Sébastien Buemi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sébastien Buemi

Sébastien Buemi est un homme à la peau blanche, brun. Il est vu de face, en gros plan, et penche légèrement la tête.

Sébastien Buemi en 2012 sur le Nürburgring.

Date de naissance 31 octobre 1988 (26 ans)
Lieu de naissance Aigle
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Années d'activité 2009-
Qualité Pilote automobile
Nombre de courses 55 en Formule 1
Pole positions 0
Podiums 0
Victoires 0
Champion du monde 1 en WEC

Sébastien Olivier Buemi, né le 31 octobre 1988 à Aigle dans le canton de Vaud en Suisse, est un pilote automobile suisse. Il effectue, en 2009, ses débuts en Formule 1 au sein de la Scuderia Toro Rosso. Avec deux points inscrits au Grand Prix automobile d'Australie 2009, il devient le quatrième plus jeune pilote à inscrire un point en championnat du monde de Formule 1.

En 2014, il remporte le championnat du monde d'endurance WEC en compagnie de Anthony Davidson avec Toyota Racing.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sébastien Buemi en 2008 à Goodwood sur la Red Bull RB1.
Sébastien Buemi au Grand Prix de Malaisie 2011

Sébastien Buemi débute la compétition en 1994 par le karting et remporte, au fil des ans, plusieurs titres nationaux et internationaux. Présenté par la presse de son pays comme l'un des plus solides espoirs du sport automobile, il évolue toutefois dans l'ombre médiatique de sa cousine Natacha Gachnang[1].

Il passe à la monoplace en 2004 en championnat d'Allemagne de Formule BMW où, troisième pour sa première saison, il se classe deuxième l'année suivante, lors de son incorporation à la filière Red Bull Junior Team[2]. Avec le soutien financier de Red Bull, Buemi accède, en 2006, au championnat de Formule 3 Euro Series au sein de l'écurie Mücke Motorsport. Sa première saison en Formule 3 se solde par une douzième place. Au cours de l'hiver 2006-2007, il participe également à plusieurs manches du championnat A1 Grand Prix dans lequel il défend les couleurs de la Suisse. Redoublant en F3 Euro Series, il s'affirme en 2007 comme l'un des pilotes les plus brillants du plateau mais s'incline au championnat à l'issue d'un long duel face au pilote franco-suisse Romain Grosjean. Buemi est également placé par Red Bull dans l'écurie ART Grand Prix en GP2 Series où il remplace, à Monaco puis pour la deuxième moitié de saison, l'Allemand Michael Ammermuller, un autre protégé de Red Bull blessé puis licencié par l'équipe française. Pour sa première apparition dans la discipline, à Monaco, il se qualifie quatrième et termine septième ; il se montre plus discret lors des épreuves suivantes.

Fin 2007, ses bons résultats en Formule 3 lui valent d'effectuer ses premiers tours de roues en Formule 1 au volant d'une monoplace du Red Bull Racing puis d'être nommé pilote-essayeur de l'écurie. Parallèlement à ces tests, Buemi participe à sa première saison complète en GP2 Series, au sein de l'écurie Arden. Il termine deuxième du championnat hivernal GP2 Asia Series avec une victoire, à nouveau derrière Romain Grosjean. Dans la série principale, il termine sixième avec deux victoires lors des manches-sprints de Magny-Cours et du Hungaroring.

Tenu en haute estime par la direction de Red Bull, il accumule au cours de l'hiver 2008-2009 les séances d'essai au volant des monoplaces de la marque, les Red Bull-Renault ainsi que les Scuderia Toro Rosso-Ferrari, écurie dans laquelle il remplace Sebastian Vettel à partir de la saison 2009.

Il marque ses premiers points lors de son premier Grand Prix, en Australie le 29 mars 2009 puis, en Chine, se qualifie dixième avant de se classer huitième de la course sous une pluie battante. La suite de la saison est plus difficile car la monoplace n'est pas performante. Une grosse évolution technique en fin de saison lui permet de marquer à nouveau des points avec une septième place à Interlagos et une huitième à Abou Dabi. En fin de saison, alors qu'il convoite un volant chez Toyota F1 Team, le retrait du constructeur japonais le conduit à prolonger chez Toro Rosso. Il termine sa première saison à la seizième place avec six points.

En 2010, il inscrit des points à quatre reprises dans la saison (Monaco, Canada, Europe et Japon), son meilleur résultat étant une huitième place au Canada où il mène le Grand Prix durant un tour. Il se classe seizième du championnat du monde, comme la saison précédente, en ayant inscrit 8 points. En 2011, il inscrit 15 points, entrant à sept reprises dans les points. Son meilleur résultat est une huitième place en Australie et en Hongrie. Après dix-huit épreuves, quinzième du championnat, il perd son volant de titulaire à l'issue de la saison.

