Percheron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Percheron (homonymie).
Percheron
Percheron de type trait présenté au haras de Cluny
Percheron de type trait présenté au haras de Cluny

Espèce Cheval (Equus caballus)
Région d’origine
Région Perche, Normandie, Drapeau de la France France
Région d'élevage Drapeau de la France France, Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni, Drapeau du Canada Canada
Caractéristiques
Morphologie Cheval de trait
Registre d'élevage Standard français
Standard britannique
Standard américain
Taille 1,60 à 1,85 m[1]
Poids 500 à 1200 kg[1]
Robe Grise ou noire[1].
Tête Profil rectiligne ou camus[2]
Pieds Larges et solides, avec peu de fanons[2]
Caractère Docile
Autre
Utilisation Attelage principalement

Le Percheron est la plus connue des races de chevaux françaises. Ce cheval de trait est issu selon la légende d'étalons arabes amenés dans le comté du Perche au VIIIe siècle, mais il est en vérité le résultat d'une longue sélection par ses éleveurs. Sa capacité à déplacer rapidement des véhicules hippomobiles à l'attelage au trot est privilégiée dès la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, ce qui lui vaut son surnom de « diligencier » et son emploi massif pour les postes et la compagnie des omnibus. Avec l'arrivée du chemin de fer, il est sélectionné pour tracter de plus lourdes charges au pas et au trot, en travail agricole et au labour.

Son registre d'élevage est ouvert en 1883, en France, sous l'impulsion des Américains. Exporté partout dans le monde, le percheron devient l'une des races de trait les plus répandues, en particulier aux États-Unis et au Royaume-Uni, où il participe à la conquête de l'Ouest, puis est utilisé massivement durant la Première Guerre mondiale. Il connaît une forte régression avec la motorisation, et, en France, n'est plus élevé que pour sa viande à partir des années 1970. Son registre d'élevage englobe d'autres races de trait locales françaises (Augeron, trait du Maine, Berrichon, Nivernais, Bourbonnais, trait de la Loire et trait de Saône-et-Loire), alors séparées, en 1966. L'élevage du Percheron redémarre dès les années 1960 aux États-Unis, mais il faut attendre les années 1990 pour observer le même regain en France, époque où il est exporté au Japon pour les courses de trait-tract. Les 20 000 membres de la race recensés dans le monde en 2009 restent néanmoins menacés.

Ce cheval grand et puissant à sang froid, réputé docile et facile à manœuvrer, porte une robe grise ou noire. Il retrouve une certaine place en attelage de loisir et pour les activités de débardage, l'élevage pour la viande ne concernant plus qu'un tiers des effectifs. Les éleveurs français tentent d'alléger son modèle pour le rendre plus sportif en important des étalons américains pour le croisement.

Étymologie et terminologie[modifier | modifier le code]

L'usage du nom de « percheron » en tant que cheval de trait a supplanté l'adjectif, au point que le Petit Robert donne la définition suivante : « le percheron est le cheval de trait »[3]. Ce nom est issu de la région du Perche, berceau d'origine de la race. Les haras nationaux français[2], la Société Hippique Percheronne[4] et de nombreux ouvrages[Note 1] utilisent la graphie « Percheron » avec une majuscule, cependant cette tolérance n'est pas encore admise par les dictionnaires[5],[6],[7]. Le dictionnaire de l'Académie française dans sa dernière édition publiée au Journal officiel le 21 mars 2007 fait la différence entre « percheron », cheval de trait, et « Percheron », habitant du Perche[8].

Pour leur part, les associations britanniques[9] et américaines[10] ainsi que les ouvrages anglophones emploient tous la majuscule.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Percheron est d'origine française, mais son exportation dans de nombreux pays a vu l'apparition d'autres lignées, et l'ouverture de stud-books aux États-Unis, au Canada et en Angleterre. Sa vaste diffusion est le résultat de la capacité des éleveurs du Perche à s'adapter à la demande et au marché[11] : le Perche a produit des chevaux de guerre et de tournoi à l'époque médiévale, puis des chevaux carrossiers pour la Poste, et enfin le cheval de trait dont l'agriculture avait besoin[12]. Le Percheron forme la race de trait la plus exportée dans le monde[13].

Origine[modifier | modifier le code]

La race percheronne est réputée pour être issue du cheval arabe.

Situé en Normandie, la plus grande région d'élevage équin en France[14], le berceau de la race est bordé par la vallée de l'Huisne et ses pâturages riches[15], dans « le Perche aux bons chevaux[1] », un lieu très propice à l'élevage du cheval grâce à la qualité des herbages, aux sous-sols calcaires, au sol argileux et au climat tempéré[Note 2],[13],[16].

Plusieurs théories auxquelles se mêlent des croyances populaires circulent quant aux ancêtres de la race percheronne. L'une d'elles fait état de juments capturées aux Bretons par Clovis Ier aux alentours de 496, puis d'étalons arabes amenés dans la région du Perche par les envahisseurs musulmans du VIIIe siècle. La théorie de Charles du Haÿs, auteur du XIXe siècle et grand défenseur du cheval arabe pour qui le Percheron est « un Arabe qui aurait poursuivi son évolution pendant des siècles en s'adaptant à un climat plus rude et à un emploi de cheval de trait »[17], serait que la cavalerie prise aux Maures à la bataille de Poitiers aurait été amenée dans le Perche par les vainqueurs, et y aurait fait souche en donnant les ancêtres de la race percheronne[18]. Cette histoire est toujours mentionnée comme une vérité par la Société Hippique Percheronne[19] et bon nombre d'ouvrages de vulgarisation[20],[21]. Une autre théorie s'appuie sur la parenté étroite entre le Percheron et le Boulonnais, ajoutant qu'il est possible que les ancêtres de la race boulonnaise aient influencé le Percheron en arrivant en Bretagne pour renforcer les légions de Jules César[20].

Il est en revanche indéniable que des croisements avec le cheval oriental ont été effectués par les comtes du Perche revenus de la première croisade en 1099, et à la suite d'expéditions dans des territoires revendiqués par l'Espagne. Du sang espagnol est alors introduit dans la race par Rotrou III du Perche, à partir de chevaux de Castille[20],[22].

Marcel Mavré remarque que ces origines supposées orientales sont invérifiables, et que la théorie est commune à toutes les races majeures de chevaux de trait, à une époque où le cheval arabe est en faveur. S'il ne nie pas que des documents rapportent des croisements avec des chevaux arabes, et qu'il puisse en rester des traces, tous les hippologues s'accordent pour affirmer que la nature du sol dans le Perche, et surtout la sélection des chevaux par les éleveurs ont façonné leur modèle bien davantage que cette origine supposée, qui plus est vieille de plusieurs siècles[23],[11] :

« Bien que les influences du sol ne soient pas étrangères à la formation du cheval Percheron, plus qu'aucune autre il a été une création directe de l'éleveur. »

— Marcel Mavré[24],[Note 3].

L'ethnologue Bernadette Lizet rejoint cet avis en affirmant qu'aucune race de trait n'existait avant la révolution industrielle et la recherche de la productivité agricole : « Dans le Perche, il n'a fallu qu'une centaine d'années pour métamorphoser le bidet à demi sauvage des landes et des terres vagues en cheval de trait[25] ». La question de savoir si les ancêtres du Percheron ont pu servir[17] ou non[26] de destriers de guerre fait débat. Au XVIIe siècle, les ancêtres de la race percheronne sont de plus petite taille (environ 1,57 m) et plus agiles que les chevaux actuels[27]. Selon l'association américaine de la race, qui se fonde sur l'observation de peintures, ils sont déjà fréquemment de robe gris clair[28].

Pendant la guerre civile entre 1648 et 1653, la gendarmerie est accusée de voler tous les chevaux du Perche, ce qui atteste déjà de la bonne qualité des animaux dans la région, utilisés à la traction des diligences. Le haras du Pin, créé en 1730 et haut lieu de l'élevage percheron, accueille des étalons arabes et barbes qui influencent la cavalerie locale[22]. Des étalons arabes sont croisés avec les juments du Perche afin de produire des montures pour l'armée dès 1760[29],[27], les différents directeurs des haras, dont M. de Fontenay, ont « très certainement fixé et amélioré la qualité du cheval percheron à la fin de l'Ancien Régime »[30]. En 1790, avec la suppression des haras, les étalons sont dispersés chez des éleveurs privés[22].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Foire aux chevaux (détail) par Rosa Bonheur, 1853, conservé au Metropolitan Museum of Art à New York.
Percheron dans un pâturage par Achille Giroux, vers 1860, conservé au musée du Louvre à Paris.

En 1801, la souche percheronne est presque anéantie à la suite des conséquences de la Révolution française et des guerres napoléoniennes, mais les haras sont rétablis sous le Premier Empire, la sélection des chevaux est remise en valeur[31].

Selon bon nombre de sources, l'histoire de la race percheronne ne débute réellement qu'avec la naissance à Mauves-sur-Huisne de Jean le Blanc, qui peut être considéré comme l'étalon fondateur, en 1823. Il serait un descendant de Gallipoly, un étalon arabe persan, et tous les Percherons actuels l'auraient pour ancêtre commun[32],[33],[21] à la suite de très nombreux croisements avec les juments de l'Orne, jusqu'à sa mort en 1856[31]. Cependant, « la belle légende de Jean le Blanc, fils d'un étalon de sang oriental et d'une jument indigène », propagée par Charles du Haÿs, suscite aussi le scepticisme[23]. La période de gloire du Percheron débute probablement entre 1815 et 1830[34], de nombreuses foires et des primes d'encouragement sont alors créées, ce qui stimule l'élevage. Dans les années 1830, la Beauce se fournit dans le Perche et crée la variété de trait lourd, parallèlement, les éleveurs du berceau de race importent des poulains de Bretagne et du Boulonnais afin de répondre à la demande, au risque de perdre les caractéristiques de la race, qui commençaient alors à se fixer[31].

