Eugène Fromentin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fromentin.

Eugène Fromentin

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Eugène Fromentin

Nom de naissance Eugène-Samuel-Auguste Fromentin
Naissance 24 octobre 1820
La Rochelle
Décès 27 août 1876 (à 55 ans)
La Rochelle
Nationalité Français Drapeau de la France
Activités Artiste peintre
Maîtres Jean-Charles Rémond
Louis-Nicolas Cabat
Mouvement artistique Orientalisme
Influencé par Prosper Marilhat
Chasse au faucon en Algérie - La curée, vers 1863, musée d'Orsay, Paris.

Eugène Fromentin[1], né le 24 octobre 1820 à La Rochelle (Charente-Maritime), où il est mort le 27 août 1876, est un artiste peintre et un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène Fromentin est le fils de Pierre-Samuel-Toussaint Fromentin (1786-1867), médecin et peintre amateur, et de Françoise-Jenny Billotte (1797-1867).

Après une brillante scolarité, Eugène Fromentin se rend en novembre 1839 à Paris où il obtient une licence en droit au début de l'année 1843. Son père lui donne alors l'autorisation d'entrer dans l'atelier du peintre Jean-Charles Rémond qu'il quitte bientôt pour celui du paysagiste Louis Cabat.

En 1846, à l'insu de sa famille, il visite l'Algérie avec deux amis et peut ainsi remplir ses carnets de croquis des paysages et des habitants de l'Afrique du Nord, s'inscrivant en cela dans le mouvement de l'orientalisme. Comme Théophile Gautier, il avait été fasciné par les envois de Prosper Marilhat au Salon de 1844.

Fromentin envoie trois tableaux au Salon de 1847, admis à l'unanimité : Ferme aux environs de La Rochelle, Mosquée près d'Alger et les Gorges de la Chiffa, puis cinq tableaux au Salon de 1849, dont une deuxième version des Femmes d'Alger. Il obtint alors une récompense de deuxième classe. Fromentin expose onze tableaux au Salon de 1850, ainsi qu'en 1857, puis y participe régulièrement entre 1859 (année de sa médaille de 1re classe) et 1869, et en 1872 et 1876.

Fin 1852, il effectua avec Marie Cavellet de Beaumont, épousée le 18 mai de la même année, le deuxième de ses trois voyages en Algérie : une mission archéologique lui fournit l'occasion d'approfondir son étude minutieuse des paysages et des mœurs algériennes. Ses notes lui permettent, à son retour, de donner à ses tableaux une exactitude réaliste. D'un certain point de vue, ses travaux ont été tout autant une contribution à l'ethnologie que de pures œuvres d'art.

Le style de Fromentin est influencé par Eugène Delacroix. Ses œuvres se distinguent par leur composition frappante, leur dextérité et l'utilisation de couleurs brillantes. Elles traduisent la grandeur inconsciente des attitudes barbares et animales. Par la suite, pourtant, ses travaux furent marqués par la fatigue et l'épuisement.[interprétation personnelle]

La peinture de Fromentin n'est qu'une facette de son génie, qui s'est aussi manifesté dans la littérature, avec moins de profusion toutefois. En 1854, paraît dans la Revue de Paris de juin à décembre Un été dans le Sahara, ce qui le fait élire membre correspondant de l'Académie des belles-lettres, sciences et arts de La Rochelle. En 1856, encouragé par les critiques élogieuses, il entreprend la rédaction d'Une année dans le Sahel que publie d'abord L'Artiste en intitulant sa première partie « Alger, fragments d'un journal de voyage » en 1857. C'est la Revue des Deux Mondes qui reprend la publication de novembre à décembre 1858 sous le titre Une année dans le Sahel, journal d'un absent. Inspiré par une idylle de son adolescence, Dominique, publié pour la première fois dans La Revue des Deux Mondes du 15 avril au 15 mai 1862 et dédicacé à George Sand, est, parmi les romans autobiographiques de son siècle, l'un des plus remarquables.

Le 8 juin 1876, sa candidature à l'Académie française échoue par douze voix contre vingt et une à Charles Blanc. Et, après une maladie de quelques jours, il meurt dans sa maison de campagne, à Saint Maurice, faubourg de La Rochelle, le 27 août de cette même année.

Il repose au cimetière de Saint-Maurice (quartier de La Rochelle) à proximité de sa famille et non loin de la jeune femme qui lui a inspiré son roman Dominique, Jenny Léocadie Chessé.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Tableaux[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Gorges de la Chiffa (1847)
  • La Place de la broche à Constantine (1849)
  • Enterrement maure (1853)
  • Chasse à la gazelle (1856)
  • Caravane arabe (1857)
  • Chasse aux gazelles (1857)
  • Départ pour la chasse (1857), musée des beaux-arts de La Rochelle
  • Bateleurs nègres, (1859)
  • Audience chez un chalife, (1859)
  • Berger kabyle (1859)
  • Une rue à El-Aghouat, (1859), musée de la Chartreuse de Douai
  • Courriers arabes, (1861)
  • La Chasse aquarelle (1962)
  • Bivouac arabe, (1863)
  • Chasse au faucon, (1863)
  • Arabes chassant le faucon, Musée des Beaux-Arts de Reims,
  • Fauconnier arabe, (1863)
  • La chasse aux gazelles (1864), musée des beaux-arts de La Rochelle
  • Chasse au héron, (1865)
  • Voleurs de nuit, (1867)
  • Centaures et arabes attaqués par une lionne (1868)
  • Halte de muletiers (1869)
  • Le pays de la soif (1869)
  • Le Nil (1875)
  • Un souvenir d'Esneh (1875)

Publications[modifier | modifier le code]

  • Visites artistiques (1852)
  • Simples Pèlerinages (1856)
  • Un été dans le Sahara (1857)
  • Une année dans le Sahel (1858)
  • Dominique (1863)
  • Les Maîtres d'autrefois (1876), étude sur la peinture flamande et hollandaise.
  • Correspondance, 1839-1876, B. Wright (éd.), Paris, CNRS, 1995, 2 vol.

