Barbe (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir barbe (homonymie).
Barbe
Image illustrative de l'article Barbe (cheval)

Espèce Cheval (Equus caballus)
Région d’origine
Région Maghreb, Désert de Nubie[précision nécessaire]
Caractéristiques
Morphologie tête longue, profil droit ou convexe, épaule droite, dos court et puissant, poitrail profond, pieds petits et hauts.
Taille 1,50 m à 1,61 m en moyenne
Poids 400 à 550 kg
Robe Alezan, bai, gris ou noir pangaré.
Tête Profil convexe ou droit.
Pieds petits et hauts.
Caractère Calme, doux, équilibré et courageux
Autre
Utilisation selle et élevage.

Le barbe est une très ancienne race chevaline originaire d'Afrique du Nord. Il est traditionnellement associé aux peuples berbères du Maghreb.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cette race tire son nom des peuples Berbères (Amazigh), réputés pour leur habileté au dressage du cheval barbe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Guerriers berbères avant une fantasia

Il y a plusieurs théories sur l'origine de la race Barbe. L'une dit que ce cheval descendrait d'un groupe de chevaux sauvages survivants de l'ère glaciaire. Des docteurs en paléontologie animale démontrent entre 1987 et 2002 qu’il est vraisemblablement un cheval propre au nord de l’Afrique, issu d’un cheval sauvage domestiqué qui y vivait depuis plusieurs dizaines de milliers d’années. Le cheval Barbe est l'une des plus anciennes races au monde. Il était jusqu'à présent bien établi que le cheval était absent durant la préhistoire saharienne. Celui-ci n'aurait été introduit qu'au IIe millénaire av. J.‑C.. Des recherches menées en Algérie établissent que des ossements d'espèce chevaline sont trouvés dans des gisements datant de 4 000 ans et plus. En Afrique du Nord, le cheval fait partie intégrante de la vie de l'homme, dans toute son histoire. Des peintures rupestres représentant des chevaux ont été trouvées en Algérie. Le cheval Barbe est une race pure et autochtone du Maghreb en Afrique du Nord (Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie et Libye). Ces confirmations sont basées sur des études paléontologiques et sur des analyses d’ADN. Cette origine est renforcée par les gravures et peintures rupestres et par les monuments qui existent sur le sol de l’Afrique du Nord depuis la Libye jusqu’au Maroc. Ces inscriptions représentent la domestication d’un cheval ayant les caractéristiques morphologiques du cheval barbe actuel.

Le cheval Barbe est élevé depuis l’antiquité pour la chasse, la guerre, la parade et le travail, il est le compagnon traditionnel des nomades et des éleveurs des Atlas et des Hauts Plateaux. Ils sont déjà mentionnés par des auteurs romains, il y a plus de deux millénaires, sous le nom de cheval de Barbarie. Un grand nombre d'entre eux furent importés en Europe à partir du VIIe siècle où ils devinrent des montures de guerre, notamment en Grande-Bretagne. Il a influencé de nombreuses races dans le monde comme le Pure race espagnole et son voisin, le lusitanien ainsi que le Criollo argentin et le Mustang, descendant de chevaux barbes et ibériques retournés à l'état sauvage. Un étalon présumé barbe, Godolphin Arabian, fait partie des 3 étalons fondateurs de la race du pur-sang anglais.

On compte moins de 100 naissances dans le stud-book français de la race en 2005.

Description[modifier | modifier le code]

Le barbe présente des variations de taille car il est plus grand et plus robuste à l’est qu’à l’ouest. Il existe différent types de barbes, mais ils partagent tous pour caractéristiques communes la tête longue, au profil busqué, surmontée d'oreilles moyennes. L'encolure est de longueur moyenne, les épaules plates. Les membres sont secs mais solides, ainsi que les sabots qui sont durs. La queue est placée bas sur une croupe avalée, et les crins sont fournis. Le cheval barbe toise couramment de 1,50 m à 1,55 m au garrot. Certains modèles très anciens avaient été sélectionnés comme cheval de guerre et ont été élevés dans ce but. Ils toisaient de 1,55 m à 1,60 m comme les chevaux des spahis. Ce sont ces chevaux qui ont remonté les écuries royales des cours d'Europe depuis le XIVe siècle. Pluvinel vante leurs qualités et leurs aptitudes au dressage. Certains éleveurs en France tentent de retrouver ces caractéristiques et donnent ainsi aux produits sélectionnés par concours d'élevage le label "Royal Maure" à ces barbes un peu plus granclassé parmi les 23 plus belles races chevalines du monde d'après la revue Cheval pratique[1]

Morphologie[modifier | modifier le code]

C'est un cheval « carré » et médioligne, toisant en moyenne 1,55 m (1,45 à 1,60 m). La longueur (scapulo ischiale) est égale à la taille, l'indice corporel T/L est égal à 1 (cheval carré).