Le début du XIXe siècle coïncide aussi avec une forte réduction de l'usage du cheval de selle en raison de l'amélioration des routes et de l'abandon progressif de la traction bovine en agriculture, toutes deux propices au cheval carrossier et au cheval de trait[35]. Le Percheron se fait nommer le « diligencier » en raison de sa principale utilisation, qui est la traction des diligences[28],[36]. Le développement du Percheron de trait est intimement lié à l'industrialisation, au développement du commerce et aux exigences de rentabilité des utilisateurs privés[37]. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, la race se fait réellement connaître, et exporter dans de très nombreux pays :

« La race percheronne est celle qui jouit, en Europe et même dans le monde entier, de la plus haute considération. Elle a [...] répandu sur tout le globe la renommée de la petite province française [...]. Cette réputation ne saurait être comparée qu'à celle du cheval anglais »

— Déclaration d'André Sanson en 1883[38]

En France[modifier | modifier le code]

Illustration de la race percheronne dans l'encyclopédie pratique de l'agriculteur, publiée par Firmin-Didot et Cie, tome 5, 1877.
Portrait de Voltaire, étalon Percheron noir primé en 1884, par Rosa Bonheur.
Pâquerette, jument percheronne née en France en 1893, d'après un dessin de Thomas von Nathusius[39]

En France, le Percheron est traditionnellement élevé autour de Mortagne-au-Perche (Orne) et de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), aux confins des départements de l'Orne, de l'Eure, d'Eure-et-Loir, de Loir-et-Cher et de la Sarthe. Il tracte toutes sortes de véhicules hippomobiles. La poste, les messageries et la compagnie des omnibus forment les plus gros demandeurs au début du siècle[37]. L'élevage s'oriente donc vers le développement d'un cheval capable de déplacer de lourds véhicules hippomobiles au trot, le plus rapidement possible. La robe grise est favorisée car les couleurs claires sont plus visibles la nuit, il est même possible qu'une notice de la poste ait spécifié de privilégier l'achat de chevaux gris. Le Percheron a presque le monopole des écuries de poste dans le nord du pays durant le premier quart du XIXe siècle. Tandis que les charges à tracter s'alourdissent progressivement au fil des années, il est toujours sélectionné pour parcourir les villes et les campagnes au trot attelé[40]. Ces chevaux sont réputés capables de parcourir 60 km par jour de cette manière[41],[42]. Ils forment aussi la majorité des animaux de roulage employés à Paris[43],[44], 62 % des effectifs de la compagnie parisienne des omnibus[40], et les équipages des grands magasins comme Félix Potin et le bazar de l'Hôtel de Ville[19]. Des étalons reproducteurs sont peu à peu acquis dans toute la France, au point que le Percheron est, en 1862, la race dominante dans 67 départements[45].

Avec l'arrivée du chemin de fer au milieu du XIXe siècle, les anciennes souches légères du Percheron diligencier sont menacées[46], mais on n'observe pas de crise chez la race du fait que les chevaux sont nécessaires pour amener les matériaux sur les chantiers de construction[44]. La poste cesse totalement d'employer les chevaux en une vingtaine d'années, mais le commerce du cheval de traction lourde reste florissant[47] grâce à l'établissement de nouvelles lignes hippomobiles entre les gares et les villages éloignés[44]. Les éleveurs font évoluer le modèle du Percheron vers la traction lourde agricole, le labour et le transport des marchandises réceptionnées sur le quai des gares[28]. Les haras nationaux et la bourgeoisie marchande, qui recherchent des chevaux trotteurs rapides, ne cessent de s'opposer à l'amplification du gabarit et du poids de la race percheronne[48], les haras font appel à toute leur autorité pour promouvoir le Percheron léger. Eugène Gayot en est « le défenseur le plus engagé », cette attention portée au Percheron est le reflet d'un souvenir du système féodal, la recherche du cheval de sang considéré comme supérieur et réservé aux élites, par opposition au cheval « commun et grossier » des paysans. L'élevage de chevaux plus amples étant aussi plus lucratif, la tendance se poursuit[49]. Edmond Lavalard, vétérinaire responsable de la cavalerie parisienne, s'y oppose à nouveau à la fin du siècle[50].

La diligence de Saint-Saëns, vers 1895-1900.

Dans le même temps, les races chevalines régionales sont uniformisées et sur les deux dernières décennies, les exportations encouragent encore davantage les éleveurs français à produire des chevaux de grande taille, de fort gabarit et de robe noire, qui plaisent aux Américains. Ainsi, les différences entre les races françaises s’estompent au point que dans les concours, plus personne ne peut savoir d'où viennent les animaux en observant leur modèle[51],[47] tandis que la robe noire devient la couleur dominante chez les chevaux destinés à l'exportation. Les éleveurs du Perche n'hésitent pas à se fournir dans la Nièvre, où sont élevés des chevaux issus du Percheron, mais de robe noire[11]. Vers 1880, l'ancienne distinction entre le petit Percheron de roulage et le Percheron de trait a complètement disparu[44].

Le stud-book du Percheron est ouvert le 23 juin 1883[15],[52] en même temps qu'est créée la Société Hippique Percheronne, et une loi de surveillance des étalons privés[53]. Ce stud-book est créé surtout sous l'impulsion des Américains, pour qui la notion de généalogie est très importante, et qui peuvent échapper à la franchise d'import s'ils possèdent des papiers attestant de l'origine du cheval introduit sur le continent américain[54]. Dans les années 1880, un grand nombre d'élevage français se dotent d'étalons Boulonnais et Percherons de grand gabarit afin de fournir la clientèle américaine[25]. En 1889, les chevaux Percherons sont présents à l'exposition universelle, et les étalons reproducteurs se vendent dix fois plus cher que meilleurs hongres destinés au travail. La même année, les Américains achètent 3 000 chevaux sur les concours et dans les fermes. L'élevage, extrêmement lucratif, est aux mains de véritables dynasties familiales qui contrôlent l'export, notamment aux environs de Nogent-le-Rotrou. Ces éleveurs procèdent aussi à des accouplements consanguins sur leurs animaux[54].

Exportations aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Reconstitution d'un attelage de labour avec des Percherons, tel qu'il s'en trouvait autrefois aux États-Unis.

Le Percheron est exporté aux États-Unis dès 1839, un seul des quatre chevaux embarqués survit à la traversée de l'océan Atlantique. Peu après, deux étalons et deux juments les rejoignent, l'une des juments mourant peu après son arrivée. Bien que ces premières importations soient peu fructueuses, un étalon nommé Diligence est réputé pour avoir donné 400 poulains. En 1851, l'étalon Louis-Napoléon est importé, et a tout au long de sa carrière de reproducteur une influence significative sur les chevaux de trait américains[20]. Au milieu du XIXe siècle, les étalons Percherons sont croisés avec des juments américaines locales afin d'améliorer la souche chevaline, donnant naissance à des milliers de chevaux croisés[55].

La guerre civile américaine des années 1860 décime les chevaux du pays, entre le besoin de renouvellement des stocks et la recherche de chevaux de traction à la suite de la conquête de l'Ouest et de l'agrandissement des villes, un très grand nombre de chevaux de trait sont recherchés durant les années qui suivent[28], et importés aux États-Unis dans les années 1870, ce qui fait la popularité des éleveurs et des propriétaires de chevaux Percherons[20]. Il n'est alors pas rare que de riches Américains achètent cash le Percheron de la diligence dans laquelle ils sont montés[56]. En 1876, la Norman-Percheron Association est formée par un groupe d'éleveurs de ces chevaux à Chicago, dont James Harvey Sanders. La Norman-Percheron Association est la première association d'élevage à ouvrir un registre en race pure. En 1877, le mot « Norman » est supprimé, elle devient la Percheron Association[57].

Le succès des Percherons aux États-Unis est en partie due à Mark W. Dunham, de la ferme d'Oaklawn en Illinois : il possède plus de 100 étalons qui, mis à la reproduction avec des juments locales, engendrent des chevaux métis. Dans les années 1880, ces animaux concurrencent les traits Shires, Clydesdales et Belges dans le centre et l'ouest du pays, leur supériorité s'établit, de sorte que les compagnie de tramway et d'omnibus de la région des Grands Lacs et du bassin du Mississippi n'utilisent bientôt plus que des Percherons[58]. En 1887, alors qu'il vient acheter des animaux au concours de Mortagne-au-Perche, il fait la déclaration suivante :

« Chaque nationalité a une préférence marquée pour les chevaux de son pays d'origine ; ceci a amené l'introduction des bêtes de races différentes; de France, de Belgique, d'Angleterre, d’Écosse; qui ont été mises à l'épreuve dans des circonstances identiques : tous ont dû s'incliner devant la supériorité du percheron lorsqu'il s'est agit d'améliorer nos races américaines »

— Mark W. Dunham[59]

D'autres grands éleveurs suivent l'exemple de M. Dunham et importent des étalons reproducteurs français[58]. Dans les années 1880, environ 7 500 chevaux sont exportés[27], mais la panique de 1893 provoque un ralentissement, aucun Percheron ou presque n'étant importé entre 1894 et 1898. Dans le même temps, la Percheron Association fait banqueroute et cesse toute activité[28]. Beaucoup de chevaux déjà importés sont perdus car leurs propriétaires sont devenus trop pauvres pour s'occuper de grands animaux de trait. En 1898, les importations reprennent aussi brusquement qu'elles avaient cessé, avec une moyenne de 700 chevaux gagnant annuellement les États-Unis entre 1898 et 1905[28].

