Bohême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir bohème.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de la région. Pour l'ancien royaume voir Royaume de Bohême

Bohême

Drapeau Blason
Description de l'image  CZ-cleneni-Cechy-wl.png.
Démographie
Population Tchèques, Allemands des Sudètes (jusqu’en 1945)
Pour les minorités, voir : démographie de la République tchèque

Entités suivantes :

La Bohême (Čechy en tchèque, Böhmen en allemand) est une région historique d'Europe centrale, actuellement l'une des composantes de la République tchèque avec la Moravie et une petite fraction de la Silésie. Elle tire son nom des Celtes Boïens et du germanique heim (anc. fr. ham ou hameau).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le royaume a couvert les villes actuelles de Prague, Pilsen, Hradec Králové, Karlovy Vary, Liberec, Ústí nad Labem, Pardubice, Mladá Boleslav, Kladno, České Budějovice, Litoměřice, Most, Havlíčkův Brod, Jindřichův Hradec, Český Krumlov, Strakonice, Teplice, Třeboň, Cheb, Polná et Písek.

Environnement[modifier | modifier le code]

Les montagnes de Bohême sont longtemps restées enforestées, des restes de l'antique forêt hercynienne selon les auteurs de l'Antiquité et du Moyen Âge.

Les textes de l'antiquité au XVIIIe siècle décrivent la Bohême comme couverte puis entourée de forêts denses et riches en animaux. Ainsi en 1782, l’Encyclopédie méthodique de géographie moderne décrit-elle la nature de ce pays comme suit :

« Ce royaume est tout environné de forêts & de hautes montagnes, dont les principales sont les monts Bohémiens, qui font partie des monts Sudètes.(…) Le sol (sol) de ce pays est élevé, gras, & sablonneux dans très - peu d'endroits ; le terrain uni pour la plus grande partie, l'air chaud, mais salubre. La terre produit en abondance du bled-sarrasin (blé-sarrasin), du millet, des légumes, des fruits, & particulièrement du houblon, ainsi que du safran, du gingembre, du calmus. Ses vins rouges les plus renommés sont ceux de Mielnik, & surtout celui de Podskalky, qui se recueille dans les environs d'Aussig. Les pâturages sont bons ; on nourrit une grande quantité de bétail. La chasse est belle & fournit, outre beaucoup de gibier, des loups, des loups-cerviers (lynx), des renards, des martres, des blaireaux, des castors & des loutres. Les fleuves de ce royaume ſont l'Elbe, l'Eger, la Moldau, ou Muldau, &c. (…) Les rivières & les étangs nourrissent des poissons de toutes les espèces. Le pays fourniſſait des sources salées, qu'on n'a pas su ménager ; de sorte que la Bohême est forcée de tirer tout son sel de l'étranger. On trouve en plusieurs endroits du charbon de terre, de l'alun, du soufre & du vitriol. Il y a aussi des mines d'argent à Kuttenberg, à Pilsen, à Bechin, & dans le district d'Elnbogen ; des mines d'étain près de Krauppen, Schlackenwald, Lauterbach & Schoenfeld ; des mines de fer & d'aimant en plusieurs endroits ; des mines de cuivre près d'Elnbogen ; enfin des mines de plomb, de vif-argent & du salpêtre. Les carrières offrent des marbres de toutes les espèces. On trouve aussi plusieurs sortes de diamants ; dans la Watawa & la Wuava, on pêche de fort belles perles (de moule d'eau douce) (…) »

Histoire[modifier | modifier le code]

Celtes[modifier | modifier le code]

La Bohême doit son nom aux Boïens, nation celte qui s'y serait fixée sous Sigovèse, en 587 av. J.-C.[réf. nécessaire], mais les sources historiques fiables manquent. Ce peuple en a vraisemblablement été chassé sous Auguste, par les Marcomans, donnant naissance (avec une déformation du nom de la tribu) à la nation germanique des Bavarii.

Grandes invasions[modifier | modifier le code]

Il est possible que les territoires constituant la Bohême actuelle aient été intégrés au VIIe siècle à l'éphémère royaume du Franc Samo, mais cela reste hypothétique. Toutefois, certains chercheurs (essentiellement tchèques) considèrent qu'il est probable que la bataille de Wogastisburg, livrée par Samo, se soit déroulée près de Prague, même s'il n'y a aucune certitude à ce sujet[réf. nécessaire].

Slaves[modifier | modifier le code]

Selon les traditions locales, couchées sur papier au début du XIe siècle par Cosmas de Prague, les tribus vivant sur ces territoires eurent tout d'abord pour chefs les souverains légendaires Čech puis Krok.

Encore selon Cosmas, Přemysl, qui avait épousé Libuše, fille de Krok, régna après lui et serait à l'origine de la dynastie des Přemyslides, qui s'éteignit en 1306. Après avoir porté la couronne ducale jusqu'à Vratislav II de Bohême, cette dynastie devint royale sous ce prince (1086), par un décret de l'empereur Henri IV.

Saint-Empire romain germanique[modifier | modifier le code]

Autriche[modifier | modifier le code]

En 1526, Ferdinand Ier, frère de Charles Quint, fut élu roi. Avec lui commença la Maison autrichienne de Bohême, élective jusqu'en 1547, héréditaire jusqu'au XXe siècle. La Bohême ne cessa plus d'appartenir à l'Empire d'Autriche que pendant quelques instants en 1619 et 1629, jusqu'au XXe siècle.

Au XVIIIe siècle :

« La population n'est plus ce qu'elle a été. La forme de son gouvernement & les guerres, surtout celles de religion sous Rodolphe II, Mathias Ier & Ferdinand II, ont dépeuplé ce royaume. La Bohême ne comprend aujourd'hui que cent cinq villes, tant grandes que petites. En 1770, le nombre des habitants fut monté à près de dix millions, ce qui ne seroit guères que le quart de ce qu'elle possédait autrefois. Les paysans bohémiens sont serfs. La dureté de leur esclavage en obligea un grand nombre, en 1679, à prendre les armes ; mais la cause la plus juste n'est pas toujours la mieux défendue ; leurs tyrans les ayant vaincus, achevèrent de les opprimer. Cependant la raison & les sciences qui s'étendent peu à peu dans toute l'Europe, ont fait voir à leurs maîtres avares, ce qu'ils pouvoient gagner en les traitant avec plus de douceur. Aujourd'hui l'empereur a mis un frein à ce pouvoir arbitraire ; chaque paysan a le droit de porter ses plaintes contre son seigneur, devant les commissaires nommé par le souverain, & le procureur est obligé de plaider sa cause gratuitement. Ces procureurs apparemment ne sont pas tout-à-fait comme les nôtres.
Dans plusieurs endroits, les paysans peuvent acheter des biens fonds, se les faire adjuger par devant le bailli, & en disposer à leur gré par contrat & par testament. »

— Encyclopédie méthodique de géographie moderne, 1782[1].

Indépendance[modifier | modifier le code]

En 1918, les Tchèques et les Slovaques s'émancipent de la tutelle austro-hongroise et fondent la Tchécoslovaquie.

En 1993, cette dernière se scinde pour donner naissance à la République slovaque et à la République tchèque, dont la région historique de Bohême constitue l'ossature.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie méthodique de géographie moderne imprimée à Paris, M DCC. LXXXII (1782), Chez Plomteux, Imprimeur des États, page 286.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]