Cob normand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cob normand
{{#if:
Étalon Cob normand présenté au haras national de Saint-Lô.
Étalon Cob normand présenté au haras national de Saint-Lô.

Espèce Cheval (Equus caballus)
Région d’origine
Région Basse-Normandie, Drapeau de la France France
Caractéristiques
Morphologie Cheval carrossier
Registre d'élevage « Standard français de la race » [PDF]
Taille 1,58 m à 1,71 m[1]
Poids 550 à 900 kg[1]
Robe Bai, noir pangaré ou alezan[1]
Tête Moutonnée et distinguée
Pieds Ronds et larges
Caractère Énergique et volontaire[2]
Autre
Utilisation Monté ou attelé[2]

Le Cob normand est une race de cheval carrossier « à deux fins », originaire de Basse-Normandie. Il est issu du carrossier normand du XIXe siècle, cheval de traction légère croisé avec le trotteur Norfolk puis avec le Pur Sang. Il émerge en tant que race au début du XXe siècle, et connaît une courte sélection pour les travaux agricoles avant de participer à la formation du Selle français, race nationale destinée aux sports équestres. Son registre d'élevage, créé en 1950, est remanié plusieurs fois. La race échappe à l'alourdissement général des chevaux de trait français destinés à la boucherie, grâce à son rôle de reproducteur pour le Selle français, en croisement avec le Pur Sang.

Elle est désormais gérée par le Syndicat national des éleveurs et utilisateurs de chevaux Cob normand, qui cherche à fixer ses caractéristiques originelles et retient trois sélections, pour la selle, l'attelage, ou la production de viande. De taille moyenne, le Cob normand est un cheval étoffé, harmonieux et bien équilibré, compact sans être lourd, de robe baie, alezane ou noire pangarée, souvent marqué de blanc.

Principalement répandu dans la région du haras national de Saint-Lô, qui s'investit en sa faveur, son effectif est resté relativement stable ces dernières années. La qualité de ses allures, et son tempérament courageux et vif en font un excellent cheval d'attelage, plusieurs fois primé dans cette discipline. Il est aussi très agréable sous la selle et s'adapte à la plupart des disciplines équestres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce cob est issu d'une région réputée pour son élevage équin. La Normandie, grâce à la qualité de son sol et de ses herbages mais aussi l'expérience acquise par ses éleveurs, est à l'origine de races qui sont des fleurons de l'élevage français, comme le Percheron et le trotteur. Le Cob normand est beaucoup moins connu du public, bien qu'il soit populaire dans sa région d'origine[3]. Il tient son nom de « cob » par analogie avec ses cousins anglais et irlandais auxquels il ressemble beaucoup, le qualificatif de « normand » faisant référence à ses origines[4],[3].

Rattaché aux races de chevaux de trait « par défaut », le Cob normand est un cas « à part » dans la mesure où son histoire est différente de celle des autres races de trait françaises : il est le seul à être entré en croisement pour la production de chevaux de sport, et de ce fait à n'avoir pas subi d'alourdissement excessif pour la boucherie[5].

Origine : le carrossier normand[modifier | modifier le code]

Le trotteur Norfolk, ancienne race britannique, a eu une grande influence sur le Carrossier normand.

Durant l'Antiquité, la Bretagne et la Normandie ont de petits chevaux de type « bidet », introduits par les Celtes depuis leurs migrations asiatiques. Les Romains ont vraisemblablement croisé ces chevaux avec des juments plus lourdes. Dès le Xe siècle, la qualité des « chevaux normands » suscite la convoitise dans toute l'Europe. Au XVIe siècle, la Normandie héberge de petits bidets lourds et résistants, aptes à tracter sur de longues distances et à servir de diligenciers ou de chevaux d'artillerie. Des croisements ont lieu avec le Barbe et l'Arabe à l'époque de Louis XIV[6],[7],[8].

Le Cob normand est directement issu de cette ancienne souche autochtone, nommée « Carrossier normand », elle-même influencée par différents croisements avec, notamment, des chevaux de Mecklembourg, dont elle hérite d'une grosse tête au profil busqué[9], mais aussi des chevaux guèldres et danois[7].

Le modèle a tendance à s'affiner vers 1840, suite aux croisements avec le trotteur Norfolk[10],[7] importé de Grande-Bretagne. Les Carrossiers normands héritent de meilleures allures, de davantage de sang, d'énergie, d'élégance et d'une conformation bien charpentée[9].

Carrossier normand, d'après une gravure publiée en 1861.

Le haras national de Saint-Lô, fondé en 1806 par Napoléon 1er, devient avec le haras du Pin l'un de ses principaux centres de production. Les chevaux demi-sang qui y naissent, c'est-à-dire issus d'un croisement entre une souche autochtone locale et un Pur Sang, sont divisés en deux groupes : les chevaux de cavalerie, plus légers, et les chevaux de traction, qui sont caudectomisés[Note 1], nommés « cobs » par analogie avec les chevaux britanniques d'attelage[3], et destinés au travail dans la région[11]. Il n'existe alors pas d'organisation de race ni de registre d'élevage : un élevage sélectif est pratiqué à partir des étalons du Pin et de Saint-Lô selon les besoins, et les éleveurs testent les capacités des jeunes chevaux ainsi produits[3].

Naissance de la race[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, alors que le Carrossier normand est considéré, par certains, comme l'un des meilleurs chevaux d'attelage qui soient[8], l'arrivée de l'automobile coïncide avec une distinction qui s'opère entre le cheval d'attelage léger et rapide désormais élevé pour le sport, qui devient le Trotteur français, le cheval de selle militaire nommé le « Demi-sang de type selle » ou « Anglo-normand », et le modèle plus lourd réorienté vers les travaux agricoles, devenu le « Cob normand »[9]. Il commence à réellement émerger en tant que race[12]. En 1912, le cheptel équin atteint son apogée sur le territoire français, 422 étalons, cobs et trotteurs principalement, sont stationnés à Saint-Lô[3]. Alors que les chevaux carrossiers, dont le cob normand, disparaissent dans les années 1920, une réflexion sur l'orientation de l'élevage devient nécessaire[13]. Les modèles les plus lourds sont employés aux travaux agricoles, les plus légers sont à l'origine des « demi-sangs normands » qui donnent le Selle français, race nationale destinée aux sports équestres[9].

Conséquences de la motorisation[modifier | modifier le code]

Les souches normandes du Selle français sont issues de croisements entre le cob normand et le Pur Sang.

Dans la région de Saint-Lô et celle du Cotentin, où le Cob normand est très répandu, les travaux agricoles font les beaux jours de la race jusqu'aux années 1950. Même sous l'occupation, sa population augmente[10]. Le Percheron, pourtant mondialement reconnu comme « le cheval de trait normand », ne parvient pas à le détrôner dans son berceau d'élevage[12]. En 1945, la centaine d'étalons cobs compte pour 40 % des étalons de la circonscription[10] et en 1950, le registre d'élevage de la race est créé[14].

L'arrivée de la motorisation agricole menace le Cob normand, comme toutes les races de trait françaises[15], en lui laissant comme seul débouché un alourdissement général en vue de réorienter son élevage vers la production de viande[10]. La race évite ce sort grâce à monsieur de Laurens de Saint-Martin, qui dirige le haras de Saint-Lô en 1944 et développe le Selle français[10]. La possibilité d'utiliser un étalon Pur Sang en croisement avec une jument Cob pour produire du Selle français permet une réorientation de l'élevage[10]. Si les effectifs ont tout de même décru jusqu'en 1995, le Cob normand n'a pas subi de détérioration excessive de son modèle puisque pour produire du Selle français, il ne doit pas s'alourdir et conserver les allures, les aplombs et les tissus qui lui sont caractéristiques[10],[8]. C'est pourquoi certains Selles français issus de lignées normandes peuvent rappeler le Cob par leur physionomie[15].

Le Cob moderne est néanmoins plus compact et plus lourd que les modèles du début du XXe siècle[3], car les modèles les plus légers ont été absorbés par le Selle français[16]. En 1976, le haras national de Saint-Lô compte 186 étalons, dont 60 sont des cobs normands[6]. Le registre d'élevage est restructuré la même année, et placé dans la catégorie des races de trait[7].

Depuis les années 1980[modifier | modifier le code]

Cob normand présenté sur une foire agricole.

La réorganisation du registre d'élevage aide à réinsérer le Cob normand[13], mais aussi à prendre conscience du risque de disparition de la race. Dans les années 1980, l'INRA et l'Institut national agronomique effectuent différentes analyses démographiques et génétiques sur les populations de chevaux de trait, toutes menacées. En 1982, les chercheurs en concluent que le cob normand est victime de consanguinité, de dérive génétique et de la disparition de ses structures de coordination. L'âge avancé de ses éleveurs rend sa situation précaire[17]. Un tournant s'annonce avec la réorientation de la race vers l'attelage et les loisirs[15], puisque l'année 1982 voit la réorganisation de son syndicat. Dix ans plus tard, un nouveau registre d'élevage est créé[18], ainsi qu'une nouvelle sélection visant à conserver la qualité de ses allures[15].

En 1994, la Basse-Normandie recèle 2000 chevaux de trait Percherons ou Cobs, et fait naître 600 poulains de ces deux races chaque année, dont la moitié des Cobs normands produits dans le pays[19]. Désormais, la race est gérée par le Syndicat national des éleveurs et utilisateurs de chevaux Cob normand (SNEUCCN), basé à Tessy-sur-Vire[20], qui a pour but le maintien, la défense et la promotion de la race sur tout le territoire français, principalement en Basse-Normandie, son berceau, ainsi qu'en Vendée, en Haute-Normandie et en Anjou[21].

Description[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cob.

Le Cob normand est un cheval de taille moyenne[5], comprise entre 1,58 m et 1,71 m. Il pèse de 550 kg à 900 kg[1]. Cette grande amplitude de poids s'explique par l'existence de différentes sélections au sein de la race[22].

Élégant et plus proche du type « demi-sang » que des chevaux de trait habituels[15],[8],[23] dont il ne possède ni les formes physiques ramassées, ni le squelette[3], il est bien membré, harmonieux et équilibré[24], compact mais sans lourdeur[25],[15], rappelant un cheval de sang en plus étoffé, avec une peau fine[22]. Son profil est inscriptible dans un carré, grâce à son dos assez court[25]. Il a hérité de sa sélection historique un trot vif, soutenu et délié, propre aux chevaux de trait légers[12], et de larges foulées[13].

Standard morphologique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Morphologie du cheval.
La jument cob normand Olympe de fontaine, au modèle.

Tête[modifier | modifier le code]

Tête d'un Cob normand participant à la route du Poisson 2012, à Lacroix-saint-ouen

Il possède une tête sensible[26] et bien proportionnée, à l'aspect parfois « moutonné »[3] mais distingué, rappelant celle du Selle français[15]. Son œil est vif, ses naseaux bien ouverts, son chanfrein droit ou busqué[25], et ses oreilles bien plantées et de petite taille[3],[22].

Avant-main, corps et arrière-main[modifier | modifier le code]

Son encolure est épaisse[26], assez musclée, bien orientée, de longueur courte à moyenne, et très courbée[3],[15]. Sa crinière est parfois rasée[22]. Ses épaules sont larges et obliques, correctement inclinées et bien attachées, sa poitrine est profonde[15] et son garrot bien sorti[22]. Son corps est compact et trapu, avec un dos droit, court et fort, et des côtes rondes[26],[15],[27]. L'arrière-main est puissante mais pas autant que celle des races de trait lourd[26], le rein est droit et bien soutenu, les hanches sont larges et la croupe, double et musclée, un peu avalée. La queue est longue[15],[22].

Membres[modifier | modifier le code]

Ses membres ne doivent présenter ni lourdeur excessive ni tare d'aplomb, ils sont courts et secs, très musclés et forts, dotés de canons et de paturons épais, mais d'aspect moins massifs que ceux d'un cheval de trait[22]. Les pieds, ronds et larges, ont une corne solide. Selon certains auteurs, ce cheval ne possède pratiquement pas de fanons[26], mais d'autres les évoquent relativement abondants[15] : ils le sont globalement moins que chez le cheval de trait[27].

Robe[modifier | modifier le code]

Les robes admises sont l'alezan et le bai dans toutes leurs nuances, ainsi que le noir pangaré, souvent avec des marques blanches[1]. Le bai marqué de blanc est la robe la plus recherchée[15].

Caractère et entretien[modifier | modifier le code]

Malgré une forte personnalité[15], c'est un cheval généreux qui ne rechigne pas à la tâche[28]. Ses ancêtres de race Pur Sang lui ont apporté « du sang » et donc de l'énergie et de la souplesse[28],[13], mais aussi de la précocité : le Cob normand peut être mis au travail dès deux ans. Son espérance de vie est de 22 à 25 ans[29]

Calme et dynamique, vif et de caractère agréable[5], il est volontaire[28]. Il peut porter un cavalier toute une journée, sans présenter de signe de fatigue[3]. Relativement rustique, il peut vivre à l'extérieur et supporter les variations du climat[13].

Sélection[modifier | modifier le code]

Le Cob normand est sélectionné sur trois aptitudes : sous la selle, à l'attelage, ou pour la production de viande[22]. L'élevage est soumis à des règles précises. L’inscription au registre d'élevage est automatique si le cheval a sept ascendants sur huit de sang Cob normand[30],[22]. Les étalons ne peuvent effectuer plus de 70 saillies par an en race pure, et si l'insémination artificielle et le transfert d'embryon sont autorisés chez la race, le clonage est interdit[22].

L'orientation générale est la production de chevaux avec de vraies qualités d’allures et d’aplombs recherchées pour l’attelage, et ceci, tout en demeurant l’une des neuf races de trait françaises[30]. Les présentations d'agrément et d'achat des étalons se font dans ce sens puisque, à la présentation en main, s'ajoute désormais systématiquement une présentation attelée sur une reprise de dressage[30],[22]. Depuis 1996, le circuit de la SHF est effectué par de jeunes étalons de race Cob normand, et ce, jusqu’aux finales nationales[30].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Deux cobs normands montés par la police nationale au salon du cheval de Paris en 2009.

Cheval dit « à deux fins »[15], le Cob normand était autrefois utilisé selon les besoins de l'exploitation[28]. Il passait ainsi des travaux agricoles et autres petits travaux fermiers à l'attelage en fonction des saisons et de la semaine[28],[15],[23]. Cheval d'attelage rapide, il fut aussi utilisé dans l'artillerie et pour les liaisons postales[8] : capable de tracter les malles de postes, au trot rapide, sur de mauvaises routes et de longues distances, il avait également l'avantage de rester calme à l'arrêt ou à l'attache des heures durant[27]. Avec la modernisation de l'agriculture et des transports, son utilisation pour le travail est désormais marginale[3].

Attelage[modifier | modifier le code]

Attelage d'un cob normand au haras national de Saint-Lô.

Il est très recherché pour l'attelage de loisir ou de compétition[23], qui forme sa discipline de prédilection grâce à son tempérament plutôt bien adapté, quand les chevaux de sang se montrent trop fins et nerveux[24],[5], et les chevaux de trait trop froids. En 1997, le règlement des épreuves d'attelage est modifié pour prendre en compte la vitesse d’exécution du parcours, favorisant tous les chevaux de trait légers, Cob normand et mareyeur Boulonnais en particulier[31]. La qualité de ses allures[24], son courage, sa franchise mais aussi son calme et sa maîtrise technique en font un excellent compétiteur[2], au point qu'il représente, en 2011, plus d'un tiers des chevaux engagés aux championnats de France de la discipline[32]. De nombreux représentants français de la race sont primés dans cette discipline[33] même au niveau international[13].

L'année 2005 est particulièrement faste pour la race, qui accumule les titres : Grand Marais est champion de France des chevaux de trait d'attelage à un trait avec le meneur Patrice Bagilet, Kastor des Castilles et Haut du Ponts sont champions de France des chevaux de trait d'attelage en paire avec le meneur Eric Debuigny, enfin Lilas Duval et Kajoline de la Scye, Leontine Chaussoniere, et Kalla 3 sont champions de France des chevaux de trait en attelage à quatre avec le meneur Bernard Pouvreau[34].

