Attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles
Image illustrative de l'article Attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles
Image de vidéosurveillance des trois personnes responsables des attentats à l'aéroport de Zaventem. À gauche, Najim Laachraoui ; au centre, Ibrahim El Bakraoui et à droite, Mohamed Abrini.
Première attaque
Localisation Zaventem, Belgique
Cible Aéroport de Bruxelles
Coordonnées 50° 53′ 53″ nord, 4° 28′ 59″ est
Deuxième attaque
Localisation Ville de Bruxelles, Belgique
Cible Station de métro de Maelbeek
Coordonnées 50° 50′ 38″ nord, 4° 22′ 38″ est

Date
De h 58 à h 11 (UTC+1)
Type Attentats-suicide
Morts 32 (et 3 kamikazes) :
Blessés 340[2]
Auteurs Najim Laachraoui, Ibrahim et Khalid El Bakraoui, Mohamed Abrini,
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique[3]
Mouvance Terrorisme islamiste

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles

Les attentats du à Bruxelles dans la région de Bruxelles-Capitale et dans la province du Brabant flamand, en Belgique, désignent une série de trois attentats-suicide à la bombe : deux à l'aéroport de Bruxelles à Zaventem et le troisième à Bruxelles, dans une rame du métro roulant dans un tunnel proche de la station Maelbeek, dans le quartier européen. Le bilan définitif fait état de 32 morts (hors kamikazes) et 340 blessés[4].

Ces attentats, revendiqués par l'organisation terroriste État islamique, sont les plus meurtriers commis jusqu'alors en Belgique. Les frères Ibrahim et Khalid El Bakraoui, originaires de la commune de Schaerbeek, proches de Salah Abdeslam, sont deux des auteurs de ces attentats, le premier s'étant fait exploser à l'aéroport de Bruxelles et le second dans la station de métro de Maelbeek. Najim Laachraoui[5], également de Schaerbeek qui apparaît avoir tenu un rôle notable dans l'organisation des attentats de Paris le , sous le faux nom de Soufiane Kayal, est identifié comme l'autre terroriste kamikaze qui s'est fait exploser dans le hall d'enregistrement de l'aéroport bruxellois. Mohamed Abrini, lui aussi impliqué dans les attentats de Paris, est identifié comme l'« homme au chapeau », le troisième terroriste de l'aéroport de Zaventem qui s'est enfui et qui a finalement été arrêté le 8 avril à Anderlecht.

L'enquête démontre que la même cellule terroriste islamiste franco-belge, constituée au départ autour d'Abdelhamid Abaaoud, a préparé, coordonné et commis les attentats de Paris le et ceux de Bruxelles le .

Contexte[modifier | modifier le code]

Les attentats de Bruxelles du ont lieu sept jours après les opérations policières de Forest du qui ont abouti trois jours plus tard à l'arrestation de Salah Abdeslam dans l'une des dix-neuf communes de Bruxelles-Capitale, à Molenbeek, dans le cadre de la procédure d’enquête sur les attentats du 13 novembre 2015 en France.

La Belgique fait également partie de la coalition internationale, depuis le elle engage six chasseurs F-16 qui bombardent les positions de l'État islamique en Irak[6].

Il semble que les auteurs prévoyaient initialement de frapper le quartier de La Défense et l'institut catholique Civitas. Ils auraient changé de cible en raison de la pression policière et de l'arrestation d'Abdeslam[7].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le à h 58, deux explosions se produisent dans le hall des départs de l'aéroport international de Bruxelles situé à Zaventem dans le Brabant flamand[8], l'une près de l'accueil de Brussels Airlines et l'autre près de celui d'American Airlines, où de nombreux passagers enregistraient leurs bagages pour un vol à destination de New York (États-Unis)[9].

Le plan catastrophe est déclenché à la suite de cette double explosion. L'ensemble du trafic aérien de l’aéroport est alors suspendu et le niveau d'alerte est remonté au niveau 4 pour toute la Belgique, cette décision ayant été prise par l'organe de coordination pour l'analyse de la menace.

Une autre explosion se produit à h 11 dans le métro bruxellois sur la rame qui quittait la station Maelbeek (rue de la Loi, dans le quartier européen) vers le centre ville [10]. Le bilan provisoire fait état de quinze morts et cinquante-cinq blessés pour cette troisième attaque[11].

Le Premier ministre belge Charles Michel indique qu'il s'agit de « deux attentats aveugles, violents et lâches » et évoque « de nombreux morts, de nombreuses personnes gravement blessées »[12]. Le Parquet fédéral confirme par la suite que les deux explosions de l'aéroport de Zaventem sont des attentats-suicide[13].

Bilan[modifier | modifier le code]

Il y aurait selon le bilan provisoire du 22 mars au soir 14 morts (dont 2 terroristes) et au moins 92 blessés lors de l'attentat de l'aéroport de Bruxelles, selon les pompiers[1]. Dans une déclaration du bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur lors d'une conférence de presse le 22 mars, l'attentat à la station de métro Maelbeek aurait fait, quant à lui, 17 morts (dont le terroriste) et 106 blessés dont 17 sont dans un état grave[14].

Le 28 mars, Maggie De Block annonce via Twitter que quatre victimes supplémentaires sont décédées dans les hôpitaux, portant le nombre total de victimes à 35[15]. Mais le lendemain, le parquet constate que trois personnes avaient été comptées deux fois ramenant le nombre à 32 (plus les 3 kamikazes)[16][réf. insuffisante].

Bilan au 25 mars 2016
Victimes (hors kamikazes)
Nationalité Morts Blessés Total
Drapeau de la Belgique Belgique 11[17] 6[18] 17
Drapeau des États-Unis États-Unis 4[19] 4 8
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 3[20] - 3
Drapeau de l'Italie Italie 2[21] - 2
Drapeau de la Suède Suède 2[22] - 2
Drapeau de la France France 1[23] 12 13
Drapeau de l'Espagne Espagne 1[21] 9 10
Drapeau du Maroc Maroc 1[24] 8 9[25]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1[26] 4 5
Drapeau de la Pologne Pologne 1[27] 3 4[28]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1[21] 1[21] 2
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 1[29] - 1
Drapeau du Pérou Pérou 1[30] - 1
Drapeau de l'Inde Inde 1[31] - 1
Drapeau de la Suisse Suisse 1[32] - 1
Drapeau du Portugal Portugal - 21 21
Drapeau de la Roumanie Roumanie - 4 4
Drapeau de la Hongrie Hongrie - 2 2
Drapeau du Brésil Brésil - 1 1
Drapeau de la Turquie Turquie - 1 1[33]
Drapeau de la Colombie Colombie - 1 1
Drapeau du Japon Japon - 1 1
Toutes nationalités confondues 32[16] 340[34] 368

Revendication et motivations[modifier | modifier le code]

Via l'agence Amaq, l'organisation terroriste État islamique revendique, dans l'après-midi du 22 mars 2016, la responsabilité de ces attentats[1],[3],[35],[36].

