fuselage ainsi que le design de l’intérieur des cabines et des compartiments à fret.

Fabrication[modifier | modifier le code]

Le cycle de production des avions Airbus (depuis la conception jusqu'à la fabrication et l'assemblage) est articulé autour de 3 unités principales : « Opérations », « Programmes » et « Fonctions centrales». L’unité « Opérations » est composée de grands centres d'excellence (CoE pour Centres of Excellence). Depuis 2004, ces 8 centres d'excellence étaient basés sur des sites de production et des composants majeurs d'avions[119]. En 2007, lors du lancement du plan de restructuration Power8 à la suite des retards du programme A380 et à la découverte de rivalités nationales entre ces centres, la production a été réorganisée et le nombre de centres d'excellence a été réduit à 4[120]. Ces 4 centres sont centrés sur un aspect technique de la construction d'un avion et non plus sur des compétences nationales[121].

Ces centres sont sous la responsabilité du chef des opérations d'Airbus qui a la responsabilité de tout le processus industriel

Logistique[modifier | modifier le code]

Dès la création d'Airbus Industrie en 1970, la dispersion des sites de production et d'assemblage en Europe représente un enjeu logistique important. Airbus a dû mettre au point un système de transport aérien par avion cargo Super Guppy puis Beluga pour la fabrication des A300, A310, A320, A330 et A340 mais a dû compléter ce système par des moyens maritimes et routiers (navire-cargo, barge et convoi exceptionnel par route) pour l'A380[123].

Super Guppy d'Aero Spacelines opéré par Aeromaritime et utilisé par Airbus entre 1970 et 1996.

À la fin des années 1960, Airbus souhaite mettre au point un système de pont aérien entre ses différentes usines réparties en Europe. Un temps intéressé par l'avion-cargo Mini Guppy d'Aero Spacelines, Airbus lui préfère une version dérivée plus grande, le Super Guppy que la NASA fait développer pour transporter des étages entiers de la fusée Saturn V. Dérivé du Boeing C-97 Stratofreighter, version militaire du Boeing 377 Stratocruiser, le Super Guppy reprend une partie de la carlingue mais dispose d'une soute agrandie d'un diamètre interne utile de 7,62 m pour une longueur de 28,65 m[124]. Le premier Super Guppy (B377SG), lancé en 1965, est en service pour la NASA et, après un accord entre Airbus et Aero Spacelines, une nouvelle version légèrement différente, le Super Guppy Turbine (B377SGT), est livrée à Airbus Industrie en 1971, sous réserve qu’un troisième appareil soit construit et disponible en secours. Le second Super Guppy Turbine prend l’air le 24 août 1972 et est acheté par l’avionneur européen un an plus tard. En 1978, Airbus contacte à nouveau Aero Spacelines pour faire construire deux appareils supplémentaires. Un accord est finalisé en 1979 et les appareils sortent des ateliers d’UTA au Bourget en 1982 et 1983[125] et Airbus se décide à leur chercher un remplaçant[124]. Airbus tente d’obtenir un cinquième appareil, mais faute de cellules de Stratocruiser disponibles, l'unique Pregnant Guppy doit être démonté pour achever le dernier exemplaire destiné à Airbus. Les 5 Super Guppy sont exploités par Airbus pendant 26 ans, totalisant 47 150 heures de vol.

Beluga d'Airbus Transport International utilisé depuis 1996.

Au début des années 1990, la production de l’A320 monte en puissance et nécessite des moyens de transport aérien accrus mais la flotte de Super Guppy vieillit et les coûts de maintenance et d'entretien augmentent. De plus, la charge utile de Super Guppy a été abaissée à 23 tonnes au lieu de 25 à cause de leur âge[125] et Airbus se décide à leur chercher un remplaçant[124]. En décembre 1990, la décision de lancer un tout nouvel appareil de transport est prise et Aerospatiale et DASA créent la SATIC (Special Aircraft Transportation International Company) en 1991. Basé sur un Airbus A300 standard, l'Airbus A300-600ST (pour Super Transporter) reprend les ailes, les moteurs, les freins et la partie inférieure du fuselage de l'A300-600 mais la partie supérieure du fuselage est remplacée par une énorme structure de section en fer à cheval d'un diamètre de 7,4 mètres réalisé par la Sogerma[124]. Le cockpit de l'A300 standard est déplacé vers le bas, sous le niveau de l'étage cargo et une porte frontale de 17 mètres de hauteur est adaptée l'avion pour permettre un accès à la zone cargo[124]. La construction débute en septembre 1992 et le premier vol a lieu en septembre 1994. Après 335 heures de vols d'essais, la certification est accordée en octobre 1995[126] et l'A300-600ST, maintenant connu sous le nom de Beluga, entre en service. Les Belugas offrent de nombreux avantages par rapport aux Super Guppy. Ils volent deux fois plus vite et peuvent emporter des charges deux fois plus lourdes faisant passer le temps nécessaire au transport des pièces d'un moyen-courrier de 47 heures à environ 10 heures[125].

Transport du fuselage de l'A380 par barge.

Les Belugas assurent le transport pièces des moyens- et gros-porteurs d'Airbus jusqu'à l'avènement de l'A380 dont certains sous-ensembles de grande taille (tronçons de fuselage, ailes) ne peuvent être introduits dans leur soute. Airbus met alors au point une nouvelle organisation combinant transport aérien, maritime et terrestre par avions, navires-cargo, barges et camions.

Convoi d'éléments d'Airbus A380 sur l’Itinéraire à grand gabarit à Eauze.

Les belugas ne représentent plus le moyen de transport principal mais sont utilisés pour les pièces de taille moyenne : empannage vertical entre Stade et Toulouse, cône arrière entre Getafe et Toulouse, cockpit entre Méaulte et Saint-Nazaire. Les autres sous-ensembles de l’A380 sont transportés par mer jusqu'à Saint-Nazaire où ils sont pré-assemblés. Le transport maritime est assuré par trois navires roulier spécialement construits en Chine (chantiers Jinling Shipyard de Nanjin) et à Singapour (chantiers ST Marine) et armés par Louis Dreyfus Armateurs et Leif Höegh : le Ville de Bordeaux (2004), le City of Hamburg (janvier 2009) et le Ciudad de Cadiz (avril 2009). Ces 3 navires effectuent des rotations l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Espagne, Saint-Nazaire et Pauillac. Les tronçons avant et arrière de l'A380 sont embarqués au port de Hambourg. Les voilures, fabriquées à Broughton au Pays de Galles, sont transportées par route puis par barge sur le fleuve Dee jusqu'à Mostyn où le navire vient faire escale. Après avoir embarqué ces éléments, le navire se rend à Saint-Nazaire. Il décharge les éléments qui seront assemblés sur place pour embarquer un tronçon complet et équipé du poste de pilotage ainsi qu'un tronçon arrière avant de rejoindre Pauillac, dans l'estuaire de la Gironde.

Les tronçons avants, centraux et arrières de l'appareil, les deux ailes et l'empennage arrière sont embarqués sur une barge spécialement aménagée qui remonte la Garonne en traversant Bordeaux et les achemine jusqu'à Langon, où une darse spéciale a été créée pour recevoir les convois fluviaux. Un itinéraire à grand gabarit a été aménagé pour transporter les éléments jusqu'à Blagnac pour l’assemblage final, au rythme d'un convoi par semaine[127].

Chaînes d'assemblage final[modifier | modifier le code]

Chaîne d'assemblage Airbus à Toulouse.

L'assemblage des Airbus était initialement réalisé à Toulouse en France mais avec la diversification de la gamme et l’augmentation de la demande et des cadences de production, des nouveaux sites d'assemblage ont été créés pour les moyens-courriers de la famille A320 à Hambourg en Allemagne puis à Tianjin en Chine. Les long-courriers sont aussi assemblés à Toulouse et les avions de transport et de ravitaillement d'Airbus Military sur le site de Séville en Espagne, où étaient assemblés les appareils de CASA.

La première chaîne d'assemblage est construite à Toulouse pour l’A300 à la fin des années 1960 et est aussi utilisée pour l'A310 qui ne se différence de l’A300 que par un fuselage plus court. Grâce à l’expérience acquise avec les appareils moyen-courriers, Toulouse accueille également la chaîne d'assemblage final des longs-courriers A330/A340 qui partagent un grand nombre de technologies communes.

L’Allemagne a toujours eu pour ambition d'accueillir l’assemblage des moyens-courriers sur son territoire mais n'était pas en position d'imposer ses choix lors de l'établissement d'Airbus dans les années 1960. À la fin des années 1980, alors que la demande d'A320 augmente rapidement, la possibilité de construire une deuxième ligne d'assemblage en Allemagne est évoquée lors d'une rencontre entre le ministre des transports français Michel Delebarre et le secrétaire d’État allemand Erich Riedl. L’Allemagne précise que 60 millions de dollars pourraient être économisés par an tandis que le ministre français, soutenu par l’industrie aérospatiale française, rétorque que de 100 à 150 millions de dollars devraient être investis sans garantie que l'investissement soit rentable[128]. Lorsqu'Airbus propose de diversifier la famille A320 et de créer les A318, A319 et A321, sur insistance d'Hartmut Mehdorn, PDG de DASA, il est décidé de créer une nouvelle chaine d'assemblage à Hambourg afin de soutenir la cadence de production[129],[130]. Le 26 janvier 1990, le conseil de surveillance d'Airbus Industrie approuve la décision de construire une ligne d'assemblage d'A321 dans les ateliers de Messerschmitt-Bölkow-Blohm sur le site de Finkenwerder[131]. En 2003, une troisième chaîne d'assemblage d'A320 est inaugurée à Hambourg afin de porter la cadence de production totale des moyen-courriers à 42 appareils par mois[132].