Autres utilisations[modifier | modifier le code]

Jument Cob normand montée…
…et pratiquant le concours complet d'équitation.

Il est également très agréable sous la selle et s'adapte à la majorité des disciplines équestres[15]. Il est particulièrement bien adapté à la voltige[35] et constitue, de plus, une alternative intéressante pour les cavaliers âgés ou nerveux, qui apprécient sa gentillesse, et pour les cavaliers corpulents, grâce à ses capacités de portage[3]. La brigade de police des Hauts-de-Seine s'est, par exemple, montrée intéressée par l'achat de hongres de bonne taille, débourrés sous la selle[36]. Les modèles plus légers peuvent être montés en chasse à courre[37]. Il continue à être utilisé en croisement avec le Pur Sang pour donner des chevaux de selle de qualité, à 25 ou 50 % de sang Cob[15].

Marc Hermelin, un cavalier familier du haras national de Rodez, s'est pris de passion pour le Cob normand après s'être intéressé à l'éthologie équine. En plus de Rodez, il donne des spectacles avec ses chevaux au jumping de Combelles, à la foire exposition de Villefranche et dans les Pyrénées[38],[39].

Enfin, une partie des chevaux sont élevés à destination du marché de la viande. Le cob normand présente l'avantage d'avoir une carcasse plus légère à manipuler que celle d'un cheval de trait et plus rentable que celle d'un cheval de sang, tout en ayant, du fait de ses origines, une viande assez proche, par sa saveur et son aspect, de celle du Pur Sang[40].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Le haras national de Saint-Lô est l'un des centres d'élevage de la race.

L'élevage du Cob normand est principalement présent dans les départements de la Manche, du Calvados et de l'Orne[24],[9], qui forment le berceau de la race. La région de Saint-Lô, première dans la production de ces chevaux, représente ainsi 35 % des naissances[24],[6]. Des foires aux chevaux ont lieu à Lessay et Gavray, dans la Manche[13]. Le haras national de Saint-Lô s'investit pour la sauvegarde et le développement de la race[6], et organise chaque année le concours national de ces chevaux[13], ainsi que des manifestations pour les présenter au public, dans le cadre du Normandie Horse Show notamment[41],[42]. Le Cob normand se développe aussi autour du Haras de la Vendée, qui représente 25 % des naissances[24], et du Haras du Pin[24]. On trouve également des chevaux dans le Massif central[24]. En 2004, on comptait 601 éleveurs pour l'ensemble du territoire[24].

Année 1992 1996 2000 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Nombre de poulinages en France[43] 385 504 585 519 526 527 487 457 486 458 319

Ces dernières années, l'effectif de Cobs normands est relativement stable[24], avec environ 500 nouvelles naissances en 2007[6]. On compte 485 immatriculations enregistrées en 2004, contre 613 en 2003[24]. 843 juments Cob normand ont été saillies en 2001 et 914 juments saillies pour produire du cob normand en 2005. 65 étalons sont en activité sur le territoire[24].