Enquête[modifier | modifier le code]

Les autorités belges publient plus tard dans la soirée une image provenant des caméras de surveillance de l'aéroport où figurent trois suspects dont deux qui seraient les kamikazes présumés avant l'attentat et un autre, activement recherché, qui a fui semble-t-il. Par ailleurs, la police précise qu'elle a trouvé une kalachnikov sur le lieu de l'explosion[37]. De plus, le gouverneur de la province du Brabant flamand, Lodewijk De Witte, déclare qu'une troisième bombe qui a été introduite également n'a pas explosé[38]. Le procureur fédéral belge, Frédéric Van Leeuw, a déclaré que les deux suspects apparaissant têtes nues avaient « probablement commis un attentat-suicide », et étaient donc probablement morts. Le troisième homme, en habits clairs, avec des lunettes et un chapeau noir et pour lequel un avis de recherche a été lancé, est « activement recherché »[39]. Des perquisitions sont menées en plusieurs endroits du pays. Un conducteur de taxi reconnaît les trois suspects et indique qu'il les a pris en charge en bas d'un immeuble à Schaerbeek, une commune du nord-est de Bruxelles. La police y perquisitionne un appartement. Un engin explosif contenant des clous, ainsi que des produits chimiques et un drapeau de l'État islamique y ont été découverts[39].

Le responsable de la lutte antiterroriste de la police de New York, John Miller, a annoncé lors d'une conférence de presse que des enquêteurs américains du FBI, accompagnés de membres de la police new-yorkaise, allaient se joindre à l'enquête en cours, menée par la Belgique, du fait que parmi les victimes des attentats on dénombre aussi des Américains[40].

Le bourgmestre de la commune de Zaventem, Francis Vermeiren, a déclaré à propos des kamikazes de l'aéroport de Zaventem : « Ils sont venus en taxi […], leurs bombes étaient dans les valises. Ils ont mis leurs valises dans des chariots. Les deux premières bombes ont explosé. […] Le troisième a aussi mis sa valise sur un chariot mais il a dû paniquer, elle n'a pas explosé. »[41]. Selon la chaîne de télévision belge RTBF, information confirmée par la police belge, deux des kamikazes seraient les frères Ibrahim et Khalid El Bakraoui, des proches de Salah Abdeslam précédemment tous deux condamnés par la justice pour grand banditisme[42]. Ils seraient liés aux attentats de Paris du 13 novembre 2015 dans la mesure où Khalid El Bakraoui serait l'homme qui aurait loué la « planque » de Charleroi d'où est parti un des commandos des attaques de Paris, et également l'appartement à Forest (banlieue de Bruxelles) où se trouvaient d'autres terroristes dont Salah Abdeslam qui avaient échangé des coups de feu avec la police venue le perquisitionner ce qui avait entraîné la mort de Mohamed Belkaid alias Samir Bouzid, et la fuite d'Abdeslam interpellé trois jours plus tard à Molenbeek[43],[44].

Lors d'une conférence de presse donnée le 23 mars, le procureur Van Leeuw explique que sur la photo des trois suspects de l'attentat commis à l'aéroport de Zaventem, le terroriste de gauche qui s'est fait exploser, et celui de droite coiffé d'un chapeau qui a pris la fuite, ne sont pas encore identifiés. Celui du centre l'est en revanche grâce à ses empreintes digitales : il s'agit d'Ibrahim El Barkaoui[45]. Tous trois poussaient des chariots sur lesquels étaient posés des sacs contenant des charges explosives. Le frère d'Ibrahim El Bakraoui, Khalid, est pour sa part le kamikaze qui s'est fait exploser dans la station de métro de Maelbeek au centre de Bruxelles[45]. Finalement, Najim Laachraoui (24 ans, né au Maroc le ), connu pour son rôle notable dans l'organisation des attentats du 13 novembre 2015 à Paris (soupçonné d'être à la fois coordinateur et artificier des attentats les plus meurtriers commis en France[46]) sous le faux nom de Soufiane Kayal, est identifié par son ADN comme le deuxième kamikaze de l’aéroport de Zaventem[47].

Les frères El Bakraoui et Najim Laachraoui sont tous les trois impliqués à un niveau ou à un autre dans les attentats de Paris le 13 novembre 2015. L'enquête démontre que la même cellule terroriste islamiste, constituée autour d'Abdelhamid Abaaoud, qui aurait agrégé à travers la France, la Belgique et la Syrie une trentaine de djihadistes « liés par les amitiés de quartier, la délinquance ou l’expérience initiatique du passage en Syrie »[48], est bien responsable des deux attentats les plus meurtriers commis en France et quatre mois plus tard en Belgique[49],[50].

Le jeudi 24 mars 2016 en début de soirée, trois personnes sont arrêtées à bord de leur véhicule face au bâtiment du parquet fédéral à Bruxelles[51]. On apprend le 26 mars 2016 qu'une des personnes arrêtées est le nommé Fayçal Cheffou. Ce dernier est présenté devant le juge d'instruction le vendredi 25 mars 2016, lequel l'inculpe et le place sous mandat d'arrêt du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste, assassinats terroristes et tentative d'assassinats terroristes[52]. Son domicile est également perquisitionné, sans qu'aucune arme ou explosif ne soit retrouvé[53]. Le chauffeur de taxi qui avait convoyé les trois terroristes de leur planque de Schaerbeek à l'aéroport, et qui avait par la suite mené les enquêteurs vers cet appartement conspiratif rempli d'armes lourdes et de matériel explosif, reconnaît le troisième terroriste, surnommé par la presse « l'homme au chapeau », comme étant Fayçal Cheffou[51],[54]. Fayçal Cheffou connu des autorités judiciaires, aurait notamment été arrêté administrativement à plusieurs reprises pour avoir tenté de recruter des personnes en séjour illégal dans le parc Maximilien à Bruxelles, lors de la crise migratoire en Europe[55]. Par le passé, il se présente également comme étant un « journaliste indépendant »[56]. Il est libéré le 28 mars, sans être poursuivi par la justice. Il est cependant interpellé de nouveau le lendemain à Merchtem par la police pour soupçon d'intrusion dans une habitation privée, qui avait par ailleurs fait l'objet d'une perquisition plus tôt dans la journée dans le cadre d'un autre dossier d'enquête pour terrorisme[57].

Après avoir renoncé à passer à l'acte, « l'homme au chapeau » reste à Bruxelles et dort dans les parcs. Le 7 avril, Mohamed Abrini rencontre une connaissance à laquelle il demande un soutien. Ils conviennent de se retrouver le lendemain non loin du square Albert. Le 8 avril, Abrini reçoit 400 €, mais il est arrêté quelques instants plus tard à Anderlecht et identifié sous sa véritable identité[58]. Le même jour, les autorités belges arrêtent Osama Krayem, un jeune Suédois qui aurait assisté les kamikazes en achetant les sacs utilisés lors des attentats de l’aéroport et du métro. Ses traces ADN sont retrouvées dans la planque de rue Henri-Bergé, à Schaerbeek, utilisée par Salah Abdeslam au début de sa cavale en novembre 2015. Krayem se serait enregistré sous une fausse identité, le 20 septembre, sur l’île grecque de Leros tout comme un de ses complices Sofiane Ayari arrêté en compagnie de Salah Abdeslam le 18 mars[59].

