Saint-Seurin-de-Prats

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Seurin.

Saint-Seurin-de-Prats
Saint-Seurin-de-Prats
L'église de Saint-Seurin-de-Prats.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Pays de Montaigne et Gurson
Intercommunalité Communauté de communes Montaigne Montravel et Gurson
Maire
Mandat
Jean-Éric Vigouroux
2014-2020
Code postal 24230
Code commune 24501
Démographie
Gentilé Saint-Seurinois
Population
municipale
484 hab. (2015 en diminution de 0,62 % par rapport à 2010)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 49′ 45″ nord, 0° 04′ 32″ est
Altitude Min. 3 m
Max. 15 m
Superficie 5,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Seurin-de-Prats

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Seurin-de-Prats

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Seurin-de-Prats

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Seurin-de-Prats

Saint-Seurin-de-Prats est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La Dordogne à Saint-Seurin-de Prats.

La commune est bordée au sud par la Dordogne et à l'est par son affluent l'Estrop.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de la Gironde.

Communes limitrophes de Saint-Seurin-de-Prats
Montcaret Vélines,
Saint-Antoine-de-Breuilh
Lamothe-Montravel Saint-Seurin-de-Prats
Juillac
(Gironde)
Pessac-sur-Dordogne
(Gironde)

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Sent Sieurin de Prats[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Saint-Seurin-de-Prats, a fait partie dès sa création du canton de Lamothe qui dépendait du district de Mussidan jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Vélines dépendant de l'arrondissement de Bergerac[2].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[3]. La commune est alors rattachée au canton du Pays de Montaigne et Gurson.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Début 2006, Saint-Seurin-de-Prats intègre dès sa création la communauté de communes de Montaigne en Montravel. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté de communes Montaigne Montravel et Gurson.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1989 mars 2014 Michel Nicouleau DVG Enseignant
mars 2014[4] en cours Jean-Éric-Vigouroux    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Seurin-de-Prats se nomment les Saint-Seurinois[5].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2015, la commune comptait 484 habitants[Note 1], en diminution de 0,62 % par rapport à 2010 (Dordogne : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
810959818757735694691703689
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
672647604626594619563564605
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
575592540548522500486547513
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
514461451476491488494478484
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[9], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 202 personnes, soit 42,4 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt) a fortement diminué par rapport à 2007 (trente-quatre) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 9,9 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte trente-quatre établissements[10], dont seize au niveau des commerces, transports ou services, huit dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, cinq dans la construction, trois relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et deux dans l'industrie[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Prats.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 8 avril 2014.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 13 mars 2017).
  4. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 30 août 2014.
  5. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 23 novembre 2016.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 5 décembre 2015.
  10. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 5 décembre 2015).
  11. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 5 décembre 2015.
  12. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 191.
  13. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 214.
  14. « Château de Prats », notice no PA00082900, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 16 mars 2011.
  15. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 294.