Depuis le premier achat d'un Airbus par la Chine en 1985[133], Airbus a toujours cherché à renforcer ses liens commerciaux et profiter du plus gros marché aérien mondial potentiel en gagnant des commandes chinoises face à Boeing. Dès 1997, Airbus entame des pourparlers afin de renforcer la collaboration et d'établir un « partenariat stratégique global » menant éventuellement à un nouvel investissement de 1,7 à 2 milliards de dollars dans la création d'une nouvelle chaîne d'assemblage en Chine[134]. Un accord est signé par le président Jacques Chirac et le Premier ministre chinois Wen Jiabao en 2005[135] et en 2006, Airbus et la Commission nationale chinoise pour le Développement et la Réforme se décident à implanter l'usine à Tianjin[136]. La troisième chaîne d’assemblage des A320 après Toulouse et Hambourg est inaugurée en 2008, dans le cadre d'une coentreprise détenue à 51 % par Airbus, et construit les appareils devant être délivrés en Chine. Tianjin commence à livrer ses premiers appareils à partir de 2009 et permet de faire passer la part de marché d'Airbus de 8 % en 1994 à près de 50 % en 2012[137].

Hall d'assemblage final des A380 à Toulouse.

Pour l'A380, Airbus a créé une nouvelle zone industrielle baptisée AéroConstellation au nord des pistes de l'aéroport de Toulouse-Blagnac pour accueillir une nouvelle chaîne d'assemblage final[138]. Inauguré en 2003, le bâtiment a été nommé Hall Jean-Luc Lagardère pour rendre hommage au PDG du groupe du même nom et principal actionnaire d'EADS[139]. Il mesure 490 mètres de long, 250 mètres de large et 46 mètres de hauteur pour une surface totale de 10 hectares et accueille un unique poste d'assemblage où les A380 sont produits au rythme d'un par semaine et un hall de finition qui peut accueillir 3 appareils en même temps[140].

L'A400M est, quant à lui, assemblé en à Séville en Espagne.

Tout comme pour l'A330, l'A340 et l'A380, la chaîne d'assemblage final du long-courrier A350 est située à Toulouse. D'une superficie de 74 000 m2, la nouvelle chaîne se trouve au sud des pistes de l’aéroport Toulouse-Blagnac et a été inaugurée en 2009[141].

Afin de réduire ses coûts de production et diminuer les risques liés au change euro/dollar, Airbus annonce le 2 juillet 2012 son intention de construire une chaîne d'assemblage à Mobile (Alabama), dans le sud des États-Unis. Airbus compte y construire des A319, des A320 et des A321 et produire de 40 à 50 appareils par an à partir de 2018[142],[143].

Filiales et sites de production dans le monde[modifier | modifier le code]

Une grande partie de la production s'effectue en Europe mais de nombreux fournisseurs sont dans le monde entier. EADS, la maison mère d'Airbus, achète chaque pour 31 milliards d'euros de matériels à des fournisseurs extérieurs, et les relations entre Airbus et les fournisseurs nationaux sont gérées par des filiales d'Airbus[144].

Filiales européennes[modifier | modifier le code]

L'origine plurinationale d'Airbus se retrouve dans la structure de ses 4 principales filiales européennes. Les ressources mises en œuvre par les 4 pays participant au consortium Airbus Industrie ont évolué pour former 4 filiales, surnommées « NatCos » (pour National Companies) : Airbus Operations GmbH (Allemagne), Airbus Operations S.L. (Espagne), Airbus Operations S.A.S. (France) et Airbus Operations Ltd (Royaume-Uni). En plus de ces 4 filiales, Airbus Central Entity regroupe le siège d'Airbus à Toulouse[145].

Allemagne
Airbus Operations GmbH, anciennement Airbus Deutschland (jusqu'en 2009) est basé à Hambourg et emploie environ 21 600 personnes[146],[147]. Le site de Hambourg accueille le centre d'excellence « fuselage et cabine »[148].
Espagne
Airbus Operations S.L., anciennement Airbus España SL, est la filiale d'Airbus en Espagne et est composée d’Airbus Military (filiale militaire de 4 500 employés) basée à Madrid et du centre d'excellence « Empennage/fuselage arrière » (3 000 employés) situé sur les sites de Getafe, Puerto Real et Illescas. Ce centre, spécialisé dans l'utilisation de matériaux composites, produit l'empennage horizontal tous les Airbus ainsi que la trappe du train d'atterrissage principal, des sections de la partie arrière du fuselage et les gouvernes de l'A380[149].
France
Airbus Operations S.A.S., anciennement Airbus France S.A.S., fondée en 2001, est une société par actions simplifiée basée à Toulouse et qui regroupe les principaux sites Airbus de Nantes, Saint-Nazaire et Toulouse[150]. En 2005, elle employait 16 962 personnes[151] et son chiffre d'affaires en 2010 était de 27,9 milliards d'euros pour un bénéfice de 97,8 millions d'euros[152].
Royaume-Uni
Airbus Operations Ltd, anciennement Airbus UK Limited, a été fondé en tant que filiale d'Airbus en 2001 lorsque British Aerospace a transféré ses usines au Royaume-Uni contre 20 % des parts d'Airbus S.A.S. Airbus UK est composé de 2 sites qui font partie du centre d'excellence « ailes et mâts de liaison des moteurs ». L'usine de Filton est chargée de la conception de la structure des ailes, des systèmes de fuels et de l'intégration du train d'atterrissage tandis que celle de Broughton est responsable de l’assemblage de toutes les ailes des avions Airbus (sauf l'A400M et les A320 produits en Chine)[153].

Filiales dans le monde[modifier | modifier le code]

Parmi les 55 000 employés d'Airbus, de nombreux sont rattachés aux filiales basées aux États-Unis, en Chine, au Japon et au Moyen-Orient. Chargées des relations avec les 1500 fournisseurs d'Airbus situés dans 30 pays, elles gèrent aussi la gestion de centres de recherche, centres de pièces détachées, centres d'entraînement et d'autres entreprises de service. Le réseau régional d’Airbus inclut des centres de développement aux États-Unis, un centre de conception en Russie et en Chine[154].

Amériques
Airbus Americas emploie 700 personnes sur 5 différents sites aux États-Unis[155]. Herndon (Virginie) accueille le siège de Airbus Americas et le centre de support client Airbus Customer Services. Airbus Americas Engineering dispose de deux centres de recherche : les bureaux de conception et d'ingénierie de la cabine (repos de l'équipage, toilettes et cuisines) de l'A350 sont à Mobile[156] et les bureaux de conception et d'études des ailes ainsi que le service de support critique pour les clients sont situés à Wichita[157]. Miami accueille le centre de formation Airbus qui comprend des simulateurs de vols pour A320/A330/A340 et des équipements d'entraînement et de formation ainsi que le siège d'Airbus Latin America & Caribbean Customer Affairs[158].
Ligne finale d'assemblage de Tianjin en Chine.
Chine
Airbus est très implanté en Chine depuis l'ouverture en 1990 des bureaux d'Airbus China à Pékin qui emploient plus de 270 personnes. Le centre d'entraînement de Pékin a été créé en 1998 en collaboration avec l'agence gouvernementale China Aviation Supplies Import and Export Group Corporation pour former des pilotes sur les A320 et les A330/A340, ainsi que des mécaniciens et des membres d'équipage. Airbus a aussi investi dans un centre de support technique qui stocke environ 25 000 pièces détachées disponibles pour tout la zone Asie-Pacifique. Une chaîne de montage finale d'A320 a été inaugurée en 2005 à Tianjin en collaboration avec Tianjin Free Trade Zone et China Aviation Industry Corporation et a livré 153 appareil depuis 2008 (46 en 2013)[159]. De nombreux éléments entrant dans la fabrication des appareils Airbus sont fabriqués en Chine : les portes arrières et des sections du nez par Chengdu Aircraft Corporation, les portes d'évacuation d'urgence par Shenyang Aircraft Corporation, des pièces en titane pour les ailes par Hong Yuan Aviation Forging & Casting, des éléments des ailes et des freins par Xi'an Aircraft Industrial Corporation et des jauges de précisions et des outils de maintenance par Guizhou Aviation Industrial Group. Des ingénieurs de l'Airbus (Beijing) Engineering Centre travaillent également au développement de l'A350 et à la conception de ses programmes[133]
Inde

[160]:

Japon
Airbus Japan, basé à Tokyo, coopère avec de nombreux industriels japonais pour la fabrication d'éléments des avions Airbus. Bridgestone fournit les pneus de tous les appareils, Sumitomo Precision Products[161]
Moyen-Orient
12
Russie
Airbus possède un bureau régional à Moscou, chargé du marketing et des relations publiques. Airbus s'est associé avec des partenaires locaux pour produire des pièces entrant dans la production de ses appareils : Irkut Corporation produit la baie du train d'atterrissage avant, la poutre principale et les rails de volets des A320, Voronezh Aircraft Production Association (VASO) produit les mâts de liaison des moteurs de l’A320, VSMPO-Avisma produit les pièces forgées en titane du train d'atterrissage de l'A350 et de l'A380, Hamilton Standard Nauk et Hydromash fabriquent des parts du système de contrôle et du système thermique [162]

Entreprises affiliées[modifier | modifier le code]

Airbus fabrique une grande partie de ses avions dans ses propres usines mais s'appuie sur un réseau d'entreprises affiliées pour produire certains sous-ensembles et fournir des services. Certaines de ces usines, initialement parties intégrantes d'Airbus, ont été vendues dans le cadre du plan de restructuration Power8 mais leur capital reste possédé par Airbus S.A.S. D'autres sont des filiales d'EADS dont la gestion a été confiée à Airbus.