Dans les îles Britanniques[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, les Percherons commencent aussi à être exportés des États-Unis vers la Grande-Bretagne, où ils sont employés à la traction de bus hippomobiles dans les grandes villes[55]. Ils assurent la traction des omnibus de Londres dans les années 1890[17], et vont jusqu'à concurrencer les pourtant réputés chevaux de trait britanniques sur leurs terres natales[38]. Les premiers Percherons importés incluent quelques animaux issus des centaines de croisements effectués aux États-Unis. La plupart des chevaux d'Angleterre, une fois leur carrière dans la traction des bus achevée, sont revendus aux fermiers. D'autres chevaux importés sont revendus à la British Army, dans les années 1900, 325 chevaux sont envoyés en Afrique du Sud pour soutenir la guerre des Boers[55].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Robert Aveline, président de la Société Hippique Percheronne, en 1980

On faisait confiance à une race de chevaux, comme aujourd'hui à une marque d'automobiles ou de camion. Percheron comme Peugeot ou Citroën, en quelque sorte[60]...

Paire de Percherons attelés à un chariot publicitaire, aux États-Unis

Au début du XXe siècle, la race du Percheron est à son apogée[19], considérée comme l'une des quatre races de trait majeures dans le monde, avec le Belge, le Clydesdale et le Shire (le Boulonnais et le Suffolk Punch sont bien représentés, mais pas d'une manière comparable). Il rapporte de très importants revenus à ses éleveurs, au Canada et aux États-Unis, les meilleurs étalons se vendent jusqu'à 25 000 francs en 1900[61]. En 1905, à Chicago, les éleveurs Percheron qui avaient fermé leur association en 1893 se retrouvent et forment la Percheron Society of America[57]. Pour la seule année 1906, plus de 13 000 chevaux gagnent les États-Unis depuis la France[28]. À cette époque, elle forme la plus grande association d'éleveurs de chevaux de trait au monde, enregistrant plus de 10 000 chevaux annuellement[28],[62]. Le cirque Barnum possède à lui seul une cavalerie de 300 Percherons[63].

En 1910, le nombre de chevaux enregistrés en France est d'au moins 32 000. Entre 1880 et 1920, les éleveurs français exportent leurs animaux partout dans le monde, y compris en Afrique du Sud, en Amérique du Sud, en Australie et en Amérique du Nord[27], le Percheron devient ainsi le premier cheval de trait à gagner l'Australie[64]. L'exportation des Percherons depuis leur berceau d'élevage est si florissante qu'une ligne commerciale est créée entre Nogent-le-Rotrou, le Havre et les États-Unis[65]. En 1911, le stud-book français de la race est fermé aux chevaux dont les parents ne sont pas eux-mêmes enregistrés[66]. En raison de la campagne de promotion pour l'hippophagie menée en France depuis la fin du XIXe siècle, il n'est pas rare qu'un Percheron de travail réformé soit vendu à la boucherie[67].

Les britanniques utilisent énormément le percheron durant la Première Guerre mondiale. Au début de l'année 1916, plus de 400 Percherons de pure race sont importés depuis la France pour l'usage militaire, ce qui forme la première importation britannique en race pure. Son peu de fanons au bas des jambes le rend plus simple à entretenir après les passages dans des environnements boueux, fréquents en temps de guerre. Leur trot rapide sur les routes pavées les rend plus polyvalent que les véhicules motorisés, et ils sont très utiles pour travailler même sous les détonations des fusils aux côtés des unités, en raison de leur tempérament calme. Les Britanniques soignent leurs chevaux de leur mieux, avec autant d'attention que pour les hommes[55].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Après la grande guerre, la plupart de ces chevaux militaires retournent en Angleterre où ils sont remis au travail dans les fermes du pays. En 1918, la British Percheron Horse Society est formée[55] et le stud-book britannique ouvert un an plus tard[17]. L'exportation des chevaux français vers les États-Unis est florissante durant toute l'entre-deux-guerres[61], au point que dans les années 1930, les Percherons représentent plus de 70 % des chevaux de trait américains. Malgré le krach de 1929, les grandes écuries des Land-grant university maintiennent leurs effectifs[28]. En 1934, la Percheron Society of America prend le nom de Percheron Horse Association of America, sous lequel elle perdure à ce jour[57]. Avant la Seconde Guerre mondiale, le Percheron est considéré comme un améliorateur de races. Il est croisé au Vladimir russe[68], à l'Ardennais[69], à l'Auxois[70] et au trait Breton[71], entre autres.

Le Percheron français subit la concurrence de l'Ardennais, qui séduit de plus en plus d'agriculteurs à l'est, et perd des amateurs[72]. Parallèlement, la robe noire se raréfie progressivement chez la race[73].

Déclin de la race[modifier | modifier le code]

Extrait de La Chanson du Percheron par Fabienne Thibeault

Je ne suis qu’un vieux cheval sage
Qui n’a ni rime ni raison
Ni rancœur, ni haine, ni rage
Mais j’ai la fierté de mon nom
Percheron[74]...

Durant la Seconde Guerre mondiale, tous les stocks de carburants sont utilisés par les armées et le cheval de trait reste un moteur indispensable au transport comme aux travaux des champs, jusqu'à la reddition des Allemands en 1945[75]. Après la fin du conflit, les agriculteurs s'équipent de tracteurs et de moissonneuses-batteuses. La race percheronne est de plus en plus délaissée au profit des machines, le déclin de l'élevage est palpable en France dès 1955, et surtout durant les années 1960, où le Percheron commence à être alourdi pour les besoins de la boucherie[76],[77]. L'élevage français est poursuivi par des exploitants agricoles cumulant d'autres activités, pour la plupart des propriétaires installés dans le berceau de race. Partant du principe que le cheval ne doit rien leur coûter, ils le font passer derrière les bœufs afin qu'il consomme leurs refus d'herbes. Le Percheron devient un symbole de l'identité régionale de son éleveur, majoritairement des personnes retraitées, dans un milieu où règne « le respect des traditions et de la hiérarchie »[78].

En Australie, le Percheron est croisé au Waler, en déclin dans les années 1960[79]. Aux États-Unis, la fin de la Seconde Guerre mondiale amène une réduction immédiate des effectifs de la race[29]. En 1954, le plus faible nombre de Percherons américains est enregistré, avec seulement 85 animaux dans le registre[28]. En conséquence, la race est presque éteinte dans ce pays lorsqu'en 1960, elle redevient populaire, de nombreux agriculteurs et forestiers se remettant à l'utiliser[29].

Races de trait françaises dérivées du Percheron[modifier | modifier le code]

Durant la période d'apogée de la race, les éleveurs du Perche protègent leur berceau d'élevage et interdisent l'inscription de tout cheval typé Percheron né hors du Perche au stud-book. C'est pourquoi les éleveurs d'autres régions, comme le Maine, le pays d'Auge, le Berry et la Nièvre, élèvent des chevaux proches du Percheron mais non-reconnus comme tels, ou inscrits dans un registre d'élevage séparé. La Société des agriculteurs de France, préoccupée de donner un état civil à ces chevaux de trait, créé le « stud-book du cheval de trait français »[80]. Dans les années 1930, un classement savant établit que deux races de trait français ayant leur propre stud-book, le trait Augeron et le trait du Maine, sont des variétés du Percheron, et que le Nivernais, première race équine française à avoir eu son propre registre, est le fruit de croisements entre l'étalon Percheron et des juments locales de la Nièvre[81].

Augeron[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Augeron (cheval).

La « Société hippique du trait augeron » se constitue en 1913 entre les éleveurs du pays d'Auge. En 1924, cette race compte 2 300 représentants. La robe est toujours gris clair, c'est un cheval énergique, fort et bien découplé[82], de haute taille, soit de 1,58 à 1,70 m, les chevaux des environs de Vire, les Virois, sont plus petits.

Berrichon[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Berrichon (cheval).
Le Berrichon est l'une des nombreuses races de trait françaises issues du Percheron.

Le berrichon est élevé dans la région du Berry. Il devient au tournant du XXe siècle un cheval de trait de format moyen, et se fait notamment employer à la traction des omnibus parisiens. Son stud-book ouvre en 1923, son syndicat d'élevage l'année suivante. Il disparaît tant en raison de la concurrence du Percheron que par absorption dans l'Anglo-arabe et les croisements demi-sangs.

Trait du Maine[modifier | modifier le code]

Les premiers animaux de race trait du Maine sont inscrits en 1907[83],[84]. Les éleveurs du Maine se regroupent dans l'« Union des Syndicats d'élevage du cheval de trait du Maine », dont le siège social est au Mans[80]. En 1926, la race est officiellement reconnue sous le nom de « trait du Maine »[85]. Des concours de race itinérants sont organisés[84],[86]. En comparaison avec le Percheron, le trait du Maine est plus bas au garrot, plus massif, épais et râblé[87]. Il porterait une robe noire[88]. La Sarthe[89], la Mayenne[90] et le Maine-et-Loire sont le berceau de cette race[87], en particulier dans le bocage mayennais[91],[92].

Nivernais[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Nivernais (cheval).
Le Nivernais, première race chevaline française reconnue, est désormais considéré comme une variété du Percheron disparue ou menacée de disparition.

Historiquement de robe noire et de haute taille, le cheval Nivernais a eu très tôt son propre registre de race. Il est toujours l'objet de revendications pour être séparé du Percheron, bien que rien ne le différencie désormais d'un Percheron à robe noire élevé dans la Nièvre[93]. Il est probablement condamné à court terme[94].

Fusion[modifier | modifier le code]

En 1966, alors que l'élevage du Percheron décline en France, plusieurs races de trait sont désignées comme ses « sous-races » et englobées dans son stud-book : le trait du Maine, l'Augeron, le Berrichon, le Bourbonnais, le trait de la Loire, le trait de Saône-et-Loire et le Nivernais[95]. Le but est d'uniformiser ces races, mais rien de tel ne se produit, des différences de modèles subsistent entre les chevaux, en raison surtout de l'absence d'échange entre les éleveurs de ces différentes régions[94]. Toutes ces anciennes races disparaissent sous leur nom propre dans les années qui suivent, sauf la nivernaise.

