Lucien Bianchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bianchi.

Lucien Bianchi

Lucien Bianchi en 1968

Lucien Bianchi en 1968

Date de naissance
Lieu de naissance Drapeau : Italie Milan, Lombardie, Italie
Date de décès (à 34 ans)
Lieu de décès Drapeau : France Le Mans, Sarthe, France
Nationalité Drapeau : Belgique belge
Années d'activité 1959-1963, 1965, 1968
Qualité Pilote automobile
Équipe Écurie nationale belge
Fred Tuck Cars
UDT Laystall Racing Team
Reg Parnell Racing
Scuderia Centro Sud
Cooper
Nombre de courses 19 (17 départs)
Pole positions 0
Podiums 1
Victoires 0

Lucien Bianchi (né Luciano Bianchi) est un pilote automobile italien naturalisé belge né le à Milan, et mort le au Mans à l'âge de 34 ans des suites d'un accident durant les essais préliminaires des 24 Heures du Mans sur Alfa Romeo.

Il a disputé 17 Grands Prix de Formule 1 entre 1960 et 1968, a inscrit un total de 6 points et décroché un podium lors du Grand Prix de Monaco 1968. Bianchi a également inscrit son nom au palmarès des 24 Heures du Mans et des 12 heures de Sebring.

Lucien Bianchi est le grand-oncle du pilote automobile français Jules Bianchi (le petit-fils de Mauro Bianchi), qui débute en Formule 1 en 2013 au sein de l'écurie Marussia F1 Team.

Lucien Bianchi fait une première apparition dans la série BD Michel Vaillant à la planche 57 de l'album Le Pilote sans Visage. Lucien et son frère Mauro sont les premiers « vrais » pilotes à apparaître dans la BD Michel Vaillant, dans le tome Le 13 est au départ.

Historique[modifier | modifier le code]

La famille Bianchi, originaire de Milan, s'expatrie en Belgique en 1950 pour suivre le pilote belge Johnny Claes, qui dispute le championnat du monde de Formule 1 sur Talbot Lago T26C et dont le père de Luciano est un des mécaniciens de course. Dès 1952, Claes introduit un peu plus le jeune Lucien dans le monde de la compétition automobile en en faisant son coéquipier en rallye. Rapidement Lucien Bianchi mène de front les courses de rallye et les épreuves disputées sur circuit.

En 1957, Lucien Bianchi, pour sa seconde participation à l'épreuve, décroche une victoire de classe aux 24 Heures du Mans, sur Ferrari 2 litres (septième au classement général). Cette même année, toujours au volant d'une Ferrari, au côté d'Olivier Gendebien, il remporte pour la première fois le Tour de France automobile, épreuve qu'il remportera également en 1958, 1959 et 1964.

En 1959, lorsque est créée l'ENB, Ecurie Nationale Belge, il est recruté aux côtés d'Alain de Changy, André Pilette, André Milhoux, Olivier Gendebien et son propre frère, Mauro Bianchi. Il rate sa première qualification en Grand Prix lors de l'épreuve de Monaco au volant d'une Cooper T51 et doit attendre l'année suivante pour disputer son premier GP, à Spa en Belgique. Toujours sur Cooper T51, il se qualifie en quatorzième position et inscrit son premier point en championnat du monde en terminant sixième. Il dispute encore deux Grands Prix mais est à chaque fois contraint à l'abandon sur rupture mécanique.

En 1961, l'ENB achète deux Emeryson-Maserati 61 pour Bianchi et Gendebien. Rapidement l'ENB redessine les Emeryson pour les rendre plus compétitives mais Bianchi est victime d'un accident lors du Grand Prix de Pau. Lorsque Bianchi et Gendebien ne parviennent à se qualifier ni à Monaco ni à Monza, l'équipe belge abandonne définitivement Emeryson pour se tourner vers Lotus : si Bianchi parvient alors à se qualifier en Grand Prix, il ne reçoit toujours pas le drapeau à damiers et quitte alors l'ENB pour l'UDT Laystall Racing Team qui engage aussi des Lotus 18 et 21, sans résultat. Cette même année, Bianchi intègre l'équipe officielle Citroën en rallye et, comme consolation d'une saison blanche en Formule 1, remporte sur DS19 la course Liège-Sofia-Liège (accompagné de Georges Harris).

En 1962, au volant de la Ferrari 250 TRI/61 qui a mené à la victoire son ami Gendebien l'année précédente, il dispute et remporte à son tour (avec Joakim Bonnier) les 12 heures de Sebring. En Formule 1, il renoue avec l'ENB et dispute deux Grands Prix, obtenant comme meilleur résultat une neuvième place lors du Grand Prix de Belgique.

Bianchi va alors peu à peu se détourner de la Formule 1 puisqu'en 1963, il ne dispute que son Grand Prix national (il est devenu citoyen belge) sur une Lola Mk4 qui le conduira à l'abandon sur accident. En 1964, il termine second des 500 miles de Daytona et quatrième des 1 000 kilomètres du Nürburgring sur Ferrari GTO. L'année suivante, il remporte, avec son frère Mauro, sur Alpine, les 500 km du Nürburgring et renoue avec la Formule 1 au sein de la Scuderia Centro Sud qui engage des BRM p. 57 pour le Grand Prix de Belgique. Bianchi, qualifié en dix-septième position, ne peut mieux faire que douzième de son seul Grand Prix de l'année.