En avril 2017, la police espagnole arrête des personnes suspectées d'être en lien avec ces attentats[60].

Répercussions en Belgique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Opération Vigilant Guardian.

Le gouvernement décrète trois jours de deuil national[61]. Un jour après les attentats de Bruxelles, une foule de Bruxellois s'est recueillie devant la Bourse pour observer, à midi, une minute de silence[62][réf. insuffisante].

Conséquences sécuritaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération Vigilant Guardian.
« Restez là où vous êtes, évitez tout déplacement, privilégiez les communications par SMS ou via les réseaux sociaux. ».
Panneau de recommandations affiché à Bruxelles le jour des attentats.

Le niveau d'alerte anti-terroriste passe à son niveau maximal (niveau quatre : risque très grave et imminent) pour toute la Belgique. Ce niveau avait déjà été atteint lors des attentats du 13 novembre 2015 à Paris[63]. Un millier de militaires sont alors déployés à Bruxelles dans le cadre de l'opération Vigilant Guardian[63]. Cette opération militaire de sécurisation, lancée à la suite des attentats de janvier 2015 en France, sera au fur et à mesure considérablement renforcée.

L'ensemble du réseau de transports en commun de l'agglomération bruxelloise est arrêté peu après l'explosion dans le métro[64][réf. insuffisante]. Le centre de crise belge demande aux Bruxellois de ne pas quitter le lieu où ils se trouvent, et les élèves sont confinés dans les écoles à l'heure du déjeuner[65].

Le campus de l'université libre de Bruxelles est évacué[66]. Il en est de même pour le campus bruxellois de l'université catholique de Louvain où tous les cours de la journée ont été annulés.

Un jour après les attentats, le 23 mars, le match opposant la Belgique au Portugal qui devait se dérouler le mardi 29 mars au stade Roi Baudouin, a été déplacé à Leiria, au Portugal[67][réf. insuffisante].

Le 26 mars 2016, quatre jours après les attentats de Bruxelles, la chanteuse américaine Mariah Carey annule son concert prévu en Belgique le dimanche 27 mars qui devait avoir lieu à Forest National[68][réf. insuffisante].

Conséquences sur la mobilité[modifier | modifier le code]

Fleurs et gerbes devant l'entrée de la station Maelbeek, rue de la Loi (24 mars).

L'ensemble des transports en commun de Bruxelles sont mis à l'arrêt jusqu'à nouvel ordre[69]. Le 23 mars, la STIB met en place un système de réseau ultra-sécurisé avec l'aide de militaires qui inspectent chaque voyageur, les lignes de métro 2 et 6 ainsi que le tram 81 restent à l'arrêt alors que le reste des infrastructures fonctionnent de manière limitées. La ligne de métro reliant les stations Herrmann-Debroux et Stockel à Érasme ne s'arrête que sur les principales stations[70]. Le métro ne rouvre dans son entièreté que trois semaines après les attentats. Cependant, il arrive régulièrement que des stations soient fermées lors d'un événement afin de garantir la sécurité du public.

Les gares ferroviaires de Bruxelles-Midi, Bruxelles-Nord, Bruxelles-Central, Bruxelles-Schuman, Bruxelles-Luxembourg, Delta, et Schaerbeek sont évacuées et fermées jusqu'à nouvel ordre[71] ; de même pour les tunnels routiers, eux aussi provisoirement bloqués[72]. Le 22 mars, vers 17 h, les gares de Bruxelles-Midi, Bruxelles-Nord, Bruxelles-Central, Bruxelles-Luxembourg rouvrent leurs portes avec un contrôle systématique de tous les voyageurs, mené par les militaires déployés depuis 14 h dans le centre-ville[73]. Les gares de Bruxelles-National-Aéroport, Bruxelles-Congrès, Bruxelles-Chapelle, Mérode, Simonis, Delta et Bruxelles-Schuman restent inaccessibles aux voyageurs[73].

Conséquences économiques[modifier | modifier le code]

À la suite des attentats du 22 mars, l'économie de la Belgique devrait subir une baisse d'environ 0,1 % du produit intérieur brut[74],[75]. Ainsi, l'impact des attentats est jugé limité[76].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Fleurs et bougies au sol, et messages de soutiens sur le mur de l'ambassage de Belgique à Varsovie.
Hommage devant l'ambassade de Belgique à Varsovie, en Pologne.

Réactions politiques internationales[modifier | modifier le code]

Barack et Michelle Obama, leurs deux filles et Raul Castro observant une minute de silence la tête baissée.
Raúl Castro, Barack Obama et Michelle Obama observant une minute de silence en hommage aux victimes des attentats à La Havane le 22 mars 2016.
  • Drapeau de l'Algérie Algérie : le président Abdelaziz Bouteflika a présenté ses condoléances dans un message adressé au roi Philippe : « Je leur présente, à travers Votre Majesté, au nom du peuple et du gouvernement algériens, et en mon nom personnel, nos très sincères condoléances et notre profonde compassion accompagnées de nos vœux de prompt rétablissement aux blessés. »[77].
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : la chancelière fédérale Angela Merkel a évoqué sur Twitter des « attaques méprisables ». Elle a demandé une « solidarité avec les victimes et détermination contre les terroristes[78] ».
  • Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite : le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud condamne fermement les attentats terroristes de Bruxelles. Il appelle à un effort international pour combattre et éliminer ce fléau qui est condamné par toutes les religions. Par télégramme, il a présenté ses condoléances au roi Philippe : « Au nom du gouvernement et du peuple saoudien, nous présentons nos condoléances à Sa Majesté, les familles des victimes et au peuple frère de la Belgique ». D'autres personnalités et diverses institutions saoudiennes ont également condamné les attaques et présenté leurs condoléances[79].
  • Drapeau de l'Autriche Autriche : Sebastian Kurz déclare que « ces actes lâches de terreur ne peuvent pas ébranler l'Europe, nous allons résolument nous défendre contre cette barbarie »[80].
  • Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan : le président Ilham Aliyev a émis ses condoléances au Premier ministre belge[81].
  • Drapeau du Canada Canada : le Premier ministre, Justin Trudeau, a condamné les actes sur Twitter : « Je condamne fermement les attaques terroristes de Bruxelles. Mes pensées vont aux victimes et à nos alliés de la Belgique et de l'UE. »[82],[83].
  • Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord : Kim Yong-nam, président du présidium de l'Assemblée populaire suprême de la Corée du Nord, a envoyé un message de soutien à la Belgique, en exprimant « sa compassion et sa sympathie à l'égard du roi Philippe, des victimes et de leur famille »[84].
  • Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud : le ministre des Affaires étrangères pour les Coréens d'outre-mer, Lee Key-cheol, a fermement condamné les attaques et a exhorté ses concitoyens expatriés à accorder « une attention particulière » à leur sécurité, déclarant qu'« aucun endroit dans le monde n'est à l'abri de la menace du terrorisme ». Le ministre des Affaires étrangères Cho June-hyuk a présenté ses condoléances et sa sympathie à toutes les victimes, à leur famille et au gouvernement belge[85].
  • Drapeau du Danemark Danemark : le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen a dénoncé une « attaque abjecte »[78].
  • Drapeau de l'Espagne Espagne : le président du gouvernement Mariano Rajoy déclare que « le terrorisme ne parviendra pas à nous vaincre. L'unité des démocrates en Europe l'emportera toujours sur la barbarie et la folie. »[80].
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : le président Barack Obama a condamné les attaques. « Les pensées et prières des Américains vont au peuple belge, et nous sommes tous solidaires pour combattre ces attaques contre des innocents ». Il a aussi indiqué que la coalition contre l'État islamique continuera les attaques aériennes contre les combattants[86]. Son secrétaire d'État, John Kerry, prononcera un « Je suis Bruxellois » et « Ik ben Brussel » dans la capitale de la Belgique[87][réf. insuffisante].
  • Drapeau de la France France : le président de la République française, François Hollande, a annoncé quelques heures après les attaques de Bruxelles que « l'Europe était visée et le monde concerné », message affiché sur les chaînes d'information françaises aux alentours de 12 h 30[88]. À l'Assemblée nationale, son Premier ministre Manuel Valls affirme que l'Europe est « en guerre » contre le terrorisme. Il publie sur Twitter un message de condoléances avec un dessin de Plantu[89]. Michel Sapin, ministre des Finances, interrogé sur le « communautarisme » des quartiers où ont grandi les auteurs des attaques du 13 novembre, a déploré « une forme de naïveté » de certains responsables politiques belges[90].
  • Drapeau de la Grèce Grèce : le Premier ministre Alexis Tsipras a exprimé sur Twitter « la solidarité profonde de la Grèce avec les peuples belge et européen ». « La peur, la rage religieuse et le racisme ne devraient prédominer en Europe[78] ».
  • Drapeau de l'Inde Inde : le Premier ministre Narendra Modi a indiqué sur Twitter : « Les nouvelles de Bruxelles sont troublantes. Ces attaques sont condamnables. Condoléances aux familles des personnes décédées. Puissent les blessés guérir rapidement[78] ».
  • Drapeau de l'Italie Italie : le président du Conseil des ministres Matteo Renzi a exprimé sur Twitter : « De cœur et d'esprit à Bruxelles, Europe[78] ».
  • Drapeau du Maroc Maroc : Mohammed VI a contacté son homologue belge Philippe quelques heures après les attentats et a ensuite condamné « vigoureusement » les attentats, et a exprimé sa « solidarité absolue » avec le peuple belge[91],[92].
  • Drapeau de la Norvège Norvège : selon le ministre des Affaires étrangères Børge Brende, « pour la plupart des gens, Bruxelles est synonyme de coopération pacifique entre les pays européens[80] ». Il déclare également : « Je condamne avec la plus grande fermeté les attentats terroristes perpétrés aujourd’hui à Bruxelles. Mes pensées et ma sympathie vont aux victimes et à leurs familles. Nous sommes solidaires de la Belgique et du peuple belge. »[93].
  • Drapeau de l'Ordre souverain de Malte Ordre souverain de Malte : le grand-maître Matthew Festing a présenté ses « condoléances à toute la nation belge » en rappelant que « Les attaques menées hier constituent un attentat contre nos principes communs de liberté et de paix »[94],[réf. insuffisante].
  • Drapeau des Nations unies ONU : le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, condamne fermement ces attentats et espère que « les responsables seront rapidement traduits en justice »[95].
  • Drapeau du Pakistan Pakistan : le Premier ministre Nawaz Sharif a réagi en estimant que le terrorisme n'est pas une menace pour un seul pays ou une seule nation mais pour l'ensemble de l'humanité et « qu'il est grand temps que cette menace soit combattue collectivement pour la sauvegarde de nos générations futures[78] ».
  • Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas : le Premier ministre Mark Rutte a estimé que « l'Europe a été touchée au cœur ». Le continent ne pliera pas : « nous restons qui nous sommes et ce que nous sommes : une société ouverte et démocratique, qui ne se laisse pas diriger par des attentats[78] ».
  • Drapeau de la Pologne Pologne : le président Andrzej Duda exprime ses condoléances aux victimes sur le Twitter : « Choqué par les informations sur les attentats de #Bruxelles. Condoléances pour les familles des Victimes. »[96].
  • Drapeau du Portugal Portugal : le président Marcelo Rebelo de Sousa déclare : « C'est dans ces moments que l'on se rend compte que ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise. C'est la lutte pour la démocratie, pour la liberté et pour les droits de l'Homme, pour la dignité »[80].
  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : pour le Premier ministre David Cameron, « ces attaques ont visé la Belgique mais elles auraient pu avoir lieu au Royaume-Uni, en France en Allemagne et n’importe où en Europe. Nous devons rester unis contre ces affreux terroristes, et nous assurer qu’ils ne gagneront jamais »[97].
  • Drapeau de la Russie Russie : le président Vladimir Poutine a exprimé ses condoléances au roi Philippe, condamnant un acte de barbarie « qui ne peut être expliqué et démontre une nouvelle fois que le terrorisme ne connaît pas de frontières et représente une menace globale ». Il estime aussi que « la lutte contre ce mal appelle la coopération internationale la plus active[78] ».
  • Drapeau de Singapour Singapour : le Premier ministre de Singapour Lee Hsien Loong a adressé ses condoléances par lettre à Charles Michel[98].
  • Drapeau de la Suède Suède : le Premier ministre Stefan Löfven a affirmé que les explosions à Bruxelles sont le fruit d'« une attaque contre l'Europe démocratique[78] ».
  • Drapeau de la Suisse Suisse : le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann a condamné sévèrement ces attentats et, au nom du Conseil fédéral et de la population suisse, il a présenté ses sincères condoléances et tout son soutien aux proches des victimes[99].
  • Drapeau de la Tunisie Tunisie : le gouvernement tunisien a condamné les attaques[100].
  • Drapeau de la Turquie Turquie : le président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré, en français, sur Twitter : « Exposé aux lâches attaques des différentes organisations terroristes notre peuple ressent profondément et partage la douleur du peuple belge. »[101]. Il a également indiqué qu'Ibrahim El Bakraoui avait été arrêté en juin 2015 dans le Sud de la Turquie, et expulsé vers la Belgique le [102]. Le ministre de la Justice belge, Koen Geens, dément et affirme que ce kamikaze a été renvoyé aux Pays-Bas et non en Belgique[103].
  • Drapeau de l’Union européenne Union européenne : Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, a déclaré : « Ces attaques touchent aujourd'hui Bruxelles, hier Paris. L'Europe dans son entièreté est visée. L'Union européenne et les Institutions doivent et resteront unies face à la terreur. »[104]. Les capitales européennes s'illuminent aux couleurs belges en soutien à la Belgique[105].

