Tourisme au Maroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Provenance des touristes[modifier | modifier le code]

Le Maroc a atteint la barre symbolique des 10 millions de touristes en 2013, du jamais vu en Afrique. Objectifs 12 millions de touriste d'ici à 2016 et 20 millions à l'horizon 2022

La plupart des touristes sont de provenance européenne (Français, Espagnols, Britanniques, Belges, Italiens, Allemands, Hollandais, Autrichien, Suisse....) mais aussi Américains (USA, Canada, Brésil, Colombie, Argentine....), Africains, Arabes Maghreb/Moyen Orient, Asiatiques Japon/Chine/Inde.., mais aussi de certains pays de l'est Russie/Plogne.., ainsi que des pays du nord et scandinavie Danemarque/Norvège/Suède..

En 2013, Les touristes étrangers ont été principalement [1] : Français avec 3 435 000 touristes, Espagnole avec 2 115 000 touristes, Belge avec 589 000 touristes, Hollandais avec 554 000 touristes, Britaniques avec 549 000 touristes, Allemand avec 547 000 touristes, Italien avec 394 000 touristes, Américains avec 220 000 touristes . Les touristes marocains résidant à l'étranger ont enregistré 4 723 000 arrivées.

En 2013, le Maroc reste la première destination favorite des Français. La ville qui les attire le plus est Marrakech. Les allemands et les scandinaves optent quant à eux pour les stations balnéaires surtout Agadir/Essaouira.. [2].

Le royaume prévoit d’accueillir près de 10,7 millions de touristes en 2014 (10 millions en 2013, 8 à fin Septembre 2014 soit 5% de progression). Pour demeurer ainsi la première destination en Afrique après l'Afrique du Sud (9,6 millions en 2013) l'Égypte (9 Millions en 2013) et la Tunisie (6,3 millions en 2013)

Statistiques[modifier | modifier le code]

Évolution Arrivée des Touristes (en Millions)[3]
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
2,602
2,693
en augmentation %
3,072
en augmentation %
3,095
en augmentation %
2,094 ROUGE% 3,817
en augmentation %
4,278
en augmentation %
4,380
en augmentation %
4,453
en augmentation %
4,761
en augmentation %
5,477
en augmentation %
5,843
en augmentation %
6,558
en augmentation %
7,408
en augmentation %
7,879
en augmentation %
8,341
en augmentation %
9,288
en augmentation %
9,342
en augmentation %
9,375
en augmentation %
10,046
en augmentation 7%

en augmentation %

Lieux les plus visités[modifier | modifier le code]

Marrakech[modifier | modifier le code]

Marrakech est une ville d'environ de 2 millions d'habitants, lieu de tourisme par excellence Marrakech a su garder son authenticité. La ville est composée de deux parties: la nouvelle ville et l'ancienne ville. Celle-ci est beaucoup appréciée par les stars sans doute pour ses ruelles étroites, ses jolies riads ainsi que la population qui est accueillante et chaleureuse. La nouvelle ville est tout le contraire de l'ancienne ville: nouveaux bâtiments, grands magasins, palmeraies, golfs, parcs, hôtels, discothèques, piscines…

Marrakech est souvent appelé le deuxième Ibiza sans doute à cause des nombreuses discothèques que compte la ville ainsi qu'à cause des grands DJ qui viennent dans les discothèques (David Guetta, Martin Solveig…). Surtout à ne pas rater à Marrakech : La vielle ville avec ces ramparts La Medina, la place Jamaa El Fna, les fameux Soucks, le sompteux Jardins de Majorelle, les bassins de La Menara, la plus vielle des universités coranique La Medrassa de Ben youssef, et les Palais El Badiî et La Bahia, les tombeaux des saadiînes, la Vallée de l'Ourika, mais également l'Hivernage avec ces luxueux Palaces Hotels-SPA/Bars-Restaurants/Discothèques sans oublier le monumental Palace l'Hôtel de La Mamounia.

La place de Jemaa el-Fna[modifier | modifier le code]

Véritable cour des miracles, aux portes des souks de Marrakech, proche de la mosquée Koutoubia et du palais royal, cette place est une des principales attractions traditionnelles et historiques du tourisme au Maroc.