Aerolia
Aerolia S.A.S. est une filiale d'EADS consolidée dans Airbus et spécialisée dans les aérostructures et les sous-ensembles de pointe avant[94]. Elle est issue en 2009 du regroupement, dans la cadre du plan Power8, des 3 usines Airbus de Saint-Nazaire, Méaulte et Toulouse. Elle est organisée en quatre directions opérationnelles (ingénierie, activités, achats, programmes et ventes), quatre fonctions de support (qualité, finances, ressources humaines, stratégie & communication) répartis sur les 3 sites français et un bureau d'étude basé à Toulouse et dont les ingénieurs sont issus des bureaux de conception d'Airbus. Aerolia emploie 2 400 personnes en France et prévoit de créer un quatrième site en Tunis en 2014[163].
Airbus Corporate Jet Centre/Airbus Corporate Jets
L’unité chargée des jets privés d'affaire Airbus est sous la responsabilité de deux filiales : Airbus Corporate Jet Centre S.A.S et Airbus Corporate Jets. Airbus Corporate Jet Centre S.A.S, créée en 2007 et basée à Toulouse, emploie 230 personnes. Elle reprend les activités d'aménagement intérieur d'EADS Sogerma Toulouse et est chargé de l’aménagement des cabines des avions d'affaire Airbus ACJ318, ACJ319, ACJ320, ACJ330, ACJ340 et ACJ380 [164],[165]. En 2010, elle a réalisé un chiffre d'affaires de 43,4 millions d'euros pour un bénéfice de 2,6 millions[166]. La filiale Airbus Corporate Jets, fondée en novembre 2011[167], est chargée des activités commerciales, programmes et support et collabore avec Airbus Corporate Jet Centre[168],[169].
Airbus Military
Airbus Military est née en 2009 de l'intégration de la division « Avions de transport militaire » (MTAD pour Military Transport Aircraft Division) et de Airbus Military Sociedad Limitada à Airbus. Filiale créé pour la gestion du projet de l'A400M, elle est basée à Madrid en Espagne et est chargée de la conception, construction et distribution des avions d'EADS CASA, elle gère les programmes des avions militaires C-212, CN-235, C-295, A310 MRTT, A330 MRTT et A400M et son chiffre d'affaires s'est élevé à 2,7 milliards d'euros en 2010[170]. Ses usines sont principalement situées à Getafe (conversion de l'A330 MRTT) et à Séville (ligne d'assemblage finale de l'A400M et des appareils C212, CN235, C295 et centre d'entraînement Airbus Military). Les autres sites sont à Toulouse (siège du programme A400M) et à Filton, Brême, Nantes et Saint-Nazaire pour la production des sous-ensembles[171]. Sur le même modèle qu'Airbus, Airbus Military est organisé en filières nationales avec « Airbus Military UK », « Airbus Military France » et « Airbus Military Deutschland », rattachées au PDG d'Airbus Military, Domingo Ureña[172]
Airbus ProSky
Airbus ProSky est une filiale lancée en 2011 et chargée du développement et au support des systèmes avancés de contrôle du trafic aérien[173]. Basée à Blagnac, elle permet à Airbus de prendre part au développement des programmes SESAR (Single European Sky ATM Research) européen et NexGen (Next Generation Air Transportation System) américain.
Airbus Transport International
Airbus Transport International, basée à Blagnac, est la filiale créée pour gérer la flotte de 5 A300-600ST « Beluga » utilisés pour le transport de sections d'appareils Airbus entre les divers sites de production en Europe. En 2010, elle réalise un chiffre d'affaires de 110,9 millions d'euros pour un bénéfice de 6,9 millions[174].
CIMPA
CIMPA, fondée en 1995 et chargée de la gestion du cycle de vie du produit, est devenu en 2003 une filiale d'Airbus, basé à Blagnac[175]. En 2010, elle a réalisé un chiffre d'affaires de 56,2 millions d'euros pour un bénéfice de 2,0 millions[176].
EADS Elbe Flugzeugwerke GmbH
Fondée en 1955, EADS Elbe Flugzeugwerke GmbH (EFW) est devenue en 1990 une filiale d'EADS dont la gestion a été confiée à Airbus. Elle est chargée de la fabrication de panneaux renforcés en fibre pour l’ensemble des appareils Airbus ainsi que de la conversion d'avion passagers en avions de fret dans le cadre du programme Passenger to Fret (P2F).
IFR Skeyes
IFR Skeyes a été fondée en 1987 et est basée à Toulouse. Cette filiale développe des suites intégrées de progiciels de gestion technique et logistique de flottes pour des compagnies commerciales et miliaires[177]. En 2010, elle réalise un chiffre d'affaires de 6,2 millions d'euros pour un bénéfice de 450 000 euros[178].
KID-Systeme GmbH
Situé à Buxtehude, KID-Systeme GmbH est spécialisée dans la conception de systèmes de gestion des communications de bord et de prises électriques intégrées aux sièges[179]. KID-Systeme GmbH, dont les origines remontent à 1985 lorsque le premier système de gestion des communications de bord de l'A320 est développé par MBB à Hambourg, intègre Airbus en 2005[180].
Usine de Premium AEROTEC à Nordenham.
Premium AEROTEC
Premium AEROTEC est une filiale d'EADS dont la gestion a été confiée à Airbus. Spécialisée dans la conception, le développement et la production d’éléments de fuselage et de sous-ensembles entrant dans la fabrication des appareils Airbus civils et militaires, cette filiale est issue du regroupement des sites Airbus de Nordenham, Varel et Augsbourg et a été fondée en 2009 lors de la mise en œuvre du plan Power8. Le siège et les principales installations se situent à Augsbourg mais la société possède des bureaux à Brême, Hambourg, Munich/Ottobrunn et Manching. Une nouvelle usine dédiée au traitement des composants d'avion a été inaugurée à Ghimbav (Roumanie) en 2011.
Quo Vadis
Lancée en 2009, Quo Vadis est une filiale d'Airbus qui fournit des produits et des services de navigation basée sur la performance. Basée à Blagnac, elle a réalisé en 2010 un chiffre d'affaires de 1,8 million d'euros mais a enregistré un perte de 463 000 euros[181].
Sepang Aircraft Engineering Sdn Bhd
Sepang Aircraft Engineering Sdn Bhd est une filiale d'Airbus créée en 2006 et basée sur l'aéroport de Kuala Lumpur, spécialisée dans la maintenance, réparation et révision d'avion commerciaux[182].
TASC Aviation
TASC Aviation, fondée en 2002 et basée à Dubaï, est une entreprise de conseil en stratégie spécialisée dans la gestion des pièces et équipements d'avions et les services aéronautiques[183],[184].

Concurrence entre Airbus et Boeing[modifier | modifier le code]

Compétition Airbus-Boeing: Commandes nettes 1989-2007
Article détaillé : Concurrence entre Airbus et Boeing.

Airbus et Boeing sont les deux principaux constructeurs d'avions passagers de plus de 100 places. Boeing a vu sa position dominante renforcée par le retrait de Lockheed en 1986 de l’industrie aéronautique civile et par son rachat de McDonnell Douglas en 1997 mais Airbus a petit à petit gagné des parts de marché jusqu'à faire jeu égal avec Boeing à partir du début des années 2000 et à vendre plus d'appareils pour la première fois en 2004[185]. Boeing et Airbus s'affrontent également sur le terrain judiciaire, s'accusant mutuellement de recevoir des subventions illégales.

Compétition sur le marché de l'aviation[modifier | modifier le code]

Boeing a été le constructeur aéronautique dominant depuis sa création au début du XXe siècle. Depuis le retrait de Lockheed de l’industrie civile en 1986 et le rachat de McDonnell Douglas par Boeing en 1997, le marché des appareils de transport passager de plus de 100 places est en situation de duopole avec deux grand constructeurs, Airbus et Boeing.

