Directeur de la communication

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un directeur de la communication (souvent désigné en abrégé comme dircom) est le responsable de la communication d'une organisation (entreprise, service public, collectivité, association, etc.).

Le périmètre de ses attributions varie beaucoup selon les organisations. Il peut englober tous les domaines de la communication interne et externe, mais il arrive aussi que certains domaines lui échappent ; par exemple, la communication commerciale peut dépendre de la direction du marketing ou la communication interne être rattachée à la direction des ressources humaines.

Sa mission est de coordonner les actions qui visent à promouvoir une « image de l'organisation » positive et conforme aux valeurs qu'elle veut porter et de veiller à la cohérence des messages envoyés par l'organisation en direction de ses différents publics. À cet effet, il conçoit et fait valider par la direction générale la stratégie de communication, puis la met en œuvre, en organisant l'action de tous les intervenants internes[1] et externes (agences de communication et autres prestataires de services)[2] et en gérant les budgets.

Histoire[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

En France, la fonction s'est développée dans les années 1980 d'abord dans les grandes entreprises, mais aussi dans les collectivités importantes, souvent à partir d'un élargissement des relations presse et des relations publiques[3]. Dans les années 1990, elle apparaît comme bien installée, comme le montre la publication coup sur coup de plusieurs ouvrages sur le thème des dircoms entre 1993 et 1995, et elle se diffuse dans tous les types d'organisation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Services dépendant de la direction de la communication, mais plus généralement tous les acteurs de l'organisation, car tous participent à la diffusion de l'image.
  2. « C'est un chef d'orchestre qui fait jouer en harmonie les différents musiciens d'après une partition qu'il aura composée. » Rémi-Pierre Heude, Guide de la communication pour l'entreprise, Maxima, 2005, p. 148 (en ligne).
  3. Robert Tixier-Guichard et Daniel Chaize, Les Dircoms. À quoi sert la communication ?, Paris, Seuil, 1993.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Tixier-Guichard et Daniel Chaize, Les Dircoms. À quoi sert la communication ?. Enquête, Paris, Seuil, 1993, 595 p. (ISBN 978-2020131537)
  • Liliane Messika, Les Dircoms : un métier en voie de professionnalisation, coll. « Dynamiques d'entreprises », Paris, L'Harmattan, 1995, 239 p. (ISBN 9782738433039)
  • Jacques Walter, Directeur de communication. Les avatars d'un modèle professionnel (coll. « Logiques sociales »), Paris, L'Harmattan, 1995, 195 p.
  • Jean-Luc Michel, Les Professions de la communication : fonctions et métiers, Paris, Ellipses, 2004, 205 p. (ISBN 9782729819620)
  • Assaël Adary, Céline Mas et Marie-Hélène Westphallen, Communicator 8, Paris, Dunod, 2018, 627 p.
  • Assaël Adary et Jean-Jacques Salomon, Les 100 premiers jours d'un(e) dircom, Paris, éditions du Palio, 2014, 191 p.
  • Bertrand Périer, La parole est un sport de combat, Paris, JC Lattès, 2017, 220 p.
  • Edward Bernays, Propagada (trad. Oristelle Bonis, préf. Normand Baillargeon), Zones / La Découverte, 2007 (1re éd. 1928), 141 p.
  • Thierry Wellhoff, Le Procès de la communication, Paris, Manitoba/Les belles lettres, 2016, 200 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]