Relance bouchère française[modifier | modifier le code]

Avis d'un boucher sur la viande du Percheron

En boucherie, le percheron c'est le cheval qui a le plus de qualités, le plus de viande, le moins d'os [...] le moins de boyaux, le moins de déchets. Le percheron est plus fin de viande, la viande ne roule pas sous le couteau, c'est comme le cheval de sang[96].

Articles connexes : Hippophagie et viande de cheval.

À partir des années 1960, le Percheron n'est plus d'aucune utilité au travail en France, et ses effectifs ont très fortement baissé[97],[12], au point qu'à l'arrivée des années 1970, bien que des éleveurs continuent d'en présenter aux concours régionaux et nationaux de la race, sa situation est critique[98]. Les neuf races de chevaux de trait françaises alors sont reconverties en animaux de boucherie, la boucherie chevaline assure, paradoxalement, une partie de la sauvegarde du Percheron en gardant son capital génétique intact mais aussi en transformant son modèle, autrefois puissant et sportif, en celui de « bête à viande ». Devenus « chevaux lourds », les étalons reproducteurs sont recherchés les plus gros possibles, afin de donner naissance à des poulains produisant une grande quantité de viande[97], et pesant plus d'une tonne à l'âge adulte[12] : « c'est ainsi qu'en 1980, le roi des chevaux n'était plus qu'un obèse en sursis »[12]. Le Percheron fait partie des races bouchères les plus appréciées, avec le Boulonnais, en raison de son fort rendement[96]. Malgré tout, les effectifs français de la race restent en diminution, ce qui pousse la société hippique percheronne et les 800 éleveurs restants à trouver un plan de sauvegarde en 1980[77], et à s'orienter vers l'attelage.

Renouveau de l'utilisation au travail et dans les loisirs[modifier | modifier le code]

Police montée des États-Unis utilisant des Percherons.
L'attelage de loisir et de compétition est l'une des raisons du regain de popularité de la race.

Dans les années 1980, le Percheron français voit ses effectifs augmenter et trouve de nouveaux débouchés[99]. En 1983, pour le centenaire de l'ouverture du stud-book et à l'occasion du mondial de la race au Canada[100], les haras nationaux et la Société Hippique Percheronne de France lancent un grand plan de retour du Percheron à l'attelage[12]. Le 2 septembre de cette même années, « quelques farfelus » organisent la première course de trait-tract avec des Percherons dans le berceau de race, marquant symboliquement la naissance française du Percheron de loisir[101]. Le plan parvient à s'imposer en une dizaine d'années, et à convaincre la plupart des éleveurs de s'orienter vers un cheval plus léger, destiné à l'attelage et non à la boucherie[12]. En 1989 est organisé le premier congrès mondial du Percheron en France, qui attire 50 000 visiteurs au haras du Pin[77], et qui marque cette nouvelle orientation[102]. À partir des années 1990, l'essor du tourisme et des loisirs donne un nouveau souffle à la race[103]. La Société Hippique Percheronne anticipe cette ouverture en interdisant la caudectomie (coupe de la queue) en 1993, plus tôt que chez les autres races de trait[104],[105], à la demande des Allemands[106], et peut-être sous l'influence de publications comme Cheval magazine[100]. Parallèlement, les Japonais importent massivement des chevaux français pour leurs compétitions de trait-tract[103], surtout dans l'île de Hokkaidō où se déroulent les courses et les entraînements[13]. Une vague de popularité pour le Percheron s'observe aussi aux États-Unis, comptant 1 088 animaux en 1988, pour 2 257 en 1998[28].

Le haras du Pin se met à importer des Percherons américains pour alléger le modèle des chevaux (jusqu'alors sélectionnés pour leur viande), leur donner du sang et les adapter aux loisirs. En 1993, l'étalon gris diligencier « léger et enlevé » Silver Shadow Sheik entre au haras[107],[102], devenu le symbole de cette nouvelle orientation de la race[106], il suscite de nombreuses réactions dans le milieu de l'élevage traditionnel et donne naissance à plus d'une centaine de poulains[108]. L'un de ses premiers fils, l'étalon noir Gallien, marque fortement l'élevage grâce à la qualité de ses poulains. Cette importation est suivie de nombreuses autres, uniquement des étalons diligenciers de robe noire, afin d'avoir des poulains adaptés à la traction rapide au trot[109]. Des éleveurs privés français adoptent eux aussi des Percherons américains, séduits par leur haute taille, leur physique plus léger et leur trot rapide[65], c'est le cas notamment de la maison du Percheron à La Bretonnière[110]. La dernière phase de ce retour au Percheron léger se traduit en 1998 par la révision du stud-book de la race, et la création de deux sections séparées pour les chevaux « traits » et les chevaux « diligenciers »[106]. Elle est suivie de la création de la société percheronne d’attelage[42].

Les tramways de Disneyland Paris sont tractés par des Percherons

La nouvelle sélection se fait lentement, à cause du faible nombre de Percherons diligenciers présents en France. Elle est toutefois bien accueillie par les éleveurs, et se traduit par une augmentation des nouvelles naissances enregistrées chez la race, qui passent de 800 à 1 100 entre 1995 et 2000[111]. De jeunes éleveurs s'installent en dehors du berceau de race, et s'intéressent aux activités sportives avec le cheval, aux loisirs, et aux exportations. La plupart sont des cadres, des commerçants et des professions libérales passionnés, qui font de l'élevage une activité à mi-temps[112]. Désormais, l'élevage est fortement mondialisé[113].

La nouvelle orientation permet à ces Percherons plus légers, avec des tissus de qualité et une robe plus foncée, d'être utilisé dans les concours d'attelage et dans les parcs de loisirs, comme le Puy du Fou[114]. De plus, on observe un regain de popularité pour la robe noire[102]. Disneyland Paris possède depuis les années 2000 la plus grande écurie européenne de Percherons au travail, en 2006, sur une centaine de chevaux de trait présents, une trentaine sont des Percherons. Ils sont acquis lors des ventes annuelles des haras nationaux et tirent des véhicules anciens sur main's street dans le parc[115].

En 2011, l'étalon reproducteur diligencier noir Gallien, l'un des meilleurs des haras nationaux, est vendu âgé de 17 ans à un marchand pour 200 €, à la suite d'un probable dysfonctionnement administratif. Le marchand le revend à la boucherie en Italie. Le sort de Gallien, considéré comme l'une des mascottes de la race, suscite de vives réactions[116].

Description[modifier | modifier le code]

Percheron gris au modèle lors du salon de l'agriculture, France.

En raison de l'immense diffusion de la race, de ses antécédents et de la variété de son utilisation, le Percheron peut présenter de grandes variations de taille (allant de 1,60 à 1,85 m au garrot, pour une moyenne de 1,68 m) et de poids (de 500 à 1 200 kg)[1]. Les chevaux de grande taille sont préférés en France[2],[117]. Le plus grand Percheron jamais répertorié est un américain né en 1902, mesurant 2,13 m pour 1 372 kg, et nommé Dr Le Gear[27],[17],[64].

Les chevaux enregistrés en France sont obligatoirement marqués au fer rouge sur le côté gauche de l'encolure, avec les lettres « S » et « P[20] », initiales de la Société Hippique Percheronne[118].

Standard morphologique[modifier | modifier le code]

Article connexe : morphologie du cheval.

L'impression de « noblesse » dégagée par le Percheron est à l'origine de son succès mondial[119], sa « beauté » en rapport avec d'autres races de trait est souvent évoquée, tout comme la finesse de ses crins et l'absence (ou la rareté) de ses fanons[120]. Le registre français distingue deux types de chevaux.

Le trait Percheron est un limonier de haute taille (plus de 1,64 m) et de poids élevé (supérieur à 700 kg), destiné au trait lourd (comme les travaux agricoles, le débardage et le trait-tract), excellent pour tirer de fortes charges au pas, avec une arrière-main particulièrement musclée et une croupe plus inclinée[121],[2].

Le diligencier percheron est plus léger et plus enlevé, destiné à l'attelage au trot. L'attention est portée sur ses allures. Il est prisé en Amérique du Nord, où il est employé à l'attelage sportif et à la traction de chariots publicitaires. Son épaule est plus couchée et sa croupe moins basculée que chez le trait. En France, il ne se trouve que dans les grandes tailles, alors qu'en Argentine, des chevaux plus petits peuvent être trouvés[2],[122].

Tête[modifier | modifier le code]

La tête est carrée et au profil rectiligne ou camus, au chanfrein plat, au front large, avec de grands yeux proéminents et des naseaux larges et ouverts. Les oreilles sont fines et longues, bien découpées et mobiles, la bouche est largement fendue[123],[124],[64]. L'apparence générale de la tête est recherchée fine et expressive, pour rappeler le cheval arabe. Les têtes trop grosses, fortes et chargées de ganaches sont sanctionnées[2].

Avant-main, corps et arrière-main[modifier | modifier le code]

L'encolure est moyennement longue à longue, forte, et rouée (en col de cygne), dotée d'une crinière épaisse, la gorge est effacée. Les encolures trop courtes et trop chargées sont sanctionnées. Le garrot est recherché sorti, mais il arrive qu'il soit plat. La poitrine est large et profonde, les épaules sont longues, fortes et bien inclinées, le poitrail large et profond, le sternum assez proéminent. Le corps est compact et musclé. Le dos est droit, court et musclé, le passage de sangle très profond, les côtes bien descendues et le flanc plein. La croupe est longue, arrondie, ample, droite et légèrement fendue, parfois double. Le rein est recherché musclé, les fesses descendues. Les hanches sont longues. La queue est haute, abondante et dans le prolongement des reins. Elle est souvent tressée et repliée en chignon lorsque le cheval est attelé[17],[124],[64],[2].