Depuis sa création en 1969, Airbus a pour objectif de concurrencer les constructeurs américains, en particulier Boeing, et espère s'imposer en misant sur la technologie et en proposant aux compagnies des avions innovants, surpassant leurs équivalents de Boeing. Airbus investit beaucoup dans les matériaux composites et leur emploi massif dans ses premiers appareil (A300/A310), introduit l'utilisation de commandes de vol électriques (A320) ainsi que le concept d'interchangeabilité (famille A320, A330/A340). Airbus propose aussi d'abandonner le rôle d’officier de pilotage et de réduire à deux le nombre de personnes nécessaires dans le cockpit (pilote et copilote), ce qui deviendra la norme par la suite. Airbus remporte de nombreux succès face à Boeing et parvient à s'imposer aux États-Unis en 1978 lorsque Eastern Air Lines préfère l'A300 au XXX. Par la suite, Airbus remporte de plus en plus de marchés auprès de compagnies étrangères qui s'approvisionnaient auparavant chez ses concurrents américains. En 2004, Airbus parvient pour la première fois à vendre plus d'appareils sur le marché civil que son concurrent direct[185].

Aujourd'hui, Airbus et Boeing sont en concurrence frontale pour les commandes d'avions. Bien que les deux constructeurs offrent une large gamme d'avions, allant du monocouloir au gros-porteur, ces appareils n'occupent pas toujours exactement le même segment. Airbus et Boeing offrent des versions de capacité ou de rayon d'action plus ou moins important que le concurrent afin de satisfaire des besoins pour lesquels il n’existe pas encore d'appareil. L’A380 possède une plus grande capacité que le 747, l'A350 remplit le segment situé entre le 787 et le 777, l'A320 est plus grand que le 737-700 mais plus petit que le 737-800, l'A321 est plus grand que le 737-900 mais plus petit que le 757, au plus grand bénéfice des compagnies aériennes qui se voient offrir une gamme continue d'appareils allant de 100 à 500 passagers.

Rayon d’action et capacité des appareils Airbus et Boeing.

Différends sur les subventions[modifier | modifier le code]

Depuis la perte du quasi-monopole des États-Unis sur le marché des avions de plus de 100 places dans les années 1970, Airbus et Boeing s'affrontent sur le terrain judiciaire et s'accusent mutuellement de bénéficier de subventions illégales et de ne pas respecter un accord bilatéral signé entre les États-Unis et l'Union européenne (à l’époque C.E.E.) en 1992[186].

Dans les années 1980, alors qu'Airbus devient un sérieux concurrent et parvient à percer le marché américain, les États-Unis reprochent aux européens de financer la conception et le développement des Airbus par des subventions gouvernementales. L'Union européenne s'inquiète également des subventions que reçoivent les constructeurs américains via les programmes de la NASA et les programmes de défense et les négociations entre américains et européens visant à limiter les financement sur fonds publics gouvernementaux mènent à la signature en 1992 d'un « Accord UE/États-Unis sur les aéronefs civils gros porteurs », qui fixe le cadre des subventions publiquess et impose aux deux parties des règles et des limites beaucoup plus strictes que celle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) : les aides publiques directes au financement d'un nouveau projet sont limitées à 33 % du coup de développement total, doivent être accordées à un taux d’intérêt qui ne peut être inférieur au coût du crédit pour l’État et doivent être remboursées dans un délai de 17 ans. Les aides indirectes sont quant à elle limitées à 3 % du chiffre d’affaires de l’aviation civile nationale des gros porteurs[186].

En 1997, les américains refusent une proposition européenne de renégocier le traité de 1992[187] mais en 2004, les États-Unis et l'Union européenne se mettent d'accord pour discuter d'une éventuelle révision de l’accord pour y inclure toutes les formes de financements publics. En août 2004, alors que Boeing subit les conséquences des attentats du 11 septembre et vient de licencier 40 000 employés, George W. Bush, en pleine campagne pour l’élection présidentielle de novembre 2004, annonce lors d'un discours face à des ouvriers de Boeing, qu'il a demandé à Robert Zoellick, Représentant américain au commerce, de signifier à l'Europe que les américains estiment les subventions illégales et qu'il devait tout faire pour y mettre fin, y compris en portant plainte auprès de l'OMC[187]. En octobre 2004, Harry Stonecipher, président de Boeing, dépose effectivement une plainte [188] et demande à l'OMC d'enquêter sur les financements européens depuis le lancement d'Airbus[189]. Boeing estime ces aides à 40 milliards de dollars depuis 1969 et les États-Unis se retirent unilatéralement de l’accord de 1992[189].

En réponse, Airbus porte aussi plainte devant l'OMC et dénonce les subventions illégales de Boeing[190]. Airbus accuse Boeing d'avoir bénéficié de 18 milliards de financement direct ou indirect illégal à travers des déductions d’impôts de la part du gouvernement américain et des abattement fiscaux dans les états du Kansas, de l’Illinois et de Washington où sont basées les chaînes d'assemblage de Boeing, ainsi que des subventions déguisées sous forme de marchés attribués par le Département de la Défense, des contrats de recherche et développement de la NASA dont les retombées civiles sont très importantes et des financement de compagnies aériennes japonaises pour le programme du Boeing 7E7 (devenu Boeing 787 ultérieurement)[189],[191],[192]. Airbus ajoute que la plainte de Boeing est motivée par des questions de politique intérieure, à quelques mois de l’élection présidentielle américaine[189]. Le 11 janvier 2005, Boeing et Airbus se mettent d'accord pour tenter de trouver une solution à la dispute en dehors du cadre de l’OMC mais en juin 2005, à la suite du lancement du programme de conception de l’A350, Boeing et le gouvernement américain rouvrent le conflit commercial auprès de l'OMC, clamant qu’Airbus allait recevoir de nouvelles subventions illégales pour l'A350 et l'A380[193]. Airbus se retourne à son tour contre Boeing, l'accusant de recevoir des subventions pour le développement du 787.

Au terme de 5 ans de procédure, l'OMC rend plusieurs jugements à la suite des différentes plaintes posées. L'OMC déclare le 24 mars 2010 qu'Airbus a reçu des aides illégales [194]. En septembre 2010, un rapport préliminaire de l'OMC déclare que les subventions accordées à Boeing ont violé les règles de l'OMC et doivent être retirées[195] mais Boeing répond que le jugement ne représentait qu'une fraction de ce que Boeing reprochait à Airbus[196]. Dans deux jugements différents rendus en mai 2011, l'OMC établit que les financements du Ministère de la Défense et de la NASA ne peuvent pas être utilisés pour financer des projets aéronautiques civiles et que Boeing doit 5,3 milliards de dollars de subventions illégales[197]. Le Corps d'appel de l'OMC, lui, casse le précédent jugement de l’OMC rendu en septembre 2010 et établissant que les aides apportées par l'Europe étaient illégales. Le nouveau jugement établit que ces financements ne visaient pas à stimuler les exportations et que les partenariats publics-privés peuvent continuer mais une partie des 18 milliards de dollars doit cependant être remboursée[198].

Le 12 mars 2012, l'Organe d'appel de l'OMC confirme l'illégalité des subventions versées à Boeing et confirme la légalité des prêts remboursables octroyés à Airbus. L'OMC confirme que Boeing a reçu 5,3 milliards de dollars illégalement créant un préjudice commercial pour Airbus d’environ 45 milliards et déclare que Boeing et les États-Unis ont un délai de 6 mois pour changer leur mode de financement[199].

Avions de la gamme Airbus[modifier | modifier le code]

Airbus et Airbus Military produisent des avions civils passagers, des avions d'affaires et des avions-cargos dérivés de ses avions passagers et des avions militaires, produits par sa filiale militaire Airbus Military.

Avions civils passagers[modifier | modifier le code]

A320-232 de la compagnie Bulgare Air VIA en courte finale à Tel Aviv.

La gamme d'avions civils offre des appareils de 107 à 525 places et comprend la famille des mono-couloirs A320 (A318, A319, A320, A321), les long-courriers à fuselage large A330/A340/A350, le très long-courrier à double pont A380 et le futur long-courrier nouvelle génération A350. L'A300, l'A310 et l'A340 ne sont plus produits mais sont encore en service. L'A320, l'A330 et l'A380 sont en production et l'A350 doit entrer en service en 2014.

Le premier avion fabriqué par Airbus, l’A300, fut ainsi nommé car il devait transporter 300 personnes en standard. Par la suite, chaque nouveau modèle porta un nom augmentant de 10 en 10 : A310, A320, A330, A340, les versions raccourcies ou allongées de l’A320 recevant un numéro très proche (A318, A319, A321). Le nom du dernier avion produit par Airbus, l'A380, fut choisi pour rappeler les deux rangées de hublots superposées mais aussi car le 8 est un chiffre porte-bonheur en Asie, qui représente le principal marché ciblé pour cet appareil. Le futur avion A350 quant à lui suit la nomenclature habituelle.

