Théâtre du Soleil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La compagnie du Théâtre du Soleil est une compagnie de théâtre fondée sous forme de Scop par Ariane Mnouchkine en 1964 avec Philippe Léotard, Jean-Claude Penchenat, Roberto Moscoso, Françoise Tournafond. Mnouchkine crée la troupe après avoir suivi les cours de Jacques Lecoq. C'est alors une jeune troupe cosmopolite qui élit domicile aux portes de Paris, dans ce qui deviendra un nouveau lieu de théâtre : l'ancienne Cartoucherie de Vincennes, où résident aujourd'hui plusieurs autres compagnies.

Histoire du Théâtre du Soleil[modifier | modifier le code]

La troupe invente de nouveaux fonctionnements et privilégie le travail collectif. Le but est, dès cette époque (qui précède 1968), d'établir de nouveaux rapports avec le public et de se distinguer du théâtre bourgeois pour faire un théâtre populaire de qualité.

La troupe est devenue rapidement, dès les années 1970, une des troupes majeures du paysage théâtral tant par le nombre d'artistes qu'elle abrite (plus de 70 personnes à l'année) que par son rayonnement international et son engagement à traiter des grandes questions politiques et humaines, traitées sous un angle universel. La troupe a construit sa propre éthique, attachée à la notion de "Troupe de Théâtre" semblable à une tribu, une famille : chacun reçoit le même salaire. Plus original encore, la distribution définitive ne se décide qu'après que les comédiens se sont exercés à plusieurs rôles. La troupe présente souvent ses spectacles en tournées hors de France et accueille souvent à la Cartoucherie des spectacles de troupes internationales.

Le comédien Philippe Caubère, après son départ de la troupe, en a popularisé le fonctionnement grâce à ses spectacles. Il met en scène les difficultés relationnelles et les mœurs de celle-ci en lui consacrant de nombreuses pièces en solo à partir de ses souvenirs et de ses notes, rencontrant ainsi un certain succès. Ariane Mnouchkine fut sans doute la première directrice d'un théâtre public à ouvrir elle-même les portes au public, à déchirer les contremarques, à permettre au public d'assister au maquillage et à lui offrir à manger (de fameuses soupes).

Les spectacles du Soleil ont toujours été des spectacles engagés d'une manière ou d'une autre, ayant une parole critique sur leur époque, cherchant à avoir une vraie fonction sociale dans la société, ils sont porteurs d'une dimension humaniste et politique au sens noble du terme. Ariane Mnouchkine a fait une grève de la faim en 1995 contre les massacres en Bosnie-Herzégovine. Elle a pris la tête d'un collectif d'artistes en faveur des Africains sans papiers en 1996, abrités quelque temps à la Cartoucherie même.

En 2011, pour ne pas plier devant les contraintes de temps, et donc d'argent, qu’il affronte lors du tournage du film tiré des Naufragés du Fol Espoir, le Théâtre du Soleil lance le concept de DVD-mécène, une souscription auprès de son nombreux et fidèle public[1].

Musiques[modifier | modifier le code]

La musique fait partie intégrante des spectacles et rythme le jeu des acteurs. Depuis 1979, c’est Jean-Jacques Lemêtre qui compose et qui interprète, en direct et sur scène, les partitions musicales de tous les spectacles de la compagnie[2].

Spectacles et films du Théâtre du Soleil[modifier | modifier le code]

Enfants du Soleil[modifier | modifier le code]

Le Théâtre du Soleil s'est de longue date distingué par sa haute exigence artistique, requérant de ses interprètes un grand dévouement allié à un profond sens du collectif, les comédiens et comédiennes du Soleil n’étant pour la plupart guère connus du grand public.

Dans la grande famille d'artistes issus de ce théâtre, certains « Enfants du Soleil », en référence à l'un des spectacles de Philippe Caubère, se sont néanmoins fait un nom, parmi lesquels on peut citer :

  • Pierre Garin, (mort en 1985), comédien en 1961 (1 création).
  • Jean-Claude Penchenat, (1937- ), cofondateur en 1964, comédien de 1964 à 1975 (5 créations et 2 films), fondateur et directeur du Théâtre du Campagnol de 1975 à 2002.
  • Philippe Léotard, (1940-2001), cofondateur en 1964, comédien de 1961 à 1968 (3 créations).
  • Gérard Hardy, cofondateur en 1964, comédien de 1961 à 1972 (7 créations).
  • Louba Guertchikoff, (1919-1999), comédienne de 1964 à 1979 (4 créations et 2 films).
  • Anne Demeyer, comédienne, costumière et musicienne de 1964 à 1982 (7 créations et 1 film).
  • Mario Gonzalez, (1943- ), comédien de 1967 à 1976 (4 créations et 2 films).
  • Philippe Caubère, (1950- ), comédien de 1970 à 1977 (2 créations et 2 films).
  • Georges Bigot, (1955- ), comédien de 1981 à 1992 (8 créations).
  • Zinedine Soualem, (1957- ), comédien de 1985 à 1991 (5 créations).
  • Simon Abkarian, (1962- ), comédien de 1985 à 1992 (6 créations).
  • Christophe Rauck, (1963- ), comédien de 1991 à 1992 (1 création), fondateur de la compagnie Terrain Vague (1995- ), directeur du Théâtre du Peuple de Bussang (2003-2006), du Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis (2008-2013 ) et dernièrement du théâtre du Nord-Centre dramatique national, succédant à l'Américain Stuart Seide le 1er janvier 2014.
  • Georges Bigot

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce qui fait s'interroger Fabienne Pascaud en ces termes dans Télérama : « Vers une nouvelle responsabilité du spectateur-téléspectateur ? » (« Le courage du pire », Télérama, n° 3201, 16 mai 2011). Voir aussi La présentation du film et l’appel sur le site de la compagnie.
  2. « Jean-Jacques Lemêtre : la musique du vers à soie », entretien réalisé par Jean-Claude Lallias, in Jean-François Dusigne, Le Théâtre du Soleil : des traditions orientales à la modernité occidentale, CNDP, 2003, p. 53-56.
  3. Les Éphémères, le film sur le site Arte.tv

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Je ne sais pas si c'est né d'une idée, mais plutôt d'une nécessité. Au début, les gens venaient de loin, ils marchaient dans la boue, il était important de leur permettre de s'alimenter. Et avec de bonnes nourritures, nous voulions rendre les gens heureux. 1789 exigeait un champ de foire. Nous avons demandé un terrain de la taille d'une aire de basket, car nous savions qu'il y avait des terrains de basket partout ! C'est donc le projet qui a donné cette configuration à la pièce ; c'est aussi la pièce qui exigeait des comédiens-spectateurs. Pour les mêmes raisons, c'est parce qu'il n'y avait pas de loges à la Cartoucherie que les acteurs se maquillaient en public. Nous avons gardé l'idée. Mais je crois que notre public est d'abord celui du Théâtre du Soleil » (Ariane Mnouchkine, in Lieux du possible de François Campana et Anne Quentin, édité par le Thécif et La scène, 2001).
  • « Mes engagements ont toujours été idéalistes » (Ariane Mnouchkine).
  • « Le théâtre est fait pour raconter des histoires vraies. Même imaginaires mais vraies » (Ariane Mnouchkine).
  • « Quand un spectacle raconte une histoire vraie et importante ce n'est pas seulement un témoignage c’est aussi une participation à l’Histoire » (Ariane Mnouchkine).

Liens externes[modifier | modifier le code]