Membres[modifier | modifier le code]

Les membres sont propres, forts, robustes et bien musclé, nets, bien d'aplomb, dotés d'articulations puissantes. Les cuisses, larges, sont musclées et plus longues que chez les autres chevaux de trait. Les avant-bras sont très larges et musclés. Les genoux sont accusés, les jarrets larges et nets, les canons de grand diamètre, les paturons forts, les boulets petits et robustes, les pieds d'excellente qualité, avec une bonne nature de corne et un talon accusé. La sélection porte aussi sur les fanons aux extrémités des membres, recherchés le moins fournis possible[124],[21],[64],[2].

Allures et tempérament[modifier | modifier le code]

Les allures sont recherchées souples et légères, vives et assez relevées, amples et actives, étendues au pas et au trot avec un fort engagement des postérieurs. Elles sont surtout très déliées en rapport avec la taille du cheval[124],[21],[64],[2].

Les Percherons sont décrits comme fiers et alertes, intelligents, travailleurs et volontaires, compréhensifs et doux sans pour autant être lymphatiques. Ils sont considérés comme faciles d'entretien et faciles à travailler et à former. La race s'adapte à de nombreuses conditions et de nombreux climats[123],[125], elle est aussi d'une grande longévité[64].

Robe[modifier | modifier le code]

Ces deux percherons de robe baie sont conformes au standard américain, mais pas au français, qui refuse cette robe.

Seuls les chevaux gris ou noirs peuvent être enregistrés en France[2] et dans les îles Britanniques[126]. Tous les poulains naissent noirs et la plupart virent au gris, comme c'est le cas pour tous les chevaux de cette robe[127]. Le noir de jais et le gris très pommelé sont les robes les plus appréciées[2].

La robe noire est beaucoup plus fréquente aux États-Unis qu'en France[65]. Le registre américain permet aussi l'enregistrement de chevaux rouans, bais et alezans[123]. Beaucoup de chevaux ont des marques blanches sur la tête et les jambes, mais les registres jugent que trop de marques serait indésirable.

Sélection[modifier | modifier le code]

La race possède un stud-book reconnu par les haras nationaux français dans quatre pays : la France, les États-Unis, le Canada et l'Angleterre. La race est gérée, respectivement, par la Société Hippique Percheronne de France (SHPF), la Percheron Horse Association of America (PHAA), la Canadian Percheron Association (CPA), et la British Percheron Horse Society (BPHS). Seuls les animaux inscrits à l'un de ces quatre registres peuvent porter officiellement le nom de « Percheron[2] ». En France, la priorité donnée par les haras nationaux est toujours d'alléger le modèle des chevaux diligenciers destinés à l'attelage, grâce aux croisements avec les étalons américains[127]. Le dernier importé en 2010 avec l'aide de l'institut français du cheval et de l'équitation est un jeune étalon noir du nom de Hanna Hill Kemo, dont les premiers poulains sont nés au printemps 2011[128]. Si le haras du Pin conserve son rôle de sanctuaire des races chevalines, l'élevage du Percheron est désormais aux mains des particuliers[63]. Les poulains issus de l'insémination artificielle et du transfert d'embryons sont autorisés dans le stud-book mais pas les poulains issus du clonage[2].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Quatre Percherons attelés à un véhicule léger au haras de Saint-Lô, en France

La traction forme le principal débouché de la race, en effet, sa puissance et ses qualités nées de sa sélection historique l'y prédisposent. Une jument percheronne australienne détient d'ailleurs le record du monde officieux de traction, avec 1 547 kg déplacés sur près de 5 mètres[27],[17].

Attelage de loisir, de promotion et de compétition[modifier | modifier le code]

Article connexe : Attelage.
Deux Percherons attelés à un traîneau dans l'Illinois, aux États-Unis

En France, le Percheron est désormais attelé devant des roulottes et des chariots bâchés pour le tourisme[13], mais aussi à des carrioles élégantes pour les mariages[63]. En Allemagne, il est surtout connu à travers ses participation à la fête de la bière[129], en Grande-Bretagne, il est également mit à la traction pour des événements à caractère promotionnel[55] mais subit la concurrence du Shire[130]. L'attelage publicitaire, inconnu en France, est particulièrement développé en Allemagne et aux États-Unis, où de grandes entreprises (Budweiser, The Walt Disney Company, etc.) utilisent le cheval Percheron afin de valoriser leurs produits et d'attirer l’œil[131].

Les Percherons sont utilisés pour des défilés, des tractions de traineaux et de véhicules hippomobiles dans les grandes villes des États-Unis[29]. L'un des plus célèbres équipages américains appartient à la compagnie Heinz, ses nombreuses apparitions incluent le tournoi de la parade des roses[132]. En Australie, ce cheval est destiné presque uniquement aux loisirs, une entreprise de Melbourne en emploie plus de 40 pour l'animation des mariages[133].

Le Percheron diligencier permet la traction rapide des voitures légères d'attelage sportif[134]. René Muller est ainsi devenu champion de France d'attelage à deux chevaux en 1999, avec un équipage de deux diligenciers Percherons[42],[135]. La race s'est également illustrée à la traction du flobart pendant la route du Poisson en 1999[136].

Le trait-tract, course de chevaux de trait attelée, reste populaire à Hokkaidō au Japon mais n'a jamais suscité l'engouement du public en France. 70 % des chevaux dits « ban'ei » concourant dans cette discipline au Japon sont des Percherons, ou issus de croisements avec des Percherons[136], dont le poids peut dépasser la tonne. Le cheval Kintaro, drivé par Kanayama, a acquis une certaine popularité : ces courses sont l'objet de paris et attirent jusqu'à 5000 spectateurs[137]. Les charges tractées dépassent les 500 kg[138].

Travail[modifier | modifier le code]

Deux Percherons attelés à un container d'ordures, en Allemagne
Trois Percherons attelés à une charrue de labour, aux États-Unis

Quelques agriculteurs français continuent de labourer et travailler la terre avec ces chevaux, surtout lorsqu'il s'agit de petites surfaces au terrain difficile[139]. Les éleveurs espèrent que le développement de l'agriculture biologique va généraliser l'usage du Percheron pour le travail des vignes[129],[140]. Des expériences de remise au travail agricole couplées à un caractère événementiel ont été mises en place, par exemple à Nogent-le-Rotrou où un couple d'agriculteurs vient vendre ses produits au marché avec un attelage[140].

Le Percheron est de retour en ville[141], servi par sa docilité et sa présence attractive, mais aussi son rôle de trait d'union entre les agents municipaux et les habitants[131]. De plus en plus de collectivités l'adoptent pour des travaux urbains tels que la collecte des déchets, l'entretien des espaces verts et le ramassage scolaire[63], notamment Saint-Pierre-sur-Dives, Cabourg et Trouville-sur-Mer[131], qui a acquis le hongre Festival en 2001[142], et une jument en 2003[143]. D'autres se trouvent à Argentan, Honfleur et Deauville[129], mais cette présence du cheval en ville reste encore faible en comparaison avec New York et Montréal[131].

Le débardage français emploie en revanche très peu de Percherons (6 % en 1994, où 130 personnes pratiquant ce métiers sont recensées), ce qui est néanmoins cohérent avec le peu de zones forestières présentes dans l'Ouest de la France[140]. Les qualités de débardeur du cheval ne sont pas en cause puisqu'en Allemagne, où l'on comptait 3000 débardeurs équins en 1996, ce cheval est énormément utilisé dans le massif de la Forêt-Noire et le Bade-Wurtemberg[144]. L'influence du parti politique Alliance 90 / Les Verts a notamment conduit à généraliser l'emploi du Percheron dans les zones sensibles ou difficilement accessibles[129]. En Angleterre, le Percheron est également mit au travail forestier et agricole[55].

Viande[modifier | modifier le code]

À l'instar de la majorité des chevaux de trait français, le Percheron continue à être élevé pour sa viande[20], un tiers du cheptel total est concerné en 2009, dont 70 % du cheptel français[125]. D'après les éleveurs, désormais, « la viande de percheron se vend très mal. Elle est grasse, les amateurs préfèrent la viande du pur-sang[129] », dont la couleur est rouge sanguine contrairement à celle, grise, du Percheron engraissé pour la boucherie. Les spécialistes estiment néanmoins que la poursuite de l'élevage à cette fin est nécessaire à la pérennité de la race[125].

Cheval de selle[modifier | modifier le code]

Percheron monté en saut d'obstacles, aux États-Unis
Percheron monté en Barrel Racing, aux États-Unis

Les chevaux de pure race peuvent être montés[109], aux États-Unis, certains ont fait de spectaculaires démonstrations de saut d'obstacles[123]. En France, un centre équestre en a fait sa spécialité à Moutiers-au-Perche. Le retour de courses de Percherons montés comme animation dans les villages, ainsi que cela se faisait au XIXe siècle, est évoqué pour populariser la race[42].

Croisements et autres utilisations[modifier | modifier le code]

Dans les îles Malouines, des Percherons sont croisés avec le Criollo pour produire des montures de travail du bétail. En Australie, le croisements avec les chevaux indigènes a pour but de produire des chevaux de compétition et de travail[27], ces chevaux métissés se vendent souvent plus cher que les Percherons purs[145]. En Angleterre, ces croisements sont effectués par les éleveurs des lourds hunters, afin d'augmenter la taille et d'améliorer la disposition des animaux[55]. Ces demi-Percherons anglais ont obtenu des résultats intéressants en dressage[146].

Plus anecdotique, des juments percheronnes sont parfois utilisées comme mères porteuses et allaitantes pour les embryons des juments de concours hippique et de sport équestre[140].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Le nombre total de Percherons dans le monde est estimé à 20 000 en 2009, si ce chiffre peut paraître élevé, plusieurs éleveurs et spécialistes considèrent que la race est menacée en raison de la faible rentabilité de son élevage, et de sa rareté dans son berceau d'origine, où l'on compte seulement 100 à 200 spécimens. L'élevage d'un Percheron est onéreux, à raison de 2 500 € par an en 2009[129]. Un congrès mondial du cheval Percheron est organisé régulièrement dans les pays où ce cheval est élevé. Le premier a été accueilli par la Grande-Bretagne en 1978, bien que la majorité d'entre eux se soient tenus en Amérique du Nord, quatre (1980, 1989, 2001 et 2011) se tiennent en France[147],[148], celui de 2001 a vu 450 chevaux et une quinzaine de délégations étrangères présentes[149]. Le haras du Pin l'a reçu à nouveau entre les 23 et 25 septembre 2011[150] : une vingtaine de délégations étrangères, 15 nations provenant des 5 continents, 500 chevaux et plus de 55 000 visiteurs ont participé à cette manifestation internationale[151],[152],[153]. Le Percheron est également présent au mondial du cheval de trait, organisé tous les deux ans à Conty[154].

En France[modifier | modifier le code]

Article connexe : Élevage du cheval en France.
Logo de la SHPF, Société hippique percheronne de France.
Le haras du Pin est un haut lieu de l'élevage du Percheron.

La Société hippique percheronne de France est l’association nationale de la race en France, agréée par le Ministère de l’Agriculture, sa création remonte à 1883. Elle a pour vocation de rassembler les éleveurs, organiser la sélection et la diffusion de la race, et tenir le stud-book[155].

Le haras du Pin reçoit le concours national français de la race chaque année, en septembre[156], le 108e s'est tenu en 2010[157]. La foire aux poulains se déroule fin novembre à Le Mêle-sur-Sarthe[1].

Le Percheron est présent au salon international de l'agriculture et au salon du cheval de Paris[71]. L'aire d'élevage française est longtemps restée relativement limitée avec, dans l'ordre, l'Orne, l'Eure et Loir, la Sarthe et le Loir et Cher[94], mais depuis quelques années, des éleveurs se sont installés dans des très nombreuses régions, à l'exception notable de la Bretagne, des régions méditerranéennes, du Nord, et de tout le quart nord-est du pays[1]. Un certain nombre de chevaux élevés en dehors du berceau de race sont destinés uniquement à la boucherie, et non-inscrits au stud-book. En 2000, les éleveurs français ont fait saillir 2181 juments par les 167 étalons en activité, ce qui fait du Percheron la troisième race de trait française en termes d'effectifs, après le Comtois et le Breton[12]. Ils possèdent en moyenne quatre chevaux, et 23 hectares[158]. En 2009, le Percheron représente 9 % du total des immatriculations de chevaux de trait, avec 180 étalons en activité en 2009 et 985 éleveurs, contre 1 072 en 2008[1].

Année 1990 1992 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Nombre de poulinages en France[1],[159],[160]. 852 808 894 991 974 1062 1151 1198 1333 1339 1350 1333 1297 1348 1232 1110

Les exportations depuis la France sont gérées par l'UNIC[161]. Depuis les années 2000, les éleveurs français exportent une trentaine de chevaux chaque année en Allemagne, mais aussi en Italie (essentiellement des mâles de moins d'un an pour la boucherie[161]), Espagne, Grande-Bretagne, Norvège, Brésil et Argentine (essentiellement pour les loisirs). Les Japonais, qui en importaient massivement dans les années 1990 pour les compétitions de trait-tract, ne s'offrent désormais plus qu'un ou deux étalons reproducteurs chaque année[104], en effet, pour participer aux compétitions, le cheval ban'ei doit être né sur le sol japonais[161]. Aucun Percheron français n'a été importé par les États-Unis depuis les années 1990[104]. Le roi du Maroc Mohamed VI a acquis Océane, une jument, et Quintus, un étalon noir de 1,85 m (pour 32 000 €) en 2010[129],[162].

Aux États-Unis et au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Percherons dans un élevage à Pleasant Hill, dans le Kentucky.

En 2009, la Percheron Horse Association of America enregistre des chevaux dans les 50 États, et compte près de 3 000 membres, avec près de 2 500 nouveaux chevaux enregistrés annuellement[62], ce qui signifie que les Percherons américains sont trois fois plus nombreux que les français[163]. Les États qui en élèvent le plus sont l’Ohio, le Michigan, le Wisconsin, l'Indiana et l'Illinois[13]. L'American Livestock Breeds Conservancy considère que le Percheron est en « récupération[164] », ce qui signifie que la race a dépassé le nombre requis pour être « en danger », mais doit toujours être surveillée[165]. La British Percheron Horse Society est toujours active, travaillant étroitement avec les autres registres de la race percheronne afin d'enregistrer et de promouvoir la race. Les éleveurs et propriétaires britanniques continuent à importer des Percherons de France, et occasionnellement du Canada, bien que le coût d'une telle opération soit prohibitif[55].

Autres pays[modifier | modifier le code]

L'Argentine et l'Allemagne font partie des pays possédant une importante population de chevaux Percherons, mais sans avoir de stud-book reconnu par la Société Hippique Percheronne[13]. Des représentants de la race se trouvent aussi au Brésil, au Chili et en Afrique du Sud[105]. Entre 300 et 350 Percherons sont référencés en Allemagne à la fin du XXe siècle, la Bavière et le Bade-Wurtemberg regroupent 68 % des effectifs. Les animaux sont surtout destinés au transport traditionnel de la bière en brasserie, au débardage et aux loisirs attelés. Les attelages de brasserie, notamment, réclament des animaux de 1,70 m à 1,85 m pour un poids d'une tonne[166], tandis que les chevaux de débardage sont un peu plus légers, et les chevaux de loisir essentiellement des types diligenciers. La bonne gestion de la sélection des Percherons en France ainsi que le retour à des critères pour l'attelage ont été salués[167].

Le nombre de Percherons australiens est difficile à évaluer en raison des très nombreux croisements effectués, mais est estimé à 300 de pure race environ[168]. L'élevage y est uniquement aux mains des particuliers[133].

Percheron dans la culture[modifier | modifier le code]

Statue du Percheron Iréné à Obihiro, sur l'île de Hokkaidō, au Japon.
The horse tamer, parfois également nommé Stallion and Groom, sculpture représentant un Percheron, par C.D. Arnold, 1901

Le Percheron est incontestablement le cheval français le plus connu du grand public[41],[17], et le cheval de trait le plus connu de tous[169]. Il tient une place affective toute particulière auprès des français, qui le considèrent comme le « symbole vivant du cheval de trait »[170].

Il inspire des dessinateurs, des graveurs, des sculpteurs et des peintres, parmi lesquels Rosa Bonheur, qui réalise Le Marché aux chevaux en 1855[171], et Théodore Géricault, auteur d'une étude de Percheron monté par un enfant[172]. Souvent, le nom du « Percheron » est perçu comme un synonyme de « cheval de trait »[173]. Dans le jeu de rôle Donjons et Dragons, par exemple, les chevaux de guerre sont nommés « Percherons ».

L'île de Hokkaidō, connue pour ses courses de trait-tract (en japonais ban'ei), a érigé la statue d'Iréné à l'entrée de l’hippodrome d'Obihiro. Cet étalon noir venu de l'Orne et importé au Japon en 1913 devient ainsi le premier cheval statufié de la race[174]. La québécoise Fabienne Thibeault a écrit les textes de La Chanson du Percheron en partenariat avec les haras nationaux et la Société Hippique Percheronne[74].

L'écomusée du Perche, à Saint-Cyr-la-Rosière, expose toutes sortes d'objets retraçant l'histoire de ce cheval. Le célèbre haras du Pin, surnommé « Versailles du cheval », possède aussi une importante collection consacrée à l'élevage du cheval dans la région normande[169]. La journée du cheval percheron de Nocé[175], la fête du Percheron et de l’Âne dans la Sarthe[176] et le festival Percheval, dont la dixième édition s'est tenue en 2011 à Nogent-le-Rotrou[177], ont pour but de présenter le Percheron au public. Dans la même ville en 2009 s'est tenue une exposition consacrée au cheval de travail, et à ses représentations dans l'art[178].

Les Percherons peuvent être vus dans différents spectacles, au musée vivant du cheval[179] ou encore au gala des Crinières d'or à Cheval Passion[180]. Arte a diffusé un documentaire concernant « le percheron au travail » pendant une soirée Thema, le 30 janvier 2000[181].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Comme celui de Marcel Mavré, cité en bibliographie
  2. Un éleveur parisien venu s'installer dans le Perche rapporte l'exemple d'un cheval venu d'une autre région qui a pris 200 kg en six mois après s'être nourri de l'herbe du pays. Voir Migeon 2010, p. 37
  3. Citation originale d'Eugène Gayot : « Bien que les influences du sol et du climat ne soient pas restées étrangères à la formation du cheval percheron, moins qu'un autre cependant, moins que le breton ou le boulonnais, par exemple, il en a été le produit direct, plus qu'aucun autre il a été une création directe de l'éleveur. La main de l'homme a été si puissante ici qu'on lui a accordé la plus grande part », dans la revue d'agriculture pratique : Gayot 1863, p. 402

