Techniques de randonnée équestre de compétition

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir TREC.
Cheval de TREC préparé pour la compétition

Les techniques de randonnée équestre de compétition (plus connues en français sous leur nom abrégé, TREC) sont un ensemble d'épreuves réunies au sein d'une même compétition, qui a pour objectif de faire ressortir les qualités d'un couple cheval et cavalier. Ces exercices sont inspirés des difficultés que l'on peut rencontrer en randonnée équestre[1],[2].

En France, un TREC se compose de quatre épreuves : un parcours d'orientation et de régularité (POR), un parcours en terrain varié (PTV), la présentation du couple et la maîtrise des allures. Chacune de ces épreuves rapporte des points au couple. Le total des points obtenus permet d'établir le classement de la compétition. Des compétitions basées sur la randonnée équestre existent aussi dans les pays anglo-saxons.

Histoire[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

En France, le TREC est une discipline équestre récente, apparue à la suite du développement du tourisme équestre dans les années 1970. Le sigle lui-même a été inventé en 1987, au sein de l'Association Nationale de Tourisme Équestre (ANTE)[3]. Il renvoie au mot anglais trek (randonnée pédestre) et au mot arabe trec (chemin)[4].

Dans les pays anglo-saxons[modifier | modifier le code]

La même discipline existe aux États-Unis et au Canada, sous le nom de Competitive trail riding

Épreuves[modifier | modifier le code]

Un parcours de TREC se déroule en quatre étapes, à commencer par la présentation du couple cavalier-cheval. La monture doit être équipée correctement, et en bonne condition physique[5].

Parcours d'orientation et de régularité (POR)[modifier | modifier le code]

Le parcours d'orientation et de régularité (POR) a pour objectif de vérifier la capacité du cavalier à suivre un parcours imposé en pleine nature à une vitesse imposée tout en gérant les efforts fournis par sa monture. Le parcours est de 10 à 50 km, selon le niveau de l'épreuve. Il peut être réalisé de nuit dans le cas des épreuves de haut niveau. Les vitesses imposées varient entre 5 et 12 km/h.

À l'heure de départ qui lui est fixée, le concurrent se présente en salle des cartes. Il dispose de vingt minutes pour reproduire sur une carte au 1/25 000 le tracé imposé[5]. Une fois la copie du tracé effectuée, il doit le suivre à la vitesse imposée à la sortie de la salle des cartes.

Tout au long du tracé, à des positions inconnues des concurrents, se trouvent les contrôles. Au niveau des contrôles, on note l'heure d'arrivée des couples cavalier-cheval, ce qui permet de vérifier le respect ou non de la vitesse imposée (tout écart, en plus ou en moins, par rapport au temps idéal, coûte un point de pénalité par minute). Les contrôles sont placés en des endroits particulièrement difficiles du tracé (choix entre plusieurs chemins, parcours en terrain découvert, etc.). Arriver à un contrôle par la mauvaise direction coûte une pénalité de 30 points. Toute minute de temps dépassé sur le tronçon (en plus ou en moins) coute 1 point de pénalité. Il arrive que sur certains tronçons, le cavalier ait besoin de trouver des balises grâce à des techniques d'orientation (azimuts, coordonnée Lambert, UTM...). Chaque balise non poinçonnée est pénalisée de 30 points en moins sur le total du POR.

Parcours en terrain varié (PTV)[modifier | modifier le code]

Cette épreuve permet au couple cavalier-cheval de montrer sa capacité à vaincre des difficultés ponctuelles qui sont rencontrées en équitation d'extérieur. Dans un temps limité, il doit enchaîner, selon le niveau de l'épreuve, de 12 à 18 difficultés situées sur un grand terrain vallonné. Dans la pratique, le P.T.V. est souvent installé sur un parcours de cross. Chaque difficulté est notée sur 10. Il est toujours possible de renoncer à passer l'une des difficultés et d'aller à la suivante, ce qui entraîne une note de zéro sur la difficulté mais n'entraine pas l'élimination du concurrent. Les difficultés sont de différents types et peuvent être passées en selle ou en tenant le cheval en main, selon les cas.

Les 12, 16 ou 18 difficultés du P.T.V. seront choisies parmi les 42 indiquées ci-dessous, selon le niveau de compétition[6] :

Présentation du couple[modifier | modifier le code]

Elle a pour objectif de contrôler la tenue et le harnachement du couple, qui doivent être adaptés et entretenus afin de limiter les risques. Chaque concurrent dispose de 5 minutes pour présenter oralement son équipement et expliquer pourquoi il l’a choisi.