A300
L'Airbus A300 est un avion biréacteur gros-porteur court et moyen courrier pouvant accueillir jusqu'à 266 passagers sur une distance maximale de 6 670 km. Premier avion commercialisé par Airbus, il effectua son premier vol en 1972 et fut mis en service par Air France en 1974. Par la suite, il fut produit à 561 exemplaires jusqu'en 2007[200]. Son successeur fut l'A310.
A310
L’Airbus A310 est un avion biréacteur gros-porteur long courrier construit sur la base de l’Airbus A300. Il peut transporter jusqu'à 240 passagers sur une distance max de 9 600 km. Il fut construit à 255 exemplaires de 1983 jusqu'à 2007[200].
Famille A320
La famille Airbus A320 regroupe quatre avions biréacteur de ligne moyen-courrier. Le premier appareil, l'A320, a donné son nom à la famille et a été suivi de deux versions raccourcies, l'A318 et l'A319 et d'une version rallongée, l'A321. Depuis le vol du premier A320 en 1987, plus de 8 800 appareils ont été commandés et plus de 5 100 sont en service, faisant de cet avion le deuxième plus vendu au monde, derrière le Boeing 737[200].
A330
L'Airbus A330 est un avion biréacteur long-courrier de moyenne capacité. Il partage son programme de développement avec le quadriréacteur A340 à la différence près que l'A330 s'attaque directement au marché ETOPS des avions biréacteurs gros porteurs. L'A330 partage avec l'A340 le fuselage et les ailes (sauf A340-500 et A340-600), fuselage qui lui-même est en grande partie emprunté à l'Airbus A300, tout comme le cockpit dont la conception est partagée avec l'A320.
A340
L'Airbus A340 est un avion quadriréacteur long-courrier de grande capacité. Il est décliné en plusieurs versions suivant la capacité ou le rayon d'action désiré. Cette famille d'appareils a été conçue avec un design semblable à celui de l'Airbus A330, mais est équipée de quatre réacteurs au lieu de deux.
A350
L'Airbus A350 XWB est un futur avion biréacteur long-courrier moyen porteur conçu pour concurrencer le Boeing 787. Initialement baptisé A350, il devait s'agir d'un modèle dérivé de la famille des A330 et A340 mais à la suite des remarques des compagnies aériennes, il a été décidé en 2006 d'en revoir le concept et de le munir d'un fuselage plus large, à la fois par rapport aux A330 et A340, et surtout par rapport à son principal concurrent, le Boeing 787. Rebaptisé « A350 XWB » (pour eXtra Wide Body, « fuselage extra-large »), il doit être mis en service en 2014.
A380
L'Airbus A380 est un avion très gros-porteur long-courrier quadriréacteur à double pont. C'est le plus gros avion civil de transport de passagers en service et il peut transporter de 525 passagers à 853 passagers. L'A380-800 a un rayon d'action de 15 400 kilomètres, ce qui lui permet de voler de New York jusqu'à Hong Kong sans escale, à la vitesse de 900 km/h (Mach 0,85).

Avions civils privés[modifier | modifier le code]

ACJ340-200 du gouvernement égyptien.

En réponse à la création par Boeing d'avions d'affaire (Boeing Business Jet) dérivés de ses avions civils, Airbus a lancé sa propre gamme d'avions privés, également basée sur ses avions civils passagers. L'Airbus A319CJ (pour Corporate Jet) a été le premier modèle proposé et a été lancé en novembre 1999[201]. D'autres avions d'affaire ont été lancés (A318 Elite, A319 Corporate, A380 Prestige) et le 16 mai 2011, toute la gamme a été renommée en ACJ (pour Airbus Corporate Jet)[202]: ACJ318, ACJ319, ACJ320, ACJ340 et ACJ380. Jusqu'en 2012, plus de 170 avions d'affaire ont été délivrés, dont 110 petit-porteurs et 60 gros-porteurs pour VIP et gouvernements[203]. Le futur A350 sera également proposé en version d'affaire, l'ACJ350. Toutes les versions des avions civils ont été produits en version d'affaire et certains modèles, dont notamment des A300 et des A310, ont été convertis.

ACJ300/310
Famille ACJ320
Les avions de la famille ACJ320, dérivés des A320 sont les plus répandus des avions d'affaire d'Airbus. L'ACJ319 a été le premier proposé et le premier exemplaire a été livré en 1999. L'ACJ320 a suivi en 2000 et l'ACJ318 en 2007 et le total des ventes à atteint 110 appareils en 2012[203]. Avec des rayons d'action allant de 7 800  km à plus de 11 000 km, Airbus a réussi à s'attaquer au marché des jets d'affaire détenu en majorité par Bombardier (Learjet), Cessna ou Dassault avec des appareils à longs rayons d'action mais qui n'offrent pas l'espace et l’adaptabilité des Airbus. .
ACJ330
L'ACJ330 est dérivé de l'A330-200 et est notamment utilisé par divers gouvernement : Kazakhstan, Qatar, France (Cotam Unité), Turquie, Belgique (gouvernement et famille royale). 33 ACJ330 ont été commandés et 22 ont été livrés.
ACJ340
Sept ACJ340-200/300 et également sept ACJ340-500/600 ont été livrés.
ACJ350
L'ACJ350, dérivé de l'A350, sera disponible en trois versions : ACJ350-800, ACJ350-900, dont 2 exemplaire ont déjà été commandés, et ACJ350-1000. Il bénéficiera de la certification ETOPS 350 minutes dont Airbus veut faire bénéficier l'A350 dès sa mise en service.
ACJ380
L'ACJ380, anciennement « A380 Prestige » mais aussi appelé aussi « Flying Palace » est dérivé de l'A380-800 et le plus gros avion privé au monde. Équipé de réacteurs Rolls-Royce Trent 900, c'est le jet d'affaire le plus gros au monde et il vise un minimum de vingt clients haut de gamme, dont une forte proportion au Moyen-Orient[204]. Le premier exemplaire, un des trois A380 d'essai revendu par Airbus, a été vendu par Airbus, le 12 novembre 2007, au prince Al-Walid ben Talal ben Abdelaziz Al Saoud, président de la Kingdom Holding Company[205] qui le revend avant d'être livré en 2013. Son coût final est d'environ 368 millions de dollars.

Avions civils fret[modifier | modifier le code]

Airbus A300-600ST aux couleurs d'Airbus.
A330-200F aux couleurs d'Airbus.

Les versions fret sont dérivées des versions passagers. L'A310F et l'A300-600ST ne sont plus produits mais encore en service ; l'A330F est le seul avion fret proposé jusqu'à l'arrivée de l'A380F dont la mise en service est prévu en 2020. Airbus propose également un programme de transformation d'A330 passagers en version cargo. L'A300-600ST a été produit à 5 exemplaires pour le compte d'Airbus Transport International et l'A300F a été produit jusqu'en 2007[206].

A300-600ST
L'Airbus A300-600ST, également connu sous le nom de « Béluga » ou Super Transporter, est dérivé de l'A300-600. Il possède une soute de 37,7 m de long et 7,4 m de diamètre et peut emporter une charge de plus de 50 tonnes sur une distance maximale de 2 779 km. Cinq exemplaires du Béluga ont été construits et sont utilisés par son unique client, Airbus Transport International, pour le transport de sections d'appareils Airbus entre les divers sites de production en Europe. Il doit son nom de Béluga à sa ressemblance avec la silhouette du cétacé du même nom[207].
A310F
Conçu pour être une version avion-cargo, aucun exemplaire n’a été réellement produit, les opérateurs (par exemple FedEx) préférant reconvertir des modèles pour le transport de passagers. La compagnie FedEx, actuellement le premier client de l'A310, a acquis 70 appareils d'occasion au total, afin d'optimiser son transport international. Cependant, après avoir été touchée par la crise économique mondiale, elle préfère la productivité des A300F4-600R/A300B4-600RF à l'autonomie de l'A310. Par conséquent, une vingtaine d'A310-200F ont définitivement terminé leur opération, plus tôt que prévu. FedEx en a transporté à l'aéroport de Victorville. La flotte de 17 A310-300F, plus récente et plus performante, est toujours active, sauf MSN534 et 542 conservés à Victorville.
A330F et A330P2F
L'A330F, conçu comme un remplacement de l'A300F, a été proposé au salon de Farnborough en 2006. Il a une plus grande autonomie que l'A300-600F et peut transporter 64 tonnes sur 7 400 km, ou 69 tonnes sur 5 930 km. L'A330F a été commandé à 58 exemplaires et 11 appareils ont été livrés[200]. Airbus a lancé en février 2012 un programme de conversion d'A330-200 et -300 passagers en version fret, baptisé A330P2F (pour Passengers-to-Fret) et estime le nombre de conversion à 900 pour la période 2012-2032[208].
A380-800F
Airbus avait prévu de développer la version fret de l'A380 en même temps que la version passager. L'A380-800F était censé avoir une autonomie de 10 410 km et une capacité d'emport de 150 tonnes[209]. FedEx[210] et UPS[211] avaient commandé 10 exemplaires chacun mais ont annulé leur commandes lorsqu’Airbus a annoncé les retards de production de l'A380[212],[213]. Airbus décide alors de suspendre le développement de l'A380-800F afin de concentrer ses moyens sur la version passager[214]

Avions militaires[modifier | modifier le code]

A400M en vol de qualification à Toulouse.

Airbus Military, la filiale militaire d'Airbus, a été créé pour la gestion du projet de l'A400M et commercialise les avions produits par EADS CASA (C-212, C-295 et C295) pour des missions de transport tactique et logistique. Airbus Military construit des versions MRTT (Multi Role Tanker Transport) des avions de ligne A300, A310 et A330, pour des missions de transport ou de ravitaillement en vol. L'A400M, le dernier appareil proposé par Airbus, à effectué son vol d'essai en juin 2013, les premiers exemplaires devraient être livrés courant 2014[215].