Mesures sécuritaires européennes[modifier | modifier le code]

Des réunions de crise à Paris, Amsterdam et à Londres ont eu lieu à la suite de ces attentats[106].

Londres déconseille à ses ressortissants de se rendre en Belgique « sauf raison impérative »[107]. Le Royaume-Uni, tout comme la France, annonce que la sécurité des points névralgiques de transport sera renforcée. Mark Rutte annonce un renforcement de la garde dans les aéroports de Schiphol, Rotterdam et Eindhoven[108], et un contrôle accru de la frontière belgo-néerlandaise.

La Pologne annonce son refus d'accueillir des migrants sur son sol dans le cadre du programme de répartition de l'Union européenne[109].

Le président de la République française, François Hollande, a annoncé la mise en berne des drapeaux en façade des édifices publics[110]. Le ministre de l’Intérieur français, Bernard Cazeneuve, a annoncé un renforcement du dispositif policier avec mille six cents policiers et gendarmes supplémentaires déployés dès le 22 mars dans les infrastructures de transport aérien, maritime et ferroviaire[111]. La ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a annoncé le matin du 22 mars que les « voyages scolaires en direction de la Belgique ou en transit par ce pays sont annulés »[112].

Autorités religieuses[modifier | modifier le code]

Autorités musulmanes[modifier | modifier le code]

L'université Al-Azhar, institution sunnite située au Caire, condamne les attentats, estimant qu'ils violent « les enseignements tolérants de l'islam »[113].

Le jour des attentats, le secrétariat général du Comité permanent des savants de l'Ifta (oulémas d'Arabie saoudite) proclame sa « condamnation des attentats terroristes qui ont visé la Belgique et ont causé de nombreuses victimes et blessés, insistant dans ce contexte sur le fait que le monde entier doit s’entraider dans la lutte contre le terrorisme, quelle que soit sa source et quelle que soit la région qui est visée »[114],[115].

Ce même jour, la Grande mosquée de Bruxelles diffuse, notamment sur son site et sa page Facebook, un communiqué au nom du Centre Islamique et Culturel de Belgique présentant les condoléances « aux familles des innocentes victimes de ces actes criminels et à l'ensemble du peuple belge », condamnant « avec la plus grande vigueur et sans réserve ces attentats terroristes abjects », affirmant soutien « indéfectible » et solidarité « inconditionnelle » aux secouristes et autorités publiques belges[116]. Lors de la prière du vendredi 25 mars, l'imam de la Grande mosquée a exprimé la compassion de la communauté musulmane de Belgique envers les victimes et exhorté les fidèles à donner leur sang[117]. Les très nombreux fidèles ont ensuite participé à une minute de silence dans le parc du Cinquantenaire où est située la mosquée[118]. Puis, ils sont partis à la station de métro Maelbeek pour rendre hommage aux morts. Sur place, ils ont observé une minute de silence[119].

Le conseil des théologiens musulmans de Belgique aurait toutefois refusé[120] qu'une prière soit adressée par les imams du pays pour toutes les victimes, car elles ne sont pas toutes de confession musulmane, une information confirmée par l’islamologue Michaël Privot qui ajoute que « Il a été refusé de réciter cette prière en hommage à des mécréants pour reprendre les propos. Une minute de silence a également été proposée lors de la réunion, qui a été une nouvelle fois refusée »[121], ce que conteste l’Exécutif des musulmans de Belgique[122],[123].

Hiérarchie catholique[modifier | modifier le code]

Le pape François condamne « la violence aveugle qui engendre tant de souffrances » et « implore de Dieu le don de la paix ». S'associant à la peine et à la prière des proches, il « invoque sur les familles éprouvées et sur les Belges le bienfait des Bénédictions divines »[124].

Très rapidement après les attentats, la Conférence épiscopale de Belgique publie un communiqué : « Les évêques partagent l’angoisse de milliers de voyageurs et de leurs familles, des professionnels de l’aviation et des équipes de secours une nouvelle fois sur la brèche. Ils confient les victimes à la prière de tous dans cette nouvelle situation dramatique. Les aumôniers de l’aéroport sont quotidiennement au service de tous et apporteront le soutien spirituel nécessaire. Que l’ensemble du pays puisse vivre ces jours en grande responsabilité citoyenne ». De son côté, Mgr Jean Kockerols, évêque auxiliaire responsable de Bruxelles, se dit abasourdi et confie « pleurer avec ceux qui pleurent. Car, loin de la polémique, le chrétien doit être solidaire de ce qui se passe dans sa cité »[125]. Mgr Jozef De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles, rappelle quant à lui la parole du prophète Ézéchiel : « J'ôterai de votre chair le cœur de pierre, je vous donnerai un cœur de chair » (Ez 36, 26) et appelle à ne pas se retourner contre les immigrés qui redeviendraient alors « une nouvelle fois victimes »[126]. À Bruxelles et Tournai, les messes chrismales prévues le jour-même sont également annulées[125].

Réseaux sociaux[modifier | modifier le code]

Facebook a activé son dispositif Safety check à 11 heures[127]. Le hashtag « #JeSuisBruxelles » se propage sur Facebook, Twitter et Instagram[128]. Sur Twitter, deux tweets publiés par Robert Ménard et Bruno Le Roux quelques minutes après l'annonce des explosions à Bruxelles suscitent l'indignation de certains internautes[129]. Le premier estime en effet avec ironie qu'il y a « peu de chance que ce soit l'œuvre de militants néo-nazis ».

Le hashtag « #StopIslam » est le hashtag le plus partagé sur Twitter le 22 mars[130],[131].

La chanson Bruxelles de Dick Annegarn, est devenue, moins de vingt-quatre heures après la tragédie, un hymne de soutien aux victimes, notamment grâce aux réseaux sociaux, où une vidéo de la chanson est diffusée[132],[133].

Autres hommages[modifier | modifier le code]

À Lille, « capitale des Flandres » proche de la frontière belge, les dizaines de rampes lumineuses installées au-dessus de la rue Gambetta, sont passées au noir, jaune, rouge, en hommage aux victimes dès le mardi soir, jour de l'attentat[134].

La mairie de Paris a annoncé aux chaînes d'information que « la tour Eiffel serait allumée aux couleurs de la Belgique » le soir même des attentats[135]. La porte de Brandebourg, la fontaine de Trevi et le World Trade Center sont également illuminés en solidarité le soir suivant les attentats[136].

À Amiens, la gare du Nord a revêtu les couleurs de la Belgique grâce aux spots lumineux équipant la verrière.

À Lyon, le palais de justice a été illuminé aux couleurs du drapeau belge à l'initiative du maire[137].

