Aarschot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aerschot
Aarschot
Le béguinage.
Blason de Aerschot
Héraldique
Drapeau de Aerschot
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Arrondissement Louvain
Bourgmestre Gwendolyn Rutten (OpenVLD) (2019-2024)
Majorité OpenVLD, sp.a, N-VA (2019-24)
Sièges
OpenVLD
CD&V
sp.a
Groen
N-VA
Vlaams Belang
29 (2019-24)
10
7
4
3
3
2
Section Code postal
Aarschot
Gelrode
Langdorp
Rillaar
3200
3200
3201
3202
Code INS 24001
Zone téléphonique 013 - 014 - 016
Démographie
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
30 594 ()
49,01 %
50,99 %
485,35 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
17,08 %
63,08 %
19,84 %
Étrangers 1,81 % ()
Taux de chômage 5,23 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 15 093 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 59′ nord, 4° 50′ est
Superficie
– Terr. non-bâtis
– Terrains bâtis
– Divers
63,04 km2 (2021)
67,68 %
17,42 %
14,89 %
Localisation
Localisation de Aerschot
Situation de la commune dans l’arrondissement de Louvain et la province du Brabant flamand.
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Aerschot
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Aerschot
Géolocalisation sur la carte : Région flamande
Voir sur la carte administrative de Région flamande
City locator 14.svg
Aerschot
Géolocalisation sur la carte : Brabant flamand
Voir sur la carte administrative du Brabant flamand
City locator 14.svg
Aerschot
Liens
Site officiel www.aarschot.be

Aarschot ([ˈarsxɔt][1], nom en néerlandais, officiel au niveau fédéral en français[2]), encore parfois orthographié Aerschot en français[3], est une ville néerlandophone de Belgique située en Région flamande dans la province du Brabant flamand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Aarschot se trouve le long du Démer.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Aarschot
Begijnendijk Herselt
Rotselaer Aarschot Montaigu-Zichem
Tielt-Winge - Holsbeek Bekkevoort (quadripoint)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Arescod (1107) ; Arescoth (1117, 1143) ; Arescloth (1131) ; Arescot (1139) ; Areschot (1147, 1180, 1185) ; Arscoth (1146-59, 1204) ; Arscot (1179, 1197, 1200, 1209, 1210, 1211, 1213, 1215, 1217, 1222) ; Arschot (1197, 1222) ; Aerscoet (1201)[4].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Selon Maurits Gysseling, le nom d'Aarschot, d'origine germanique, vient de arnu-, signifiant « aigle », et de skauta-, mot désignant une « langue de terre boisée faisant saillie en terrain d’inondation »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville en ruines, en septembre 1914 lors de la Grande Guerre.

Aarschot est érigée en duché au XVIe siècle.

La ville est fortement endommagée et nombreuses vies sont perdues lors de la Première Guerre mondiale sous le feu allemand. 156 civils sont exécutés sur la place centrale et 366 bâtiments sont détruits après la prise allemande en représailles de la résistance belge à l'envahisseur. Les unités en cause de l'armée allemande sont le 49e RI, 140e RI, 12e DI -Division d'Infanterie- 17e RAC -Régiment d'Artillerie de Campagne- et des unités de la 3e DI[5]. Aarschot fait ainsi partie des villes martyres belges. Le centenaire de la commémoration est tenu en 2014 sous l'initiative de Louis Tobback[6]. e DI

Économie[modifier | modifier le code]

  • Constructions électriques ;
  • Centre agricole.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Aarschot.svg
La ville possède des armoiries qui lui ont été octroyées le 15 septembre 1819 et à nouveau le 30 juillet 1841 et finalement le 5 mars 1985. Les armoiries d'Aarschot sont basées sur celles des comtes d'Aarschot. Trois fleurs de lys noires étaient déjà utilisées par les comtes au XIIe siècle. La ville adopta plus tard une seule fleur de lys comme armoiries. Cet écu est posé devant une aigle d'or dont la présence a vraisemblablement pour cause un jeu de mots sur Aarschot et «arend», qui signifie «aigle» en flamand. La ville n’a jamais été une ville impériale et n’a donc pas le droit d’utiliser l’aigle impérial[7].
Blasonnement : D'argent à une fleur de lys de sable, l'écu timbré d'un aigle d'or issant.
  • Délibération communale : 23 novembre 1981
  • Arrêté de l'exécutif de la communauté : 5 mars 1985
  • Moniteur belge : 8 juillet 1986
Source du blasonnement : Heraldy of the World[8].



Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La ville compte, au , 30 199 habitants (14 785 hommes et 15 414 femmes), soit une densité de 483,03 habitants/km²[9] pour une superficie de 62,52 km².

Graphe de l'évolution de la population de la commune (la commune d'Aarschot étant née de la fusion des anciennes communes d'Aarschot, de Gelrode, de Langdorp et de Rillaar, les données ci-après intègrent les quatre communes dans les données avant 1977).

  • Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier[10]

Cultes[modifier | modifier le code]

Carillon de la paix
Nouvelles cloches du carillon de la paix (Eijsbouts 2018).

Dans la tradition catholique, Aarschot est sous le patronage de saint Roch.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Le chœur de l'église Notre-Dame (Onze-Lieve-Vrouwekerk) d'Aarschot, avec son jubé.

Le chœur date du XIVe siècle.

Ancien béguinage[modifier | modifier le code]

Le béguinage d'Aarschot, fondé au milieu du XIIIe siècle, est un béguinage dit « à cours » : sa structure est enclose. Il subit de nombreuses destructions au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, mais est en partie restauré entre 1950 et 1954 par l'architecte Edward van Nieuwenburgh. Les maisonnettes des béguines sont transformées en logements, tandis que le Musée communal de folklore et d'ethnographie occupe le grenier des Sept Douleurs[11].

Tour Saint-Roch[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

  • Pieter Jozef Verhaghen (1728-1811), peintre né à Aarschot.
  • Théophile de Becker (1829-1908), médecin, bourgmestre (1884-1908).
  • Auguste Reyers (1843-1924), homme politique belge né à Aarschot.
  • Arthur Meulemans (1884-1966), compositeur et chef d'orchestre.
  • Frans Verbeeck (1941-),  coureur cycliste belge.
  • Brigitte Raskin (1947-), écrivaine belge.
  • Gunnar Riebs (1960-), écrivain belge[12].
  • Rik Daems (1959-), politicien et ministre.
  • Kim Hannes (1978-), joueuse de squash.
  • Le groupe de musique électronique Front 242, connu mondialement, a vu le jour à Aarschot en 1981.
  • La chorale Scala regroupe des jeunes filles de la ville d'Aarschot depuis 1996.
  • Bernard Valgaeren (1949-), auteur scénariste de BD, y vécut à Gelrode de 1949 à 1960

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (nl) Josée Heemskerk et Wim Zonneveld, Uitspraakwoordenboek, Utrecht, Het Spectrum, (ISBN 9789027444820), p. 52
  2. 24 JUIN 1988. - Arrêté royal déterminant l'orthographe du nom des communes
  3. Le Soir
  4. a et b Maurits Gysseling, Toponymisch woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-Frankrijk en West-Duitsland (vóór 1226),Tongres, Belgisch Interuniversitair Centrum voor Neerlandistiek, 1960, t. I, p. 34 [lire en ligne]
  5. John Horne et Alan Kramer, 1914 Les atrocités allemandes, Tallandier, , 640 p. (ISBN 2-84734-235-4), p. 479
  6. « Les 7 villes martyres belges commémoreront la Première Guerre mondiale du 27/6 au 21/9 », RTBF, 28 mai 2014.
  7. M. Servais, Armorial des provinces et des communes de Belgique, Liège, 1955, p. 529
  8. (en) « Aarschot - Wapen - Armoiries - coat of arms - crest of Aarschot », sur heraldry-wiki.com (consulté le ).
  9. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/stat-1-1_f.pdf
  10. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20190101.pdf
  11. Santina De Meester, Paul De Moor, Sara Van Poucke et Joris Verbeure, 1000 lieux incontournables – Belgique, Bruxelles, Éditions Racine, 2013, p. 62-63.
  12. (nl) « Veertig jaar geleden: Gunnar Riebs huldigt Jan De Middeleer », Het Nieuwsblad,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alphonse Wauters, Histoire des environs de Bruxelles : ou Description historique des localités que formaient autrefois l'ammannie de cette ville, t. II, Bruxelles, C. Vanderauwera, , 762 p. (lire en ligne), p. 18,24,92,110,129,166,171,287,429,474,681,737: Aerschot

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

wikilien alternatif2

Les coordonnées de cet article :