C212
Le C212 est biturbopropulseur à décollage et atterrissage court capable d'effectuer des missions de parachutage, de transport militaire et d'évacuation sanitaire. Développé dans les années 1960, il est capable de transporter 25 personnes ou 2,8 tonnes de matériels sur une distance 435 km.
CN235
Le CN235, anciennement dénommé CASA CN-235, est un avion de transport tactique et logistique biturbopropulseur, à cabine pressurisée, capable d’opérer sur des pistes courtes et non revêtues.
C295
Le C295 est un modèle développé à partir du C235 et existe en version de patrouille maritime baptisée Persuader.
A310 MRTT
Airbus a commencé par convertir des A310 en A310 MRTT, avions polyvalents pouvant effectuer également du ravitaillement en vol. Les A310 MRTT sont employés par les armées de l'air de l'Allemagne (Luftwaffe) et du Canada, et offrent des capacités similaires au Boeing KC-135R en ravitailleur, et supérieures en cargo.
A330 MRTT
Puis Airbus a répondu à l'appel d'offre de l'US Air Force avec l'A330 MRTT, en collaboration avec Northrop Grumman sous le nom de KC-30, pour remplacer 100 de ses plus de 400 avions ravitailleurs KC-135, dérivés du Boeing 707.
A400M
L'A400M est le dernier programme militaire d'Airbus. Proposé en 1999 et lancé officiellement en 2003, l'A400M a effectué son premier vol en 2009 après une série de retard et devrait être livré en 2013. Commandé à 174 exemplaires, le programme est géré par l'OCCAr qui totalise 170 commandes de six pays européens à l'origine du programme.

Caractéristiques techniques des avions Airbus[modifier | modifier le code]

Avions civils[modifier | modifier le code]

Avions civils passagers
Avion Version Longueur Autonomie Passagers Lancement Premier vol Certification Première livraison Commandes[200] Livraisons[200] Prix[216]
A300 A300B1 50,30 m - 259 - 28 octobre 1972 - 2 2 -
A300B2 53,61 m 7 600 km 269 Novembre 1972 Février 1973 Mars 1974 Mai 1974 559 559 -
A300B3 53,61 m - km 269 - Juin 1971 - - -
A300B4 53,61 m 7 600 km 269 Janvier 1972 Décembre 1974 Mars 1975 Mai 1975 -
A300-600 54,10 m 7 500 km 269 Décembre 1980 Juillet 1983 - Avril 1988 -
A300-600R - - - - Décembre 1987 - - -
A310 A310-200 46,66 m 7 800 km 240 Juillet 1978 Avril 1982 Mars 1983 Mars 1983 255 255 -
A310-300 46,66 m 9 600 km 240 Juin 1983 Juillet 1985 Décembre 1985 Décembre 1985 -
Famille
A320
A318 31,40 m 6 000 km 107 - 117 Avril 1999 Juillet 2003 Mai 2003 Juillet 2003 73 83 59,1 M$
A319 33,80 m 6 800 km 124 - 134 Mai 1993 Août 1995 Avril 1996 Avril 1996 1261 1506 70,3 M$
A320 37,60 m 5 700 km 150 - 164 Novembre 1989 Février 1987 Février 1988 Mars 1988 2422 4255 76,9 M$
A321 44,50 m 5 600 km 185 - 199 Novembre 1989 Mars 1993 Décembre 1993 Janvier 1994 616 838 90,3 M$
Famille
A320neo
A319neo - - - Décembre 2010 - - - 26 0 88,8 M$
A320neo - - - Décembre 2010 - - - 1278 0 96,7 M$
A321neo - - - Décembre 2010 - - - 80 0 113,3 M$
A330 A330-200[217] 58,82 m 13 400 km 253 - 380 Juin 1987 24/11/1995 Mars 1998 Avril 1998 566 459 180,9 M$
A330-300[218] 63,69 m 10 800 km 295 - 440 Juin 1987 2/11/1992 Octobre 1993 Décembre 1993 575 401 200,8 M$
A340 A340-200 59,39 m 13 800 km 239 - 380 Juin 1987 01 avril 1992 Décembre 1992 Fevrier 1993 246 246 -
A340-300 63,6 m 13 700 km 261 - 419 Juin 1987 Octobre 1991 Décembre 1992 Janvier 1993 215,5 M$
A340-500 67,9 m 16 000 km 313 Décembre 1997 Février 2002 3/12/2002 Décembre 2003 131 129 237,1 M$
A340-600 75 3 m 13 900 km 380 - 475 Décembre 1997 Avril 2001 Mai 2002 Juillet 2002 249,4 M$
A350 A350-800[219] 60,54 m 15 700 km 270 - 312 Décembre 2004 - - - 118 0 245,5 M$
A350-900[220] 66,89 m 15 000 km 314 - 366 Décembre 2004 Juin 2013 - Q4 2014 368 0 277,7 M$
A350-1000[221] 73,88 m 15 600 km 325 - 375 Décembre 2004 - - - 62 0 320,6 M$
A380 A380-800[222] 72,72 m 15 400 km 525 - 853 Décembre 2000 27 avril 2005 Décembre 2006 15 octobre 2007 253 72 389,9 M$


Avions civils privés
Avion Modèle Longueur Autonomie Passagers Lancement Premier vol Première livraison Commandes[200] Livraisons[200] Prix
Famille
A320[223],[224]
ACJ318 31,45 m 7 800 km 8 Novembre 2005 - 10 mai 2007 21 17 65 M$
ACJ319 33,84 m 11 100 km 8 - Novembre 1998 Décembre 1998 76 69 80 M$
ACJ320 37,57 m 7 800 km 8 - - 2000 13 12 85 M$
A330[225],[226] ACJ330-200 58,82 m 14 800 km 25 - - - 33 22 -
A340[225],[226] ACJ340-200/300 60,30 m 14 800 km 25 - - - 7 7 -
ACJ340-500/600 63,45 m 17 850 km 25 - - - 9 7 -
A350[225],[226] ACJ350-800 60,54 m 18 000 km - - - - 0 0 -
ACJ350-900 66,89 m 17 800 km - - - - 2 0 -
ACJ350-1000 73,88 m - km - - - - 0 0 -
A380[225],[226] ACJ380-800 72,74 m 16 500 km 50 - - - 1 0 -


Avions civils fret
Avion Longueur Autonomie Fret Lancement Premier vol Première livraison Commandes Livraisons Prix
A300F[227] - m - km - t - Septembre 1976 - - - -
A300-600F[227] 54,10 m 7 500 km 54,6 t - Décembre 1993 Décembre 1993 Avril 1994 - -
A300-600ST (Beluga)[228] 56,15 m 2 779 km 40 t Août 1991 13 septembre 1994 septembre 1995 5 5 -
A330-200F[229] 58,82 m 5 950 km 70 t Janvier 2007 Novembre 2009 Juillet 2010 58 11 211,5 M$
A380F[230] 72,72 m 10 400 km 150 t - - - 0 0 -


Avions militaires[modifier | modifier le code]