Elle est animée d'une importante vie populaire de la fin de l'après midi jusqu'à l'appel à la prière à l'aube. Vers 17 heures, de nombreux forains, camelots et artistes de rue installent leurs nombreux restaurants ambulants et attractions et la place devient rapidement noire de monde avec une ambiance festive familiale :

Plaque en marbre sur la place : « l'espace culturel de la place Jemaa el-Fna » est inscrit en 2001 patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l’UNESCO.


Les soucks de Marrakech[modifier | modifier le code]

Marrakech est un haut lieu historique du commerce et des échanges commerciaux par caravane au Maroc.

Les souks de la médina de Marrakech sont de véritables labyrinthes d'échoppes et d'ateliers artisanaux, organisés par quartiers et par métiers et regroupent plus de 3000 artisans marocains pour une vingtaine de corporations. Le souk principal s’étend au centre de la médina, du nord de la célèbre place Jemaa el-Fna à la Medersa Ben Youssef. Les allées centrales qui traversent les souks sont réservées aux échoppes de ventes alimentées à l’origine par les artisans qui travaillent dans les ruelles adjacentes.

Les commerçants et artisans locaux fabriquent et vendent leur production d'artisanat marocain traditionnel : bijoux, vases, théières, lanternes, chaudrons, plateaux…, tapis, cuir, soins du corps, vêtements, étoffes, tissus, poterie, parfums, alimentation, pâtisserie marocaine, épices ...

On peut certes s'aventurer dans les souks sans aucun danger. Mais Peu de prix sont affichés et le marchandage de chaque produit est ici plus q'une une tradition.

La Médina[modifier | modifier le code]

Les remparts de Marrakech
  • La médina de Marrakech constitue le centre névralgique et le cœur historique de la ville de Marrakech. S'étendant sur une superficie globale de 600 hectares, elle est une des plus vastes médinas du Maroc et la plus peuplée d'Afrique du Nord. Son raffinement et sa spécificité urbanistique découlent directement de la virginité totale du terrain sur lequel elle fut érigée au XIe siècle. Articulée autour d'un campement militaire, le Qsar El Hajar, et d'un marché, elle fut augmentée d'une kasbah au XIIe siècle afin de la protéger des assauts répétés des tribus berbères de la plaine du Haouz, contribuant ainsi à asseoir durablement l'hégémonie Almoravide. Les célèbres remparts de la vieille ville de Marrakech subirent d'importantes modifications au gré des dynasties. Ainsi, ils furent à de maintes reprises percés de nouvelles portes (Bab en arabe). Aujourd'hui, la hauteur des murailles oscille entre 8 et 10 mètres et elles s'étendent sur une distance totale dépassant les 19 kilomètres. La médina est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1985[4].
  • Le récent engouement pour les riads, ces maisons traditionnelles marocaines articulées autour d'une cour centrale, a généré de profondes transformations sociologiques au sein de la médina de Marrakech, où le prix du mètre carré a atteint des sommets. Ainsi, un nombre non négligeable et croissant de modestes ménages marrakchis se voit poussé par la spéculation à « s'exiler » en dehors des remparts. D'autre part, on observe un phénomène de densification de l'habitat au sein de la médina. Cependant, on est loin d'assister à une muséification de la médina, loin s'en faut. En réalité, le succès touristique croissant de Marrakech a durablement revigoré la médina en attirant de nombreux jeunes au sein des dédales de la médina. Ainsi, il semblerait que plus de 40 000 artisans y travaillent, répartis dans les différents quartiers thématiques organisant géographiquement la médina.
  • Le mellah, dans le sud est de la médina, fut et demeure aujourd'hui encore dans une moindre mesure le quartier juif de Marrakech. Loin d'être un ghetto, le mellah regroupait certains corps de métiers qui au fil et à mesure de l'histoire de Marrakech, devinrent des spécialités de cette communauté (le métier de tisserand fut un exemple de ce phénomène). Il fut fondé en 1558 sous le règne de Moulay Abdellah à proximité du palais ce qui permit, comme ce fut le cas à Fès par exemple, au Sultan de mieux les protéger.
  • Les Jardins de l'Agdal jouxtant par le sud le Palais Royal furent créés dès 1156 selon l'historien officiel de la dynastie almohade par El Haj Ya'is, celui-là même qui fut à l'origine de la prestigieuse Koutoubia. Le terme « aguedal » signifiant par ailleurs « jardin » de manière générale par les Berbères, cette appellation de Jardins de l'Aguedal ne s'imposa comme appellation exclusive que vers la fin du XVIIIe siècle. Son existence, mise à mal par le temps est intimement liée à l'astucieuse gestion des ressources hydrauliques qui y est faite. Ainsi, le captage des eaux des nappes souterraines fut dès la fin du XIe siècle assuré par un dense réseau de « khettaras », assisté plus tard par un système de viaducs plus élaboré en provenance de Aghmat, ville située plus au sud en direction de la vallée de l'Ourika. Enfin, le stockage des eaux de pluie était assuré par deux immenses réservoirs dont le plus grand, baptisé Es Sala, servit à l'entraînement des troupes à la natation en vue de la traversée du Détroit de Gibraltar.