Maîtrise des allures[modifier | modifier le code]

Cette épreuve permet au couple cavalier-cheval de montrer sa capacité à maintenir de bonnes allures adaptées à l'équitation d'extérieur, c'est-à-dire un galop le plus lent possible, et un pas le plus rapide possible, sans trottiner.

On chronomètre le cheval monté sur un couloir de 100 m ou 150 m (selon le niveau du TREC) de long et 1,5 m de large qu'il parcourt dans les deux sens, une fois au galop et une fois au pas. Chaque passage fait l'objet d'une note sur 30. Plus le galop est lent, et meilleure est la note (le barème dépend du niveau de l'épreuve). La note de pas est d'autant plus grande que le pas est rapide. Au galop comme au pas, la rupture d'allure (trotter au lieu de marcher ou galoper) ou la sortie du couloir entraînent une note de zéro.

Acteurs[modifier | modifier le code]

Le TREC requiert du cavalier un excellent sens de l'orientation, et du cheval un bon dressage[5].

Cavaliers[modifier | modifier le code]

Le TREC est issu du monde de la randonnée, et contrairement à la plupart des disciplines équestres, les contraintes vestimentaires se limitent à des considérations de sécurité (port d'une protection de tête et utilisation de chaussures à talons ou d'étriers de sécurité). Également pour des raisons de sécurité, le Galop 5 est demandé pour les mineurs concourant en individuel sur le parcours d'orientation.

Équidés[modifier | modifier le code]

L'une des spécificités du TREC est de permettre la participation à des épreuves de niveaux Amateur et Pro à des chevaux ou à des poneys inscrits sur la liste Club[7]. Cette tolérance déroge au règlement général de le Fédération Française d’Équitation qui impose une inscription en Liste A pour les épreuves de niveaux Amateur et Pro[8]. De ce fait, le TREC est la seule discipline reconnue par la Fédération Française d'Equitation à autoriser la participation à des épreuves de tous niveaux à des chevaux appelés par abus de langage les "sans papiers", qui sont en fait des chevaux OI (Origine Inconnue) ou ONC (Origine Non Constatée). Cet état de fait a en particulier permis à Tristan Gracient et à sa jument Sangria de glaner un certain nombre de titres en Championnat du Monde, que ça soit par équipe ou en individuel.

Équipement du cheval et du cavalier[modifier | modifier le code]

Une liste spécifique de matériels est obligatoire pour participer à toute épreuve de TREC. Le cavalier doit présenter ses papiers d’identité, le document d’identification SIRE de l’équidé ou une photocopie lisible, sa licence fédérale de compétition, un licol et une longe, et posséder un protège-dos. Le matériel obligatoire se compose d'une trousse de pharmacie et d'une trousse de maréchalerie[5].

Trousse de pharmacie[modifier | modifier le code]

Destinée aux soins du cavalier et du cheval, elle doit être propre et placée dans un contenant étanche. Il convient de vérifier la date de péremption des produits composant la trousse. Le tout doit être maintenu dans un état de propreté impeccable. Certains médicaments ou matériels étant à usage humain et vétérinaire, mieux vaut privilégier leur usage.

Une trousse de 1er secours équin et humain doit comporter au minimum des compresses stériles (6 minimum), une bande collante (type Elastoplast, largeur 10 cm), des ciseaux à bouts ronds et une solution désinfectante ou antiseptique.

Trousse de maréchalerie[modifier | modifier le code]

La trousse de maréchalerie doit comporter au moins un brochoir (petit marteau), des tricoises miniatures ou pinces adaptées, une rogne pied ou un outil similaire, environ 15 clous (une poignée) de taille adaptée dans une boîte, et une ferrure de rechange ou de dépannage. Les montures équipées d'hipposandales doivent avoir un matériel correspondant de rechange. Les chevaux « pieds nus » sont dispensés du matériel cité.

Matériel de sécurité[modifier | modifier le code]

Il doit comporter au minimum une lampe frontale avec pile de rechange, une lampe type cycliste à diode, un brassard ou baudrier réfléchissant, et des bandes réfléchissantes à placer au niveau du canon.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël Capellier, Guide du cavalier de TREC, Editions Vigot,‎ 2003, 125 p. (ISBN 2-7114-1522-8)