Avion Longueur Autonomie Fret Lancement Premier vol Certification Première livraison Commandes Livraisons Prix
C212[231] 16,50 m 435 km 2,8 t 1963 26 mars 1971 Décembre 1973 Mai 1974 478 475 -
CN235[232] 21,40 m 720 km 5 950 kg - 11 novembre 1983 20 juin 1986 1 mars 1988 275 265 -
C295[233] 24,50 m 1 300 km 9 250 kg - 28 novembre 1997 - 15 novembre 2001 91 86 -
A310 MRTT 47,40 m 8 890 km 36 t - Décembre 2003 5 octobre 2010 4 février 2009 6 6 -
A330 MRTT[234] 58,80 m 7 000 km 45 t - 15 juin 2007 - 1 juin 2011 28 6 -
A400M[235] 45,10 m 3 300 km 37 t Mai 2003 11 décembre 2009 - 2012 - 2013 ? 174 1 130 - 140 M$[236]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. EADS annual review 2011, EADS.
  2. [1], Challenges, 26 février 2014
  3. Airbus : ventes records en 2013, Le Monde, 13 janvier 2014.
  4. « Changement de noms et de structure au sein d'EADS qui devient le groupe Airbus », sur le site officiel du groupe,‎ le 2 janvier 2014 (consulté le 2 janvier 2014).
  5. Histoire : pendant la guerre, Dassault Aviation.
  6. Une brève histoire d'Airbus, La Jaune et la Rouge.
  7. (Pierre Muller 1989, p. 21).
  8. a et b (Tim Laming 2000, p. 8).
  9. a et b (Pierre Muller 1989, p. 47).
  10. Les expériences de la pratique : lacunes du droit communautaire ? Le cas d’Airbus Industrie, Philippe Simon, Directeur des affaires juridiques d’Aérospatiale, Colloque organisé par le Centre de recherche sur le droit des affaires, 1997.
  11. (Guy Norris 1999, p. 13).
  12. (Bill Gunston 2009, p. 19).
  13. (Guy Norris 1999, p. 12).
  14. (Bill Gunston 2009, p. 20).
  15. (Bill Gunston 2009, p. 23).
  16. (Guy Norris 1999, p. 14).
  17. History: Early days (1967-1969), Airbus.
  18. a, b et c (Bill Gunston 2009, p. 24).
  19. (Bill Gunston 2009, p. 29).
  20. Britain Abandons the European Airbus Project; Believes Building the Plane Is a Losing Proposition, The New York Times, 11 avril 1969.
  21. a, b et c Trouble and strife (1968-1969), Airbus.
  22. (Georges Ville 2006b, p. 13).
  23. a et b (Bill Gunston 2009, p. 34).
  24. (Georges Ville 2006b, p. 16).
  25. First order, first flight (1970-1972), Airbus.
  26. (Tim Laming 2000, p. 34).
  27. (Bill Gunston 2009, p. 37).
  28. (Bill Gunston 2009, p. 41).
  29. Champagne…and drought (1973-1977), Airbus.
  30. Technology leaders (1977-1979), Airbus.
  31. (Tim Laming 2000, p. 10).
  32. (Bill Gunston 2009, p. 85).
  33. (Pierre Muller 1989, p. 110-111).
  34. (Pierre Muller 1989, p. 116-117).
  35. (Bill Gunston 2009, p. 89).
  36. (Bill Gunston 2009, p. 44-47).
  37. (Tim Laming 2000, p. 11).
  38. (Georges Ville 2006b, p. 14).
  39. a et b A320 Family, Flight International, 1997.
  40. (Pierre Muller 1989, p. 121).
  41. (Pierre Muller 1989, p. 128).
  42. a, b, c et d Fly-by-wire (1980-1987), Airbus.
  43. (Pierre Muller 1989, p. 129).
  44. Archives INA : Jugement Air Inter.
  45. Comment Airbus a réussi à s’imposer face au géant Boeing ? - L’A320, de nouvelles et brillantes innovations.
  46. (en) Expansion (1991-1992), Airbus.
  47. a et b History: The family grows (1988-1991), Airbus.
  48. (Bill Gunston 2009, p. 204).
  49. (Bill Gunston 2009, p. 205).
  50. Airbus supplement: A320 family, flightglobal.com, 29 octobre 1997.
  51. (Tim Laming 2000, p. 22-23).
  52. Expansion (1991-1992), Airbus.
  53. (Tim Laming 2000, p. 26-28).
  54. (Tim Laming 2000, p. 29-30).
  55. a et b Airbus Group Sets Goal of Stand-Alone Status, The New York Times, 9 juillet 1996.
  56. Premiers Airbus conçus en ingénierie simultanée, L'Usine nouvelle, 17 septembre 1998.
  57. Airbus Tries to Fly in a New Formation, The New York Times, 2 mai 1996.
  58. a, b et c Airbusiness as usual, The Economist, 17 juin 1999.
  59. BAe et Dasa auraient bouclé leur fusion., Libération, 4 décembre 1998.
  60. Platform envy, The Economist, 10 décembre 1998.
  61. La fusion BAe-GEC Marconi crée le troisième groupe mondial de défense, Les Échos, 20 janvier 1999.
  62. Business: The Company File GEC spoils Dasa/BAe party?, BBC News, 20 décembre 1998.
  63. History: Record-breakers (1993-2000), Airbus.
  64. La Russie négocie l'achat de 20 % d'Airbus, Capital, 29 janvier 2007.
  65. The giant on the runway, The Economist, 11 octobre 2007.
  66. (Guy Norris 2010, p. 16).
  67. A380 launch official - EADS welcomes the decision of Airbus supervisory board, Lagardère, 19 décembre 2000.
  68. Airbus in 2000: Record turnover and deliveries while achieving A380 launch, EADS, 29 janvier 2001.
  69. The A380 enters production, Airbus, 23 janvier 2002.
  70. Présentation officielle à Toulouse du plus grand avion de transport civil du monde, Le Soir, 18 janvier 2005.
  71. A380 : Premier vol d'essai réussi, La Dépêche, 27 avril 2005.
  72. A380 powers on through flight-test, Flight Global, 20 décembre 2005.
  73. Les autorités approuvent les essais réussis d'évacuation A380, EADS, 29 mars 2006.
  74. L’Agence certifie l’A380, le plus gros avion commercial au monde, EASA, 12 décembre 2006.
  75. a, b et c Airbus, la revanche de Hambourg, Le Figaro, 11 mars 2008.
  76. a, b et c EADS : conforter le champion européen, Rapport d'information fait au nom de la commission des Affaires économiques sur la situation d’EADS et ses perspectives d’évolution, 27 juin 2007.
  77. Centre d'excellence électrique : programme A380, Benoît Defforge, EADS, juillet 2006.
  78. A380, quand la CAO s'emmêle, L'Usine nouvelle, 26 mars 2007.
  79. L’A380 entravé, Streiff déterminé, Aérocontact, 4 octobre 2006.
  80. a et b Nouveau retard d'un an pour l'Airbus A380, Le Devoir, 4 octobre 2006.
  81. Chronologie: les principaux événements d'octobre 2006, Les Échos, 9 novembre 2006.
  82. Emirates a reçu 110 millions de dollars pour le retard de l'A380, Le Point, 30 avril 2008.
  83. Programmes de restructuration et de réduction des coûts, EADS.
  84. Panorama 2006, EADS, 2006.
  85. Power8 prepares way for "New Airbus", Airbus, 27 février 2007.
  86. Airbus: manifestation nationale le 6 mars, L'Express, 1er mars 2007.
  87. Fabrice Brégier : «Airbus a largement dépassé ses objectifs d'économies», Les Échos, 22 avril 2011.
  88. Document d’Enregistrement 2010, EADS.
  89. EADS : Power 8 Plus met l'accent sur les délocalisations, Investir, 9 septembre 2008.
  90. Airbus accélère ses implantations hors d'Europe, Le Figaro, 9 septembre 2008.
  91. Future EADS : Louis Gallois vise 350 millions d'économies, La Tribune, 9 mars 2010.
  92. Airbus négocie avec cinq groupes pour la reprise de 6 sites industriels, Le Nouvel Observateur, 24 septembre 2009.
  93. La vente des usines Airbus serait compromise, Le Nouvel Observateur, 3 mai 2008.
  94. a et b À Méaulte, dans la Somme, Aérolia prend le relais d'Airbus et se prépare à l'arrivée du futur A 350, La Voix du Nord, 8 janvier 2009.
  95. Airbus vend son site Laupheim au tandem franco-allemand Diehl/Thales, La Dépêche, 1er août 2008.
  96. EADS se réorganise, 20 minutes, 16 décembre 2008.
  97. Recent Chronology in the Airbus WTO Case, Bureau du Représentant américain au commerce, 2004.
  98. Noël Forgeard dévoile le projet A350 et annonce une augmentation des livraisons, La Dépêche du Midi, 18 octobre 2004.
  99. L’'A350 reçoit son autorisation d'offre, Airbus, 10 décembre 2004.
  100. Airbus to launch Boeing 7E7 rival, BBC News, 10 décembre 2004.
  101. The Board favorably reviewed the new A350 Airliner family program, EADS, 8 juin 2005.
  102. Airbus lance son nouvel A350, EADS, 6 octobre 2005.
  103. Airbus Presents A350 XWB: New Extra Wide Body Family for the 21st Century, EADS, 17 juillet 2006.
  104. Premier pli du panneau composite A350 XWB fabriqué à Nantes, EADS, 4 décembre 2009.
  105. Airbus débute l’assemblage final du premier A350 XWB, EADS, 12 avril 2012.
  106. « Premier vol d'essai pour l'A350, dernier long-courrier d'Airbus », sur Le Monde,‎ septembre juin (consulté le 14 juin 2013).
  107. Airbus propose en option pour la famille A320 de nouveaux réacteurs permettant une réduction de carburant, EADS, 1er décembre 2010.
  108. Bourget 2011 : l'heure du bilan, L'Usine nouvelle, 24 juin 2011.
  109. Document d’enregistrement 2011, EADS, 2011.
  110. Notre organisation, EADS.
  111. Internal Rules for the Board of Directors, EADS.
  112. Management overview, Airbus.
  113. Fabrice Bregier at the Airbus controls , Airbus, 1er juin 2012.
  114. Responsables de Divisions et de Fonctions, EADS, 31 mai 2012.