En 2012, il n'est plus que troisième pilote des écuries Red Bull Racing et Scuderia Toro Rosso. Il s'engage aux 24 Heures du Mans 2012 au sein de l'équipe officielle Toyota Motorsport GmbH au volant d'une Toyota TS030 Hybride avec Anthony Davidson et Stéphane Sarrazin, des anciens pilotes de Formule 1. En 2013, il participe aux 24 Heures du Mans 2013 au volant de la même voiture officielle ; avec Davidson et Sarrazin, il se classe deuxième du classement général. Il renouvelle l'expérience aux 24 Heures du Mans 2014 où, au volant d'une Toyota TS040 Hybrid partagée avec Davidson et Nicolas Lapierre, il termine troisième du classement général.

En 2014, il est titularisé au sein de l'équipe française e.dams, cofondée par Alain Prost et Jean-Paul Driot, qui participe à la première édition du championnat de Formule E FIA de monoplaces électriques ; son coéquipier est Nicolas Prost[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Sébastien Buemi réside au Bahreïn. Il court également avec une licence de ce pays[4]. Sa cousine, Natacha Gachnang, est également pilote automobile.

Carrière[modifier | modifier le code]

Buemi à Jerez en février 2009
Buemi sur la Toro Rosso STR4, Grand Prix d'Espagne 2009
  • 1994 : Début en karting
  • 1997 : Championnat suisse de karting, 4 courses
  • 1998 : Champion suisse Mini
  • 1999 : Champion suisse Mini, champion KIA Cup mini 90, 16 manches, 15 victoires
  • 2000 : Champion suisse Super Mini, KIA Cup catégorie Junior, 4 manches, 4 victoires
  • 2001 : Vice-champion suisse Junior, champion Bridgestone Cup Junior
  • 2002 : Champion suisse Junior, Open Masters Italia ICA Junior, vice-champion, champion d'Europe ICA junior
  • 2003 : 1er Coupe des Constructeurs Sarno, champion Open Masters Italia, 1er championnat Europe Ouest Lyon, 4e de la finale du championnat d'Europe
  • 2004 : Championnat BMW Adac, 3e du classement général
  • 2005 : Championnat BMW Adac, 2e du classement général, 2e de la finale mondiale à Bahrein
  • 2006 : Championnat Formule 3 Euro Series, 12e du classement général
  • 2007 : Championnat Formule 3 Euro Series, 2e du classement général - Championnat GP2 Series, 21e du classement général
  • 2008 : Championnat GP2 Asie, 2e du classement général
  • 2009 : Formule 1 avec Toro Rosso
  • 2010 : Formule 1 avec Toro Rosso
  • 2011 : Formule 1 avec Toro Rosso
  • 2012 : Formule 1 avec Red Bull Racing (3ème pilote) et 24 Heures du Mans avec Toyota Racing
  • 2013 : WEC avec Toyota Racing
  • 2014 : Champion du monde d'endurance WEC en compagnie de Anthony Davidson avec Toyota Racing

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Sébastien Buemi en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Dans les points Abandons Points inscrits Classement
2009 Scuderia Toro Rosso STR4 Ferrari V8 Bridgestone 17 4 7 6 16e
2010 Scuderia Toro Rosso STR5 Ferrari V8 Bridgestone 19 4 6 8 16e
2011 Scuderia Toro Rosso STR6 Ferrari V8 Pirelli 19 7 5 15 15e

Résultats en championnat du monde d'Endurance[modifier | modifier le code]

Années Équipes Châssis Moteurs Pneus Courses Top 10 Abandons Points inscrits Classements
2013 Toyota Racing TS030-Hybrid THS-R Michelin 8 5 2 106.25 3e
2014 Toyota Racing TS040-Hybrid THS-R Michelin 8 7 0 166 1er

Résultats aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Année Voiture Équipe Équipiers Résultat
2012 Toyota TS030 Toyota Racing Stéphane Sarrazin / Anthony Davidson Abandon
2013 Toyota TS030 Toyota Racing Anthony Davidson / Stéphane Sarrazin 2e
2014 Toyota TS040 Toyota Racing Anthony Davidson / Nicolas Lapierre 3e

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Natacha Gachnang idees-suisse.ch en 2003
  2. (fr) Sébastien Buemi en F1? Tout porte à y croire tdg.ch, 25 novembre 2008
  3. http://www.autohebdo.fr/monoplace/formule-e/article-28-61-26957/300614-formula-e-%E2%80%93-nicolas-prost-et-s%C3%A9bastien-buemi-chez-e.dams
  4. Grand Prix de Bahreïn: ennuis mécaniques pour Buemi Grand Prix de Bahreïn: ennuis mécaniques pour Buemi lematin.ch, 24 avril 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :