Tebourba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tebourba
Mairie de Tebourba en 2008
Mairie de Tebourba en 2008
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat La Manouba
Délégation(s) Tebourba
Maire Naceur Ben Abdellatif[1]
Code postal 1130
Démographie
Population 24 175 hab. (2004[2])
Densité 4 444 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 49′ 46″ N 9° 50′ 28″ E / 36.829485, 9.841089 ()36° 49′ 46″ Nord 9° 50′ 28″ Est / 36.829485, 9.841089 ()  
Superficie 544 ha = 5,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (administrative)

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Tebourba

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (relief)

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Tebourba

Tebourba (طبربة) est une ville du nord de la Tunisie située sur la rive gauche de la Medjerda, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Tunis, face à la ville d'El Batan.

Chef-lieu d'une délégation rattachée au gouvernorat de la Manouba, sa population compte 24 175 habitants en 2004[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville moderne est construite en partie sur le site de la cité romaine de Thuburbo Minus qui dépendait de la province d'Afrique proconsulaire. Après la bataille d'Actium en l'an 27, Auguste y installe la Legio VIII Augusta. La ville compte au Ier siècle av. J.-C., selon l'Itinéraire d'Antonin, près de 2 500 habitants et apparaît sur une carte du réseau routier romain : la Table de Peutinger. Elle donne son nom à la ville actuelle.

C'est à Thuburbo Minus, à l'époque du christianisme primitif, que les célèbres martyrs chrétiens sainte Perpétue et sainte Félicité sont détenues avec leurs coreligionnaires avant leur mise à mort dans l'amphithéâtre de Carthage en 202 ou 203. La ville devient plus tard un siège épiscopal et donne deux évêques connus : Victor, participant au concile de Carthage (412) où il est un concurrent du donatiste Maximinus, et Germanus qui signe en 646 la lettre des évêques du consulat adressée au patriarche Paul II de Constantinople contre le monothélisme.

Elle est reconstruite à partir du XVe siècle par des Maures venus d'Andalousie. Ils sont à l'origine de l'application d'un plan d'urbanisme original, à savoir une trame urbaine en damier avec huit avenues convergeant vers une vaste place rectangulaire autour de laquelle sont construites mosquées, commerces et foundouks. Quant à l'amphithéâtre romain, il est démoli au XVIIe siècle pour laisser place à la construction d'un pont.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Tebourba est le lieu d'une importante bataille, du 29 novembre au 4 décembre 1942, au cours de laquelle s'affrontent les troupes anglo-américaines et les troupes italo-allemandes. La bataille est remportée par les secondes et la ville détruite.

Économie[modifier | modifier le code]

Tebourba, située dans la vallée du seul fleuve pérenne de Tunisie, a, dès l'époque antique, une vocation agricole basée sur la production de blé, d'huile d'olive et de vin.

Pont-barrage d'El Batan

Fortement développée sous la période du protectorat français, la viticulture connaît un renouveau à travers la production d'une AOC, les Coteaux de Tebourba, pour la production de vins rouges et rosés dont le plus célèbre est le Magon.

Elle possède également une importante zone industrielle que valorise une liaison ferroviaire directe avec Tunis. De plus, sans être un lieu touristique notoire, la ville constitue souvent une étape dans les circuits touristiques qui s'intéressent aux patrimoines antique ou andalou.

Le monument emblématique de la ville est le pont-barrage d'El Batan, construit en 1690 sous le règne de Mourad II Bey, bel ouvrage de seize arches qui permet d'utiliser l'eau de la Medjerda pour irriguer les terres agricoles et actionner les moulins à foulons de la ville.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 27 septembre 2012 modifiant le décret du 2 juin 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°78, 2 octobre 2012, p. 2238
  2. a et b (fr) Recensement de 2004 (Institut national de la statistique)

Lien externe[modifier | modifier le code]