Palais de la Porte Dorée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porte dorée.
Palais de la Porte Dorée
Palais de la Porte Dorée.
Palais de la Porte Dorée.
Présentation
Période ou style Arts & Crafts, Art déco
Architecte Albert Laprade
Date de construction 1931
Destination initiale Musée des colonies
Destination actuelle Cité nationale de l'histoire de l'immigration
Protection Logo monument historique Classé MH (1987)
 Inscrit MH (1987)
Site web www.palais-portedoree.fr
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Localité Paris
Adresse 293, avenue Daumesnil
75012 Paris
Localisation
Coordonnées 48° 50′ 07″ N 2° 24′ 34″ E / 48.835278, 2.409444 ()48° 50′ 07″ Nord 2° 24′ 34″ Est / 48.835278, 2.409444 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Palais de la Porte Dorée

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Palais de la Porte Dorée

Géolocalisation sur la carte : bois de Vincennes

(Voir situation sur carte : bois de Vincennes)
Palais de la Porte Dorée

Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 12e arrondissement de Paris)
Palais de la Porte Dorée

Le Palais de la Porte Dorée est un édifice situé à la Porte Dorée dans le 12e arrondissement de Paris. Jusqu'en 2003, il abrita successivement dans ses murs l'ancien « Musée des colonies », puis celui « de la France d'outre-mer » et enfin le « Musée des Arts africains et océaniens ». Depuis octobre 2007, il accueille la Cité nationale de l'histoire de l'immigration.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'édifice lors de l'exposition coloniale, en 1931

Encore connu sous son ancien nom de « Musée national des Arts d'Afrique et d'Océanie », ce bâtiment a été construit en l'espace de 18 mois à l'occasion de l'Exposition coloniale de 1931 par l'architecte français Albert Laprade, dans la continuité du mouvement Art Déco qui pris son essor durant les années 20. Le caractère pérenne de ce bâtiment est affirmé dès sa construction. Celui-ci doit continuer à véhiculer le discours de l'Exposition coloniale. En offrant un condensé historique, économique et artistique de l'Empire, le bâtiment doit donner envie à ses visiteurs d'investir dans les produits issus des colonies, voire de s'y installer. Il a abrité le Musée permanent des Colonies, inauguré en 1931, rebaptisé en 1935 Musée de la France d'outre-mer, puis en 1960 devenu Musée des Arts africains et océaniens (Maao), et enfin en 1990 le Musée national des Arts d'Afrique et d'Océanie. Ce dernier a fermé ses portes en janvier 2003 ; ses collections ont rejoint celles du musée du quai Branly.

Le bâtiment de 16 000 m² témoigne de la double inspiration de son auteur : sa silhouette parfaitement symétrique, sa façade austère sont d'inspiration très classique alors que sa technique d'éclairage zénithal s'inspire des solutions modernes de l'époque. La façade est ornée d'un bas-relief dû à Alfred Janniot qui veut illustrer la richesse des colonies. À l'intérieur, dans la salle des fêtes, on découvre une grande fresque de Pierre-Henri Ducos de La Haille. L'édifice comporte de multiples éléments décoratifs d'inspiration exotique.

En 1987, certaines parties[1] et en particulier la façade, sont classées au titre des monuments historiques, le reste du bâtiment est inscrit cette même année[2].

Le Palais de la Porte Dorée abrite, depuis le , la Cité nationale de l'histoire de l'immigration. La muséographie et les aménagements ont été réalisés par Patrick Bouchain.

Architecture et décorations[modifier | modifier le code]

Détail du bas-relief : allégorie de la France, au-dessus de la porte du bâtiment.

Bas-relief[modifier | modifier le code]

Le bas-relief de la façade du palais a été réalisé par Alfred Janniot, déjà connu pour la réalisation du décor du paquebot Ile-de-France en 1927. La fresque constituée de pierres du Poitou s'étend sur 1 100 m². On y retrouve des représentations des grands ports maritimes et des aéroports de l'Afrique, de Madagascar, des Antilles, de l'Asie et de l'Océanie. Elle exprimait les richesses économiques et humaines des colonies françaises. La façade est classée monument historique en 1987[2].

Salle centrale[modifier | modifier le code]

La salle centrale a été conçue par Albert Laprade et possède une fresque de 600 m² peinte par Pierre-Henri Ducos de La Haille et les élèves de l'École des beaux-arts.

Salons ovales[modifier | modifier le code]

Deux salons ovales sont présents de part et d'autre de l'entrée du bâtiment. Le premier, d'inspiration africaine, possède un mobilier de Jacques-Émile Ruhlmann. Le second, d'inspiration asiatique, est meublé par Eugène Printz. Ils symbolisent la contribution intellectuelle et artistique de l'Afrique et de l'Asie à la civilisation européenne.

  • Le salon d'Asie est décoré d'une œuvre murale d'André et Ivanna Lemaître. Le maréchal Lyautey y organisa des réceptions durant l'exposition coloniale.
  • Le salon d'Afrique est décoré de fresques de Louis Bouquet sur le thème des apports artistiques et intellectuels de l'Afrique à la France et Jean Dupas. Le ministre des Colonies Paul Reynaud s'en servit pour organiser des réceptions.

Aquarium tropical[modifier | modifier le code]

Bac marin de l'aquarium tropical.

L'aquarium tropical du palais de la porte dorée est longtemps resté le seul aquarium parisien. Il présente une importante collection de poissons d'eau douce tropicale et d'eau de mer et possède également des tortues, des caïmans et des crocodiles. L'aquarium présente fréquemment des expositions temporaires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La fiche mérimée précise : Les façades et toitures ; les grilles d'entrée ; le hall et la galerie entresolée ; les deux salons ovales dits de Lyautey et du Ministre ; la grande salle des fêtes ; les deux salles adjacentes à la précédente dites des Ecorces peintes et des Nouvelles-Hébrides ; les trois escaliers avec leur ferronneries
  2. a et b « Ancien Musée National des Arts Africains et Océaniens, devenu Cité nationale de l'histoire de l'Immigration », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]