La Belgique a respecté à midi, le 23 mars, à la place de la Bourse, à la Commission européenne et partout en Belgique, une minute de silence suivie par des applaudissements qui ont duré plus de deux minutes, des millions de Belges se sont rassemblées pour rendre hommage aux victimes de l'attentat le plus meurtrier de Belgique. Cette minute de silence a été suivie par de nombreuses chaînes de télévision belges et par des chaînes internationales à 12 h (heure de Bruxelles - UTC+01). À Anderlecht, cette minute de silence est troublée par un groupe de dix individus, qualifiés de « jeunes » par les médias. L'un d'eux est interpellé par les services de police[138].

Le 22 mai 2016, la famille royale belge a rendu hommage aux victimes des attentats de Bruxelles ainsi qu'aux rescapés et aux secours lors d'une cérémonie au Palais royal[139].

Le dessinateur belge François Schuiten a rendu un hommage à travers une série de dessins.[140]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « L'État islamique revendique les attaques de Bruxelles : 34 morts, au moins 260 blessés (LIVE) », sur La Libre, (consulté le 22 mars 2016).
  2. « 16 h 30 - Bilan provisoire des victimes des attentats », sur centredecrise.be (SPF Intérieur), .
  3. a et b « Daech revendique les attentats de Bruxelles », sur L'Obs, (consulté le 22 mars 2016).
  4. lefigaro.fr, « Attentats à Bruxelles : le bilan des victimes revu une nouvelle fois », sur Le Figaro (consulté le 28 mars 2016).
  5. Frère de Mourad Laachraoui.
  6. Johanne Montay, « F16 belges dans la coalition : entre deux règnes, une équipe de trop », sur Radio-télévision belge de la Communauté française, (consulté le 7 octobre 2014).
  7. « Civitas visé par Daech ? « Tout cela ne doit pas être sérieux » », LCI, .
  8. « Bruxelles, 22 mars 2016, h 58, la Belgique plonge dans l'horreur : voici les 11 images qui résument l'inimaginable dans notre pays », sur LaCapitale.be, consulté le 22 mars 2016.
  9. « Attentat-suicide à Brussels Airport : les opérations de recherche et de secours terminées », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne).
  10. « Une explosion dans une station de métro près du quartier européen à Bruxelles », LeMonde.fr, consulté le 22 mars 2016.
  11. Rédaction, et Belga, « Explosions au métro de Maelbeek : 20 morts, 55 blessés dont 10 dans un état critique (PHOTOS & VIDÉOS) », sur DH.be, (consulté le 22 mars 2016).
  12. BFMTV, « EN DIRECT - Bruxelles : l'attentat à l'aéroport « probablement provoqué par un kamikaze », dit le procureur », sur BFMTV, (consulté le 22 mars 2016).
  13. William Plummer, « Bruxelles : le premier ministre belge déplore deux attentats « aveugles, violents et lâches » », sur Le Figaro (consulté le 22 mars 2016).
  14. Rédaction en ligne, AFP et Belga, « Explosions au métro de Maelbeek : une situation « extrêmement chaotique » (PHOTOS & VIDEOS) », sur La Libre, (consulté le 22 mars 2016).
  15. « Communicatie on Twitter », sur Twitter (consulté en 28 mars 2016 28).
  16. a et b lesoir.be, « Attentats de Bruxelles: toutes les victimes sont connues ».
  17. Newmedia, « Attentats à Bruxelles: toutes les victimes ont désormais été identifiées ».
  18. « Attentats de Bruxelles : ce que l'on sait des 31 victimes », .
  19. lefigaro.fr, « Bruxelles : quatre victimes américaines confirmées ».
  20. lesoir.be, « Bart, Alexander, Sascha : de nouvelles victimes des attentats identifiées ».
  21. a, b, c et d Belga), « Attentats de Bruxelles : toutes les victimes des attentats identifiées ».
  22. (sv) « Ännu en svensk kvinna död i terrordådet i Bryssel - DN.SE », Dagens Nyheter, .
  23. « Attentats à Bruxelles : un mort et douze blessés français », France Info, .
  24. Belga), « Attentats de Bruxelles : toutes les victimes des attentats identifiées ».
  25. « Attentats de Bruxelles : une Marocaine tuée et huit autres blessés, dont deux grièvement ».
  26. web), « Décédé à Maelbeek, David Dixon avait échappé à l'attaque de Zaventem », La Libre, .
  27. (pl) « 61-letnia Polka zginęła na stacji metra Maalbeek. Była poszukiwana zaraz po zamachach w Brukseli », sur www.tvp.info (consulté le 30 mars 2016).
  28. (pl) Polska, « Zamachy w Brukseli. MSZ: trzech Polaków rannych, zostali hospitalizowani », Wiadomości, .
  29. « Un Chinois parmi les personnes tuées dans les attentats de Bruxelles », Xinhua, .
  30. lesoir.be, « David, Loubna, Elita, la liste des victimes des attentats de Bruxelles s’allonge ».
  31. « Infosys Employee Missing After Brussels Attacks Is Dead: Indian Embassy ».
  32. (nl) Temmerman, « Klaar voor reisje voor eerste huwelijksverjaardag, omgekomen aan de incheckbalie », Het Nieuwsblad, .
  33. (en) « One Turk wounded in Brussels attack - EUROPE », Hürriyet Daily News, .
  34. lefigaro.fr, « Le bilan des attentats de Bruxelles révisé ».
  35. Lefigaro.fr avec Reuters, « Le groupe État islamique revendique les attentats de Bruxelles », sur Le Figaro (consulté le 22 mars 2016).
  36. Le Point, magazine, « EN DIRECT. Attentats de Bruxelles : Daech revendique les attaques », sur Le Point (consulté le 22 mars 2016).
  37. Rédaction, « Attentats de Bruxelles : le détail révélateur sur la photo des suspects à Brussels Airport », sur www.lalibre.be (consulté le 22 mars 2016).
  38. Rédaction en ligne, AFP et Belga, « Attentat à l'aéroport de Bruxelles : les assaillants transportaient les bombes dans des valises », sur La Libre, (consulté le 22 mars 2016).
  39. a et b AFP, « Attentats de Bruxelles : Un engin explosif, des produits chimiques et un drapeau de l'EI retrouvés à Schaerbeek », sur La Libre, (consulté le 23 mars 2016).
  40. RTL Newmedia, « Attentats à Bruxelles - Le FBI débarque en Belgique pour enquêter », sur RTL Info (consulté le 23 mars 2016).
  41. L'essentiel, « L'essentiel Online - La Belgique se réveille dans la douleur - Europe », sur L'essentiel (consulté le 23 mars 2016).
  42. M.Bn (Avec Afp), « Les kamikazes de l’aéroport seraient deux frères liés aux attentats de Paris », sur Le Soir, (consulté le 23 mars 2016).
  43. « EN DIRECT - Attentats de Bruxelles : deux kamikazes auraient été identifiés », sur Le Figaro (consulté le 23 mars 2016).
