Marcel-Edmond Naegelen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcel-Edmond Naegelen
Fonctions
Député 1945-1958
Gouvernement Quatrième République
Groupe politique SFIO
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 86 ans)
Résidence Bas-Rhin
Basses-Alpes

Marcel-Edmond Naegelen, né le à Belfort et mort le à Paris, est un homme politique français, député socialiste, ministre et gouverneur général de l'Algérie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un boulanger, Marcel-Edmond Naegelen fait ses études au lycée de Belfort, puis à l'École normale supérieure de Saint-Cloud. Il adhère à la SFIO en 1909 ou 1910. Il est mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, et plusieurs fois décoré (voir ci-dessous). En 1919, il devient professeur de lettres à l'École normale d'instituteurs de Strasbourg.

En 1925, il est élu conseiller municipal, et constamment réélu jusqu'en 1940. Il devient conseiller général en 1937. Il est adjoint au maire de 1925 à 1929, puis de 1935 à 1940. Il échoue par contre à devenir député, battu en 1932 et 1936 par le dissident communiste autonomiste Jean-Pierre Mourer.

En 1940, il dirige l'évacuation de la population de Strasbourg vers la Dordogne, puis s'engage dans la Résistance (réseau Combat). À la Libération, il est président de la Haute Cour de justice en 1944. Adjoint au maire de Strasbourg, il fut élu député socialiste du Bas-Rhin en 1945. De 1946 à 1948, il est ministre de l'Éducation nationale. Il réorganise le Conseil supérieur de l'Éducation nationale et la Comédie-Française. Il crée les séries techniques du baccalauréat. Sous son autorité est publié le plan Langevin-Wallon qui pose le principe de l’école unique et de l’égalité devant l’enseignement.

De 1944 à 1947, il est membre du comité directeur de la SFIO. De 1948 à 1951, il est gouverneur général de l’Algérie. Naegelen « ne connaissait pas l'Algérie et rien ne le désignait pour cette tâche »[1]. Il cherche sans succès à concilier les positions des nationalistes et des colons. Il couvre la fraude électorale massive favorisant les candidats de l'administration lors des élections de 1948 des délégués du second collège de l'Assemblée algérienne, fraude qu'il nie puis justifie[2]. En octobre 1949, il envoie une circulaire aux forces de l'ordre (police, gendarmerie, personnel pénitentiaire) rappelant que la torture et les sévices étaient proscrits par la loi. Cette instruction n'a guère d'effets. Plus généralement, Marcel-Edmond Naegelen se heurte à une forte hostilité des policiers d'Algérie[3]. Les élections de 1951 ayant également été truquées, il préfère remettre sa démission.

Il revint en France métropolitaine et représenta les Basses-Alpes à l’Assemblée nationale de 1951 à 1958. Il représente l'Assemblée nationale française à l'Unesco. En 1953, il fut candidat de la gauche à la présidence de la République, d'abord opposé à Joseph Laniel, il réunit au treizième et dernier tour 328 voix contre 477 à René Coty. En 1954, il refusa le poste de résident général au Maroc.

En 1956, il prend position pour l'Algérie française[4], mais, l'année suivante, se prononce pour la motion Defferre, favorable à une négociation avec les nationalistes algériens[5].

Battu aux élections législatives de 1958, il se retire de la vie politique.

En 1964, il reçoit le prix Clovis-Hugues pour son poème L'Immortelle espérance.

Il fut membre de l’Académie des sciences coloniales.

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Marcel-Edmond Naegelen fut l’auteur de nombreux ouvrages :

  • Mission en Algérie d'un gouvernement
  • L’Attente sous les armes
  • Une route plus large que longue
  • L’Hexagonie, essai fantaisiste d'histoire contemporaine
  • La France d'outre-mer, sa situation actuelle
  • Histoire et figures d'Alsace
  • Tito
  • La Révolution assassinée Hongrie OCT.-NOV. 1956

Décorations[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Les papiers personnels de Marcel-Edmond Naegelen sont conservés aux Archives nationales sous la cote 518AP[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, éd. de l'Atelier, cédérom, 1997, article « Naegelen (Marcel-Edmond) »
  2. Bernard Droz, Naegelen, Marcel-Edmond (1892-1978), in L'Algérie et la France, Robert Laffont 2009, (ISBN 978-2-221-10946-5), p.629 (et p.66, article Assemblée algérienne du même auteur)
  3. Mohamed Harbi et Benjamin Stora (dir.), La Guerre d'Algérie, éd. Hachette, 2005, pp. 146 et 550
  4. Alain Herbeth, « La gauche "Algérie française », Nouvelle Revue d'Histoire, n°85 de juillet-août 2016, p. 27-29
  5. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, op. cit.
  6. Archives nationales.

Liens externes[modifier | modifier le code]