  115. Le plan de restructuration d'Airbus en phase de finalisation , Les Echos, 8 janvier 2007.
  116. a et b Document d'enregistrement 2011, EADS.
  117. Airbus chercherait un site d'implantation aux États-Unis, La Dépêche, 30 juillet 2001.
  118. Airbus Industrie launches training centre in Bangalore , The Hindu, 2 novembre 2007.
  119. Going global (2001-2004), Airbus.
  120. Airbus présente une organisation "transnationale" aux syndicats, boursier.com, 6 juin 2007.
  121. Airbus Centres of Excellence, Airbus.
  122. Airbus opens engineering center in Mobile, Alabama , reliableplant.com.
  123. Transport of major aircraft sections, Airbus.
  124. a, b, c, d et e (Bill Gunston 2009, p. 120-121).
  125. a, b et c Le Super Guppy et le Béluga : Transport des tronçons d’Airbus entre les usines européennes, Aeromed no 12, p. 11.
  126. Type-certificate data sheet, Airbus A300-600ST, EASA.
  127. Du port de Bordeaux à Toulouse, un itinéraire à grand gabarit, Ministère de l'Équipement et des Transports.
  128. France opposes German A320 line, Flightglobal.com, 4 mars 1989.
  129. (Tim Laming 2000, p. 35).
  130. Dasa Airbus: the jewel in the crown, Interavia Business & Technology, juin 1997.
  131. John Motum, The Putnam Aeronautical Review, Naval Institute Press,‎ 1991 (ISBN 1557506760), p. 172.
  132. Airbus opens an additional A320 Family final assembly line in Hamburg, Germany, Airbus, 5 octobre 2011.
  133. a et b Airbus in China, Airbus.
  134. New family members mean Airbus means business, Interavia Business & Technology, juin 1997.
  135. La politique du donnant-donnant, RFI, 5 décembre 2005.
  136. Airbus Chinese A320 final assembly line to be located in Tianjin, EADS, 8 juin 2006.
  137. A320 : l'avenir de la chaîne d'assemblage chinoise en question, Les Échos, 1é juin 2012.
  138. Tous dans le sillage de l'A380, L'Usine nouvelle, 19 juillet 2001.
  139. Le site d'assemblage final de l'A380 portera le nom de Jean-Luc Lagardère, La Dépêche du Midi, 16 avril 2003.
  140. Les défis industriels de l'A380, L'Usine nouvelle, 6 mai 2004.
  141. Airbus construit à Toulouse une chaine d’assemblage final éco-efficiente pour l’A350 XWB , EADS, 14 janvier 2009.
  142. Airbus ouvre une chaîne d'assemblage aux États-Unis, EADS, 2 juillet 2012.
  143. Airbus s'installe aux États-Unis, Boeing monte au créneau, Le Monde, 3 juillet 2012.
  144. Nos fournisseurs, EADS.
  145. Airbus Opérations : Changement de nom et nomination d'un président délégué, La Dépêche du Midi, 16 octobre 2009.
  146. Airbus Operations GmbH, Bundesverband der Deutschen Luft- und Raumfahrtindustrie.
  147. Company Overview of Airbus Operations GmbH, Bloomberg BusinessWeek.
  148. Airbus in Germany, Airbus.
  149. Airbus in Spain, Airbus.
  150. Airbus in France, Airbus.
  151. Airbus France S.A.S., Le portail de l’armement.
  152. Airbus, societe.com.
  153. Airbus in the UK, Airbus.
  154. Worldwide presence, Airbus.
  155. Airbus Americas, Airbus.
  156. Notre présence dans le monde : Mobile, AL, EADS.
  157. Notre présence dans le monde : Wichita, KS, EADS.
  158. Notre présence dans le monde : Miami, FL, EADS.
  159. L'usine d'Airbus en Chine a déjà livré 153 avions A320 - le Quotidien du Peuple en ligne du 14 décembre 2013.
  160. Airbus in India, Airbus.
  161. Airbus in Japan, Airbus.
  162. Airbus in Russia, Airbus.
  163. Aerolia, 4 sites complémentaires, situés en France et à l'étranger, Aerolis.
  164. EADS : Airbus lance "Airbus Corporate Jet Center", boursier.com, 22 mai 2007.
  165. L’Airbus Corporate Jet Centre, une autre société chargée de l’aménagement intérieur, EADS, 22 mai 2007.
  166. Airbus Corporate Jet Centre : Chiffres clés, societe.com.
  167. Airbus crée une nouvelle unité dédiée aux jets d’affaires , EADS, 1" novembre 2011.
  168. Airbus crée une filiale dédiée aux jets d'affaires, L'Expansion, 14 novembre 2011.
  169. Airbus Corporate Jet Centre, Airbus.
  170. Developing winning oartnerships, Airbus Military.
  171. The Company, Airbus Military.
  172. Airbus Military augmente sa présence dans ses pays d’origine et procède en France à une nouvelle nomination, EADS, 22 mars 2011.
  173. Airbus lance “ProSky”, nouvelle filiale pour la gestion du trafic aérien, EADS, 4 janvier 2011.
  174. Airbus Transport International, societe.com.
  175. Cimpa devient une filiale à 100 % du groupe Airbus, La Dépêche du Midi, 18 septembre 2003.
  176. CIMPA, societe.com.
  177. À propos d’IFRSKEYES.
  178. IFR France, societe.com.
  179. KID-Systeme GmbH, EADS.
  180. History, KID-Systeme GmbH.
  181. Quovadis, societe.com.
  182. Sepang Aircraft Engineering Sdn Bhd, EADS.
  183. Prière de recycler vos avions !, L'Usine nouvelle, 28 mai 2009.
  184. Compagny profile, TASC Aviation.
  185. a et b Airbus deliveries outstrip Boeing, BBC News, 6 janvier 2004.
  186. a et b Accord UE/États-Unis sur les aéronefs civils gros porteurs de 1992: principaux faits et chiffres, Europa, 6 octobre 2004.
  187. a et b Europe and US in aircraft aid row, BBC News, 16 août 2004.
  188. US takes Airbus dispute to WTO, BBC News, 6 octobre 2004.
  189. a, b, c et d Q&A: Boeing and Airbus , BBC News, 7 octobre 2004.
  190. Tirs croisés Airbus-Boeing à l’OMC, RFI, 7 octobre 2004.
  191. WTO Disputes EU/US large civil aircraft, Commission européenne, 13 mars 2012.
  192. The WTO Boeing-Airbus dispute Europa, 27 mars 2007.
  193. Les dessous d'une guerre commerciale, Libération, 1er juin 2005.
  194. WTO says Europe subsidizes Airbus, Boeing's rival, unfairly , USA Today, 24 mars 2010.
  195. EU claims victory in WTO case versus Boeing, Reuters, 15 septembre 2010.
  196. L’OMC confirme que Boeing a reçu des milliards de dollars de subventions illégales de la part des États‑Unis, Commission européenne, 12 mars 2012.
  197. WTO Says U.S. Gave at Least $5.3 Billion Illegal Aid to Boeing, Bloomberg, 31 avril 2011.
  198. WTO Airbus ruling leaves both sides claiming victory, BBC News, 18 mai 2011.
  199. Boeing débouté de la majorité de ses demandes en appel par l’OMC, Airbus, 12 mars 2012.
  200. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées O.26D.
  201. A319CJ enters service, flightglobal.com, 10 novembre 1999.
  202. Airbus introduces new names, branding for corporate jets , Flightglobal.com, 16 mai 2011.
  203. a et b Airbus offers world’s most modern corporate jet family, Airbus.
  204. Un prince saoudien s'offre un A380, Challenges, 12 novembre 2007.
  205. Alwaleed bin Talal bin Abdulaziz Alsaud acquiert le premier A380 Flying Palace, Boursorama, 12 novembre 2007.
  206. Airbus livre le dernier A300 à FedEx, EADS, 12 juillet 2007.
  207. Beluga, Airbus.
  208. Airbus lance son programme de conversion A330P2F en partenariat avec ST Aerospace et EADS EFW, EADS, 15 février 2012.
  209. A380F, Airbus.
  210. FedEx Express to acquire Airbus A380-800F, EADS, 17 janvier 2001.
  211. UPS Signs Firm Contract for A380, EADS, 13 décembre 2005.
  212. Trop long pour FedEx, Radio Canada, 7 novembre 2006.
  213. UPS cancels Airbus A380 order , New York Times, 2 mars 2007.
  214. La version cargo de l'A380 suspendue, Le Soir, 1er mars 2007.
  215. « La livraison du premier A400M de l'Armée de l'air se précise », sur Usinenouvelle.com,‎ 30 mai 2013 (consulté le 26 juin 2013).
  216. Airbus Price List 2012, Airbus.
  217. A330-200 specifications, Airbus.
  218. A330-300 specifications, Airbus.
  219. A350-800 specifications, Airbus.
  220. A350-900 specifications, Airbus.
  221. A350-1000 specifications, Airbus.
  222. A380 specifications, Airbus.
  223. Airbus ACJ318, ACJ319, ACJ320 and ACJ321, Airbus.
  224. Airbus Corporate Jets - Key Data, Airbus.
  225. a, b, c et d Airbus VIP widebodies, Airbus.
  226. a, b, c et d http://www.airbus.com/aircraftfamilies/corporate/vip-widebodies/data/?eID=dam_frontend_push&docID=15947 Airbus Corporate Jets - Key Data], Airbus.
  227. a et b A300-600F, Airbus.
  228. [ Specifications], Airbus.
  229. A330-200F, Airbus.
  230. A380F Specifications, Airbus.
  231. C212 Specifications, Airbus Military.
  232. CN235 Specifications, Airbus Military.
  233. C235 Specifications, Airbus Military.
  234. A330 MRTT Specifications, Airbus Military.
  235. A400M Specifications, Airbus Military.
  236. Airbus A400M: réunion cruciale les 4 et 5 février , Le Figaro, 13 janvier 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]