Championnat du monde de Formule 1 1985

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Championnat du monde de Formule 1 1985

Généralités
Sport Formule 1
Création 1950
Organisateur(s) FIA
Édition 36e
Nombre de manches 16 Grands Prix
Site web officiel
Palmarès
Champion pilote Drapeau de la France Alain Prost
Champion constructeur Drapeau du Royaume-Uni McLaren-TAG

Navigation

Le championnat du monde de Formule 1 1985 est remporté par le Français Alain Prost sur une McLaren-TAG. McLaren remporte le championnat du monde des constructeurs.

Alain Prost prend d'entrée la tête du championnat en remportant le Grand Prix du Brésil au volant de sa McLaren MP4/2B à moteur TAG-Porsche. Elio de Angelis, sur Lotus, lui succède puis cède la place à Michele Alboreto, très en forme jusqu'à l'été avec sa Ferrari 156-85, au sein d'une écurie où René Arnoux a été limogé après la première course et remplacé par Stefan Johansson.

Prost fait preuve de régularité en montant onze fois sur le podium. Il reprend la tête du classement après sa victoire au Grand Prix d'Autriche et sa deuxième place derrière son coéquipier Niki Lauda (dont c'est la vingt-cinquième et dernière victoire) au Grand Prix des Pays Bas, puis prend progressivement le large. Avec cinq victoires, il devient le premier champion du monde français de la discipline, dès le Grand Prix d'Europe à Brands Hatch, quatorzième des seize courses de la saison qu'il achève à la quatrième place. Prost est sacré avec vingt points d'avance sur Alboreto. McLaren conserve son titre des constructeurs, le troisième depuis 1974.

Cette saison, deux pilotes obtiennent leurs premières victoires : Le Brésilien Ayrton Senna qui, au volant de sa Lotus sous la pluie d'Estoril relègue Alboreto à plus d'une minute et le reste du plateau à un tour. Il réalise également ses sept premières pole positions et obtient un second succès à Spa-Francorchamps. Le Britannique Nigel Mansell, à bord d'une Williams-Honda, remporte coup sur coup, à Brands Hatch et à Kyalami, ses premiers succès tandis que Niki Lauda met un terme définitif à sa carrière.

Règlement sportif[modifier | modifier le code]

  • L'attribution des points s'effectue selon le barème 9, 6, 4, 3, 2, 1.
  • Seuls les 11 meilleurs résultats sont retenus.

Règlement technique[modifier | modifier le code]

  • Moteurs atmosphériques : 3 000 cm³
  • Moteurs suralimentés : 1 500 cm³

Engagés[modifier | modifier le code]

Écurie Moteur No. Pilotes Participation
Drapeau du Royaume-Uni McLaren TAG 1 Drapeau de l'Autriche Niki Lauda 14 GP
1 Drapeau du Royaume-Uni John Watson 1 GP
2 Drapeau de la France Alain Prost 16 GP
Drapeau du Royaume-Uni Tyrrell Ford / Renault 3 et 4 Drapeau du Royaume-Uni Martin Brundle 15 GP
3 et 4 Drapeau de l'Allemagne Stefan Bellof 9 GP
4 Drapeau de la Suède Stefan Johansson 1 GP
4 Drapeau de l'Italie Ivan Capelli 2 GP
4 Drapeau de la France Philippe Streiff 1 GP
Drapeau du Royaume-Uni Williams Honda 5 Drapeau du Royaume-Uni Nigel Mansell 15 GP
6 Drapeau de la Finlande Keke Rosberg 16 GP
Drapeau du Royaume-Uni Brabham BMW 7 Drapeau du Brésil Nelson Piquet 16 GP
8 Drapeau de la France François Hesnault 3 GP
8 Drapeau de la Suisse Marc Surer 12 GP
Drapeau du Royaume-Uni RAM Hart 9 Drapeau de l'Allemagne Manfred Winkelhock 8 GP
9 et 10 Drapeau de la France Philippe Alliot 13 GP
10 Drapeau du Royaume-Uni Kenny Acheson 2 GP
Drapeau du Royaume-Uni Lotus Renault 11 Drapeau de l'Italie Elio De Angelis 16 GP
12 Drapeau du Brésil Ayrton Senna 16 GP
Drapeau de la France Renault Renault 14 Drapeau de la France François Hesnault 1 GP
15 Drapeau de la France Patrick Tambay 15 GP
16 Drapeau du Royaume-Uni Derek Warwick 15 GP
Drapeau du Royaume-Uni Arrows BMW 17 Drapeau de l'Autriche Gerhard Berger 16 GP
18 Drapeau de la Belgique Thierry Boutsen 16 GP
Drapeau du Royaume-Uni Toleman Hart 19 Drapeau de l'Italie Teo Fabi 13 GP
20 Drapeau de l'Italie Piercarlo Ghinzani 7 GP
Drapeau du Royaume-Uni Spirit Hart 21 Drapeau de l'Italie Mauro Baldi 3 GP
21 Drapeau du Canada Allen Berg 0 GP
Drapeau de l'Italie Alfa Romeo Alfa Romeo 22 Drapeau de l'Italie Riccardo Patrese 16 GP
23 Drapeau des États-Unis Eddie Cheever 16 GP
Drapeau de l'Italie Osella Alfa Romeo 24 Drapeau de l'Italie Piercarlo Ghinzani 7 GP
24 Drapeau des Pays-Bas Huub Rothengatter 7 GP
Drapeau de la France Ligier Renault 25 Drapeau de l'Italie Andrea de Cesaris 11 GP
25 Drapeau de la France Philippe Streiff 4 GP
26 Drapeau de la France Jacques Laffite 15 GP
Drapeau de l'Italie Ferrari Ferrari 27 Drapeau de l'Italie Michele Alboreto 16 GP
28 Drapeau de la France René Arnoux 1 GP
28 Drapeau de la Suède Stefan Johansson 15 GP
Drapeau de l'Italie Minardi Ford / Motori Moderni 29 Drapeau de l'Italie Pierluigi Martini 15 GP
Drapeau de l'Allemagne Zakspeed Zakspeed 30 Drapeau du Royaume-Uni Jonathan Palmer 8 GP
30 Drapeau de l'Allemagne Christian Danner 2 GP
Drapeau du Royaume-Uni Haas Lola Hart 33 Drapeau de l'Australie Alan Jones 3 GP

Résumé du championnat du monde 1985[modifier | modifier le code]

Comme l'année précédente, Alain Prost ouvre la saison par une victoire au Brésil où son seul adversaire sérieux s'avère être Michele Alboreto sur Ferrari. Quatrième sur l'autre Ferrari, René Arnoux n'a pas l'occasion de savourer longtemps ce bon résultat puisqu'il est limogé quelques jours plus tard, pour être remplacé par le suédois Stefan Johansson.

Au Portugal, sous une pluie diluvienne, la victoire revient au brésilien Ayrton Senna dont c'est la toute première victoire dans la discipline. Auteur d'une éblouissante démonstration de pilotage, le jeune brésilien relègue Alboreto à plus d'une minute et tous les autres concurrents à plus d'un tour. Parti en toupie alors qu'il essayait de dépasser De Angelis, Prost perd la tête du championnat au profit du régulier Alboreto.

À Imola, Lotus s'adjuge une deuxième victoire consécutive : longtemps elle semble devoir revenir à Senna mais l'impétueux brésilien tombe en panne d'essence en vue de l'arrivée. Un sort que connait peu de temps après Stefan Johansson, le nouveau leader. Ayant volontairement laissé filer Senna puis Johansson avant d'économiser son essence, Prost pense avoir gagné en franchissant en tête la ligne d'arrivée, mais il est disqualifié pour poids non conforme. La victoire revient ainsi au sage Elio De Angelis sur la deuxième Lotus. Le pilote romain s'empare ainsi de la tête du championnat.

À Monaco, Prost renoue avec le succès non sans avoir dû batailler ferme contre Michele Alboreto tandis que De Angelis, solide troisième, conserve les commandes du classement général. Mais au Canada, les Ferrari sont intouchables, Alboreto s'impose devant Johansson et Prost et reprend à son compatriote De Angelis la tête du championnat.

À Detroit, Keke Rosberg décroche sa première victoire de la saison, juste récompense pour le pilote finlandais souvent performant en qualifications mais jusque là victime en course du comportement trop brutal du moteur Honda équipant les Williams. Troisième derrière Johansson, Michele Alboreto confirme quant à lui qu'il est l'homme fort du début du championnat.