Il est présent chaque année au salon du cheval de Paris et au salon de l'agriculture[13], qui sert de vitrine pour la race[44]. Le Cob normand commence à s'exporter, en particulier vers la Belgique, car s'il y plait en race pure. Il est aussi utilisé en croisement pour produire de l'Ardennais belge, afin de transmettre ses qualités d’allures naturelles[30]. En 2002, le marché de l'export concerne une quinzaine de chevaux chaque année : outre la Belgique, ils partent en Allemagne, en Suisse et en Italie pour l'attelage de loisir, le débardage et l'élevage[45].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amputation de la queue est tant une affaire de mode et de tradition qu’un moyen d'empêcher les crins du cheval de se coincer dans les harnais. Cette pratique a été interdite en 1996 en France : voir caudectomie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Standard du cheval Cob normand », Syndicat national des éleveurs et utilisateurs de chevaux Cob Normand (consulté le 8 juin 2009)
  2. a, b et c Deschamps et Cernetic 2004, p. 11-12
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Edwards 2006, p. 108
  4. Deschamps et Cernetic 2004, p. 8
  5. a, b, c et d Bataille 2008, p. 151
  6. a, b, c, d et e Dominique Auzias, Caroline Michelot, Jean-Paul Labourdette et Delphine Cohen, La France à cheval, Petit Futé, 2010 (ISBN 2746927829 et 9782746927827), p. 161 [lire en ligne]
  7. a, b, c et d Collectif 2002, p. 114
  8. a, b, c, d et e Dal'Secco 2006, p. 23
  9. a, b, c, d et e Bataille 2008, p. 152
  10. a, b, c, d, e, f et g Jean-Loup Danvy, « Histoire du cheval cob normand », Syndicat national des éleveurs et utilisateurs de chevaux Cob Normand (consulté le 6 septembre 2009)
  11. Marie Cegarra, L'animal inventé: ethnographie d'un bestiaire familier, Paris, L'Harmattan,‎ 1999 (ISBN 978-2-7384-8134-4, lire en ligne), p. 89
  12. a, b et c Draper 2006, p. 39
  13. a, b, c, d, e, f, g, h et i Collectif 2002, p. 115
  14. Mavré 2004, p. 44
  15. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r Bataille 2008, p. 153
  16. Institut du cheval, Maladies des chevaux: manuel pratique, France Agricole Editions, 1994, (ISBN 2855570107 et 9782855570105), p. 11
  17. Annick Audiot, Races d'hier pour l'élevage de demain, Espaces ruraux, Éditions Quae, 1995, (ISBN 2738005810 et 9782738005816), p. 87 [lire en ligne]
  18. Deschamps et Cernetic 2004, p. 8-9
  19. Pierre Carré, Le ventre de la France: historicité et actualité agricoles des régions et départements français, Éditions L'Harmattan, 1997, (ISBN 2738452604 et 9782738452603), p. 96
  20. Véronique Arné et Jean-Marc Zalkind, L'élevage du cheval, Educagri Éditions,‎ 2007, 239 p. (ISBN 2844444431 et 9782844444431), p. 224
  21. « Statuts du Syndicat Cob normand », Syndicat national des éleveurs et utilisateurs de chevaux Cob Normand (consulté le 6 septembre 2009)
  22. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Patrick Falcone, « Règlement du stud-book du cob normand », les Haras nationaux,‎ 28 décembre 2010 (consulté le 2 février 2012)
  23. a, b et c Hendricks et Dent 2007, p. 194
  24. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (fr) « Cob normand », les Haras nationaux (consulté le 6 septembre 2009)
  25. a, b et c Deschamps et Cernetic 2004, p. 10-11
  26. a, b, c, d et e Edwards 2005, p. 228-229
  27. a, b et c Edwards 2006, p. 109
  28. a, b, c, d et e Deschamps et Cernetic 2004, p. 7-8
  29. « La race Cob Normand », L'étrier picotin (consulté le 4 février 2012)
  30. a, b, c, d et e « Présentation du cob normand », France Trait (consulté le 7 septembre 2009)
  31. Mavré 2004, p. 35
  32. « Le Cob Normand », Haras de la Vendée (consulté le 4 février 2012)
  33. « Des champions du trait s'entraînent en altitude », sur l'indépendant,‎ 22 aout 2011 (consulté le 4 février 2012)
  34. Album « La Revue de l'équitation, no64 »,‎ décembre 2005 (consulté le 06 septembre 2009)
  35. Julie Deutsch, Débuter l'équitation, Les Équiguides, Editions Artemis, 2006, (ISBN 2844163408 et 9782844163400), p. 123
  36. « Présentation de hongre Cob Normand pour la brigade équestre de la police des Hauts de Seine », Syndicat national des éleveurs et utilisateurs de chevaux Cob Normand,‎ 26 octobre 2011 (consulté le 3 février 2012)
  37. Françoise Racic-Hamitouche et Sophie Ribaud, Cheval et équitation, Éditions Artemis, 2007, (ISBN 2844164684 et 9782844164681), p. 251
  38. « Marc Hermelin, artiste et chuchoteur », La depeche.fr,‎ 8 aout 2010 (consulté le 2 février 2012)
  39. « Fillou, une star de poids », Cheval magazine, no 404,‎ juillet 2005 (lire en ligne)
  40. Hendricks et Dent 2007, p. 195
  41. « Saint-Lô fait son show », Cheval magazine (consulté le 3 février 2012)
  42. Direction du développement des services, « L'attelage cob normand au NHS 2009 », Les haras nationaux,‎ 16 juillet 2009 (consulté le 2 février 2012)
  43. Syndicat National des Éleveurs et Utilisateurs de chevaux Cob Normand, « Le Cob Normand », sur Haras nationaux (consulté le 2 février 2012)
  44. « Il prépare ses chevaux pour le salon de l'agriculture », TF1 (consulté le 27 février 2012)
  45. Nathalie Pilley-Mirande, « Les traits français dans le monde », Cheval magazine, no 371,‎ octobre 2002, p. 62-65