Élèves[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Détail du Monument à la mémoire d'Eugène Fromentin (1905) par Ernest Henri Dubois à La Rochelle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Gaudin, Essai sur Eugène Fromentin : conférence faite le 9 décembre 1876, dans la grande salle de la Bourse de La Rochelle, La Rochelle, impr. de A. Siret, 1877.
  • L. Gonse, Eugène Fromentin, peintre et écrivain, Paris, A. Quantin, 1881.
  • P. Dorbec, Eugène Fromentin : biographie critique, Paris, H. Laurens, 1926.
  • M. Revon, Fromentin, Paris, Desclée de Brouwer & Cie, 1937.
  • V. Giraud, Eugène Fromentin, Niort, Éditions Saint-Denis, 1945.
  • L. Suire, Le paysage charentais dans l'œuvre d'Eugène Fromentin et de Pierre Loti, La Rochelle, Éd. A la Rose des Vents, 1946.
  • A. Lagrange, L'art de Fromentin, Paris, Editions Dervy, 1952.
  • (en)A. R. Evans, Literary art of Eugene Fromentin : a study in style and motif , Baltimore, The John Hopkins University Press, 1964.
  • J.-P. Lafouge, Étude sur l'orientalisme d'Eugène Fromentin dans ses Récits algériens, Berne, P. Lang, 1968.
  • P. Moisy et B. Wright, Gustave Moreau et Eugène Fromentin : documents inédits, La Rochelle, Quartier latin, 1972.
  • F. Marcos, Fromentin et l'Afrique, Paris, Nizet, 1973.
  • J. Bialostocki, Eugène Fromentin, critique de l'art d'autrefois, Paris, Presses Universitaires de France, 1975.
  • P. Moisy, « Trois hommes devant un Salon : Baudelaire, Fromentin et Thoré-Bürger en 1845 », dans Actas del XXIII. Congreso internacional de historia del arte, 3, Granada, Universidad de Granada, Departmento de Historia del Arte, 1978, p. 553-562.
  • A.-M. Christin, Fromentin, conteur d'espace : essai sur l'œuvre algérienne, Paris, le Sycomore, 1982.
  • B. Wright, Croquis et dessins inédits d'Eugène Fromentin : promenades en Aunis, Saintonge et Limousin, Paris, CNRS, 1987.
  • J. Thompson et B. Wright, La Vie et l'œuvre d'Eugène Fromentin, Courbevoie, ACR, 1987.
  • J. Thompson, Eugène Fromentin au Musée des beaux-arts de La Rochelle : suivi d'une évocation sommaire des œuvres de son père, La Rochelle, Musée des beaux-arts, 1988.
  • V. Magri, "L'oeil du peintre Fromentin : Un été dans le Sahara", L'oeil aux aguets ou l'artiste en voyage, Paris, Klincksieck, 1995.
  • G. Barthélemy, Fromentin et l'écriture du désert, Paris, L'Harmattan, 1996.
  • C. Borgal, Eugène Fromentin [Texte imprimé] : tel qu'en lui-même, Paris, L'Harmattan, 1998.
  • (en)B. Wright, Eugène Fromentin : a bibliography. Supplement No 1, Londres, Grant and Cutler, 1998.
  • B. Wright, "La Méditerranée dans l'esthétique d'Eugène Fromentin", L'imaginaire méditerranéen, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000.
  • B. Wright, Beaux-arts et belles lettres : la vie d'Eugène Fromentin, Paris, H. Champion, 2006. Trad. française de Eugène Fromentin : a life in art and letters, Bern : P. Lang, 2000.
  • B. Wright, Eugène Fromentin : Dominique, Glasgow : University of Glasgow French and German Publications, 2002.
  • B. Wright, « Le miroir et le masque dans l'autoreprésentation d'Eugène Fromentin », dans Écrire la peinture entre XVIIIe et XIXe siècles, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2003.
  • D. Bouverot, « Mots de peintre dans les Carnets de voyage en Egypte de Fromentin », dans L'oeil écrit : études sur les rapports entre texte et image 1800-1940 : volume en l'honneur de Barbara Wright, Genève, Slatkine, 2005.
  • A.-M. Christin, « Eugène Fromentin ou le romantisme objectif », dans L'oeil écrit : études sur les rapports entre texte et image 1800-1940 : volume en l'honneur de Barbara Wright, Genève, Slatkine, 2005.
  • (en)B. Wright, « A Third Republic variant on the quarrel of the ancients and the moderns : the case of Fromentin », dans On verbal / visual representation, Amsterdam, Rodopi, 2005.
  • J. Thompson et B. Wright, Eugène Fromentin, 1820-1876 : visions d'Algérie et d'Égypte, Courbevoie, ACR Éd., 2008.
  • V. Dufief, Philosophie du roman personnel : de Chateaubriand à Fromentin, 1802-1863, Genève, Droz, 2010.
  • A. Thibaudet, Intérieurs : Baudelaire, Fromentin, Amiel, nouvelle édition : Paris, Gallimard, 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né Eugène-Samuel-Auguste Fromentin.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :