Régiment de Dauphiné (1762)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Régiment de Dauphiné
image illustrative de l’article Régiment de Dauphiné (1762)
Drapeau d’Ordonnance du régiment de Dauphiné

Création 1629
Dissolution 1795
Pays France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle infanterie de ligne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir régiments de Nettancourt, de Chappes, d’Humières, de Charost, de Noailles, de Custine, de Rosen et de Dauphiné.

Le régiment de Dauphiné est un régiment d’infanterie du Royaume de France créé en 1629.

Lignage[modifier | modifier le code]

  • 26 octobre 1629 : création du régiment de Nettancourt
  • 18 décembre 1652 : renommé régiment de Dampierre
  • 1689 : renommé régiment de Chappes
  • 1690 : renommé régiment d’Humières
  • 1702 : renommé régiment de Charost
  • 2 avril 1712 : renommé régiment de Saillant
  • 1732 : renommé régiment d'Estaing
  • 1734 : renommé régiment de Noailles
  • 29 juin 1744 : renommé régiment de Custine
  • 1749 : renommé régiment de Saint-Chamond
  • 1762 : renommé régiment de Rosen
  • 10 décembre 1762 : renommé régiment de Dauphiné, au nom de cette province
  • 1er janvier 1791 : renommé 38e régiment d’infanterie de ligne
  • 1794 : son 2e bataillon est réformé par incorporation à la 76e demi-brigade de bataille lors de la formation de la demi-brigade
  • 19 juin 1795 : réformé, son 1er bataillon étant incorporé à la 75e demi-brigade de bataille lors de la formation de la demi-brigade

Équipement[modifier | modifier le code]

Drapeaux[modifier | modifier le code]

9 drapeaux, dont un blanc Colonel, et 8 d’Ordonnance, « tous verts avec une lozange blanche dans chaque quarré, & croix blanches »[1].

Habillement[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Mestres de camp et colonels[modifier | modifier le code]

  • 26 octobre 1629 : Louis II, marquis de Nettancourt, maréchal de camp le 7 juin 1638, † 1673
  • 1638 : Nettancourt
  • 18 décembre 1652 : Henry Duval, comte puis marquis de Dampierre, brigadier le 27 mars 1668, † 25 juin 1669
  • 1669 : comte de Dampierre
  • 12 mars 1689 : Louis François d’Aumont, marquis de Chappes puis duc d’Humières, brigadier le 3 janvier 1696, maréchal de camp le 29 janvier 1702, lieutenant général des armées du roi le 26 octobre 1704, † 6 novembre 1751
  • 9 février 1702 : Louis Joseph de Béthune, marquis puis duc de Charost, brigadier le 19 juin 1708, † 11 septembre 1709
  • 1709 : duc de Charost
  • 2 avril 1712 : Charles François, marquis de Saillant puis comte d’Esteing le 20 mars 1732, brigadier le 1er février 1719, maréchal de camp le 20 février 1734, lieutenant général des armées du roi le 18 octobre 1734, † 29 septembre 1746, âgé de 46 ans
  • 1734 : comte puis duc de Noailles
  • 29 juin 1744 : Marc Antoine, marquis de Custine, déclaré brigadier en octobre 1745 par brevet expédié le 1er mai, maréchal de camp le 10 mai 1748, † 21 novembre 1757
  • 1749 : marquis de Saint-Chamond
  • 1762 : comte de Rosen, brigadier
  • 1770 : vicomte de Pons, brigadier
  • 1788 : Charles-Laure de Mac-Mahon, † 18 octobre 1830
  • août 1791 : Lagardiolle

Campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Le 38e régiment d’infanterie de ligne a fait les campagnes de 1792 et 1793 à l’armée des Ardennes ; 1794 à l’armée du Nord. Le 1er bataillon faisait partie de la garnison de Condé où il fut fait prisonnier.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cinquième abrégé de la carte générale du militaire de France, sur terre et sur mer, Lemau de la Jaisse, Paris 1739

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cinquième abrégé de la carte générale du militaire de France, sur terre et sur mer - Depuis novembre 1737, jusqu’en décembre 1738, Lemau de la Jaisse, Paris 1739
  • M. Pinard, Chronologie historique-militairetomes 4, 6, 7 et 8, Paris 1761, 1763, 1764 et 1778
  • Colonel de Conchard, État militaire de la France au milieu du XVIIIe siècle. - Les Régiments limousins et leur filiation jusqu'à nos jours, p. 84-89, Bulletin de la Société scientifique historique et archéologique du Périgord, 1919, tome 41 (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]