Guéliz[modifier | modifier le code]

Le quartier de Gueliz tire son nom du Jbel Gueliz, massif de grès de faible altitude situé au nord-ouest de l'ancienne médina au nom berbère. Ce fut le premier quartier situé à l'extérieur des remparts, autrefois réservés aux défunts. Articulé autour de l'actuelle Avenue Mohammed V joignant le Square Foucault et Bab Nkob au Jbel Gueliz, le quartier de Gueliz concentre la majorité des banques et des boutiques de Marrakech. La poste, située place du 16 novembre, est aussi un bâtiment datant de l'époque protectorale, au même titre que l'ancien marché de Guéliz qui fut récemment déplacé pour céder place au complexe Carré Eden (commerciale, résidentiel et hôtelier). L'ensemble du quartier de Gueliz ayant été classé par la wilaya zone immeuble R+ 5.

L'Hivernage[modifier | modifier le code]

Situé au sud-ouest du quartier de Gueliz, le quartier de l'Hivernage abrite des villas cossues et de nombreux complexes hôteliers tels que la Mamounia (hôtel le plus luxueux d'Afrique et le sixième au monde[réf. nécessaire]), le Royal Mansour et Le Pearl, pour ne citer que les plus prestigieux. Le poumon de ce quartier est l'avenue Mohammed VI, anciennement avenue de France et récemment prolongée jusqu'au sud-est de la route de l'Ourika, le long des remparts du quartier de l'Agdal. Cette large et verte avenue abrite l'imposant Théâtre royal, le Palais des Congrès, ainsi que la nouvelle grande gare.

L'avenue Mohammed VI (Ex Avenue de France)[modifier | modifier le code]

Bien que fraîchement inauguré en mai 2004, le tronçon de cinq kilomètres de l'avenue Mohammed VI reliant l'avenue de la Ménara à la route de l'Ourika voit se développer rapidement de nombreux complexes résidentiels et hôteliers de haut standing.

Par ailleurs, c'est le long de l'avenue Mohammed VI que fut construite la plus grande discothèque du Maroc, Le Pacha de Marrakech, établissement ayant permis à Marrakech d'acquérir son nouveau statut de lieu de rendez-vous de la jeunesse branchée et des "clubbers". Enfin, c'est ici que fut construit le premier multiplex de Marrakech, le Mégarama, succédant ainsi aux deux "grands" cinémas de Marrakech que furent Le Colisée à Gueliz, et le Cinéma Rif, à Daoudiate ainsi que le nouveau centre commercial Al Mazar.

Les quartiers hors-remparts[modifier | modifier le code]

Au cours des années 1980, la ville de Marrakech s'est considérablement étendue à l'ouest le long de plusieurs pénétrantes, en particulier les rues El Mouqaouama, la route d'Essaouira, et dans une moindre mesure la rue Mohammedia. Ce sont les quartiers de Massira 1, 2 et 3, Hay Azli et Hay Socoma. Parallèlement, au nord-ouest, le long de la route de la Targa (également appelée route de Souihla), ont été construits plusieurs quartiers résidentiels de standing globalement élevé. Ce sont les quartiers de Targa,d'Al Masmoudi, de Jawhar, de Hay Sofia, d'Inara, Borj Targa et Massira 3. Au sud-ouest, le long de la route de Guemassa, souvent appelée route de l'aéroport Marrakech - Ménara, se sont développés les quartiers de M'Hamid, Bouekkaz, Agdal. On notera également l'existence de douars importants comme douar Cherki et douar Berrada. Au nord, il y a des quartiers résidentiels comme Amerchich, Hay Firdaouss, Al Andalouss, Riad Salam, Cité Yasmine, Saada et la Palmeraie. À la sortie nord de Marrakech, se dresse Tamansourt qui est une ville nouvelle située à 10 km sur la route d'El Jadida. Cette ville a été créée en 2005, sous la houlette du roi Mohamed VI, dans le but de désengorger Marrakech. Elle est composée principalement de villas, appartements et riads. Une grande mosquée y a été construite ainsi que de nombreuses écoles. Sont en projet un immense parc sportif, une université, des hôtels et piscines. Cette ville nouvelle a la particularité d'être une ville écologique puisqu'elle déborde d'espaces verts et l'éclairage public est composé de lampes dites Led qui sont très respectueuses de l'environnement.

Monuments et sites touristiques[modifier | modifier le code]

La mosquée Koutoubia

Événements[modifier | modifier le code]

  • Festival des arts populaires de Marrakech : festival annuel se déroulant au mois de juillet.
  • Festival international du film de Marrakech : évènement annuel début décembre pour récompenser la meilleure production marocaine et étrangère de longs et courts-métrages. Celui-ci a une notoriété grandissante, reconnue par le monde entier.
  • Arts in Marrakech : Biennale Internationale d'art actuel.
  • Festival Awaln'art : rencontre internationale des arts de rue de Marrakech organisée par l'association Éclats de lune. Les rencontres ont lieu simultanément à Tahanaoute, Ait Ourir, Aghmat, Amizmiz et Marrakech.
  • Festival Samaa des musiques sacrées, festival annuel se déroulant au mois de juillet.
  • On marche : festival de danse contemporaine de Marrakech.
  • Danse pour tous : festival de la danse.
  • Sun festival : festival national des jeunes et de la musique en mois de juillet, est une célébration de la nation, et du patriotisme à l'occasion des fêtes de la jeunesse et du trône.
  • Marrakech MadJazz Festival : au mois de février, ce festival fait de Marrakech une destination phare Des musiques alternatives Jazz-rock, afin de faire reconnaître les talents des artistes marocains à travers le monde.
  • Festival Marrakech du rire : c'est un événement créé par Jamel Debbouze
  • Festival de l’humour francophone ;
  • Festival de la magie ;
  • Khmissa : manifestation qui récompense les femmes qui se sont illustrées durant l’année dans divers domaines ;
  • Le printemps de la poésie ;
  • Jardin’art : festival de l’art du jardin qui a pour objectif de réunir des artistes, des paysagistes, des architectes, des professionnels et des amateurs du jardin avec une large place consacrée à l’éducation environnementale et à l’écotourisme ;
  • Women of africa festival : ce festival célèbre les actions de la femme sur le plan culturel, économique et artistique à travers le continent africain ;
  • Caftan : événement annuel révélateur de talents et de styles, ce défilé est le rendez-vous incontournable de la haute couture marocaine ;

Curiosités autour de Marrakech[modifier | modifier le code]

Agadir[modifier | modifier le code]

Agadir est la deuxième ville touristique du royaume en 2011 après Marrakech . Elle est la station balnéaire la plus prisée du Maroc : sa côte de sable fin s'étale sur 10 km. Agadir est une ville dynamique l'été; le reste du temps c'est une ville calme et bénéficie d'un ensoleillement de 300 jours par an. Elle est aussi connue par son souk (souk el hed ) et ses stations balnéaires à quelques minutes du centre ville tels Taghazout Aghroud Imiwadar, la ville de Taroudant et ses régions...

[note 1].

