Cheval de Troie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cheval de Troie (homonymie).
Beware of Greeks bearing gifts.
Dessin basé sur une peinture à l'huile d'Henri-Paul Motte (XIXe siècle).

Dans la mythologie grecque, l'épisode du cheval de Troie est un événement décisif de la guerre de Troie.

À l'initiative d'Ulysse, des guerriers grecs réussissent à pénétrer dans Troie, assiégée en vain depuis dix ans, en se cachant dans un grand cheval de bois, harnaché d'or[1], offert aux Troyens. Cette ruse de guerre entraîne la chute de la ville et permet le dénouement de la guerre.

Mythe[modifier | modifier le code]

Sources du mythe[modifier | modifier le code]

Cheval de Troie d'après le Vergilius Vaticanus.

L'épisode du cheval de Troie est brièvement relaté pour la première fois par Homère dans l’Odyssée, son Iliade arrêtant la narration de la guerre de Troie aux funérailles d'Hector[2],[3]. Tout d'abord, au chant IV (251-290) :

« (...) Dans le cheval de bois, je nous revois assis, nous tous, les chefs d'Argos. Mais, alors tu survins, Hélène ! en cet endroit, quelque dieu t'amenait pour fournir aux Troyens une chance de gloire ; sur tes pas, Déiphobe allait, beau comme un dieu, et, par trois fois, tu fis le tour de la machine ; tu tapais sur le creux, appelant nom par nom les chefs des Danaens, imitant pour chacun la voix de son épouse[4] »

— Odyssée, édition de la Bibliothèque de la Pléiade, 1955.

Puis Ulysse, hôte anonyme d'Alcinoos, demande à l'aède Démodocos de chanter (VIII, 492-495)

« (...) l'histoire du cheval
qu'Épéios, assisté d'Athéna, construisit,
et traquenard qu'Ulysse conduisit à l'acropole
surchargé de soldats qui allaient piller Troie[5]. »

— L'Odyssée d'Homère, traduction de Leconte de Lisle (1998).

Homère résume ensuite sur une vingtaine de vers le récit de Démodocos.

D'autre part, Virgile, qui a contribué à la popularité de l'épisode, en a fait l'objet de tout le livre II de l’Énéide, sous la forme d'un récit fait par Énée à Didon, reine de Carthage.

Nature du mythe[modifier | modifier le code]

La Procession du cheval dans Troie.
Peinture de Giovanni Domenico Tiepolo (XVIIIe siècle).

Après avoir vainement assiégé Troie pendant dix ans, les Grecs ont l'idée d'une ruse pour prendre la ville : Épéios construit un cheval géant en bois creux, dans lequel se cache un groupe de soldats menés par Ulysse. Un espion grec, Sinon, réussit à convaincre les Troyens d'accepter l'offrande, malgré les avertissements de Laocoon et de Cassandre. Le cheval est tiré dans l'enceinte de la cité, franchit donc les portes Scées[a], les Troyens font alors une grande fête.

Lorsque les habitants de Troie sont pris par la torpeur de l'alcool, la nuit, les Grecs sortent du cheval et ouvrent alors les portes, permettant au reste de l'armée d'entrer et de piller la ville. Tous les hommes sont tués, les femmes et les filles sont emmenées comme esclaves. Les enfants mâles sont tués eux aussi pour éviter une éventuelle vengeance.

Dans l'épisode du cheval de Troie, Ulysse, personnage devenu célèbre pour sa mètis (« intelligence rusée »), rend un conseil très apprécié dans la guerre de Troie à laquelle il participe. Ici, il s'agit en fait d'une ruse. Elle se distingue de la tricherie mais aussi du délit (ou du crime) en cela que la ruse est autorisée par la loi ou les règles de l'usage, du jeu, de l'art, de la société ou des accords internationaux. En l'espèce de l'art de la guerre chez les Grecs, il s'agit plus particulièrement d'une ruse de guerre.

Démythification[modifier | modifier le code]

Selon les Histoires incroyables de Paléphatos de Samos, les Grecs construisirent un cheval de bois d'après la dimension des portes : moins large afin de pouvoir être tiré à l'intérieur, mais plus haut. Les chefs se tenaient dans une vallée boisée, près de la cité — lieu baptisé « Creux de l'embuscade ». Sinon, venu du camp argien comme un déserteur, leur annonce que, s'ils se refusent à faire entrer le cheval dans la ville, alors les Achéens reviendront combattre. En entendant cela, les Troyens abattent les portes et introduisent l'animal de bois dans la cité. Pendant qu'ils festoient, les Grecs les assaillent, à travers la brèche qui avait été pratiquée dans les remparts, et c'est ainsi qu'Ilion aurait été prise.

Interprétations[modifier | modifier le code]

Une interprétation moderne du cheval de Troie à Stuttgart (Allemagne), en 2001.

Certains auteurs ont suggéré que le cadeau n'était pas un cheval cachant des guerriers dans ses flancs, mais un bateau porteur d'une ambassade de paix, offre que les Troyens trop peu méfiants ou trop heureux de faire la paix auraient imprudemment acceptée[6]. Après la fête, les Troyens découvrent la sinistre réalité.

À l'appui de cette interprétation, on remarquera que :

  • la civilisation marine grecque assimile le cheval et le bateau. Ainsi, le cheval est-il l'animal de Poséidon et Homère décrit les navires comme les chevaux de la mer[7] ;
  • c'est Ulysse, l'expert en paroles et ruses, un des hommes souvent envoyés en ambassade, qui mène la danse ;
  • le sacrifice d'une construction de bois par simple abandon sur une plage est une procédure assez originale pour un rite censé apporter la protection de Poséidon. L'équivalent n'apparaît nulle part dans la mythologie ;
  • les termes utilisés pour placer les hommes dans le cheval sont ceux utilisés lorsque l'on décrit l'embarquement des hommes sur un navire[8].