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages spécialisés[modifier | modifier le code]

  • Raymond Terrée, Application des épreuves d'aptitudes au cheval cob normand en vue de la sélection, Vigot frères,‎ 1937, 84 p.
  • Jean-Marie Lemaitre, L'évolution du demi-sang Normand : Le Cob Normand (thèse de doctorat vétérinaire), vol. 48, École nationale vétérinaire de Lyon,‎ 1948, 60 p., chap. 16
  • F. Gorioux, Informations concernant les poulinières susceptibles d'être inscrites au livre généalogique du Cob normand, Paris, ENGREF, INA Paris-Grignon,‎ 1982, 114 p.
  • F. Gorioux, Mise en place du livre généalogique du Cob Normand, Paris, ENGREF, INA Paris-Grignon : mémoire de fin d'études,‎ 1982, 172 p.
  • Philippe Deschamps et Isabelle Cernetic, Le Cob Normand, Chaumont, Castor et Pollux,‎ 2004, 55 p. (ISBN 2-912756-65-0 et 9782912756657)

Articles[modifier | modifier le code]

  • Françoise Racic, « Le Cob normand », Equimag, no 9,‎ 1998, p. 18-23
  • Françoise Racic, « Le Cob normand épouse les loisirs », Atout cheval, no 9,‎ 1998, p. 80-85
  • « Le cob normand », Cheval magazine, no 335,‎ octobre 1999 (lire en ligne)
  • J.N. Weymans, « Le Cob normand », Cheval loisirs, no 87,‎ 1999, p. 50-54
  • M. Bainaud, « Le cob normand, un atout dans la Manche », Attelages magazine, no 8,‎ 2000, p. 54-56
  • Marianne Kottenhoff, « Le cob normand », Cheval Star, no 120,‎ septembre 2001 (lire en ligne)
  • A. Cyranber, C. Thieffry et J.L. Danvy, « Le Cob Normand : des qualités originelles », Attelages magazine, no Hors Série n°,‎ 2002, p. 42-44
  • Thierry Leprévost, « Le cob normand : renaissance d'une race », Patrimoine normand, no 44,‎ 2002, p. 25-29 (lire en ligne)
  • (en) « Polysaccharide storage myopathy in cob normand draft horses », Veterinary pathology, no 45,‎ 2008, p. 154-158
  • A. Puig, « La brillante destinée du cob normand », Sabots, no 6,‎ 2004, p. 34-36
  • S. Danvy et A. Ricard, « Indices pour les critères de pointage chez les Ardennais et les Cob normand », Equ'idée, no 67,‎ 2009, p. 49-51
  • F. Durand, « Les routes de l'attelage : dans le Cotentin, le bonheur au bout des guides », Attelages magazine, no 70,‎ 2010, p. 14-25

Ouvrages généralistes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 4 mars 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
Thème de qualité
10 articles
           Article de qualité Élevage du cheval en France : chevaux de trait
Percheron cluny102.jpg
Article de qualité Ardennais (cheval)
Article de qualité Auxois (cheval)
Article de qualité Boulonnais (cheval)
Article de qualité Breton (cheval)
Article de qualité Cob normand
Article de qualité Comtois (cheval)
Article de qualité Percheron
Article de qualité Poitevin mulassier
Article de qualité Trait du Nord