Le centre-ville[modifier | modifier le code]

Vaste et dynamique, il englobe les boulevards Mohammed V et Hassan II, la Vallée des Oiseaux, les avenues du Général Kettani, Mohammed VI, Moulay Abdellah et Mokhtar Soussi ainsi que de la grande avenue des FAR (Forces armées royales). En font également partie la Place Salam, la Place de l'Espérance et la mosquée Loubnane, ainsi que la Place des deux fontaines qui mène au grand théâtre de verdure de la municipalité. Avec le regroupement de plusieurs communes, le centre ville est en train de se déplacer progressivement vers la quartier Haut Founty ou de nouvelles administrations se construisent autour de la nouvelle cour d'appel.[réf. nécessaire]

Le bord de mer[modifier | modifier le code]

Animé et dynamique, le secteur touristique du bord de mer est constitué du boulevard du 20 août, de l'avenue Tawada, du boulevard de la Corniche,de l'avenue de l'oued Souss, et du quartier Founty, Baie des Palmiers. Il compte de nombreux hôtels, restaurants, cafés modernes, et un quartier résidentiel de villas.

Un vaste projet d'embellissement de la ville est en cours de finition. Agadir s'est ainsi dotée d'une belle promenade aménagée de front de mer sur environ 5 kilomètres. Une récente marina avec de nombreux commerces de luxe a été construite au pied de la Casbah et à l'embouchure de l'Oued Tildi[pas clair].

La plage d'Agadir
La plage et la colline de l'ancienne Casbah

Nouveau Talborjt[modifier | modifier le code]

Ce quartier porte le nom de l'ancien quartier de Talborjt (« petit fort » en tachelhit, souvenir du château d'eau, première construction du plateau de l'ancien Talborjt). Très animé, le Nouveau Talborjt, reconstruit loin de l'Ancien Talborjt, a pour principale artère le boulevard Mohammed Cheikh Saâdi, qui porte le nom du vainqueur des Portugais en 1541. Les autres grandes avenues sont l'avenue du président Kennedy et du 29 février. On y trouve aussi la mosquée Mohammed V, le jardin d'Olhão (ville côtière située dans le sud du Portugal, avec laquelle Agadir est jumelée) et son musée mémorial, et le jardin Ibn Zaydoun. Quelques bons hôtels et restaurants ont été aménagés dans les principales artères.

Quartiers résidentiels[modifier | modifier le code]

Quartier suisse : le plus ancien quartier de villas encadré par l'avenue des F.A.R (Forces Armées Royales),l'avenue Mokhtar Soussi, l'avenue du Caire et l'avenue des Nations unies.

Secteur Résidentiel: Quartier résidentiel, belles villas, très peu de commerces, existe depuis 1966. Se situe dans le quadrilatère suivant: Avenue du Général Kettani, Rue de Genève, Rue Chouhada & Avenue Hassan II.

Quartier Secteur Mixte : il abrite le consulat de France et le consulat d'Espagne.

Quartier Founty ou « Baie des palmiers » : un secteur balnéaire ou se cottoient des villas résidentielles, de grands hôtels, des résidences de tourisme et le palais royal.

Les ports[modifier | modifier le code]

Au fil des décennies, Agadir s'est dotée de plusieurs ports : deux ports de pêche, un grand port de commerce et le récent port de plaisance avec sa marina.

L'avenue du Port, principale artère du quartier Anza, est entourée d'usines de conserves et compte quelques petits restaurants populaires limitrophes du marché aux poissons.

Le port de pêche vu depuis la Casbah
Le port de pêche vu de la Casbah

La Casbah, Agadir Oufella[modifier | modifier le code]

La Casbah, (Agadir Oufella, Agadir le haut ou Agadir N'Ighir, Agadir de la colline), était, avec Founti qui s'étendait à son pied devant la mer, le plus vieux quartier d'Agadir. Authentique forteresse aux petites rues sinueuses et animées, elle fut construite en 1572 par Moulay Abdallah el-Ghalib. Au-dessus de la porte d'entrée, on peut lire l'inscription en arabe et en hollandais « Crains Dieu et honore le Roi ».

De la fière forteresse, il ne reste plus, après le séisme du 29 février 1960, que la longue muraille restaurée qui entoure un terrain inconstructible, mais la vue demeure exceptionnelle sur la baie d'Agadir et sur les ports. Les anciens d'Agadir se souviennent du réputé « café maure » de la Casbah et de sa vue panoramique.

La colline porte l'inscription en arabe : « Dieu, la Patrie, le Roi » qui, comme les remparts, est illuminée de nuit.

L'ancien Talborjt[modifier | modifier le code]

Dominant le front de mer et l'oued Tildi, cet ancien quartier (dont le nom est parfois écrit Talbordjt) était autrefois commerçant et très animé avec sa grande place ou se tenait un souk hebdomadaire, ses hôtels, ses écoles, sa mosquée[5]. 90 % des bâtiments y furent détruits ou gravement endommagés par le séisme de 1960. Rasé après le séisme, désormais couvert de végétation, il est classé en zone non constructible. Sa principale artère, l'avenue El Moun s'étire sur plus de 2 km et ne sert plus que pour les auto-écoles qui y entrainent leurs élèves.

L'abattoir (quartier industriel)[modifier | modifier le code]

Épices

L’un des quartiers les plus populaires; il est connu pour sa place des taxis et des bus. C'est un carrefour qui réunit le cœur de la ville et ses alentours. C'est le quartier qui a été le moins touché par le séisme de 1960.

Le Souk el had[modifier | modifier le code]

La Médina

C'est le plus grand marché de la région. Il compte environ 6 000 petites boutiques. Il est entouré de remparts et dispose de plusieurs entrées. Il est organisé en différents secteurs  : les meubles, l'artisanat, les vêtements, les légumes, la boucherie, les épices... On peut y trouver des petites merveilles, dont toutes sortes d'objets d'artisanat et de décorations traditionnelles.

Les remparts ont été restaurés et d'importants travaux d'aménagement intérieurs sont en cours de finition.

La Médina[modifier | modifier le code]

La Médina est un espace artisanal créé en 1992, par l'artiste italien Coco Polizzi, à Ben Sergao, quartier proche d'Agadir à 4,5 km du centre-ville. Bâti selon des techniques de construction berbères traditionnelles, c'est une sorte de petit musée de plein air, sur cinq hectares, qui abrite des ateliers d'artisans, un musée, des résidences individuelles, un petit hôtel et un jardin exotique.

Casablanca[modifier | modifier le code]

Capitale économique du pays, Casablanca est la troisième ville touristique du Maroc. On y vient surtout pour les affaires. Bien que Casa n’ait pas la même vocation que ses consœurs (Marrakech, Agadir), la ville ambitionne de prolonger la durée de séjour de ses visiteurs qui n’excède pas deux jours en moyenne. C’est dans ce but que le Conseil régional du tourisme a lancé des plans spécifiques pour mettre en place les infrastructures adéquates.

Port de Casablanca[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Port de Casablanca.
Vue du port de Casablanca

Les jetées du port de Casablanca symbolisent le dynamisme du deuxième port du continent africain. De Casablanca partent les cargaisons de céréales et surtout de phosphates dont le Maroc est le troisième producteur et premier exportateur au monde[6].

Le port de Casablanca est l'un des plus grands ports artificiels au monde[7] et le plus grand port de l'Afrique du nord[8]. Il constitue aussi la plus grande base navale de la Marine royale.

Tourisme : Sites touristiques[modifier | modifier le code]

Le centre commercial Morocco Mall à son ouverture

Carrefour aérien, Casablanca est à 3 heures de vol en moyenne de l’Europe et accueille une multitude de compagnies aériennes, d’agences de voyage et de location de voitures. Avec son port et la future entrée en activité de sa marina, Casablanca sera ainsi le premier port croisiériste du royaume[9].

Casablanca est la troisième ville touristique du Maroc et on y vient surtout pour les affaires. Bien que la capitale économique n’a pas la même vocation que ses consœurs (Marrakech, Agadir), la ville ambitionne de prolonger la durée de séjour de ses visiteurs qui n’excède pas deux jours en moyenne. C’est dans ce but que le Conseil régional du tourisme a lancé des plans spécifiques pour mettre en place les infrastructures adéquates, la construction du Morocco Mall et des complexes littoraux (Anfa Place, Marina…) s'inscrivant dans cette volonté[10].



