Saint-Méard-de-Gurçon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Méard (homonymie).

Saint-Méard-de-Gurçon
Saint-Méard-de-Gurçon
L'église de Saint-Méard-de-Gurçon.
Blason de Saint-Méard-de-Gurçon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Pays de Montaigne et Gurson
Intercommunalité Communauté de communes Montaigne Montravel et Gurson
Maire
Mandat
Gérard Bonnamy
2014-2020
Code postal 24610
Code commune 24461
Démographie
Gentilé Saint-Méarois
Population
municipale
806 hab. (2016 en augmentation de 4 % par rapport à 2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 54′ 33″ nord, 0° 10′ 58″ est
Altitude Min. 28 m
Max. 116 m
Superficie 28,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Méard-de-Gurçon

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Méard-de-Gurçon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Méard-de-Gurçon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Méard-de-Gurçon
Liens
Site web st-meard.fr

Saint-Méard-de-Gurçon est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

D'une superficie de 2837 hectares, le territoire communal est arrosé par cinq cours d'eau : la Lidoire, l'Estrop, le Tord, la Léchou et la Gargouille[1],[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Méard-de-Gurçon
Saint-Martin-de-Gurson,
Carsac-de-Gurson
Saint-Rémy Saint-Géraud-de-Corps
Montazeau Saint-Méard-de-Gurçon Monfaucon
NastringuesFougueyrolles Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Outre le centre urbain, le territoire de la commune comprend de multiples hameaux, comme le Bernagaud, les Bonnins, le Bost, le Brandeau, Bricabot, le Buisson, Carbonneau, Cavalerie, la Châtaignière, le Cluzeau, les Fonds, le Grand Billat, l'Houmé, le Jard, Jarrige, les Joinies, Laulerie, Monmoreau, Marousseau, les Places, les Paysses, le Petit Paris et Pourcaud.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Seules trois communes françaises portent le nom de saint Méard, dont Saint-Méard-de-Drône également en Dordogne et Saint-Méard dans la Haute-Vienne.

En occitan, la commune se nomme Sent Meard de Gurçon[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune porte le nom de saint Méard, évêque de Noyon du VIe siècle. Elle est mentionnée la première fois en 1122, sous le nom latin de « Sancti Medardi Abbatiae », soit Saint-Méard-de-l'Abbaye, son premier nom, qui change ensuite pour Saint-Méard-de-l'Abbatial puis Saint-Méard-de-Gurçon[2].

Le centre urbain s'est développé autour de l'église, de la vieille halle, du lavoir et de nombreuses maisons anciennes[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Saint-Méard-de-Gurçon, typographiée Saint Meard de Gurson dans un premier temps, a été le chef-lieu du canton de Saint Meard de Gurson qui dépendait du district de Mussidan jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Villefranche-de-Loupchapt — devenu ensuite le canton de Villefranche-de-Lonchat — dépendant de l'arrondissement de Bergerac[4].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[5]. La commune est alors rattachée au canton du Pays de Montaigne et Gurson.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Saint-Méard-de-Gurçon intègre dès sa création la communauté de communes du Gursonnais. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté de communes Montaigne Montravel et Gurson.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 avril 2014 Monique Viroulaud SE  
avril 2014[6] En cours Gérard Bonnamy    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2016, la commune comptait 806 habitants[Note 1], en augmentation de 4 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5001 4581 4031 4641 8011 5361 4521 5271 414
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4141 4021 4181 3491 3911 3281 2801 2271 231
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2191 2111 2511 0871 0371 0471 0321 0341 035
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
877846763776751795804775806
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Méard-de-Gurçon compte une école et des commerces de proximité essentiels. De nombreux artisans, dans différents corps de métiers, participent à la vie économique du village. De nombreuses activités sociales et de loisir sont organisées tout au long de l'année (Floralies, marchés gourmands, soirées à thème etc). Le stade bien équipé reçoit des compétitions sportives.

Depuis décembre 2017, le village met gratuitement à disposition des véhicules électriques (voitures et vélos), deux prises de courant 230V/10A pour les recharges occasionnelles.

Sport[modifier | modifier le code]

Au printemps, la course nature de Montravel propose plusieurs parcours : courses de 11 et 21 km, marche nordique et randonnée pédestre (7e édition en 2017)[10].

Économie[modifier | modifier le code]

Sur les terres communales pousse du raisin destiné à produire du vin d'appellation d'origine contrôlée bergerac et montravel[2].

On compte, parmi les commerces présents : une pharmacie, deux restaurants, une épicerie-buvette, une boulangerie-pâtisserie, un traiteur, un salon de coiffure, un tabac-presse-loto-carburants, un garage de réparations automobiles.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[11], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 339 personnes, soit 42,7 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (quarante-trois) a légèrement diminué par rapport à 2010 (quarante-quatre) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 12,8 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 97 établissements[12], dont quarante-neuf au niveau des commerces, transports ou services, vingt-trois dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, treize dans la construction, six relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et six dans l'industrie[13].

Transports[modifier | modifier le code]

Saint-Méard-de-Gurçon est à l'intersection de la D32 et de la D708 et se situe à 10 km d'un accès à l'A89[2].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Méard, au centre du village. Édifice gothique doté d'un clocher de forme carrée, animé par le cri si caractéristique des choucas des tours. Datant des XVe-XVIe siècles, l'église est inscrite aux monuments historiques par arrêté du 25 février 1974[14].
  • L'ancien presbytère, datant de 1750, est une bâtisse à la façade symétrique, dotée d'un escalier extérieur à deux volées qui dessert l'étage principal. À la fin des années 2010, il doit être réaménagé en centre de soin[15].
  • Le lavoir.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Simon Baraton (1760-1830), officier public, huissier et greffier de justice, a tenu un livre-journal intéressant pour l'histoire de la commune[16].
Jean Pignot, considéré comme le doyen des Français en 1906.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Méard-de-Gurçon Blason Écartelé : au 1er d'or à quatre pals de gueules, au 2e de gueules à la gerbe de blé d'or liée de sable, au 3e de gueules au bosquet de sept arbres sur une terrasse isolée au naturel, au 4e d'or à deux vaches de gueules, accornées, onglées, accolées et clarinées d'azur, passant l'une au-dessus de l'autre.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mairie de Saint-Méard-de-Gurçon
  2. a b c d et e « Mairie de Saint Méard de Gurçon », pays-de-bergerac.com, consulté le 2 novembre 2018.
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 1er avril 2014.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 23 mars 2017).
  6. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 29 août 2014.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Monique Cézac, « Une édition réussie », Sud Ouest édition Dordogne, 27 avril 2017, p. 29.
  11. Dossier complet - Commune de Saint-Méard-de-Gurçon (24461) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 21 janvier 2019.
  12. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 21 janvier 2019).
  13. Dossier complet - Commune de Saint-Méard-de-Gurçon (24461) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 21 janvier 2019.
  14. « Église Saint-Méard à Saint-Méard-de-Gurçon », monumentum.fr, consulté le 2 novembre 2018.
  15. « Presbytère de Saint-Méard-de-Gurçon », fondation-patrimoine.org, consulté le 2 novembre 2018.
  16. Marie-Antoinette Bireau, Saint-Méard-de-Gurçon... à l’époque révolutionnaire, d’après le livre-journal de Simon Baraton et les archives locales, Bordeaux, Le Périgourdin de Bordeaux, , 47 p.
  17. « Le doyen de tous les Français », Revue illustrée du Tout Sud-Ouest, no 11, novembre 1906.