Ferrari 126 C4

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ferrari 126 C4

Ferrari 126 C4

La Ferrari 126 C4 de Michele Alboreto en démonstration à Goodwood en 2009

Présentation
Équipe Scuderia Ferrari SpA SEFAC
Constructeur Drapeau de l'Italie Scuderia Ferrari
Année du modèle 1984
Concepteurs Harvey Postlethwaite
Mauro Forghieri
Spécifications techniques
Châssis Double coque en Kevlar et en fibre de carbone
Suspension avant Ressort/Triangle/Fourche
Nom du moteur Ferrari Tipo 031/1 turbocompressé
Cylindrée 1 496 cm3
680 ch à 11 500 tr/min
Configuration V6 à 65°
Boîte de vitesses Ferrari tranversale
Nombre de rapports 5 + marche arrière
Système de carburant Réservoir de 220 litres
Système de freinage Freins à disque carbone Brembo
Dimensions et Poids Empattement : 2600 mm
Voie avant : 1768 mm
Voie arrière : 1680 mm
Poids : 542 kg
Carburant Agip
Pneumatiques Goodyear
Histoire en compétition
Pilotes 27 Drapeau de l'Italie Michele Alboreto
28 Drapeau de la France René Arnoux
Début Grand Prix automobile du Brésil 1984
Courses Victoires Pole Meilleur tour
16 1 1 3
Championnat constructeur 2e avec 57,5 points
Championnat pilote Michele Alboreto : 4e
René Arnoux : 6e

Chronologie des modèles (1984)

La Ferrari 126 C4 est la monoplace de Formule 1 engagée par la Scuderia Ferrari dans le championnat du monde 1984. Elle est pilotée par l'Italien Michele Alboreto, en provenance de Benetton Formula, et le Français René Arnoux, qui effectue sa deuxième saison au sein de l'écurie italienne.

La 126 C4 est une évolution de la Ferrari 126 C3. La nouvelle monoplace est conçue en fibre de carbone sans carrosserie et est dotée d'un moteur et une boîte de vitesses allégés, ainsi la voiture perd 6 % de son poids, passant ainsi de 595 à 542 kilogrammes. La 126 C4 présente également de nouveaux ailerons, ainsi que des extracteurs et des pontons latéraux redessinés[1].

Le début de saison est difficile pour la Scuderia Ferrari. Lors du Grand Prix du Brésil, Alboreto, parti deuxième[2], prend la tête de la course dès le premier tour avant d'abandonner onze tours plus tard sur problèmes de freins[3]. En Afrique du Sud, les deux pilotes Ferrari sont tous deux victimes d'un problème d'allumage : si Alboreto parvient à finir la course en onzième position, Arnoux est contraint à l'abandon au quarantième tour[4]. Au Grand Prix de Belgique, Alboreto et Arnoux occupent la première ligne lors des qualifications[5]. L'Italien, parti de la pole position, remporte la course tandis que le Français finit troisième[6].

René Arnoux monte à nouveau sur le podium à Saint-Marin et à Monaco, où l'épreuve a été interrompu avant la mi-course, alors que Michele Alboreto ne rapporte qu'un demi-point en trois courses. Le Français termine deuxième lors du Grand Prix de Dallas[7]. En Grande-Bretagne, Alboreto et Arnoux terminent dans les points alors qu'ils se sont élancés du milieu de grille[8]. C'est lors du Grand Prix d'Autriche qu'Alboreto renoue avec les podiums puisque parti douzième, l'Italien parvient à décrocher la troisième place[9]. Alboreto prend la deuxième place lors du Grand Prix d'Italie, puis récidive sur le Nürburgring lors du Grand Prix d'Europe alors qu'Arnoux doit se contenter de la cinquième place[10]. Lors de la dernière manche de la saison, disputé au Portugal, Alboreto termine quatrième alors qu'Arnoux, élancé de la dix-septième position, franchit la ligne d'arrivée à la neuvième place[11].

À la fin de la saison, la Scuderia Ferrari termine deuxième du championnat des constructeurs avec 57,5 points. Michele Alboreto s'empare de la quatrième place du championnat des pilotes avec 30,5 points tandis que René Arnoux se classe sixième avec 27 points[12].

Ferrari 126 C4-M2[modifier | modifier le code]

La Scuderia Ferrari teste quelques jours avant le début de la saison 1985 une version baptisée 126 C4-M2, pilotée par le pilote essayeur de l'écurie, le Britannique Johnny Dumfries. C'est une monoplace de transition entre la 126 C4 et la Ferrari 156-85[13].

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Photo de la Ferrari 126 C4 de René Arnoux à Dallas
René Arnoux à bord de la Ferrari 126 C4 lors du Grand Prix de Dallas.
Résultats détaillés de la Ferrari 126 C4 en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneus Pilote 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 Points inscrits Classement
1984 Scuderia Ferrari SpA SEFAC Ferrari Tipo 031/1 TV6 G BRA RSA BEL SMR FRA MON* CAN DET DAL GBR GER AUT NED ITA EUR POR 57,5 2e
Michele Alboreto Abd 11 1 Abd Abd 6 Abd Abd Abd 5 Abd 3 Abd 2 2 4
René Arnoux Abd Abd 3 2 4 3 5 Abd 2 6 6 7 11 Abd 5 9

Légende : ici
* En raison des conditions météorologiques, le Grand Prix de Monaco a été interrompu après 31 tours sur les 77 prévus, ainsi seul la moitié des points a été attribué[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ferrari 126C4 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)
  2. « Qualifications du Grand Prix du Brésil 1984 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)
  3. « Classement du Grand Prix du Brésil 1984 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)
  4. « Classement du Grand Prix d'Afrique du Sud 1984 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)
  5. « Qualifications du Grand Prix de Belgique 1984 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)
  6. « Classement du Grand Prix de Belgique 1984 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)
  7. « Classement du Grand Prix des États-Unis 1984 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)
  8. « Classement du Grand Prix de Grande-Bretagne 1984 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)
  9. « Classement du Grand Prix d'Autriche 1984 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)
  10. « Classement du Grand Prix d'Europe 1984 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)
  11. « Classement du Grand Prix du Portugal 1984 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)
  12. « Classements généraux du championnat du monde de Formule 1 1984 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)
  13. « Ferrari 126 C4-M2 », sur statsf1.com (consulté le 2 juin 2013)
  14. « Grand Prix de Monaco 1984 », sur statsf1.com (consulté le 24 juillet 2012)