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Société Hippique Percheronne de France, « Le Percheron », Les Haras Nationaux,‎ Décembre 2010 (consulté le 7 septembre 2011)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Règlement du stud-book du cheval Percheron », Haras nationaux,‎ 2010 (consulté le 31 aout 2011)
  3. Lizet 1989, p. 112
  4. « Percheron », Société Hippique Percheronne (consulté le 3 septembre 2011)
  5. Encyclopédie Larousse 2009
  6. Le Petit Robert 2010 en ligne
  7. Dictionnaire en ligne 2010
  8. Dictionnaire de l’Académie française
  9. (en) « British Percheron Horse Society » (consulté le 3 septembre 2011)
  10. (en) « Percheron Society of America » (consulté le 3 septembre 2011)
  11. a, b et c Lizet 1989, p. 230
  12. a, b, c, d, e, f et g Leboucq 2002, p. 18
  13. a, b, c, d, e et f Collectif 2002, p. 118
  14. Edwards 2006, p. 108
  15. a et b Dugast 2007, p. présentation
  16. Leboucq 2002, p. 13
  17. a, b, c, d, e, f, g et h Edwards 2006, p. 192
  18. du Haÿs 1868, p. 17
  19. a, b et c « Histoire », Société Hippique Percheronne de France (consulté le 6 septembre 2011)
  20. a, b, c, d, e, f et g Hendricks 1994, p. 335-337
  21. a, b, c et d Draper 2006, p. 48
  22. a, b et c Leboucq 2002, p. 11
  23. a et b Mavré 2004, p. 40
  24. Mavré 2004, p. 7
  25. a et b Lizet 1989, p. 108
  26. Amélie Tsaag Valren, « Le destrier médiéval était-il un cheval de trait ? », Fédération Française Médiévale,‎ 22 août 2011 (consulté le 1er septembre 2011)
  27. a, b, c, d, e, f et g Edwards 1994, p. 94-95
  28. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « The Origin and History of the Percheron Horse », Percheron Horse Association of America (consulté le 7 octobre 2009)
  29. a, b, c et d (en) « Percheron », Oklahoma State University (consulté le 7 octobre 2009)
  30. Mulliez 1983, p. 326
  31. a, b et c Leboucq 2002, p. 12
  32. du Haÿs 1868, p. 66-67
  33. René Musset, De élevage du cheval en France, Librairie agricole de la maison rustique, 1917, p. 187
  34. Albert Demangeon, Géographie économique et humaine de la France, Volume 1, A. Colin, 1946, p. 224
  35. Lizet 1989, p. 99
  36. Lizet 1989, p. 103
  37. a et b Lizet 1989, p. 100
  38. a et b Lizet 1989, p. 115
  39. (de) Simon von Nathusius et Thomas von Nathusius, Die Pferderassen: Atlas der Rassen und Formen unserer Haustiere Stuttgart: Eugen Ulmer, 1904
  40. a et b Lizet 1989, p. 104
  41. a et b Dal'Secco 2006, p. 28
  42. a, b, c et d Leboucq 2002, p. 26
  43. Dal'Secco 2006, p. 59
  44. a, b, c et d Bouchet 1993, p. 53
  45. Lizet 1989, p. 105
  46. Dal'Secco 2006, p. 28-29
  47. a et b Lizet 1989, p. 106
  48. Lizet 1989, p. 114
  49. Lizet 1989, p. 116
  50. Lizet 1989, p. 117
  51. Lizet 1989, p. 119
  52. Mavré 2004, p. 44
  53. Lizet 1989, p. 101-102
  54. a et b Lizet 1989, p. 109
  55. a, b, c, d, e, f, g, h et i McDermott 1998, p. 22-23
  56. Pelatan 1983, p. 26
  57. a, b et c (en) « About Us », Percheron Horse Association of America (consulté le 7 octobre 2009)
  58. a et b René Musset, De l'élevage du cheval en France, Librairie agricole de la maison rustique, 1917, p. 188, cité par Lizet 1989, p. 112
  59. Pelatan 1983, p. 28
  60. Robert Aveline, président de la Société Hippique Percheronne, dans une interview accordée à L’Éperon n° 10 en décembre 1980, cité par Cegarra 1999, p. 87
  61. a et b Mavré 2004, p. 80
  62. a et b (en) « Percheron », International Museum of the Horse (consulté en 7 octobre2009)
  63. a, b, c et d Migeon 2010, p. 39
  64. a, b, c, d, e, f et g Draper 2006, p. 49
  65. a, b et c Dal'Secco 2006, p. 42
  66. Bongianni 1988
  67. Cegarra 1999, p. 87
  68. Draper 2006, p. 102
  69. Draper 2006, p. 42
  70. Collectif 2002, p. 108
  71. a et b Collectif 2002, p. 10
  72. Lizet 1989, p. 232
  73. Lizet 1989, p. 231
  74. a et b « Le Percheron », sur Site officiel de Fabienne Thibeault (consulté le 1er septembre 2011)
  75. Mavré 2004, p. 66
  76. Mavré 2004, p. 34-35
  77. a, b et c Collectif 2002, p. 117
  78. Leboucq 2002, p. 15
  79. Edwards 2006, p. 144
  80. a et b Société des agriculteurs de France, Comptes rendus des travaux de la Société des agriculteurs de France, volume 58, La Société, 1927, p. 131
  81. Mavré 2004, p. 26
  82. Louis Gossin, L'agriculture française (etc.), Lacroix et Baudry, 1858, p. 316-317 [lire en ligne]
  83. Roland Jussiau, Louis Montméas et Alain Papet, Amélioration génétique des animaux d'élevage: Bases scientifiques, sélection et croisements, Educagri Éditions, 2006, (ISBN 2844444792 et 9782844444790), p. 126
  84. a et b Annales de Bretagne et des pays l'ouest (Anjou, Maine, Touraine), volume 88, Université de Haute-Bretagne (Rennes II), 1981, p. 526
  85. Paul Masseron, Stud-Book, ou Livre généalogique du cheval de trait du Maine...,‎ 1926
  86. Ambroise Colin, Essai sur le cheval de trait du Maine, éditions de la revue 'Nos animaux',‎ 1930, 6 p.
  87. a et b Bernadette Lizet, Rapport Chevaux de trait : le retour ? III Aperçus régionaux [lire en ligne]
  88. « cheval de Trait du Maine », Dictionnaire des sciences animales (consulté le 7 juillet 2012)
  89. Société des archives historiques du Maine, La Province du Maine, 1972, p. 182
  90. Jacques-Y. Brocherie, Contribution à l'étude du cheval de trait du Maine: son élevage dans la Sarthe et dans la Mayenne..., Impr. Au manuscrit,‎ 1955, 79 p.
  91. Alain Ménil, La maison rurale dans Le Maine et Le Haut-Anjou, volume 6, éditions créer, 1982, (ISBN 2902894104 et 9782902894109), p. 31
  92. Hermann, La race de trait du Maine, Le Pin-au-Haras, École des Haras, 21 p.
  93. François Portet, « Chevaux de trait : le retour ? », Syndicat Hippique Percheron de la Nièvre,‎ 25 aout 1999
  94. a, b et c Leboucq 2002, p. 17
  95. Audiot 1995, p. 86
  96. a et b Lizet 1989, p. 263
  97. a et b Mavré 2004, p. 31
  98. Cegarra 1999, p. 88
  99. Pilley-Mirande 2000, p. 49
  100. a et b Alain Roger et Jean-Claude Beaune, Maîtres et protecteurs de la nature, coll. Milieux, Éditions Champ Vallon, 1991, (ISBN 2876730995 et 9782876730991), 329 p., p. 292
  101. Leboucq 2002, p. 86
  102. a, b et c Kouyoumdjian 2011
  103. a et b Audiot 1995, p. 92
  104. a, b et c Nathalie Pilley-Mirande, « Les traits français dans le monde », Cheval magazine, no 371,‎ octobre 2002, p. 62-65
  105. a et b Pilley-Mirande 2000, p. 50
  106. a, b et c Leboucq 2002, p. 19
  107. Mavré 2004, p. 36
  108. Leboucq 2002, p. 87
  109. a et b Migeon 2010, p. 89
  110. « Revue de presse de la Maison du Percheron », sur La Maison du Percheron (consulté le 5 septembre 2011)
  111. Leboucq 2002, p. 22
  112. Leboucq 2002, p. 23
  113. Leboucq 2002, p. 37
  114. Leboucq 2002, p. 88
  115. Dal'Secco 2006, p. 9
  116. « La triste fin de Gallien », Cheval magazine, no 477,‎ août 2011, Rubrique protection (lire en ligne)
  117. Bataille 2008, p. 165
  118. « La marque », Société Hippique Percheronne (consulté le 6 septembre 2011)
  119. Dal'Secco 2006, p. 29
  120. Jean Augustin Barral et Henry Sagnier, Dictionnaire d'agriculture, encyclopédie agricole complète, Volume 4, Hachette et cie, 1892, p. 86. Cité par Lizet 1989, p. 115
  121. Société hippique percheronne de France, « Le cheval percheron », sur http://www.percheron-france.org/, Société hippique percheronne de France (consulté le 25 août 2009)
  122. Bataille 2008, p. 166
  123. a, b, c et d (en) « Disposition and Characteristics », Percheron Horse Association of America (consulté le 7 octobre 2009)
  124. a, b, c et d Edwards 2006, p. 193
  125. a, b et c Leboucq 2002, p. 25
  126. (en) « Characteristics of the British Percheron », British Percheron Horse Society (consulté le 7 octobre 2009)
  127. a et b Migeon 2010, p. 37
  128. Direction nationale, internationale et sport de haut niveau, « Premiers poulains de Hannh Hill Kemo Sabe, percheron américain », Les haras nationaux,‎ 6 juin 2011 (consulté le 7 septembre 2011)
  129. a, b, c, d, e, f et g « Le cheval percheron au chevet de la planète ? », Ouest-France,‎ 7 septembre 2009 (consulté le 6 septembre 2011)
  130. Leboucq 2002, p. 92
  131. a, b, c et d Leboucq 2002, p. 34
  132. (en) « Heinz Hitch Percheron Horses Appear In Rose Parade », The Horse,‎ 1er février 1999 (lire en ligne)
  133. a et b Leboucq 2002, p. 96
  134. Migeon 2010, p. 88
  135. Pilley-Mirande 2000, p. 51
  136. a et b Leboucq 2002, p. 28
  137. Leboucq 2002, p. 80
  138. Leboucq 2002, p. 81
  139. Leboucq 2002, p. 29
  140. a, b, c et d Leboucq 2002, p. 30
  141. Bataille 2008, p. 167
  142. « Festival, un employé municipal de poids », Cheval magazine,‎ 10 septembre 2001 (consulté le 7 septembre 2011)
  143. Mavré 2004, p. 197
  144. Leboucq 2002, p. 32
  145. Leboucq 2002, p. 97
  146. (en) « Use of the British Percheron », British Percheron Horse Society (consulté le 7 octobre 2009)
  147. (en) Virginia Kouavyoumdjian, « France Hosts the 2011 World Percheron Congress », The Draft Horse Journal,‎ 27 mai 2011 (lire en ligne)
  148. Dal'Secco 2006, p. 111
  149. « La saga du cheval percheron », Cheval magazine, no 360,‎ novembre 2001 (résumé)
  150. Jean Chevret, « Mondial Percheron », Les Haras Nationaux,‎ 5 avril 2011 (consulté le 7 septembre 2011)
  151. « Congrès Mondial du Cheval Percheron », sur Société hippique percheronne de France (consulté le 3 septembre 2011)
  152. « Dossier de presse Mondial du cheval Percheron », sur Société hippique percheronne de France (consulté le 3 septembre 2011)
  153. « Communiqué du 25 septembre 2011 », sur Société hippique percheronne de France (consulté le 25 octobre 2011)
  154. « 1er Mondial des traits 2009 à Conty (Picardie) », Cheval magazine,‎ 12 juillet 2009 (consulté le 7 septembre 2011)
  155. « Présentation de la SHPF », Société hippique percheronne de France (consulté le 16 février 2012)
  156. Dal'Secco 2006, p. 108
  157. « Le 108eme National Percheron », Les Haras Nationaux,‎ 30 septembre 2010 (consulté le 7 septembre 2011)
  158. Leboucq 2002, p. 65
  159. Leboucq 2002, p. 48
  160. « Schéma de développement de la filière du cheval Percheron », Société Hippique Percheronne de France,‎ 11 février 2011 (consulté le 8 septembre 2011)
  161. a, b et c Leboucq 2002, p. 36
  162. « Deux percherons vendus au roi du Maroc », Ouest-France,‎ 6 mars 2010 (consulté le 6 septembre 2011)
  163. « Le percheron, star des États-Unis », Cheval magazine, no 427,‎ juin 2007 (résumé)
  164. (en) « Breed Information - ALBC Conservation Priority List », American Livestock Breeds Conservancy (consulté le 7 octobre 2009)
  165. (en) « Parameters of Livestock Breeds on the ALBC Conservation Priority List (2007) », American Livestock Breeds Conservancy (consulté le 7 octobre 2009)
  166. Leboucq 2002, p. 89
  167. Leboucq 2002, p. 90
  168. Leboucq 2002, p. 95
  169. a et b Dominique Auzias, Caroline Michelot, Jean-Paul Labourdette et Delphine Cohen, La France à cheval, Petit Futé,‎ 2010 (ISBN 2746927829 et 9782746927827), p. 164
  170. Pilley-Mirande 2000, p. 48
  171. Siguret 2000, p. 458
  172. Louis-Antoine Prat, Laurence Lhinares et Musée du Louvre, La collection Chennevières: quatre siècles de dessins français, Histoire des collections du Musée du Louvre, Musée du Louvre Éditions, 2007, (ISBN 284056226X et 9782840562269), p. 340
  173. « Le percheron », Cheval Star, no 155,‎ août 2004 (lire en ligne)
  174. Dugast et Kouyoumdjian 2010
  175. « La journée du cheval percheron ! », Cheval magazine,‎ 18 aout 2009 (consulté le 7 septembre 2011)
  176. « Le CTP du Grand Lucé à la fête du Percheron et de l'Ane », les haras nationaux,‎ 4 octobre 2010 (consulté le 7 septembre 2011)
  177. « Percheval à l’heure des mousquetaires », Cheval magazine,‎ 1er juin 2011 (consulté le 7 septembre 2011)
  178. « L'exposition Hue ! Dia! Le cheval au travail à Nogent-le-Rotrou », Cheval magazine,‎ 20 juillet 2009 (consulté le 7 septembre 2011)
  179. « Un prince russe à Chantilly », Cheval magazine,‎ 5 avril 2011 (consulté le 7 septembre 2011)
  180. « Le Gala des Crinières d'Or 2010 », Cheval magazine,‎ 19 janvier 2010 (consulté le 7 septembre 2011)
  181. Leboucq 2002, p. 103

