Gabriel Camps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camps.

Gabriel Camps est un préhistorien français, spécialiste de l'histoire des Berbères, né le à Misserghin (Algérie) et mort le [1] à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).

Il laisse une œuvre considérable consacrée essentiellement à la préhistoire et à la protohistoire de la Méditerranée occidentale, plus particulièrement du Maghreb. L'essentiel de ses recherches a été mené en Algérie et en Corse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gabriel Camps fait toutes ses études en Algérie. Il les termine à la faculté des lettres d'Alger où il obtient un doctorat ès lettres. Ses deux thèses, qui portent le même titre, Aux origines de la Berbérie (dont l'une sur Massinissa, 1960), annoncent déjà ce que seront ses futurs travaux.

En 1959, Gabriel Camps entre au CNRS. De 1962 à 1969, il assume la fonction de directeur du Centre de recherches anthropologiques, préhistoriques et ethnologiques (CRAPE), ainsi que du Musée National d'Ethnographie et de Préhistoire du Bardo à Alger et de l'Institut de recherches sahariennes.

En 1969, il rejoint Aix-en-Provence, comme professeur à l'université de Provence, et fonde le Laboratoire d'anthropologie et de préhistoire de la Méditerranée occidentale (LAPMO) où il accueille de nombreux étudiants venus notamment du Maghreb.

Gabriel Camps a étudié la période préromaine en Afrique du Nord, et essentiellement les croyances de cette période (Dii Mauri), les tribus d'Afrique, les royaumes berbères, l'épigraphie libyque, les pratiques funéraires, le monde punique, le monde romain, mais l'essentiel de son œuvre concerne la protohistoire. Le monde berbère a été pour lui une préoccupation constante. Il a publié sur ce sujet deux livres, de nombreux articles, et a fondé l'Encyclopédie berbère qu'il a dirigé efficacement en y rédigeant un très grand nombre de notices. Après son décès en 2002 et conformément à ses souhaits, la publication de l'encyclopédie est poursuivie sous la direction de Salem Chaker, professeur de langue berbère à l'INALCO (Paris).

Origine des Berbères[modifier | modifier le code]

À propos de l'origine des Berbères, Gabriel Camps relevait la diversité des dialectes et le fractionnement des populations sur plusieurs états, ou encore l'absurdité d'une interprétation raciale du terme « berbère » :

«  En fait il n’y a aujourd’hui ni une langue berbère, dans le sens où celle-ci serait le reflet d’une communauté ayant conscience de son unité, ni un peuple berbère et encore moins une race berbère. Sur ces aspects négatifs tous les spécialistes sont d’accord… et cependant les Berbères existent[2]. »

Il n'en affirmait pas moins l'existence d'un groupe humain bien identifiable auquel il était profondément attaché, et dont il chercha à montrer la permanence sur la longue durée. Sur la base de ses observations anthropologiques et linguistiques, il plaçait les origines des Berbères chez les proto-méditerranéens capsiens dont l'arrivée avait précédé le néolithique, ce qui faisait de leurs descendants de vrais autochtones. L'apparentement linguistique de la langue berbère avec le groupe chamito-sémitique. Il insistait aussi sur la diversité des apports de peuplement que connut par la suite le Maghreb et qui vinrent se fondre dans ce premier fonds de peuplement.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

(liste partielle)

  • Afrique du Nord au féminin, Perrin, 1992.
  • Encyclopédie berbère, Édisud, 1985-2002 : vingt-cinq fascicules et plus de 4 000 pages, pour moitié écrites par Gabriel Camps. Encyclopédie berbère en ligne
  • Berbères, mémoire et identité, Errance, 1987. Réédité en 2007, aux éditions Actes Sud [1]
  • Préhistoire d'une île. La Corse des origines, 1988, Errance, 1991, 2010.
  • Introduction à la Préhistoire, Perrin, Collection Point Histoire, 1982.
  • Atlas préhistorique du Midi méditerranéen français, 1978-1981 : ouvrage collectif dirigé par l'auteur.
  • Les Berbères, aux marges de l'Histoire, Hespérides, 1980.
  • Épipaléolithique méditerranéen, 1975 : ouvrage collectif dirigé par l'auteur.
  • L'Homme de Cro-Magnon, 1970, Faton, 1992 : ouvrage collectif dirigé par l'auteur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]