  • La Mosquée Hassan II, construite entre 1986 et 1993. Il s’agit du plus grand minaret (210 m), et – après celles de La Mecque et de Médine – de la troisième plus grande mosquée au monde ;
  • Le quartier des Habous (الحبوس) ou nouvelle médina et ses boutiques d'artisanat ;
  • L'ancienne médina (Bab Marrakech) ;
  • La Corniche et ses plages « Ain Diab » ;
  • Le Morocco Mall, le plus grand centre commercial d'Afrique et l'un des plus grands au niveau international, possédant entre autres la troisième fontaine musicale du monde.
  • Twin Center Casablanca : deux tours jumelles de 28 étages et hautes de 115 mètres comprenant un centre commercial de 130 boutiques sur 3 niveaux, en plein cœur du Maârif ;
  • L'îlot de Sidi Abderrahman ;
L'îlot Sidi Abderrahman
  • Les nombreuses façades « Art déco », notamment le long du Boulevard Mohammed V et du Boulevard 11 janvier… ;
  • Musée de la Villa des Arts ;
  • La Place Mohammed V : autour de cette place se dresse la wilaya de Casablanca dont le campanile d’inspiration toscane attire les regards ainsi que le palais de Justice d’inspiration arabo-andalouse et une grande fontaine ;
  • Parc de la Ligue arabe et le parc Yasmina ;
  • Le Marché Central ;
  • La Cathédrale du Sacré-Cœur de Casablanca ;
  • La Cathédrale Notre-Dame de Lourdes de Casablanca ;
  • Derb Ghallef : un grand marché aux puces, une sorte de caverne d’Ali Baba en plein air ;
  • Maârif, le quartier du shopping par excellence à Casablanca et au Maroc ;
  • Megarama, le plus grand complexe cinématographique au Maroc et en Afrique, avec le 2e plus grand écran au monde, après celui de Los Angeles ;
  • Festival du Boulevard des jeunes musiciens, festival de concert de musique annuel à Casablanca ;
  • Festival de Casablanca, festival annuel organisé par la municipalité ;
  • Passage Prince Moulay Abdellah au centre ville ;
  • La Place des Nations unies où on peut apprécier l'édifice de la Wilaya et son horloge, celui du tribunal de 1re instance au fond et en face la fontaine musicale bordée de l'édifice de la Douane et de la trésorerie générale ;
  • La Mahkama des Habous actuellement partagée entre le siège de la région et le tribunal juste en face du quartier Habous ;
  • La grande poste à quelques mètres de la fontaine musicale ;
  • L'édifice de Bank Al Maghrib ;

Essaouira Mogador[modifier | modifier le code]

Le tourisme est de plus en plus important à Essaouira, avec de jolis hôtels installés dans des riads marocains traditionnels dans la vieille ville. Il y a aussi des hôtels modernes le long de la plage. Essaouira est également renommée pour la pratique du windsurf et du kitesurf, grâce aux vents puissants qui soufflent presque constamment dans la baie ainsi que l'organisation annuelle d'une étape de la Coupe du Monde de Kitesurf. La corniche d'Essaouira est d'une beauté exquise, juste devant la Dzira et en face du petit port, la détente est assurée avec des écoles dédiées au surf de même que des activités liées au vent. À quelques kilomètres au sud, vers la route d'Agadir, on peut apprécier des îlots et des Riads, de même qu'une plage unique en son genre[réf. nécessaire] car encore vierge ; c'est la plage de Sidi Kaouki, situé à 25 km environ de la ville.

Tout autour on dénombre de nombreux champs d'arganier. C'est l'occasion pour les touristes de voir et d'apprécier l'huile d'argan, unique dans cette région[réf. nécessaire] et nulle part ailleurs. les remparts autour de la ville et surtout à côté du port témoignent de la période des marins portugais, la Sqala est un site unique[réf. nécessaire] que le touriste découvre à quelques minutes de la place qui abrite des cafés authentiques pour les amoureux de la musique Gnaoua. C'est d'ailleurs sur cette même place qu'on organise tous les ans le festival des Gnaouas. À partir de cette place on peut sillonner les rues de la médina et apprécier l'artisanat Souiri. On y découvre aussi, entre autres, le marché aux poissons et des épices qui valent toujours le détour, ainsi qu'une jolie petite place que l'on appelle la place aux grains et qui abrite aujourd'hui encore quelques boutiques d'artisans et des cafés aux terrasses agréables. La ville est connue pour son artisanat multiple (le travail du bois de thuya - marqueterie -, du cuir, du cuivre...etc.) mais aussi pour ses peintures aux couleurs de la mer.