  44. Rédaction Dernière Heure et Belga, « Attentats de Bruxelles : les deux kamikazes identifiés, le 3e homme serait Najim Laachraoui (DIRECT) », (consulté le 23 mars 2016).
  45. a et b Christian Lemenestrel, « Attentats de Bruxelles : deux terroristes identifiés », sur Le Figaro (consulté le 23 mars 2016).
  46. Soren Seelow, « Attentats de Bruxelles : Najim Laachraoui identifié comme le deuxième kamikaze de l’aéroport », sur Le Monde.fr (consulté le 23 mars 2016).
  47. Eugénie Bastié, « Laachraoui, l'artificier des attentats de Paris est mort en kamikaze à l'aéroport de Bruxelles », sur Le Figaro (consulté le 23 mars 2016).
  48. Célian Macé et Willy Le Devin, « 13 novembre - 22 mars : deux opérations, un seul groupe », sur Libération.fr, (consulté le 24 mars 2016).
  49. « Europe - Attentats de Bruxelles : trois kamikazes identifiés, tous impliqués dans les attentats de Paris », sur France 24 (consulté le 24 mars 2016).
  50. Les décodeurs, « Attentats de Bruxelles : les multiples visages de la filière franco-belge », sur Le Monde.fr, (consulté le 29 mars 2016).
  51. a et b lesoir.be, « Fayçal Cheffou identifié comme le 3e homme du commando de Zaventem », sur lesoir.be (consulté le 26 mars 2016).
  52. lanouvellegazette.be, « Attentats de Bruxelles : Fayçal Cheffou, placé sous mandat d’arrêt, serait bien l’homme au chapeau de Zaventem », sur lanouvellegazette (consulté le 26 mars 2016).
  53. « Mandat d’arrêt contre Fayçal Cheffou, « l’homme au chapeau » ? », sur www.lavenir.net (consulté le 26 mars 2016).
  54. « Attentats : six personnes arrêtées jeudi, nouvelle arrestation ce vendredi à Forest », sur RTBF Info (consulté le 26 mars 2016).
  55. « Fayçal Cheffou sous mandat d'arrêt pour assassinats terroristes », sur 7sur7.be (consulté le 26 mars 2016).
  56. rédaction en ligne, « Fayçal Cheffou a été inculpé et serait l'homme au chapeau, Abderahmane Ameroud interpellé hier à Schaerbeek (DIRECT) », sur www.lalibre.be (consulté le 26 mars 2016).
  57. rédaction en ligne, « Fayçal Cheffou à nouveau arrêté », sur www.lalibre.be (consulté le 31 mars 2016).
  58. Julien Balboni, « Attentats de Bruxelles : « L'homme au chapeau » a été donné par un de ses « amis » », leparisien.fr, (consulté le 21 mars 2017).
  59. Pierre Alonso, « Osama Krayem, nouveau lien entre Bruxelles et Paris », liberation.fr, (consulté le 22 avril 2016).
  60. Agence France Presse, « Barcelone: opération antijihadiste en lien avec les attentats de Bruxelles », lepoint.fr, (consulté le 25 avril 2017)
  61. « Belgique : trois jours de deuil national décrétés par le gouvernement fédéral », RTBF.be.
  62. lesoir.be, « La Belgique rend hommage aux victimes des attentats de Bruxelles (direct) ».
  63. a et b « Attentats à Bruxelles : la Belgique placée à son niveau d’alerte maximal », sur lemonde.fr, (consulté le 22 mars 2016).
  64. « Twitter ».
  65. Les Décodeurs, « Attentats à Bruxelles : la Belgique placée à son niveau d’alerte maximal », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  66. « Contraints par les dernières… - ULB-Université libre de Bruxelles | Facebook », sur www.facebook.com (consulté le 22 mars 2016).
  67. Belga, « Le match amical contre le Portugal se jouera à Leiria ».
  68. Newmedia, « Attentats à Bruxelles - La chanteuse Mariah Carey annule son concert à Forest National ».
  69. « STIB situation perturbée », sur www.stib-mivb.be.
  70. « STIB situation perturbée », sur www.stib-mivb.be (consulté le 24 mars 2016).
  71. « SNCB on Twitter », sur Twitter.
  72. « Chaos à Bruxelles : les tunnels et de nombreux grands axes fermés », sur RTBF Info.
  73. a et b « SNCB - Perturbations sur le réseau », sur www.belgianrail.be (consulté le 24 mars 2016).
  74. « Attentats de Bruxelles : un coût estimé à 4 milliards d'euros pour la Belgique », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  75. « Les attentats ont coûté 400 millions », La Libre,‎ (lire en ligne).
  76. « L’impact économique des attentats jugé modéré », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  77. « Attentats de Bruxelles : le Président Bouteflika « profondément affecté et horrifié. » », Algérie Presse Service, 22 mars 2016.
  78. a, b, c, d, e, f, g, h et i Réactions après les attentats de Bruxelles : « L'Europe a été touchée au cœur », sur www.levif.be, consulté le 22 mars 2016.
  79. (en) « King calls for global efforts to eliminate terror », sur Saudi Gazette, (consulté le 27 mars 2016).
  80. a, b, c et d « Toutes les réactions politiques à travers le monde après les attentats à Bruxelles », La Libre,‎ (lire en ligne).
  81. (en) « Azerbaijani président offers condoléances to Belgian PM over Brussels blasts », sur en.apa.az (consulté le 22 mars 2016).
  82. « 24 choses que l'on sait sur les attentats terroristes de Bruxelles », sur www.journaldequebec.com (consulté le 22 mars 2016).
  83. Boîte à outils de l'expérience Web, « Déclaration du premier ministre du Canada au sujet des attaques terroristes à Bruxelles, en Belgique », sur Premier ministre du Canada (consulté le 26 mars 2016).
  84. « La Corée du Nord envoie un message de soutien à la Belgique. » 7sur7, 23 mars 2016.
  85. (en) « (3rd LD) S. Korea condemns Brussels attacks », Yonhap, (consulté le 23 mars 2016).
  86. Zone International - ICI.Radio-Canada.ca, « Attentats de Bruxelles : l'onde de choc n'a pas de frontières | Attentats à Bruxelles », sur Radio-Canada.ca (consulté le 23 mars 2016).
  87. « Seite nicht gefunden ».
  88. Benjamin Hue, « Attentats à Bruxelles : « C'est l'Europe qui était visée », estime François Hollande » sur RTL, 22 mars 2016.
  89. « Attentats à Bruxelles : « Nous sommes en guerre », martèle Manuel Valls », RTL.fr, consulté le 23 mars 2016.
  90. « Après les attentats de Bruxelles, Michel Sapin épingle la naïveté des Belges », Le Monde, consulté le 23 mars 2016.
  91. « Le roi Mohammed condamne vigoureusement les attentats de Bruxelles », StarAfrica, 23 mars 2016.
  92. « Attentats de Bruxelles : le roi Mohammed VI s'entretient avec le roi des Belges », Le 360, 23 mars 2016.
