Aguri Suzuki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suzuki (homonymie).

Aguri Suzuki

Aguri Suzuki en 2008 lors d'une manche de Super GT.

Aguri Suzuki en 2008 lors d'une manche de Super GT.

Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Drapeau du Japon Tokyo, Kantō, Japon
Nationalité Drapeau du Japon japonais
Années d'activité 1988–1995
Qualité Pilote automobile
Équipe Larrousse F1
West Zakspeed Racing
Footwork Mugen Honda
Sasol Jordan
Ligier Gitanes Blondes
Nombre de courses 88 (64 départs)
Pole positions 0
Podiums 1
Victoires 0

Aguri Suzuki (鈴木 亜久里?), né le 8 septembre 1960 à Tokyo au Japon, est un ancien pilote automobile japonais. Premier pilote de son pays à être monté sur un podium en Formule 1, il dirige aujourd'hui l'écurie Autobacs Racing Team Aguri, présente dans plusieurs disciplines. Avec le soutien de Honda, il a également créé l'écurie Super Aguri Formula 1 Team qui a participé au championnat du monde de Formule 1 entre 2006 et 2008. En 2013, il annonce s'engager en championnat de Formule E FIA avec l'écurie Super Aguri Formula E Team.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le pilote[modifier | modifier le code]

Champion en JTCC en 1986 et en F3000 japonaise en 1988, Aguri accède cette même année à la Formule 1 en disputant en fin de saison le GP du Japon au volant d'une Lola de l'écurie française Larrousse en remplacement de Yannick Dalmas, malade.

En 1989, il accède à la Formule 1 à temps plein dans l'écurie allemande Zakspeed-Yamaha, mais sa saison tourne au fiasco puisqu'il ne parvient pas à se qualifier une seule fois. En 1990, grâce au soutien de partenaires japonais, il retrouve l'écurie Larrousse et réalise la meilleure saison de sa carrière. Non seulement Suzuki ne souffre pas de la comparaison avec son coéquipier français Éric Bernard (alors considéré comme un des grands espoirs du sport automobile), mais il s'offre en plus le luxe de terminer sur le podium du Grand Prix du Japon en fin de saison, à l'issue d'une course pleine de maîtrise (deuxième meilleur temps en course). Cela reste à ce jour le meilleure résultat d'un pilote asiatique en Formule 1 (performance seulement égalée par Takuma Satō au Grand Prix des États-Unis 2004 et Kamui Kobayashi au Grand Prix du Japon 2012).

Mais Suzuki ne confirmera jamais véritablement ses performances de la saison 1990. En 1991, toujours chez Larrousse, il apparaît moins à son avantage. Puis, passé chez Footwork-Arrows en 1992 et 1993, il retourne dans l'anonymat.

La saison 1993 est la dernière saison complète de Suzuki en Formule 1. Aguri refait une apparition chez Jordan-Hart début 1994 (en remplacement de Eddie Irvine, suspendu par le pouvoir sportif) puis grâce à l'insistance du motoriste Mugen-Honda, il partage avec l'Anglais Martin Brundle le volant de la deuxième Ligier lors de la saison 1995. Un gros crash lors des essais du Grand Prix du Japon met un terme définitif à sa carrière en Formule 1.

Le manager[modifier | modifier le code]

Si Suzuki doit renoncer à la Formule 1, il n'en abandonne pas pour autant le sport automobile. Acteur régulier du championnat japonais de Grand-Tourisme (le JGTC), il passe également de l'autre côté de la barrière en montant une structure (ARTA pour Autobacs Racing Team Aguri) présente dans plusieurs disciplines au Japon mais également destinée à promouvoir les jeunes pilotes japonais en Europe et aux États-Unis. Il a notamment permis l'éclosion du jeune Kosuke Matsuura, révélé en Europe dans le championnat de Renault V6, puis aux États-Unis en IndyCar (où Aguri Suzuki a lancé en 2003 l'écurie Super Aguri-Fernandez en association avec le pilote mexicain Adrián Fernández).

Fin 2005, avec le soutien de Honda, Aguri Suzuki annonce la création de l'écurie Super Aguri F1 afin de participer au championnat du monde de Formule 1 dès la saison 2006. Malgré un fort soutien populaire au Japon, l'équipe est contrainte de cesser son activité au mois de mai 2008 en raison de graves difficultés financières.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1988 Larrousse & Calmels F1 Lola LC88 Ford V8 Goodyear 1 0 n.c.
1989 West Zakspeed Racing 891 Yamaha V8 Pirelli 0 0 n.c.
1990 Espo Larrousse F1 Lola LC89
90
Lamborghini V12 Goodyear 16 6 12e
1991 Larrousse F1 Lola 91 Ford V8 Goodyear 11 1 18e
1992 Footwork Mugen Honda FA13 Mugen-Honda V10 Goodyear 14 0 n.c.
1993 Footwork Mugen Honda FA13B
FA14
Mugen-Honda V10 Goodyear 16 0 n.c.
1994 Sasol Jordan 194 Hart V10 Goodyear 1 0 n.c.
1995 Ligier Gitanes Blondes JS41 Mugen-Honda V10 Goodyear 5 1 17e

Résultats aux 24 heures du Mans[modifier | modifier le code]

Année Voiture Équipe Équipiers Résultat
1986 Dome 86C-Toyota Dome Eje Elgh / Beppe Gabbiani Non classé
1987 Nissan 87E Nissan Motorsport Masahiro Hasemi / Takao Wada Abandon
1988 Nissan R88C Nissan Motorsport Kazuyoshi Hoshino / Takao Wada Abandon
1990 Toyota 90C-V Toyota Team Tom's Johnny Dumfries / Roberto Ravaglia Abandon
1996 Nissan Skyline GT-R LM NISMO Masahiko Kageyama / Masahiko Kondo Abandon
1997 Nissan R390 GT1 Nissan Motorsport Riccardo Patrese / Eric van de Poele Abandon
1998 Nissan R390 GT1 Nissan Motorsport Kazuyoshi Hoshino / Masahiko Kageyama 3e
1999 Nissan R391 Nissan Motorsport Masami Kageyama / Eric van de Poele Non partant