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Charles du Haÿs, The Percheron horse, Judd,‎ 1868 (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Charles du Haÿs, Le Cheval percheron, Librairie agricole de la Maison rustique,‎ 1878, 176 p.
  • H. Vallée de Loncey, Le Cheval percheron, Renoult-Weingand,‎ 1903, 16 p.
  • Georges Trolet, Le cheval percheron: son origine - son élevage - son commerce - son avenir, G. Fauquet,‎ 1907, 77 p.
  • (en) Alvin Howard Sanders, A history of the Percheron horse, Breeder's Gazette Print, coll. « Core historical literature of agriculture: Animal science and health »,‎ 1917 (présentation en ligne)
  • (en) How to select Percherons, Percheron horse association of America,‎ 1936, 47 p.
  • Jean Pelatan, Le cheval percheron: des origines à nos jours, Association des Amis au Perche,‎ 1983, 65 p. (ISBN 2900122732 et 9782900122730)
  • François Chouanard, Le cheval percheron: situation actuelle et perspectives d'avenir, Bulletin de la Société Hippique percheronne de France,‎ 1989, 4 p.
  • (en) Rowena McDermott, « The British Percheron », dans The Working Horse Manual, Tonbridge, Royaume-Uni, Farming Press,‎ 1998 (ISBN 0-85236-401-6), p. 22–23 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Philippe Siguret, Histoire du Perche, Fédération des amis du Perche,‎ 2000, 606 p. (ISBN 2900122279 et 9782900122273)
  • Emmanuelle Dal'Secco, Les chevaux de trait, Éditions Artemis,‎ 2006, 119 p. (ISBN 9782844164599, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Joseph Mischka, The Percheron Horse in America, Mischka Press/Heart Prairie,‎ 1991, 162 p. (ISBN 0962266353 et 9780962266355)
  • Jean-Léo Dugast, Sur les traces du cheval percheron, L'Étrave,‎ 2007 (ISBN 2-909599-80-9)

Encyclopédies de races[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

  • Claude Jamme, Le cheval percheron: situation actuelle-débouchés, Penhéleux, thèse de l'École nationale vétérinaire de Lyon,‎ 1977, 174 p.
  • Jacques Mulliez, Les chevaux du royaume: histoire de l'élevage du cheval et de la création des haras, Montalba,‎ 1983, 398 p.
  • Bernadette Lizet, La bête noire: à la recherche du cheval parfait : France Mission du patrimoine ethnologique, Éditions MSH,‎ 1989, 341 p. (ISBN 978-2-7351-0317-1, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Ghislaine Bouchet, Le cheval à Paris 1850 a 1914, Paris, librairie Droz,‎ 1993, 410 p. (lire en ligne)
    Mémoire de l'école des Chartes
  • Annick Audiot, Races d'hier pour l'élevage de demain : Espaces ruraux, Éditions Quae,‎ 1995, 230 p. (ISBN 978-2-7380-0581-6, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Marie Cegarra, L'animal inventé: ethnographie d'un bestiaire familier, L'Harmattan,‎ 1999, 189 p. (ISBN 9782738481344) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • E. David, Le cheval de trait Percheron : Historique et évolution d'un type morphologique, Nantes, Thèses de l’école Nationale Vétérinaire de Nantes,‎ 2000
  • Christophe Leboucq, Origine et avenir du cheval de trait Percheron, Thèse d'exercice, École Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT,‎ 2002, 105 p. (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Marcel Mavré, Attelages et attelées : un siècle d'utilisation du cheval de trait, France Agricole Éditions,‎ 2004, 223 p. (ISBN 978-2-85557-115-7, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles[modifier | modifier le code]

  • Eugène Gayot, « La race chevaline du Perche », Journal d'agriculture pratique, Paris,‎ 1863, p. 400-403 (lire en ligne)
  • Natalie Pilley-Mirande, « Le percheron », Cheval magazine, no 342,‎ mai 2000, p. 48-51 (résumé) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • « La saga du cheval percheron », Cheval magazine, no 360,‎ novembre 2001 (résumé)
  • « Le percheron, star des États-Unis », Cheval magazine, no 427,‎ juin 2007
  • Jean-Léo Dugast et Virginia Kouyoumdjian, « Les percherons de l'Empire du Soleil-Levant », Sabots, no 34,‎ Janvier-février 2010
  • Christophe Migeon, « Le percheron à toute vapeur », L’Équipe magazine, no 1459,‎ 3 juillet 2010, p. 88-89 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Christophe Migeon, « Percheron mon amour », Aller/Retour magazine, no 2,‎ septembre-octobre 2010, p. 33-37 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Léo Dugast, « Cheval percheron : Objectif loisir ! », Cheval magazine, no 471,‎ février 2011
  • Jean-Léo Dugast, « Mythique Percheron : le trait de tous les talents », Sabots, no 5 (Hors série),‎ 2011, p. 80
  • (en) Virginia Kouyoumdjian, « France Hosts the 2011 World Percheron Congress », The Draft Horse Journal,‎ 27 mai 2011 (lire en ligne).
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 8 octobre 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
Thème de qualité
10 articles
           Article de qualité Élevage du cheval en France : chevaux de trait
Percheron cluny102.jpg
Article de qualité Ardennais (cheval)
Article de qualité Auxois (cheval)
Article de qualité Boulonnais (cheval)
Article de qualité Breton (cheval)
Article de qualité Cob normand
Article de qualité Comtois (cheval)
Article de qualité Percheron
Article de qualité Poitevin mulassier
Article de qualité Trait du Nord