De nombreuses interprétations sont proposées par des chercheurs : ex-voto équestre (symbole des forces souterraines) offert par les Achéens au dieu Poséidon Hippios pour le remercier d'avoir facilité la destruction de Troie par un tremblement de terre[9]. Selon l'historien Alexandre Tourraix, « cette hypothèse consiste à établir un rapport immotivé entre un fait probable, la destruction de Troie VI par un tremblement de terre, un mythème transmis par l'épopée et les mythographes, le stratagème du cheval de bois, et les liens bien connus de Poséidon, "l'Ébranleur du sol", avec le cheval[10] ».

Selon une autre hypothèse, le cheval de Troie serait en fait une machine de guerre dont on a perdu la mémoire, tels les engins de siège comme le bélier souvent décrits en terme zoomorphes[11].

L'analyse du site archéologique découvert près d'Hisarlık, ne plaide pas en faveur de ces hypothèses. Les remparts inclinés et l'absence de recul devant les portes ne sont pas favorables à l'idée d'un cheval contenant un bélier ou permettant aux combattants de se hisser au-dessus des remparts. Par ailleurs, des pointes de flèches achéennes ont été mis au jour dans l'enceinte fortifiée. Dans un film documentaire de 2014, une équipe de chercheurs et d'experts militaires conforte l'idée d'un cheval offrande contenant de l'ordre de 9 combattants (contre 30 selon Quintus Smyrnaeus) chargés d'ouvrir les portes de la cité au retour des troupes grecques[12].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Expressions[modifier | modifier le code]

  • De cet épisode légendaire est née l'expression « cheval de Troie » pour désigner les dons qui s'avèrent être des pièges pour ceux qui les reçoivent.
  • On a aussi conservé l'expression latine timeo danaos et dona ferentes (« Je crains les Grecs même s'ils apportent des cadeaux »), c'est-à-dire « attention aux Grecs porteurs de cadeaux », mis dans la bouche de Laocoon dans l’Énéide[13].

Musée[modifier | modifier le code]

  • Un petit musée a été construit en 1955 sur le territoire de l'ancienne ville de Troie, près des Dardanelles (de nos jours en Turquie). Il présente les restes de la ville, ainsi qu'un cheval de bois construit pour symboliser celui de la légende.
Cheval utilisé dans le film Troie (2004).

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • La figure du cheval de Troie a été utilisée au cinéma, notamment dans le film Troie en 2004.

Informatique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cheval de Troie (informatique).

En informatique, un cheval de Troie désigne un type de programme informatique malveillant, invasif et parfois destructeur. Il est souvent porté :

  • soit par un logiciel sous licence et protégé, modifié par des hackers pour en faire cadeau à la communauté numérique ;
  • soit par certains gratuiciels, particulièrement lorsque ces derniers proviennent de sites de téléchargement apparemment légitimes voire réputés (ces derniers livrant le dit gratuiciel dans leur propre programme d'installation agissant tel un cheval de Troie, ajoutant un ou des programmes parasites aux côtés du gratuiciel et à l'insu de l'utilisateur).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les portes Scées (les portes de la ville de Troie) sont souvent citées par Homère dans son Iliade, mais le poète latin Virgile est le plus prolixe sur l'histoire du cheval de Troie dans son Énéide. Il dit que les Troyens ont « divisé leur mur » (II, 234), ce qui laisse à penser, soit qu'ils ont percé le mur, soit qu'ils ont élargi l'entrée, ou encore cela signifie seulement qu'ils ont ouvert les portes. Il ajoute que les Troyens ont eu grand peine à le faire entrer par la porte (soit le trou créé dans la muraille, soit de vraies portes), et ils s'y reprennent à quatre fois et même à quatre reprises on entend le bruit des armes des guerriers cachés au sein du cheval sans que cela n'éveille les soupçons (II,242-245). Une lecture plus large laisse à penser qu'il s'agit bien à l'esprit du poète des Portes Scées (Junon est dite explicitement placée à la tête des Grecs qui attaquent les portes Scées (II, 612)...
    Virgile, Énéide [détail des éditions] [lire en ligne] ; ou autre version latine et française en ligne [PDF]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Euripide, Les Troyennes [détail des éditions] [lire en ligne], 520.
  2. Homère, L'Iliade (édition enrichie), Gallimard Jeunesse, 208 p. (lire en ligne)
  3. Gérard Lambin, « Le Cheval de Troie », Gaia : revue interdisciplinaire sur la Grèce Archaïque, vol. 3, no 1,‎ , p. 97 (lire en ligne)
  4. Odyssée, édition de la Bibliothèque de la Pléiade, 1955, p. 604.
  5. L'Odyssée d'Homère, traduction de Leconte de Lisle, Pocket 1998 (ISBN 2-266-05356-6)
  6. Troy C. 1700-1250 BC, Nic Fields, Donato Spedaliere & Sarah S. Spedalier, Osprey Publishing, 2004, pages 51-52.
  7. Voir L'Odyssée, IV-708.
  8. The fall of Troy in early Greek poetry and art, Michael John Anderson, Oxford University Press, 1997, pages 22-23.
  9. (de) Fritz Schachermeyr, Die Levante im Zeitalterder Wanderungen vom 33. bis zum II. jalirhundert v. Chr. (Die Agaische Fruhzeit 5, Vienne, 1982), p. 99
  10. Alexandre Tourraix, Le mirage grec : l'Orient du mythe et de l'épopée, Presses universitaires de Franche-Comté, , p. 67.
  11. Alexandre Tourraix, op. cit., p. 58
  12. Télérama : L'histoire du cheval de Troie
  13. livre II v.49, lire en ligne

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]