Le Morne-Rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Morne-Rouge
Le Morne-Rouge
Blason de Le Morne-Rouge
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement Saint-Pierre
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Nord Martinique
Maire
Mandat
Jenny Dulys-Petit
2020-2026
Code postal 97260
Code commune 97218
Démographie
Gentilé Péléens/Péléennes
Population
municipale
4 635 hab. (2020 en diminution de 8,34 % par rapport à 2014en diminution de 8,34 % par rapport à 2014)
Densité 123 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 46′ 08″ nord, 61° 08′ 12″ ouest
Altitude Min. 120 m
Max. 923 m
Superficie 37,64 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Le Morne-Rouge
(ville isolée)
Aire d'attraction Fort-de-France
(commune de la couronne)
Élections
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Martinique
Voir sur la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Le Morne-Rouge
Géolocalisation sur la carte : Martinique
Voir sur la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Le Morne-Rouge

Le Morne-Rouge est une commune française, située dans le département de la Martinique. Ses habitants sont appelés les Péléens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune du Morne-Rouge est la plus humide et la plus fraîche de la Martinique, elle se situe sur un plateau entre la montagne Pelée et le massif des pitons du Carbet.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Morne-Rouge est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine du Morne-Rouge, une agglomération intra-départementale regroupant 1 commune[4] et 4 635 habitants en 2020, dont elle est une ville isolée[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Fort-de-France, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 28 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Morne Rouge doit son nom à la Montagne ainsi appelé par les Caraïbes.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été créé en 1888 à la suite du démembrement de la commune de Saint-Pierre. 

À 450 m d'altitude, la commune s'agrippe sur les contreforts de la montagne Pelée. Elle garde un nom probablement inspiré par la couleur rouge de la terre où les bananes et les ananas trouvent leur cadre naturel. Elle a également souffert de l'éruption de la montagne Pelée en 1902.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Le Morne-Rouge appartient à l'arrondissement de Saint-Pierre et vote pour les représentants de l'Assemblée de Martinique. Avant 2015, elle élisait son représentant au conseil général dans le canton du Morne-Rouge, entité dont elle était le chef-lieu et unique commune.

Pour l’élection des députés, la commune fait partie de la deuxième circonscription de la Martinique.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à la communauté d'agglomération du Pays Nord Martinique.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité

(décès)
Edouard Collat    
Les données manquantes sont à compléter.
Eloi Concy    
Edgard Nestoret[9] PCM  
Pierre Petit RPR puis
UMP-OO[10]
Médecin retraité
Député de la 2e circonscription de la Martinique (1993 → 1993 à 2002)
Conseiller régional de la Martinique (1983 → 2004)
Conseiller général du canton du Morne-Rouge (1982 → 1993)
en cours Jenny Dulys-Petit OO[10] (DVG)
puis LREM
Directrice d'école
Conseillère générale du canton du Morne-Rouge (1993 → 2010)
Conseillère régionale de la Martinique (2010 → 2015)
Vice-présidente du conseil régional de la Martinique (2010 → 2015)
Conseillère territoriale de Martinique (2015 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Bretagne Rostrenen (Bretagne)[11]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2020, la commune comptait 4 635 habitants[Note 3], en diminution de 8,34 % par rapport à 2014 (Martinique : −5,91 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2010 2015 2020
5 1695 4495 4124 8895 2785 3955 0835 0934 635
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[14] puis à partir de 2006[15])
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs :

  • Stadium Georges-Charles-Alfred ;
  • Stade Maurice-Roy-Belleplaine ;
  • Salle omnisports ;
  • Parcours Santé (Cap 21).

Clubs sportifs :

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Le Morne-Rouge Blason
D'or à une montagne d'azur ; au comble du même chargé en flancs de deux sternes affrontés en vol d'argent[20].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 du Morne-Rouge », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Fort-de-France », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « [...] en 1950, Edgard Nestoret est élu maire du Morne-Rouge. » [1]
  10. a et b « Osons Oser », parti politique local fondé en 2000 par Pierre Petit et initialement classé à droite. Le mouvement a rallié la gauche à la fin des années 2000 (vers 2008).
  11. « Jumelage. Un comité très actif », sur Le Telegramme, (consulté le )
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  15. pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020
  16. https://actu.fr/normandie/caen_14118/ex-de-malherbe-en-thailande-steeven-langil-vit-sa-meilleure-vie_39196656.html
  17. https://www.smcaen.fr/2009-2010/article/infos-club/steeven-langil-appele-en-espoirs
  18. AFP, « Irénise Moulonguet, la nouvelle doyenne « connue » des Français », sur outre-mer.gouv.fr, (consulté le )
  19. Elodie Jeanneron, « Harry Roselmack sur la voie du succès. », sur domactu.com, (consulté le )
  20. « 97218 Le Morne-Rouge (Martinique) », sur armorialdefrance.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]