Tanger[modifier | modifier le code]

Tanger, ville internationale dans son histoire, est une ville pleine de surprise, située sur le détroit de Gibraltar, entre la mer Méditerranée, et l’océan Atlantique, elle est dotée d’une histoire riche et d’une géographie unique. On y parle autant espagnol, qu’arabe ou français, on s’y sent vite à l’aise. Cette ville saura vous accueillir dans les règles, avec sa jolie médina, ses belles plages, et tant de choses à voir.

Meknès[modifier | modifier le code]

Riche de son passé prestigieux, Meknès réserve des surprises inattendues à ceux qui sortiront un peu des chemins balisés. Ou qui sauront écouter les pierres… En ville ou dans les environs, Meknès recèle des monuments historiques splendides. Incontournables, les ruines romaines de Volubilis et le moussem du cheval de Tissa

Taroudant[modifier | modifier le code]

Considérée comme la grand mère de Marrakech, Taroudant est l'une des villes les plus anciennes du Maroc. Taroudante est célèbre pour son artisanat très varié (le travail du cuir, tannerie, la poterie, etc.) et ses paysages magnifiques.

Agadir (dépôt)[modifier | modifier le code]

Le nom « dépôt » pourrait être la traduction arabe exacte du terme berbère Agadir. En effet, s'il a existé un marabout à proximité alors nommé Sidi Mogdul – tombeau d'un saint, point de repère jadis pour la navigation côtière – l'affiliation de ce terme à celui de Mogador n'est pas certaine au regard du sens tant dans la langue arabe que berbère. La sonorité Mogdul/Mogador reste cependant proche. Il est fréquemment rapporté qu'Amogdul, nom berbère de la ville, signifie «la bien gardée», mais qui évoque, outre un saint patron (Sidi Mogdul), des fortifications particulières. Or un site fortifié – remparts et tours de défense, civil ou militaire – se dit en berbère « Agadir ». Et l'adjectif amgader signifierait « fortifié », ce qui est proche des noms transcrits par les Portugais puis Espagnols. Cependant, Sidi Mogdul pourrait lui-même être Sidi Mogdour, le protecteur, celui qui fortifie, Mogdour étant assez répandu en Afrique du Nord.

Al Hoceima[modifier | modifier le code]

Al Hoceima est connue grâce à ses plages au sable fin et sa faune riche (dauphins, différentes espèces d'oiseaux…). Des randonnées permettent de découvrir entièrement la région.

Ouarzazate[modifier | modifier le code]

Village Imlil

Ouarzazate est le point de départ pour les amateurs de randonnées, à pied, en 4X4, en VTT ou à dos de dromadaire… Le Sud de Ouarzazate contient de grands espaces désertiques. Des randonnées en montagne sont aussi organisées. La Kasbah de Taourirt, classée monument national en plus d'un ksar portant le même nom, situés à moins d'un km du centre ville sont à découvrir pour s'imprégner de la culture du pays.

Fès[modifier | modifier le code]

Fès est la capitale spirituelle et culturelle du Maroc. On peut y visiter l'Université Al Quaraouiyine, la plus anciennes du monde bien avant oxford et cambridge avec son style arabo-andalou [11], la médina qui est classée patrimoine universel de l'UNESCO, puis aux alentours de Fès la station thermale de Sidi Harazem.

Saidia[modifier | modifier le code]

Saidia est une toute nouvelle station balnéaire et méditerranéenne dans le pays, du côté de la région d Oujda, elle se voue à devenir l'une des plus importantes stations dans la région, un peu comme la côte d'azur marocaine.[réf. nécessaire]

Mazagan El Jadida[modifier | modifier le code]

Mazagan est une nouvelle station balnéaire, une nouvelle destination luxueuse par excellence, la ville se situe sur la côte atlantique marocaine, près de la ville d'El Jadida et propose des paysages divers, et exotiques.

Merzouga[modifier | modifier le code]

Merzouga est un petit village saharien situé dans le sud-est du Maroc à 35 kilomètres de Rissani et à 50 kilomètres de la frontière algérienne.

Michlifen[modifier | modifier le code]

  • Station de ski de Michlifen proche d'Ifrane.

Période pour partir[modifier | modifier le code]

Les mois d'avril, mai pour visiter les villes comme Marrakech, et les mois de juin, juillet et août pour visiter les villes balnéaires (Agadir, Saidia…).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « note », mais aucune balise <references group="note"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien une balise fermante </ref> manque.