Moteur V10

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Moteur avec cylindres en V.
Le V10 de la Dodge Viper

Un Moteur V10 est un moteur dans une configuration en V qui a dix cylindres.

Technique[modifier | modifier le code]

Le V10 est un moteur avec cylindres en V basé sur l'accouplement de deux bancs de cinq cylindres qui fonctionnent en alternance et dont les bielles de chaque piston entraînent ensemble un vilebrequin. Contrairement au V12, la régularité cyclique d'un V10 n'est pas parfaite. Sa conception nécessite donc des études approfondies.

En sport automobile[modifier | modifier le code]

En grands prix de Formule 1, ce sont les motoristes Honda et Renault qui introduisent cette architecture en 1989 suite à l'interdiction des moteurs turbocompressés. Elle permet d'abaisser le centre de gravité, grâce à un poids et un encombrement moindres, tout en produisant une puissance équivalente par rapport au moteur V12. Comparé au moteur V8, elle limite les vibrations tout en offrant une puissance supérieure[1].

Le succès des écuries équipées de moteurs V10 (McLaren avec Honda, puis Williams et Benetton avec Renault) à partir de 1989, a entraîné leur généralisation en Formule 1, jusqu'à leur interdiction en 2006 au profit du V8 2,4 litres.

Bien que l'angle d'ouverture standard d'un V10 est de 72°, Renault, pour son retour en Formule 1 en tant que motoriste puis constructeur, a développé pour les saisons 2001, 2002 et 2003, un moteur plus ouvert, à 111°, permettant ainsi d’abaisser encore plus le centre de gravité de celui-ci. N'ayant pas réussi à surmonter des problèmes récurrents de fiabilité, l'écurie au losange abandonne cette structure à partir de la saison 2004, et revient au V10 à 72°.

En endurance, la Peugeot 905 est propulsée par un moteur V10[2].

Exemples de véhicules à moteurs V10[modifier | modifier le code]

Les V10 sont principalement intégrés dans des automobiles de sport ou de prestige.

On les trouve dans les voitures suivantes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dossier technique, sur le site go-f1.com
  2. La Peugeot 905 de retour sur piste, sur le site motorlegend.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]