En 1966 et 1967, Lucien Bianchi s'expatrie aux USA où il dispute des épreuves du championnat USAC, sans résultats notables. Il rentre en Europe en 1968 pour disputer, enfin, sa première saison complète en Formule 1 au sein de l'écurie Cooper. Au volant de la T86B, il termine troisième de la première épreuve de la saison, le prestigieux Grand Prix de Monaco avant de terminer sixième de son Grand Prix national. Malheureusement, après un début de saison en fanfare, il ne terminera plus aucun des sept autres Grands Prix qu'il dispute et tourne alors définitivement le dos à la Formule 1. Parallèlement à ses engagements en Formule 1, Bianchi court aussi, avec succès, en Endurance : sur |Alfa 33, il remporte l'épreuve du Mugello et termine troisième de la Targa Florio. Il était premier du marathon Londres-Sydney lorsque sa Citroën DS entra en collision avec une voiture hors compétition, il dut abandonner. Il remporte aussi, mais sur Ford GT40 et avec son compatriote Jacky Ickx, les 6 heures de Watkins Glen. Mais le meilleur advient lorsqu'il remporte, au côté de Pedro Rodriguez, les 24 Heures du Mans.

En 1968, alors qu'il est en tête du Rallye-marathon Londres-Sydney au volant d'une Citroën DS, un automobiliste australien le percute à quelques kilomètres de l'arrivée, le privant de la victoire.

En 1969, Lucien Bianchi signe pour l'écurie Autodelta afin de piloter leur Alfa Romeo T33 aux 24 Heures du Mans où il compte « remettre son titre en jeu ». Fin mars, soit dix semaines avant la course, les concurrents se retrouvent au Mans pour participer aux essais préliminaires des 24 Heures. Dès la première journée de tests, son Alfa 33 à moteur 3 litres connaît des problèmes au niveau de son capot moteur qui a tendance à s'ouvrir en pleine charge. Au bout d'une heure d'essai, le capot cède, obligeant Bianchi à stopper en catastrophe sur le bord de la piste. Le lendemain matin, 30 mars, bien que ses mécaniciens aient renforcé les attaches, le capot continue de s'ouvrir et une nouvelle réparation de fortune est nécessaire. Bianchi repart alors mais, au niveau de la bosse qui mène vers Mulsanne, il est obligé de ralentir brusquement et actionne son clignotant pour indiquer que sa voiture a un problème. D'un coup, l'Alfa 33/3 mord le bas-côté au bout de la ligne droite de Mulsanne, percute un poteau télégraphique, s'enflamme puis explose. Bianchi, prisonnier des flammes, trouve la mort à 34 ans.

Lucien Bianchi a écrit le livre, Mes rallyes, paru aux éditions Flammarion, pendant de sa période de convalescence après son accident lors de la course Londres-Sydney en 1968.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1960 Écurie nationale belge
Fred Tuck Cars
Cooper T51 Climax 4 en ligne Dunlop 3 1 24e
1961 UDT Laystall Racing Team Lotus 18
Lotus 18/21
Climax 4 en ligne Dunlop 3 0 Nc.
1962 Écurie nationale belge Lotus 18/21
ENB F1
Climax 4 en ligne
Maserati 4 en ligne
Dunlop 2 0 Nc.
1963 Reg Parnell Racing Lola Mk4 Climax V8 Dunlop 1 0 Nc.
1965 Scuderia Centro Sud BRM p. 57 BRM V8 Dunlop 1 0 Nc.
1968 Cooper Car Company Cooper T86B BRM V12 Goodyear 7 5 17e

Résultats aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Année Voiture Équipe Équipier Résultat
1956 Ferrari 500 TR Écurie belge Alain de Changy Abandon
1957 Ferrari 500 TRC Écurie Francorchamps Georges Harris 7e
1958 Ferrari 500 TR Écurie Francorchamps Willy Mairesse Abandon
1959 Ferrari 250 TR58 Écurie nationale belge Alain de Changy Abandon
1960 Ferrari 250 GT SWB Écurie nationale belge Jean Blaton Abandon
1961 Ferrari 250 GT SWB Écurie nationale belge Georges Berger Abandon
1962 Maserati Tipo 151/1 Maserati France Maurice Trintignant Abandon
1963 Aston Martin DP215 David Brown Phil Hill Abandon
1964 Ferrari 250 GTO Écurie nationale belge Jean Blaton 5e
1965 Ferrari 250 LM Maranello Concessionnaires Ltd. Michael Salmon Abandon
1966 Ford GT40 Mk.II Holman & Moody Mario Andretti Abandon
1967 Ford GT40 Mk.IV Holman & Moody Mario Andretti Abandon
1968 Ford GT40 Mk.I John Wyer Automotive Pedro Rodríguez Vainqueur

Palmarès en compétitions automobiles[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Précédé par Lucien Bianchi Suivi par
Dan Gurney
A.J. Foyt
Vainqueurs des 24 Heures du Mans
1968
Lucien Bianchi
Pedro Rodriguez
Jacky Ickx
Jackie Oliver