  93. « La Norvège condamne les attaques terroristes à Bruxelles », sur www.norvege.no.
  94. (fr) « Lettre de condoléances du grand maître au roi Philippe de Belgique », Order of Malta.
  95. Nations Unies-DPI/NMD, « Centre d'actualités de l'ONU - L'ONU condamne les attentats à la bombe qui ont frappé Bruxelles », sur Centre d'actualités de l'ONU, (consulté le 22 mars 2016).
  96. (pl) « Kancelariq Prezydenta », sur Twitter (consulté le 23 mars 2016).
  97. « David Cameron « choqué et inquiet » propose son aide à la Belgique », sur Euronews, .
  98. « Attentats à Bruxelles - Bangkok et Jakarta condamnent les attentats perpétrés à Bruxelles », rtl.be,‎ (lire en ligne).
  99. « Prise de position de J. Schneider-Ammann », sur YouTube, (consulté le 23 mars 2016).
  100. (ar) تونس تدين تفجيرات بروكسل, Mosaïque FM, 22 mars 2016.
  101. « Recep Tayyip Erdoğan on Twitter », sur Twitter (consulté le 22 mars 2016).
  102. Le Point, magazine, « Attentats de Bruxelles : Ibrahim El Bakraoui arrêté en juin 2015 en Turquie », sur Le Point (consulté le 23 mars 2016).
  103. Lalibre.be Journal web, « Koen Geens répond à Erdogan : « Ibrahim El Bakraoui n'a pas été renvoyé en Belgique mais aux Pays-Bas » », sur Le Point (consulté le 23 mars 2016).
  104. « Message du Président de la Commission européenne suite aux attentats de Bruxelles », sur europa.eu, .
  105. Nicolas Gros Verheyde, « « Une Europe aux couleurs belges ce soir » », Bruxelles2,‎ .
  106. « Europe - Attentats à Bruxelles : réunions de crise et sécurité renforcée dans les capitales européennes », sur France 24 (consulté le 22 mars 2016).
  107. « Londres déconseille à ses ressortissants de se rendre à Bruxelles », sur www.europe1.fr (consulté le 22 mars 2016).
  108. (en) « Netherlands boosts all airport security, PM Rutte leads emergency meeting », NL Times, consulté le 22 mars 2016.
  109. « La Pologne refuse d'accueillir des migrants suite aux attentats de Bruxelles », lefigaro.fr, 23 mars 2016.
  110. « Attentats à Bruxelles : les drapeaux mis en berne en France », sur www.europe1.fr (consulté le 22 mars 2016).
  111. « Cazeneuve annonce un renforcement du dispositif de sécurité en France à la suite des attaques à Bruxelles » sur Le Monde, 22 mars 2016.
  112. « Tous les voyages scolaires à destination de la Belgique sont annulés, annonce Najat Vallaud-Belkacem » sur L'Obs, 22 mars 2016.
  113. « Al-Azhar : les attentats de Bruxelles « violent » les enseignements de l'islam », BFMTV.com.
  114. legiferee, « Communiqué du comité des grands savants d'Arabie Saoudite concernant les attentats de Bruxelles du 22 mars 2016 - العلم الشرعي - La science légiférée ».
  115. Abdullah, « Communiqué du comité des grands savants sur les attentats de Bruxelles - Markaz Al-Forqane - ASBL ».
  116. « Attentats de Bruxelles : la solidarité face au terrorisme - Centre Islamique et Culturel de Belgique ».
  117. AFP, « Prières marquées par la tragédie », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 27 mars 2016).
  118. « Attentats de Bruxelles : un hommage a été rendu à la Grande Mosquée de Bruxelles », sur RTL-TVI, (consulté le 27 mars 2016).
  119. Yaye Maguette Diouf, « Attentats à Bruxelles : « Ce qu’ils ont fait n’a rien à voir avec l’islam », selon l’imam Mouhamed Galaye Ndiaye », sur SeneNews, (consulté le 27 mars 2016).
  120. « Dans les mosquées, pas de prières pour les mécréants ? », lesoir.be, 25 mars 2016.
  121. « Attentats de Bruxelles : le Conseil des Théologiens refuse de réciter une prière dédiée aux victimes « pas toutes musulmanes » », sur lanouvellegazette.be, (consulté le 24 mars 2016).
  122. Site officiel de l'Exécutif des musulmans de Belgique.
  123. J.-B. M. et LI.B., « Nous avons demandé de prier pour toutes les victimes », sur La Dernière Heure, (consulté le 27 mars 2016).
  124. « Le Pape exprime son émotion après les attentats de Bruxelles », sur fr.radiovaticana.va, (consulté le 22 mars 2016).
  125. a et b « Attentats à Bruxelles, les réactions du pape et des évêques de Belgique », la-croix.com, publié le 22 mars 2016.
  126. « Mgr Jozef De Kesel  : « Tout Bruxelles est sous le choc » », la-croix.com, publié le 22 mars 2016.
  127. Robin Prudent, « Bruxelles, 11 h 10 : Facebook active enfin le Safety Check » sur Rue89, 22 mars 2016.
  128. (en) Nicole Bogart, « #JeSuisBruxelles : Support pours in on social media in wake of Brussels attacks », sur Global News (consulté le 22 mars 2016).
  129. Le Point magazine, « Bruxelles : Robert Ménard et Bruno Le Roux créent la polémique sur Twitter », sur Le Point (consulté le 22 mars 2016).
  130. (en) « Brussels attack: #StopIslam trends on Twitter as the world furiously debates terrorism, religion and racism », mirror.co.uk, 22 mars 2016.
  131. « Comment le hashtag #StopIslam est devenu l’un des plus partagés au monde ? », lesinrocks.com, 23 mars 2016.
  132. Marie Martin, « Bruxelles », la chanson de Dick Annegarn, devient un hommage aux victimes des attentats, sur France 3 Midi-Pyrénées, (consulté le 23 mars 2016).
  133. Zy, « La chanson de Dick Annegarn, « Bruxelles », devenu un hommage », sur TF1, (consulté le 23 mars 2016).
  134. La Voix du Nord, « Lille : la rue Gambetta aux couleurs de la Belgique », sur France Actualités (consulté le 22 mars 2016).
  135. « Attentats à Bruxelles : la tour Eiffel illuminée aux couleurs de la Belgique » sur Le Parisien, 22 mars 2016.
  136. « Attentats de Bruxelles : chasse à l'homme engagée, deuil national de trois jours », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  137. Justin Boche, « Lyon : le Palais de justice va revêtir les couleurs de la Belgique », sur www.lyoncapitale.fr.
  138. « Un jeune interpellé à Anderlecht après la minute de silence », sur 7sur7.be (consulté le 24 mars 2016).
  139. « Attentats de Bruxelles : la famille royale belge rend hommage aux victimes », sur Le Parisien.fr, (consulté le 23 mai 2016).
  140. « Attentats de Bruxelles: l'hommage du dessinateur belge François Schuiten », sur Le Figaro, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]