Au Grand Prix de France, alors que les tenors du championnat trébuchent, Nelson Piquet renoue avec la victoire. Handicapé depuis le début de saison par la mauvaise tenue de ses Pirelli alors que les principaux protagonistes du championnat son équipées de gommes Goodyear, le brésilien trouve en ses pneus italiens un atout inattendu sur le bitume du circuit Paul Ricard.

À Silverstone, venu à bout de Senna au terme d'une lutte intense (Senna devant finalement renoncer en vue de l'arrivée, moteur en berne) Prost décroche son troisième succès de la saison, mais, encore deuxième, Alboreto n'en conserve pas moins la tête du championnat. L'italien prend même ses distances sur le français à l'issue du Grand Prix d'Allemagne qu'il remporte avec brio.

Cette victoire d'Alboreto est pourtant son chant du cygne. En Autriche, Prost l'emporte en partie grâce à l'abandon de Niki Lauda, dominateur à l'occasion de son Grand Prix national et revient à hauteur d'Alboreto, seulement troisième. Puis, grâce à sa deuxième place aux Pays-Bas derrière son coéquipier Lauda, il prend la tête du classement général, alors qu'Alboreto, seulement quatrième, n'a jamais été en mesure de se battre avec les meilleurs. À Monza, alors qu'on attend un réveil de la Scuderia, c'est la déroute pour Ferrari : victoire de Prost et abandon d'Alboreto à nouveau en dehors du coup tout au long du week-end. Jusqu'à la fin de la saison, la Scuderia ne redressera plus la barre, les performances médiocres des Ferrari souvent reléguées en milieu de grille allant de paire avec une fiabilité envolée. Troisième en Belgique, Prost décroche le titre mondial dès le Grand Prix d'Europe (14e des 16 manches du championnat) grâce à une nouvelle place d'honneur. Ce jour-là, Mansell remporte sur une Williams-Honda enfin arrivée à maturité sa toute première victoire en F1. Son succès à Kyalami deux semaines plus tard ainsi que celui de Rosberg en fin de saison à Adelaïde (au terme d'une lutte acharnée avec Senna), viennent confirmer que la Williams-Honda est dorénavant la voiture à battre.

Grands Prix de la saison 1985[modifier | modifier le code]

Date Grand Prix Circuit Vainqueur Voiture Résumé
405 25 mars Drapeau du Brésil Grand Prix du Brésil Jacarepaguá Drapeau de la France Alain Prost McLaren-TAG Résumé
406 21 avril Drapeau du Portugal Grand Prix du Portugal Estoril Drapeau du Brésil Ayrton Senna Lotus-Renault Résumé
407 5 mai Saint-Marin Grand Prix de Saint-Marin Imola Drapeau de l'Italie Elio De Angelis Lotus-Renault Résumé
408 19 mai Drapeau : Monaco Grand Prix de Monaco Monaco Drapeau de la France Alain Prost McLaren-TAG Résumé
409 16 juin Drapeau du Canada Grand Prix du Canada Montréal Drapeau de l'Italie Michele Alboreto Ferrari Résumé
410 23 juin Drapeau des États-Unis Grand Prix de Detroit Detroit Drapeau de la Finlande Keke Rosberg Williams-Honda Résumé
411 7 juillet Drapeau de la France Grand Prix de France Le Castellet Drapeau du Brésil Nelson Piquet Brabham-BMW Résumé
412 21 juillet Drapeau du Royaume-Uni Grand Prix de Grande-Bretagne Silverstone Drapeau de la France Alain Prost McLaren-TAG Résumé
413 4 août Drapeau de l'Allemagne Grand Prix d'Allemagne Nürburgring Drapeau de l'Italie Michele Alboreto Ferrari Résumé
414 18 août Drapeau de l'Autriche Grand Prix d'Autriche Österreichring Drapeau de la France Alain Prost McLaren-TAG Résumé
415 25 août Drapeau des Pays-Bas Grand Prix des Pays-Bas Zandvoort Drapeau de l'Autriche Niki Lauda McLaren-TAG Résumé
416 8 septembre Drapeau de l'Italie Grand Prix d'Italie Monza Drapeau de la France Alain Prost McLaren-TAG Résumé
417 15 septembre Drapeau de la Belgique Grand Prix de Belgique Spa-Francorchamps Drapeau du Brésil Ayrton Senna Lotus-Renault Résumé
418 6 octobre Drapeau de l’Union européenne Grand Prix d'Europe Brands Hatch Drapeau du Royaume-Uni Nigel Mansell Williams-Honda Résumé
419 19 octobre Drapeau de l'Afrique du Sud Grand Prix d'Afrique du Sud Kyalami Drapeau du Royaume-Uni Nigel Mansell Williams-Honda Résumé
420 3 novembre Drapeau de l'Australie Grand Prix d'Australie Adélaïde Drapeau de la Finlande Keke Rosberg Williams-Honda Résumé