  • Tour de canon  : minimum 5 cm
  • Profil : droit ou légèrement busqué.
  • Poids : entre 400 kg et 550 kg
  • Robe : généralement grise, baie, alezane et noire, aux crins abondants et épais
  • Corps: court et fin.
  • Arrière-main: inclinée.
  • Tête : étroite, profil convexe ou légèrement busqué, chargée en ganache, naseaux effacés.
  • Oreilles : droites, plutôt courtes.
  • Œil : arcades effacées, œil en amande peu couvert.
  • Encolure : d'après le Standard : épaisse, bien greffée, rouée, * Garrot : bien sculpté, souvent noyé.
  • Épaule : puissante, bien inclinée, plate.
  • Poitrine : haute, large, profonde.
  • Dos : droit, solide, et court.
  • Rein : court, puissant, peut être légèrement voussé.
  • Croupe : puissante, large, légèrement inclinée.
  • Queue : attachée bas, fournie.
  • Fesses : musclées, coupées court.
  • Membres : solides et musclés, assez minces mais forts.
  • Cuisses : sèches, plates.
  • Jarrets : larges, secs et forts.
  • Pieds : étroits, secs, corne dure.
  • Tissus: fins et solides

Tempérament et entretien[modifier | modifier le code]

C’est un cheval docile et rustique. Son tempérament très fiable et sa rusticité en font le cheval d'instruction idéal. Le barbe est calme, doux, équilibré et courageux. C'est un cheval fort et énergique qui apprécie le travail. Il est d’une douceur incontestable, d’un dressage facile et possède toutes les aptitudes qui ne demandent qu’à être développées par sa sobriété, sa rusticité, son endurance, sa docilité, son adroitement, sa patience, son agilité, son infatigabilité.

Il possède en outre, la plus grande résistance aux causes de misères physiologiques ; c’est bien le propre de cette race de résister aux intempéries, à la misère, aux privations. On retient ce célèbre dicton sur lui : «Il peut la faim, il peut la soif, il peut le froid, il peut le chaud, jamais il n’est fatigué ». Le Barbe s'acclimate parfaitement à la vie dans le désert

Utilisations[modifier | modifier le code]

C'est un cheval d'une très grande polyvalence, endurant, dont on dit qu'il est bon en tout. En endurance, ses représentants obtiennent d'excellents résultats. Sa vitesse est attestée par le choix du Barbe pour créer la race de chevaux de courses la plus rapide : le Pur-sang anglais. De plus, sa résistance, sa vitesse et son endurance sont très appréciées pour tous les sports équestres. Il est également très recherché pour la randonnée. Il est d'une impressionnante rapidité sur de courtes distances. Sa finesse athlétique est alliée à des qualités fonctionnelles accrues par la sélection. Si actuellement, en Afrique du Nord, le cheval barbe reste associé à des activités culturelles comme la fantasia, ses qualités font de lui le cheval idéal pour de nombreuses activités sportives modernes telles que le dressage, l’apprentissage de l’équitation, l’endurance, le polo, les randonnées équestres touristiques, etc.

Arabe-barbe[modifier | modifier le code]

Les produits issus du croisement très fréquent des chevaux barbes avec les chevaux arabes sont nommés les chevaux arabe-barbe'. Ils sont très communs dans toute l'Afrique du nord, la péninsule Ibérique et la France.

Chevaux barbes célèbres[modifier | modifier le code]

Plusieurs barbes célèbres ont figuré dans l'histoire :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C. Hercy, E. Feuillerac, F. Halm et N. Lazarus, « Zoom sur les 23 plus belles races » dans Cheval pratique n° 178, 2005, p. 42-95
  2. Il y a controverse sur la race de Godolphin Arabian, souvent appelé Godolphin Barb. Issu d'un pays de chevaux barbes (la Tunisie), les récits d'époque parlent naturellement de cheval barbe à son sujet. Mais les représentations et descriptions contemporaines de Godolphin décrivent un cheval aux lignes très typées Pur-sang arabe. De plus, les deux propriétaires anglais (Coke et Godolphin) l'ont tous deux inscrit dans leur Stud-book personnel comme cheval arabe...

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Louis Gouraud, Les sept vies du barbe.
  • Dr Y. Chaid- Saoudi, Les origines d’equus caballus en Algérie et les Origines de domestication, Université d’Alger.
  • Le cheval Barbe : tous les textes officiels édition Caracole 1989.
  • Mme G. Aumassip et M. Kadri, Ithypalliques, Traditions orales, Monuments Lithiques et Art rupestre au Sahara.