Classement des pilotes[modifier | modifier le code]

Classement Pilote Pays Voiture Nombre
de points
1er Alain Prost Drapeau de la France France McLaren-TAG 73 (76)
2e Michele Alboreto Drapeau de l'Italie Italie Ferrari 53
3e Keke Rosberg Drapeau de la Finlande Finlande Williams-Honda 40
4e Ayrton Senna Drapeau du Brésil Brésil Lotus-Renault 38
5e Elio De Angelis Drapeau de l'Italie Italie Lotus-Renault 33
6e Nigel Mansell Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Williams-Honda 31
7e Stefan Johansson Drapeau de la Suède Suède Ferrari 26
8e Nelson Piquet Drapeau du Brésil Brésil Brabham-BMW 21
9e Jacques Laffite Drapeau de la France France Ligier-Renault 16
10e Niki Lauda Drapeau de l'Autriche Autriche McLaren-TAG 14
11e Thierry Boutsen Drapeau de la Belgique Belgique Arrows-BMW 11
12e Patrick Tambay Drapeau de la France France Renault 11
13e Marc Surer Drapeau de la Suisse Suisse Brabham-BMW 5
14e Derek Warwick Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Renault 5
15e Philippe Streiff Drapeau de la France France Ligier-Renault 4
16e Stefan Bellof Drapeau de l'Allemagne Allemagne Tyrrell-Ford 4
17e René Arnoux Drapeau de la France France Ferrari 3
18e Andrea de Cesaris Drapeau de l'Italie Italie Ligier-Renault 3
19e Ivan Capelli Drapeau de l'Italie Italie Tyrrell-Renault 3
20e Gerhard Berger Drapeau de l'Autriche Autriche Arrows-BMW 3

Classement des constructeurs[modifier | modifier le code]

Place Constructeur Châssis Moteur Pneumatiques Points Victoires Podiums Poles
1 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-TAG MP4/2B TAG Porsche P01 Goodyear 90 6 12 2
2 Drapeau de l'Italie Ferrari 156-85 Ferrari 031 Goodyear 82 2 10 1
3 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Honda FW10
FW10B
Honda RA163E Goodyear 71 4 8 3
4 Drapeau du Royaume-Uni Lotus-Renault 97T Renault EF4B
Renault EF15
Goodyear 71 3 9 8
5 Drapeau du Royaume-Uni Brabham-BMW BT54 BMW M12/13 Pirelli 26 1 2 1
6 Drapeau de la France Ligier-Renault JS25 Renault EF4B Pirelli 23 4
7 Drapeau de la France Renault RE60
RE60B
Renault EF4B
Renault EF15
Goodyear 16 2
8 Drapeau du Royaume-Uni Arrows-BMW A8 BMW M12/13 Goodyear 14 1
9 Drapeau du Royaume-Uni Tyrrell-Ford Cosworth 012 Ford DFV Goodyear 4
10 Drapeau du Royaume-Uni Tyrrell-Renault 014 Renault EF4B
Renault EF15
Goodyear 3
11 Drapeau de l'Italie Minardi-Motori Moderni M85B Motori Moderni Tipo 615-90 Pirelli
12 Drapeau de l'Italie Alfa Romeo 184T
185T
Alfa Romeo 890T Goodyear
13 Drapeau du Royaume-Uni RAM-Hart 03 Hart 415T Pirelli
14 Drapeau de l'Italie Osella-Alfa Romeo FA1F
FA1G
Alfa Romeo 890T Pirelli
15 Drapeau du Royaume-Uni Toleman-Hart TG185 Hart 415T Pirelli 1
16 Drapeau du Royaume-Uni Spirit-Hart 101D Hart 415T Pirelli
17 Drapeau du Royaume-Uni Lola-Hart THL1 Hart 415T Goodyear
18 Drapeau de l'Italie Minardi-Ford Cosworth M85 Ford DFV Pirelli
19 Drapeau de l'Allemagne Zakspeed 841 Zakspeed 1500/4 Goodyear